Mali

Idrissa Hamidou TOURE, Procureur près le Tribunal de la CIV: « nous avons envoyé un mandat de levée d’immunité de Ben le cerveau »

INFO-MATIN - Dom, 09/01/2022 - 13:16

Dans une vidéo qui a circulé sur les réseaux sociaux ce jeudi 6 janvier 2022, le puissant Procureur de la commune IV, Idrissa Hamidou TOURE, s’est prononcé sur un contentieux qui oppose Adama DIARRA, dit Ben le Cerveau, aux responsables du PARENA, qui accusent ce dernier de diffamation. Dans ladite vidéo, le Procureur a ainsi levé toute équivoque sur le statut de ce conseiller du CNT proche de la junte.

A la faveur de cette interview accordée à un activiste, pendant laquelle les circonstances de l’interpellation du Dr Oumar MARIKO et la vulgarisation de la loi sur la cybercriminalité ont été abordées, le procureur TOURE rassure les maliens que la justice n’a nullement pas pour objectif de nuire à la population.
En campant le décor, le procureur TOURE rappelle que le Dr MARIKO a été mis aux arrêts, car il avait proféré des injures qui se sont malheureusement retrouvées sur les réseaux sociaux.
«Ce n’est pas moi personnellement qui l’avais mis aux arrêts, mais le parquet. Le parquet comme vous le savez, est une institution verticale, qui part de l’agent de la police judiciaire jusqu’au Ministre garde des sceaux. La conversion entre Oumar MARIKO et son interlocuteur n’est, en aucun cas, privée, sinon, on n’allait pas le trouver sur les réseaux sociaux.
Et puis, l’article 21 de la loi sur la cybercriminalité ne fait pas allusion à la conversation privée ou pas, s’il y a injures. Ladite loi stipule qu’une injure via un système d’information et de communication, notamment Messenger, Imo, Wastsahp et les autres canaux de communication.
Si jamais ces conversations se retrouvent sur l’espace public, ce n’est plus privée. Puisque le parquet n’est pas allé le prendre sur sa messagerie privée », a-t-il martelé.
Selon lui, le Dr Oumar MARIKO, que l’on soit son partisan ou pas, n’est pas n’importe qui au Mali, vu son parcours combien éloquent dans la vie politique et sociale du Mali, depuis l’avènement de la démocratie au Mali. « Donc, certains propos venant de lui, sont inadmissibles. Nous poursuivons chaque jour des jeunes maliens pour les injures sur les réseaux sociaux, afin de les apprendre à ne pas tenir certaines paroles indécentes. Si lui-même qui est considéré comme une personnalité charismatique se donne à de tels actes, il est normal que nous réagissions. Nous, on est juste sur cette lancée de continuité, de lutte contre les injures sur les réseaux sociaux dans le cadre de la vulgarisation de la loi contre la cybercriminalité », a-t-il été clair.

Le PM et les membres du CNT sont des justiciables.

Pour le vocal du Premier Ministre, le procureur TOURE a indiqué que les gens qui l’accusent de diffamation pouvaient déposer une plainte contre lui. « C’est leur plein droit. C’est la loi qui dit que le procureur ne peut poursuivre une personne pour diffamation sur une autre personne. C’est la personne qui se croit offensée, qui doit saisir la justice pour que les magistrats agissent. On appelle ces genres d’affaires, des délits privés », a-t-il levée toute équivoque.
Il a ainsi, rassuré que la vocal du Dr Choguel ne contenait pas d’injures.
«Moi personnellement, je n’ai pas entendu d’injures. Il n’a pas proféré d’injures en tout cas nous, on n’a pas entendu d’injures. Le Premier Ministre est le chef du gouvernement, et il incarne un pan de souveraineté du pays, que cela nous plaise ou pas, c’est comme ça. Pour autant, il n’est pas au-dessus de la loi. Il peut être poursuivi par le parquet s’il commet un délit ou un crime. Mais pour l’instant, on en est pas là, puisque nous n’avons constaté aucune brouille à son endroit », s’est-il défendu.
«’est comme le cas de Ben le Cerveau, poursuit-il. « Les hommes politiques qui ont porté plainte contre Ben le cerveau seront mis dans leur droit, puisque nous avons demandé au CNT de lever son immunité, s’il en bénéficie, pour qu’il vienne répondre à une plainte et confronter ses adversaires », a-t-il rassuré.
Pour les nombreuses interpellations et mandats d’arrêt du parquet de la commune IV, le procureur rappelle que les parquets de la Commune IV et celle de la Commune VI sont les deux plus grands parquets de la république. « C’est ce que qui fait que nos activités sont constantes. La commune VI est très peuplée et les crimes et délits y sont fréquents. Si vous prenez, par exemple, la gare routière de Djikoroni, nous interpellons plusieurs voleurs. Dans le Mandé aussi, ils sont leurs nids. Les 75% des détenus du parquet de la commune IV sont des voleurs, 15% sont des spéculateurs fonciers et cela est vérifiable. Nous ne faisons pas cela pour avoir une réputation ou autres avantages. On ne cherche pas une réputation en mettant les gens en prison. Ceux qui pensent cela n’ont rien compris. Moi personnellement, je ne fais jamais de courbettes devant un ministre pour avoir une place ou un poste de responsabilité. Pourquoi faire des courbettes devant une autorité ? Si on te confie un travail, fais-le dans les normes requises, et c’est ce que nous faisons », a-t-il justifié.
Pour en venir aux injures, il révèle qu’eux aussi ils prennent des coups. « Quand on s’attaque aux impolis, il faut s’attendre à tout. On nous insulte, on insulte nos parents. Malgré tout, nous continuons, puisque ces actions contre les injures publiques vont assainir notre société. Si on entend plus d’injures sur la toile malienne, ça serait une très bonne chose pour la société malienne. Cette loi contre la cybercriminalité existait avant notre arrivée à la commune IV. Mais il a fallu que nous commencions pour que cette loi connaisse une large vulgarisation », s’est-il réjoui.
Pour finir, il a rassuré que rien ne sera plus comme avant.
« Avant est-ce qu’on imaginait qu’on pouvait s’assoir pour insulter les personnalités comme Imam DICKO, le Cherif Ousmane Madani HAIDARA, le Cherif de Nioro et d’autres grandes personnalités de notre pays ?
C’était inimaginable ! Ces derniers temps, nous assistons à des injures à crever les oreilles. Il fallait arrêter tout cela et très urgemment. Et maintenant, je félicite tous mes collègues pour la vulgarisation de cette loi. Ça commence à aller », a-t-il optimisé.

PAR CHRISTELLE KONE

L’article Idrissa Hamidou TOURE, Procureur près le Tribunal de la CIV: « nous avons envoyé un mandat de levée d’immunité de Ben le cerveau » est apparu en premier sur Actualités, Infos, News - Journal INFO-MATIN.

Categorie: Mali

Ras Bath a la conférence de la synergie sauvons le Mali: ‘‘confier la refondation de l’État aux militaires est une insulte à l’histoire du Mali’’

INFO-MATIN - Dom, 09/01/2022 - 13:13

Mohamed Youssouf BATHILY, dit Ras Bath, a condamné ce mercredi dernier, le fait que des acteurs politiques, à travers les Assises nationales de la refondation, aient accepté de déléguer leurs prérogatives de la refondation de l’Etat aux militaires.

Le chroniqueur, Ras Bath était l’un des intervenants à la conférence de la Synergie Sauvons le Mali. En plus de déplorer la démarche des militaires, il s’en est pris aux acteurs politiques d’avoir tronqué les principes et valeurs démocratiques contre des strapontins.

« Confier la refondation de la nation aux militaires est une insulte à l’histoire du Mali et à l’intelligence. Les militaires sont des citoyens avec des vocations spécifiques dans la république. S’ils veulent faire de la politique qu’ils démissionnent de l’armée qu’ils ont librement choisis», a déclaré le porte-parole du CDR. Exprimant ainsi sa déception et son étonnement aux cadres maliens, en occurrence le président des Hautes personnalités pour les ANR, de s’être associés à une telle décision.
« Le message est attentatoire à la mémoire de mars 1991. Par ces assises, ils sont en train d’accord un mandat de 7 ans à la transition », a dénoncé le chroniqueur qui prévient que si cette situation passait, c’est pour encourager les coups d’Etat. «C’est regrettable», a-t-il critiqué.
Lors de la rencontre, Ras Bath, connu pour son discours agressif, a déclaré être déçu des responsables de l’Adema PASJ et du CNID, pour avoir été à la tête de la révolution contre le régime dictatorial de Moussa TRAORE en 1991 pour l’avènement de la démocratie.
Trente ans après, a-t-il déploré, ces mêmes partis ont tronqué des principes inaliénables de la démocratique contre des strapontins. Et cela, dit-il, en pactisant avec les militaires auteurs du coup d’Etat d’août 2020 et d’approuver la prorogation de la transition de 5 ans.
Le comble, ajoute Ras Bath, a été de les déléguer la refondation de la nation.
En plus de l’Adema PASJ, l’Union pour la démocratie et la république (URD) est l’autre formation politique importante à s’associer à ces assises.
Pour Ras Bath, cette participation de l’URD viole les convictions de son défunt président, Soumaïla CISSE, avec qui il a collaboré en 2018.
« Si Soumaïla CISSE était vivant, il n’allait jamais faire partir de cette rencontre. Ils (des responsables de l’URD) ont tué deux fois Soumaïla CISSE. L’URD, à travers ce document (les conclusions des ANR), a souillé la mémoire de Soumaïla CISSE basée sur le respect de la démocratie, le respect de la loi… », a sermonné Mohamed Youssouf BATHILY.

PAR SIKOU BAH

L’article Ras Bath a la conférence de la synergie sauvons le Mali: ‘‘confier la refondation de l’État aux militaires est une insulte à l’histoire du Mali’’ est apparu en premier sur Actualités, Infos, News - Journal INFO-MATIN.

Categorie: Mali

Présentation de vœux à Koulouba: ‘‘notre combat, c’est pour l’intérêt des Maliens’’

INFO-MATIN - Dom, 09/01/2022 - 13:09

Dans le cadre de la présentation des vœux de Nouvel An, le Président de la Transition, SE, le Colonel Assimi GOÏTA, Chef de l’État, a reçu, ce jeudi 6 janvier 2022, dans la salle des banquets du Palais de Koulouba, les familles fondatrices de Bamako, les autorités religieuses ainsi que les forces vives de la Nation.

Malgré un contexte marqué par l’aggravation de la crise sanitaire de COVID-19, le Président de la Transition, SE, le Colonel Assimi GOÏTA, n’a pas souhaité déroger à la règle. La traditionnelle cérémonie de présentation des vœux de Nouvel An a débuté, ce jeudi matin, au Palais présidentiel de Koulouba, dans le respect des mesures-barrières.
Une occasion pour les représentants des confessions religieuses du Mali (communauté musulmane, chrétienne catholique et protestante), des familles fondatrices de Bamako et des forces vives de la nation de mettre sur la table les maux qui minent la société malienne et remercier le Chef de l’État pour son leadership.
Pour les hôtes du jour, l’année écoulée a certes été éprouvante, mais grâce au leadership du Président de la Transition, le bateau Mali a pu s’accoster sans problème majeur. Selon le Cardinal Jean Zerbo, l’Archevêque de Bamako, l’essentiel est la volonté de rassembler.
Face aux nombreuses crises que traverse le Mali, le représentant des familles fondatrices ainsi que le Président du Haut Conseil islamique ont reconnu que le Président GOÏTA fait de son mieux pour une meilleure sortie. « Les informations que nous recevons aujourd’hui nous donnent de l’espoir », a fait savoir Chérif Ousmane Madani HAÏDARA, qui a profité de l’occasion pour exhorter le Chef de l’État à rester dans sa dynamique d’ouverture et de dialogue.
Pour le retour de la paix et de la stabilité au Mali, le Cardinal Jean Zerbo a indiqué que chaque Malien doit être l’artisan du « Mali Kura ». D’où la nécessité de cultiver l’amour du prochain dans le cœur de chaque citoyen en plus de l’éducation à la morale.
Se prononçant sur les Assises nationales de la Refondation, tous les visiteurs du jour ont dit avoir pris acte de ces conclusions. Ils invitent donc le Président de la Transition à une mise en œuvre diligente de ces recommandations, qui reflètent la volonté du peuple malien.
« Notre combat, c’est pour l’intérêt des Maliens. Ce combat, nous le mènerons jusqu’au bout », a expliqué le Président GOÏTA selon qui ce combat passe non seulement par la sécurisation du territoire national mais aussi et surtout par la lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite. Tant que ces combats ne seront pas gagnés, explique-t-il, difficile d’arriver à la stabilité tant souhaité. Il a donc invité les Maliens à resserrer les rangs.

L’article Présentation de vœux à Koulouba: ‘‘notre combat, c’est pour l’intérêt des Maliens’’ est apparu en premier sur Actualités, Infos, News - Journal INFO-MATIN.

Categorie: Mali

Relance du Trafic ferroviaire: pù sont passés les 9 milliards F CFA ?

INFO-MATIN - Dom, 09/01/2022 - 13:05

Les responsables de la section syndicale, affilié à l’UNTM, du chemin de fer a organisé une conférence de presse, ce jeudi 6 janvier 2022, à la Gare ferroviaire de Bamako sur le thème : «Plan d’urgence de reprise du trafic de voyageurs et marchandises entre Bamako et Kayes : pourquoi ce retard dans la relance des activités ferroviaires ?». Il ressort des débats que ce Plan financé à hauteur de plus 9 milliards de CFA tarde à connaitre un niveau de mise en œuvre satisfaisant pour des raisons diverses.

Le principal conférencier était le secrétaire général Brahima COULIBALY, qui avait ses côtés, d’autres camarades de lutte dont Mme Alima MARIKO, et Youssouf KEITA ; etc.
On y notait la présence de plusieurs autres représentants d’organisations syndicales et associations. Il s’agit du collectif sauvons les rails ; le Front d’association pour la région de Kayes ; l’Union des ressortissants de Toukoto pour le développement ; le syndicat des transporteurs ; etc.
A l’entame de son propos, le secrétaire général, Brahima COULIBALY, a demandé d’observer une minute de silence en la mémoire de ses camarades de lutte.
Dans son propos, il a rappelé que le trafic ferroviaire de notre pays était arrêté pour faute de machines.
Il a souligné que l’application du schéma institutionnel a commencé le 13 mars 2017 avec la création de SOPAFER par l’Ordonnance n°2017-O15/P-RM. De même, en mai 2018, sous l’incapacité de Dakar-Bamako-Ferroviaire
(DBF) et la faiblesse des Etats à travers le Comité Inter-Etat, selon lui, les activités se sont arrêtées le 18 mai 2018, définitivement.
Par ailleurs, le secrétaire général a fait savoir que la communication écrite relative au Plan d’urgence de relance de trafic de voyageurs et de marchandises entre Kayes et Bamako était adoptée le 2 octobre 2019, en Conseil des ministres dont le financement s’élève à 9 milliards 874 millions 086 mille 674 F CFA. Pendant que l’application du schéma institutionnel souffrait de retard et de négligence en janvier 2020, la DBF, a dit le conférencier, fut dissoute.
S’agissant de l’évolution du plan d’urgence, les responsables de la section syndicale unique UNTM du chemin de fer ont signalé que les travaux de réparation des locomotives de manœuvre la CC 2205 et CC 2207 sont en cours.
Aussi, ils ont révélé que la réhabilitation des locomotives de ligne la X1 et la X2 reste toujours en attente d’expertise de SIM LOGERAIL de Canada.
Selon les cheminots, le dossier des locomotives neuves ou reconditionnées sont dans les circuits de prise de décision.
Ils ont soutenu que la reprise des travaux du pont de Mahina reprendra le lundi 10 janvier 2022. Cependant, les travaux du pont de Toukoto sont suspendus pour attente fixations.
Parlant de la libération de la voie ferrée, les conférenciers ont témoigné que les débroussaillements et désherbages sur la voie ferrée ont été effectués. Selon eux, les gros travaux et l’attente fourniture des équipements mécaniques sont prévus pour le mois de février prochain.
Par contre, les responsables de la section syndicale unique UNTM du chemin de fer ont souligné beaucoup d’insuffisances par rapport au Plan d’urgence.
Parmi ces insuffisances, ils ont cité l’étroite consultation dans les processus de l’élaboration dudit plan.
Ensuite, ils ont dénoncé la faible ambition du plan. Le syndicat crie au manque d’indicateurs pertinents de suivi et d’évaluation du Plan et la rigidité dans les processus de prise de décision.
Évoquant les propositions de solutions de la relance du trafic ferroviaire, les responsables de la section syndicale unique UNTM du chemin de fer ont parlé de l’amélioration du plan d’urgence de relance du trafic de voyageurs et de marchandises entre Bamako et Kayes. Ajoutent-ils, l’élargissement des consultations dans les processus d’amélioration du plan d’urgence.
Il s’agit selon les Cheminots, de diligenter le processus d’acquisition des locomotives neuves et les travaux d’entretien de la Rame. Le syndicat propose aussi la formation du personnel du Chemin de fer.
Pour eux, il s’agit d’élaborer également un plan de gestion prévisionnel des emplois et des compétences.
Enfin, le syndicat propose comme solutions, la mise en place des indicateurs de suivi et d’évaluation pertinents du plan et rendre flexible les processus de prise de décision.
Signalons que les cheminots accusent présentement, un retard de salaire de trois mois, selon les responsables de la section syndicale unique UNTM du chemin de fer.

Par SABA BALLO

L’article Relance du Trafic ferroviaire: pù sont passés les 9 milliards F CFA ? est apparu en premier sur Actualités, Infos, News - Journal INFO-MATIN.

Categorie: Mali

Haut conseil islamique du Mali: un forum sous régional sur la paix du 15 au 17 janvier

INFO-MATIN - Dom, 09/01/2022 - 13:03

Sur une initiative du Haut conseil islamique du Mali, notre pays abritera du 15 au 17 janvier courant, un grand forum sous régional sur la paix. Ledit forum enregistrera la présence des leaders religieux de 15 pays de la sous-région pour réfléchir sur les voies et moyens de sortir de cette crise. L’information a été donnée, hier mercredi, au cours d’une conférence de presse animée par la commission d’organisation. C’était au siège du Haut conseil islamique en présence du Chérif Ousmane Madani HAIHARA ; du président de la commission d’organisation, Mohamed Macki BAH ; et de plusieurs leaders religieux.

Dans ses propos introductifs, le président du Haut conseil islamique du Mali, Chérif Ousmane Madani HAIDARA, a affirmé que notre pays traversait une crise multidimensionnelle depuis des années avec ses corolaires de morts et de déplacés. Il a déploré le fait que des gens se cachent derrière l’islamique pour commettre des crimes que la religion bannit.
« L’islam est une religion de paix et de tolérance. Le Prophète Mohamed (PSL) a collaboré avec les chrétiens et les mécréants. Tous ceux qui se réclament de l’islam doivent avoir les mêmes valeurs que le Prophète Mohamed (PSL) », a déclaré Chérif Ousmane Madani HAIDARA.
Il a insisté à dire que ce conflit n’engage en rien la religion musulmane et que les acteurs ont d’autres objectifs inavoués.
Chérif Ousmane Madani HAIDARA a déclaré que les musulmans n’ont pas d’armes mais avec leur foi peuvent faire face à l’ennemi.
Selon lui, ce grand forum sous régional sur la paix au Mali est une première dans la sous-région. Une occasion pour les leaders religieux de 15 pays de se retrouver, réfléchir et proposer des solutions de sortie de crise.
Le président du Haut conseil islamique a lancé un appel à tous les maliens à prendre part à ce forum et apporter leurs contributions pour le retour de la paix.
Pour sa part, le président de la commission d’organisation, Mohamed Macki BAH, a ajouté que les seules autorités politiques, religieuses et coutumières ne peuvent pas résoudre la crise actuelle. C’est pourquoi il a lancé un appel à tous les maliens pour la réussite de ce forum.
« La crise s’aggrave de jour en jour. Il est important que nous soyons les premiers artisans de la paix avec la contribution des autres pays de la sous-région. La crise a commencé en faisant croire que c’est une guerre religieuse et s’est aggravée avec des conflits intercommunautaires », s’est inquiété le président de la commission d’organisation.
Selon lui, ce forum sera l’occasion de réfléchir sur comment le Prophète (PSL) a trouvé des solutions à des crises similaires. L’objectif principal recherché étant de sortir de cette situation et redorer l’image de notre pays.
« Certains pays ont connu des crises sécuritaires plus graves que celles que le Mali traverse actuellement. Il s’agira de partager les expériences pour aboutir à une solution définitive », a expliqué Mohamed Macki BAH.
Il a informé qu’à l’issu de ce forum il sera mis en place une coordination des faitières des hauts conseils islamiques de la sous-région dont le siège sera implanté au Mali.

PAR MODIBO KONÉ

L’article Haut conseil islamique du Mali: un forum sous régional sur la paix du 15 au 17 janvier est apparu en premier sur Actualités, Infos, News - Journal INFO-MATIN.

Categorie: Mali

ONG Accountability-Lab: les cinq fonctionnaires les plus intègres identifiés

INFO-MATIN - Dom, 09/01/2022 - 13:01

Dans quelques jours, l’ONG Accountability-Lab. procèdera à la désignation du fonctionnaire le plus intègre au Mali. La liste des cinq nominés cette finale a été dévoilée à la presse, hier mercredi, au Bureau du Mali, à Magnabougou. C’était à la faveur d’une conférence de presse que le staff du bureau d’Accounability Lab du Mali a animé.

Ladite conférence était animée par Cheick DEMBELE, Directeur pays par intérim en présence de Mme Gnama KONE, Présidente du Conseil d’administration du Accountability-Lab, et de Souleymane BOIRE, Directeur résident de ladite ONG.
Ces cinq finalistes ont été découverts, à travers le pays, suite à une enquête bien fouillées par les services de Accountability. Ils ont été dévoilés à travers une projection vidéo dans laquelle les profils de chacun d’eux ont été présentés aux journalistes.
Selon le patron d’Accountability Lab au Mali, Souleymane BOIRE, la vidéo fera l’objet de large diffusion sur les chaines de télé, radio, réseaux sociaux, dans les jours à venir permettant aux populations maliennes de choisir leurs candidats, à l’issue de vote par Sms, sur les mêmes réseaux sociaux. Il expliquera que les cinq finalistes ont été nominés par les populations elles-mêmes.
Les cinq finalistes sont : Famakan CISSE, juge au tribunal de première instance de Bla, Yaya KONATE, contrôleur divisionnaire à la maison d’arrêt de Kita, Mme Fatoumata KONE, conseillère pédagogique chargée de la scolarisation des filles au centre d’animation pédagogique de Bougouni, Mahamadou Lamina DIARRA, conseiller pédagogique en anglais, chargé des manuels scolaires et des bibliothèques à Koulikoro, et Mme Maimouna SAGARA, infirmière à Kalaban-Coro ADEKENE.
En somme, ils sont deux femmes et trois hommes, cette année, à tirer leur épingle du jeu parmi les 2 578 nominés sur toute l’étendue du territoire national.
Signalons qu’en plus des nominations de leurs communautés respectives, plus de 1000 volontaires ont sillonné les coins et recoins du pays pour dénicher ces fonctionnaires rares. Ainsi, selon les explications de Cheick DEMBELE, sur les 2 578 nominations, un tri de 30 personnes a été fait par les organisations de la société civile, partenaires d’Accounability Lab Mali, dont le Réseau des journalistes d’investigation.
« D’abord, ils ont été choisis par les populations elles-mêmes, des villes et localités du Mali, bref, partout où il y a un service de l’État, où les usagers s’y rendent pour résoudre leurs problèmes administratifs. Ensuite, les OSC rentrent dans la danse pour choisir les gens qui répondent aux critères soumis. Et le comité des experts intervient pour trier les meilleurs parmi ceux retenus par les OSC. C’est pour rassurer et dire qu’il y a une transparence totale, car rarement notre structure elle-même intervient », a déclaré Moussa Kondo.
Il n’a pas manqué de rappeler les objectifs de cette campagne de récompense des fonctionnaires intègres du Mali. C’est parce qu’il y a, dit-il, une mauvaise gouvernance qui entraine la corruption qui est à la base de beaucoup de problèmes que nous vivons aujourd’hui.
« On veut qu’il y ait un changement de mentalité chez nous, c’est la jeune génération, qui est appelée à diriger le pays dans le futur. Le choix de cette compétition participe à créer une émulation chez d’autres fonctionnaires », a-t-il souligné, avant de rappeler que les événements qui ont provoqué la chute du régime IBK sont la conséquence palpable de la corruption et le non-respect des valeurs de l’intégrité que tout citoyen doit avoir pour servir son pays.
Quant à Mme Gnama KONE, elle a salué cette idée novatrice d’Accounability Lab Mali de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite, sans répression, mais en montrant de bons exemples d’intégrité, d’honnêteté dans les services, qui sont ponctuels dans les services, qui servent l’État en toute transparence.
« Pour réussir la lutte contre la corruption, et surtout gagner le pari du nouveau Mali, il faut qu’on travaille sur la mentalité des Maliens et non à mettre le maximum d’argents à la disposition des gens », a-t-elle conclu.

PAR CHRISTELLE KONE

L’article ONG Accountability-Lab: les cinq fonctionnaires les plus intègres identifiés est apparu en premier sur Actualités, Infos, News - Journal INFO-MATIN.

Categorie: Mali

Attribution du marché de construction de la route Kenieba-Sadiola: l’affaire tranchée en faveur de Costain Limited

INFO-MATIN - Dom, 09/01/2022 - 12:58

La construction de la route Nationale SADIOLA-KENIEBA est un programme gouvernemental financée à cent pour cent par le budget national et mis en œuvre par le Ministère de l’Equipement et des Infrastructures.

La direction des Finances et du Matériel du département a donc ouvert un appel d’offres internationales le 04 août 2021 pour les travaux de construction et de bitumage de la route SADIOLA-KENIEBA, Tronçon SADIOLA-SOUMALA longue de 50 km. La commission d’ouverture des plis a siégé le 19 octobre 2021 et avait reçu 08 dossiers de soumissionnaires au marché dont une offre de désistement faite par l’entreprise française SOGEA SATOM par courrier le 08 octobre 2021.
A l’ouverture des plis, la sous-commission technique, après évaluation des offres a délibéré et la société la moins-disante a été retenue. Il s’agit d’une entreprise Britannique dénommée COSTAIN LIMITED. Elle est suivie de trois autres entreprises que sont : Groupement CITP/EAK (deuxième), CGPS-SA/M’BOUNA LOGISTICS ET TRANSPORTS (troisième), et SFTP et ECMK respectivement quatrième et cinquième moins disant.
Après l’attribution provisoire du marché à l’entreprise COSTAIN LIMITED, les entreprises, CGPS-SA/M’BOUNA LOGISTICS ET TRANSPORTS, SFTP et ECMK qui sont loin derrière ont fait opposition auprès du Directeur des Finances et Matériels du département pour contester la décision d’attribution provisoire. Pourtant, les différentes lettres de la DFM qui leur sont adressées précisent pour chacune de ces trois structures les motifs de leur inéligibilité.
Pire deux des trois entreprises, des entreprises maliennes de surcroît, ne sont pas en règle avec les impôts car les pièces fiscales fournis dans leurs dossiers ne sont pas à jour. C’est dire que ces deux sociétés maliennes sont des mauvais payeurs d’impôts, en témoignage leur situation fiscale. Néanmoins, la Direction des Finances et du Matériel répondra à leur demande qu’elle rejettera pour motifs non valables. La même demande de reprise de l’attribution du marché, adressée par L’entreprise Burkinabé CGPS-SA/M’BOUNA LOGISTICS ET TRANSPORTS à la Direction des Finances et du Matériel fut rejetée dans une lettre confidentielle du 16 décembre 2021. Qu’à cela ne tienne, les entreprises ECMK et SFTP entament une campagne de dénigrement avec des arguments qui ne tiennent pas la route.
Dans cette campagne de nuisance et à la recherche effrénée de preuves pouvant incriminées COSTAIN LIMITED, en complicité avec un cadre de la BMS SA, ils seraient allés jusqu’à espionner les comptes de la société britannique ouvert dans les livres de cette banque. Ce qui est une violation du secret bancaire préjudiciable à la société britannique mais punissable si les responsables de cette entreprise décidaient de saisir les juridictions compétentes. C’est vous dire jusqu’à quoi les entreprises ECMK et autres sont capables en terme de coups tordus pour atteindre leur but . Ils ont chercher à percer illégalement les secrets bancaires de COSTAIN LIMITED dans une banque de la place.

L’AUTORITÉ DE RÉGULATION DES MARCHÉS PUBLICS ET DES DÉLÉGATIONS DE SERVICE PUBLIC A TRANCHÉ
Cette structure est l’instance juridiquement habilitée à trancher les différents entre les entreprises en cas de contestation d’attribution d’un Marché national. Les trois entreprises perdantes, s’estimant lésées, ont séparément saisi le Comité de Règlement des Différents de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics et des Délégations de Service Public pour demander l’annulation de l’attribution provisoire du Marché à COSTAIN LIMITED.
Par une lettre en date du 14 décembre 2021, le Groupement de société Burkinabé CGPS-SA/M’BOUNA LOGISTICS ET TRANSPORTS a saisi le Comité de Règlement des Différents. Elle sera suivie de deux plaintes des entreprises maliennes ECMK et SFTP enregistrées au secrétariat du Comité sous les numéros 45 et 46.
Statuant sur ces griefs le 24 décembre puis le 31 décembre 2021, le Comité de Règlement des Différents de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics et des Délégations de Service Public a rejeté les recours des trois sociétés au motifs qu’ils sont mal fondés. L’autorité a en outre ordonné la poursuite de la procédure d’attribution du marché. Ces décisions ont été notifiées à la direction des Finances et du Matériel du Ministère de l’Equipement et des Transport ainsi qu’aux trois entreprises plaignantes. En clair, l’entreprise britannique COSTAIN LIMITED sort renforcée de la bataille juridique avec trois différentes décisions en sa faveur parce qu’elle rempli toutes les conditions au yeux des lois maliennes. Mieux elle a une longue expérience et une meilleure qualification dans le domaine.
Certes, aujourd’hui, la tendance actuelle des plus hautes autorités est de donner beaucoup plus la chance aux sociétés maliennes pour l’exécution des travaux publics mais il faut reconnaître que certaines entreprises sont loin de remplir les conditions minimums pour obtenir les contrats et les exécuter correctement. Ce serait un énorme gâchis de confier des travaux aussi importants pour la nation à des Entreprises qui pourront bâcler le bitumage de cette route stratégique dans l’économie nationale. L’exemple est celui des deux entreprises maliennes SFTP, ECMK qui crient au scandale alors qu’elles ne remplissent pas les conditions. Les simples règles fiscales et les expériences similaires ne sont pas respectées par ces deux sociétés maliennes sans compter les conditions techniques et matériels. Ils manquent aussi de personnel qualifié et dynamique pour réussir de grands travaux. Comment confier des travaux d’une si grande envergure à des Entreprises qui ne peuvent pas régulièrement payer leurs impôts et qui fournissent des documents falsifiés? Et paradoxalement, ce sont ces sociétés qui sont des championnes dans la contestation et le dénigrement à outrance.
Si nous voulons construire un Mali nouveau, c’est avec le respect des normes et règles indispensables à l’atteinte des résultats de qualité.
A Suivre !

L’article Attribution du marché de construction de la route Kenieba-Sadiola: l’affaire tranchée en faveur de Costain Limited est apparu en premier sur Actualités, Infos, News - Journal INFO-MATIN.

Categorie: Mali

Activités 2022 de l’ONEF: priorité pour la mise en œuvre du nouveau plan stratégique

INFO-MATIN - Dom, 09/01/2022 - 12:50

La 11è session du Conseil d’administration de l’Observatoire national de l’emploi et de la formation (ONEF) tenue le lundi dernier a adopté le budget de la structure à hauteur de 1 447 185 000 Francs CFA ; soit une hausse de 23,7% par rapport au budget de 2021.

La session était présidée par le ministre de l’Entreprenariat national de l’emploi et de la formation professionnelle, Bakary DOUMBIA qui avait à ses côtés le directeur général de l’ONEF, Boubacar DIALLO.
Les administrateurs au cours de ladite session ont examiné et adopté le procès-verbal de la 10è session, le rapport d’activités 2021, le rapport financier 2021, le programme d’activités 2022 et son budget prévisionnel.
Ainsi, le budget de réalisation des activités prévues en 2022 estimé à 1 447 185 000 Francs CFA a été adopté par le Conseil d’administration, soit une hausse de 23,7% par rapport au budget prévisionnel de 2021.
S’exprimant à cette occasion, le ministre de l’Entreprenariat national de l’emploi et de la formation professionnelle a indiqué que 2022 serait le point de départ de la mise en œuvre du nouveau Plan stratégique de Développement jusqu’à l’horizon 2026.
Ce nouveau plan stratégique qui couvre la période 2022-2026 s’articule autour de quatre axes à savoir : l’amélioration de l’organisation, de la visibilité et des capacités d’intervention de l’ONEF ; l’amé1ioration de la collecte, du traitement et de l’utilisation des statistiques de l’emploi ; l’amélioration de l’adéquation de la formation aux demandes du marché du travail ; le développement de l’analyse et de la diffusion des informations sur le marché du travail.
Le ministre a précisé que le financement de ces activités sera assuré par l’État et les partenaires financiers comme : le Fonds international pour le développement agricole (FIDA) à travers le Projet FIER, la Coopération Luxembourgeoise dans le cadre des Programmes MLIO2l, O22 et O26, le Gouvernement du Royaume des Pays-Bas et le Bureau International du Travail (BIT).
Ensuite, il a rappelé le rôle important que jouait l’ONEF dans le cadre de l’orientation des décideurs.
« La production des données statistiques fiables sur l’emploi et la formation permet de renseigner régulièrement les indicateurs clés du marché du travail. Ces indicateurs sont des outils précieux qui servent à mieux orienter les décideurs dans l’élaboration et la mise en œuvre des stratégies idoines pour lutter contre le chômage, le sous-emploi et la pauvreté des jeunes et des femmes qui sont les couches les plus touchées par ces fléaux », a expliqué le ministre DOUMBIA.
Conformément sa mission, l’ONEF produit chaque année les indicateurs du Cadre Stratégique pour la Relance économique et le Développement Durable (CREED), document unique référentiel des politiques et stratégies de développement de notre pays, mais aussi les indicateurs de la liste minimale de l’UEMOA et ceux de l`Organisation internationale de travail (OIT).
« Les statistiques régulièrement produites par l’ONEF sur les nouvelles créations d’emplois faites par les secteurs public et privé, constituent pour les plus hautes autorités et particulièrement pour le Ministère de l’Economie et des finances ; l’un des baromètres qui permettent d’évaluer la situation conjoncturelle de l’économie », a indiqué le ministre DOUMBIA.
Par ailleurs, le ministre a pris l’engagement de prendre toutes les dispositions nécessaires pour accompagner l’ONEF dans le cadre de la construction de son nouveau siège, dont les travaux démarreront courant janvier.

PAR SIKOU BAH

L’article Activités 2022 de l’ONEF: priorité pour la mise en œuvre du nouveau plan stratégique est apparu en premier sur Actualités, Infos, News - Journal INFO-MATIN.

Categorie: Mali

Livre ‘’Racisme côté couleur’’: célébrer la richesse de la diversité humaine

INFO-MATIN - Dom, 09/01/2022 - 12:48

L’association culturelle Acte Sept a organisé le mercredi 5 janvier 2022, un café littéraire dont l’invité était Mureille Keïta. L’occasion était bonne pour l’écrivaine d’échanger avec les acteurs présents sur son dernier livre intitulé le ‘’Racisme Coté Couleur, paru aux ‘’Editions Mon village’’.

‘’Ecrivons un livre ensemble pour célébrer la richesse de nos différences !». Voici la proposition faite par Mireille KEÏTA, présidente de l’Association Solidarité Afrique Farafina aux classes primaires Yverdonnoises. 260 élèves et 13 enseignantes ont répondu présent !
Ce livre de 180 pages qui s’intitule ‘’Racisme côté couleurs’’ a pour but de célébrer la richesse de la diversité humaine.
C’est en janvier 2021 que Mireille a proposé l’écriture de ce livre à Frédérique Böhi, médiatrice culturelle scolaire à Yverdon-les-Bains. Une quinzaine de classes et près de 300 élèves ont accepté de participer à cette entreprise.
Les classes ont rencontré Mireille KEÏTA et ont réalisé des textes et des dessins sur le thème du racisme qui seront intégrés au livre «Le racisme côté couleur».
Selon l’auteur, son livre, un moyen pour elle de donner la possibilité à des enfants de pouvoir s’exprimer sur le racisme. « Je me dis que les enfants sont l’avenir de demain et le fait de leur donné la possibilité de s’exprimer pourra peut-être faire réfléchir les adultes. C’est un moyen un peut subtile de toucher les adultes mais en passant par les enfants », a-t-elle souligné.
Ensuite, elle a précisé que ce livre parle d’amour et promeut l’unicité.
«Je veux faire réfléchir les gens sans les choqués. Nous sommes tous les mêmes, c’est la différence de l’inconnu qui fait peur, il n’y a pas de blancs, noirs, jaunes car c’est le même sang qui coule dans nos veines et les mêmes larmes qui coulent de nos yeux. Je voudrais que les enfants issues de cette mixité soient fières de leur personne. J’essaye de rassembler les enfants et non les divisé », a indiqué Mireille Keïta.

Femme battante
Soulignons que l’écrivaine est présidente de l’Association ‘’Afrique Farafina ‘’dont le but est d’aider les parents d’enfants malades ou accidentés à se faire soigner.
Elle organise aussi chaque septembre, le festival Yelen Baulmes dans le but de favoriser les rencontres entre la Suisse et le Mali, depuis quatre ans.
Selon elle, les fonds récoltés entre le festival Yelen et le concours de la Fedevaco lui a permis d’inaugurer un centre artisanal à Sanakoroba. Ce projet permettra de booster l’artisanat local tout en rendant les habitants autonomes économiquement parlant.
Ainsi, les bénéfices qu’elle tire de ces événements sont immédiatement reversés dans ses projets d’amélioration de la qualité de vie des habitants de Sikoro, notamment les femmes et les enfants.
Aujourd’hui, son engagement a déjà porté ses fruits : un centre de maternité et un dispensaire ont été construits, et un forage offre un accès à l’eau potable assuré pour une partie de l’année.
En bref, Mireille Keita tient là tout un programme qui se ficelle adroitement entre actions de sensibilisation en terre vaudoise et constructions d’infrastructures à Sikoro.
De même, l’association vise à valoriser les cultures africaines et la mixité des cultures pour le bien-vivre ensemble et les échanges Suisse-Mali.

Par Abdoulaye OUATTARA

L’article Livre ‘’Racisme côté couleur’’: célébrer la richesse de la diversité humaine est apparu en premier sur Actualités, Infos, News - Journal INFO-MATIN.

Categorie: Mali

Livre ‘’Racisme côté couleur’’: célébrer la richesse de la diversité humaine

INFO-MATIN - Dom, 09/01/2022 - 12:41

L’association culturelle Acte Sept a organisé le mercredi 5 janvier 2022, un café littéraire dont l’invité était Mureille Keïta. L’occasion était bonne pour l’écrivaine d’échanger avec les acteurs présents sur son dernier livre intitulé le ‘’Racisme Coté Couleur, paru aux ‘’Editions Mon village’’.

‘’Ecrivons un livre ensemble pour célébrer la richesse de nos différences !». Voici la proposition faite par Mireille KEÏTA, présidente de l’Association Solidarité Afrique Farafina aux classes primaires Yverdonnoises. 260 élèves et 13 enseignantes ont répondu présent !
Ce livre de 180 pages qui s’intitule ‘’Racisme côté couleurs’’ a pour but de célébrer la richesse de la diversité humaine.
C’est en janvier 2021 que Mireille a proposé l’écriture de ce livre à Frédérique Böhi, médiatrice culturelle scolaire à Yverdon-les-Bains. Une quinzaine de classes et près de 300 élèves ont accepté de participer à cette entreprise.
Les classes ont rencontré Mireille KEÏTA et ont réalisé des textes et des dessins sur le thème du racisme qui seront intégrés au livre «Le racisme côté couleur».
Selon l’auteur, son livre, un moyen pour elle de donner la possibilité à des enfants de pouvoir s’exprimer sur le racisme. « Je me dis que les enfants sont l’avenir de demain et le fait de leur donné la possibilité de s’exprimer pourra peut-être faire réfléchir les adultes. C’est un moyen un peut subtile de toucher les adultes mais en passant par les enfants », a-t-elle souligné.
Ensuite, elle a précisé que ce livre parle d’amour et promeut l’unicité.
«Je veux faire réfléchir les gens sans les choqués. Nous sommes tous les mêmes, c’est la différence de l’inconnu qui fait peur, il n’y a pas de blancs, noirs, jaunes car c’est le même sang qui coule dans nos veines et les mêmes larmes qui coulent de nos yeux. Je voudrais que les enfants issues de cette mixité soient fières de leur personne. J’essaye de rassembler les enfants et non les divisé », a indiqué Mireille Keïta.

Femme battante
Soulignons que l’écrivaine est présidente de l’Association ‘’Afrique Farafina ‘’dont le but est d’aider les parents d’enfants malades ou accidentés à se faire soigner.
Elle organise aussi chaque septembre, le festival Yelen Baulmes dans le but de favoriser les rencontres entre la Suisse et le Mali, depuis quatre ans.
Selon elle, les fonds récoltés entre le festival Yelen et le concours de la Fedevaco lui a permis d’inaugurer un centre artisanal à Sanakoroba. Ce projet permettra de booster l’artisanat local tout en rendant les habitants autonomes économiquement parlant.
Ainsi, les bénéfices qu’elle tire de ces événements sont immédiatement reversés dans ses projets d’amélioration de la qualité de vie des habitants de Sikoro, notamment les femmes et les enfants.
Aujourd’hui, son engagement a déjà porté ses fruits : un centre de maternité et un dispensaire ont été construits, et un forage offre un accès à l’eau potable assuré pour une partie de l’année.
En bref, Mireille Keita tient là tout un programme qui se ficelle adroitement entre actions de sensibilisation en terre vaudoise et constructions d’infrastructures à Sikoro.
De même, l’association vise à valoriser les cultures africaines et la mixité des cultures pour le bien-vivre ensemble et les échanges Suisse-Mali.

Par Abdoulaye OUATTARA

L’article Livre ‘’Racisme côté couleur’’: célébrer la richesse de la diversité humaine est apparu en premier sur Actualités, Infos, News - Journal INFO-MATIN.

Categorie: Mali

Transition: le game changer politique

INFO-MATIN - Mar, 04/01/2022 - 14:06

Avec le nouveau chronogramme électoral frappé de la légitimité populaire qui ne fait tomber à la renverse ni le chaperon communautaire ni celui d’outre Atlantique, c’est un game changer politique. Un élément qui apparaît et bouleverse l’agenda initial ; une donne qui va rebattre les cartes et redistribuer le jeu.

La CEDEAO avait vu venir ce changement de braquet lorsqu’elle agitait le peu d’efforts déployés par les autorités de la Transition en vue d’organiser l’élection présidentielle en février 2022 tel que prévu dans la Charte de la Transition. Il en était d’ailleurs de même de tous ceux qui savaient lire entre les lignes. Ainsi, un des objectifs phares des Assises Nationales de la Refondation (ANR) est atteint : l’onction populaire à une prolongation de la durée de la Transition.

Dans cette nouvelle configuration, la tempête de réactions des politiques qui se sont auto-ostracisés peut apparaître comme un épiphénomène. Parce que c’est leur politique de la chaise vide qui a été sanctionnée par un raz-de marée des participants aux ANR en faveur d’une prolongation de la durée de la Transition. Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude, dit-on.

En ce qui est de l’organisation communautaire qui constate la détermination des autorités de la Transition à ne céder à aucune forme d’intimidation et la vague de soutien dont elles bénéficient au sein de la population, elle dispose de deux cartes.

La première qui peut s’avérer un scénario catastrophe est d’actionner, sinon de durcir ses règles d’isolement du Mali. Dans un tel cas de figure, elle passerait outre l’expression de la volonté populaire et porterait par la même occasion un coup de canif à son image d’Epinal de regroupement intégrateur sur plusieurs plans. Faut-il sacrifier l’expression de la volonté populaire sur l’autel des sacro-saints principes communautaires ? C’est le choix cornélien que devront opérer ce 9 janvier les dirigeants de la CEDEAO qui tiendront un sommet extraordinaire sur le Mali, à Accra au Ghana.

La seconde carte entre les mains de l’organisation communautaire, est celle d’une plus grande sollicitude à l’égard du Mali confronté à des défis protéiformes comme les autres Etats sahéliens. C’est la carte de la raison qui prend en compte l’incapacité objective d’un pays failli à plusieurs niveaux à sacrifier hic et nunc à certains principes communautaires.

Le sentiment d’appartenance à l’organisation communautaire sera fortement tributaire de la carte que décideront de jouer dans quelques jours les dirigeants de la CEDEAO.

Pour ce qui est de la durée de 5 ans qui fait hérisser les cheveux dans certaines officines et cirier aux vierge effarouchées, il faut remarquer la proposition ne sort pas d’un chapeau comme un lapin. Elle émane de Maliens échaudés par une expérience démocratique qui doit rester un douloureux souvenir après la rupture de 2020 marquée par le renversement du régime de l’ancien président Ibrahim Boubacar KEITA. Il ne s’agit pas non plus d’une vue de l’esprit. Il y a la nécessité d’une autopsie des crises pour appliquer la thérapie qui s’impose.

Pour autant, les nombreux Maliens qui se sont prononcés pour une prolongation de la durée de la Transition n’ont pas les yeux plus gros que le ventre en espérant un produit prêt à consommer (PPC) par la CEDEAO. Comme lors du précédent exercice, il faudrait s’attendre à un taillage dans la durée présentée au président en exercice de la CEDEAO par le ministre DIOP, après la présentation des recommandations des ANR au président de la Transition.

Ce serait aussi cela la sollicitude de la Communauté à l’égard de notre pays dès lors qu’elle s’inscrit dans les proportions du raisonnable en ce qui est de l’atteinte des objectifs fixés par les populations, à travers les Assises Nationales de la Refondation.

PAR BERTIN DAKOUO

L’article Transition: le game changer politique est apparu en premier sur Actualités, Infos, News - Journal INFO-MATIN.

Categorie: Mali

front social: deux syndicats de la santé déposent un préavis de grève de 72 heures

INFO-MATIN - Mar, 04/01/2022 - 14:04

La Plateforme des syndicats de la santé du Mali (PLA.S.S.MA), composée du Syndicat des médecins du Mali (SY.ME.MA) et de la Fédération des syndicats de la santé (FESYSAM) projette une de 72 heures, soit 3 jours, à depuis ce lundi 17 janvier 2022.  A travers cet arrêt de travail, dénonce le non-respect des engagements pris par les autorités politiques, administratives et sanitaires dans le procès-verbal du 28 juillet 2018 et le 24 novembre 2020 ; ainsi que le blocage du projet de statut des agents de santé au niveau du ministère de la fonction publique.

Vers un débrayage du service dans les hôpitaux et autres structures de santé les 17, 18 et 19 janvier 2022. Pour cause, la plateforme des syndicats de la santé du Mali (PLA.S.S.MA) vient d’annoncer qu’elle entame une grève de 72 heures à partir du lundi 17 janvier prochain, qui risque d’être suivie d’une grève de 5 jours à partir du 31 janvier à 00 heure au 4 février à 23 heures 59 mn, si les doléances suscités ne sont pas satisfaites.

«Considérant le non-respect des engagements pris par les autorités politiques, administratives et sanitaires dans le procès-verbal du 28 juillet 2018 et le 24 novembre 2020 ; Considérant le blocage du projet de statut des agents de santé ai niveau du ministère de la fonction publique ;

La plateforme des syndicats de la Santé du Mali (PLA.S.S.MA) exige l’application des engagements pris dans le PV de conciliation du 24 novembre 2020. Si les exigences suscitées ne se sont pas satisfaite, la Plateforme décide d’observer une grève de 72 heures, soit 3 jours, à partir du lundi 17 janvier 2022 à 00 heure, le travail reprendra le 20 janvier à 00 heure, suivie d’une grève de 5 jours à partir du 31 janvier à 00 heure au 4 février à 23 heures 59 mn, si les doléances suscités ne sont pas satisfaites».

Peut-on lire dans le préavis de grève déposé ce lundi 3 janvier 2022 sur la table du Gouvernement et qui porte la signature du Dr Seydou CISSE, secrétaire général P/I du FESYSAM ; et celle du Dr Chaka KEITA, secrétaire général du SY.ME.MA.

Toujours selon les termes dudit d, la plateforme se réserver, par ailleurs, le droit de reconduire d’une manière illimitée cette grève si les doléances suscités ne sont pas satisfaites.

Aussi, durant la période de grève, les activités de transmission de données, le remplissage du DHIS2, la surveillance épidémiologie seront suspendue ainsi que les formations et les missions.

Pour rappel, la plateforme exigeait entre autres l’application du statut des agents de la santé, l’intégration des contractuels à la charge des associations de santé communautaire (ASACO) à la Fonction publique des collectivités, mais aussi la création d’une passerelle entre cette fonction publique et l’Enseignement supérieur et la Recherche scientifique.

S’y ajoutent, la gestion de la problématique de la bi-appartenance, l’intégration des contractuels des hôpitaux à la Fonction publique de l’État, le paiement intégral et sans délai des arriérés d’émoluments du personnel

Cette menace d’arrêt de travail à répétions de la plateforme dit être prise au sérieux par les autorités face au spectre d’une grève sauvage dans le secteur de la santé se profile à l’horizon à compter du 17 janvier prochain. Une situation qui rappelle bien de mauvais souvenirs, car en 2018, un mouvement d’humeur similaire avait paralysé le secteur et nos hôpitaux étaient devenus des mouroirs faute de médecins se dessine à nouveau si le gouvernement et les blouses blanches n’accordent pas leur violon.

Par Abdoulaye OUATTARA

L’article front social: deux syndicats de la santé déposent un préavis de grève de 72 heures est apparu en premier sur Actualités, Infos, News - Journal INFO-MATIN.

Categorie: Mali

Trésor public: la DNGM fait un recouvrement record de 3.150.235.169 FCFA en 2021

INFO-MATIN - Mar, 04/01/2022 - 14:00

Précédemment évalué à environ un peu plus de 1 milliard de nos francs, la Direction nationale la géologie et des mines (DNGM) renfloue les caisses publiques à avec un recouvrement de 3.150.235.169 F CFA au seul titre de 2021. C’est inédit au niveau de la DNGM ! Cette performance est attribuée, selon ses responsables, à des missions de recouvrement au niveau des sociétés minières.

En effet, il ressort des explications que l’initiative salvatrice des autorités de la transition à assainir le secteur minier malien afin que l’or brille pour le Mali et les maliens se révèle fructueuse avec un recouvrement record de 3.150.235.169 FCFA.

Le travail a concerné uniquement les taxes superficiaires, les renouvellements, et délivrances des titres miniers.

Selon les informations recueillies par INFO360INFO, tout le montant est intégralement reversé au trésor public au compte des domaines et du trésor public.

En termes de perspectives pour 2022, la DNGM entend dépasser les prévisions de recouvrement sur la production des sociétés minières.

Dans le cadre de la mise en pratique de la politique d’assainissement du secteur minier engagée par le Ministère de tutelle, dirigé par le Ministre Lamine Seydou TRAORE, avec la volonté politique affichée du Président de la Transition et du Chef du Gouvernement de la Transition  pour favoriser le développement du contenu local et contribuer à l’augmentation des investissements dans le cadre du partenariat public-privé, la DNGM envisage d’user des moyens forts  nécessaires, y compris l’interpellation des acteurs qui s’adonneraient à l’exploitation illégale de l’or.

Un autre axe fort de ce combat républicain est de procéder à une large campagne de sensibilisation et de vulgarisation du code minier à travers l’ensemble du territoire national pour une meilleure compréhension du code minier et attirer les investisseurs en participant aux foras internationaux.

Pour la réussite d’une telle  mission aussi importante à lui confiée par son ministre,  M. CHEICK FANTAMADY KEITA ,le Directeur National la Géologie et des Mines s’engage à  rassurer les investisseurs pour la stabilité de leurs  investissements à travers  le nouveau code minier qui a permis une production de plus de 63 tonnes contre une prévision de 6O tonnes en 2021.

Le secteur minier au Mali est organisé par la Direction Nationale de la Géologie et des Mines (DNGM) qui est sous la tutelle du Ministère des Mines du Mali. Créée en 1990, la DNGM est chargée d’élaborer les éléments de la politique nationale dans le domaine de la recherche, du développement, de l’exploitation et de la transformation des ressources du sous-sol. Mais aussi d’assurer la coordination et le contrôle des services régionaux, subrégionaux, des services rattachés et des organismes publics ou privés qui concourent à la mise en œuvre de cette politique.

Pour sécuriser le recouvrement des recettes et assurer une meilleure efficacité et transparence dans la gestion des titres miniers et dans la collecte des revenus générés par le secteur, le Ministère des Mines du Mali a sollicité l’ONG Revenue Development Foundation (RDF), avec le financement de la Coopération Allemande GIZ, qui a installé à la DNGM le système d’Administration de Cadastre Minier (MCAS) rendant ainsi l’octroi et la gestion des titres miniers et des revenus associés systématiques et plus efficaces.

Un référentiel d’information en ligne vient de terminer ce cycle de responsabilisation et de transparence en publiant toutes les recettes minières en ligne et en rendant ainsi les données disponibles pour les parties prenantes et le public malien qui peuvent déjà acclamer la DNGM et le Ministère de l’énergie et de d’eau pour la politique d’innovation mise en place.

Par Abdoulaye

OUATTARA

L’article Trésor public: la DNGM fait un recouvrement record de 3.150.235.169 FCFA en 2021 est apparu en premier sur Actualités, Infos, News - Journal INFO-MATIN.

Categorie: Mali

Concours d’entrée à la fonction publique: l’AEEM dénonce une injustice persistante

INFO-MATIN - Mar, 04/01/2022 - 13:55

Le gouvernement de transition, à travers le ministère du Travail, de la fonction publique et du dialogue social, a lancé un concours de recrutement direct dans la fonction publique d’État de 883 agents. Si le lancement de ce concours tant attendu a été bien apprécié par les jeunes diplômés à la recherche d’emploi, il suscite par contre des grincements de dents et des appels à la mobilisation ailleurs. Cela s’explique par le fait que les diplômés en Licence sont exclus de ce concours, alors que notre pays a opté pour le système LMD (Licence, Master Doctorat).

Dans un communiqué, le Bureau de Coordination Nationale de l’Association des Élèves et Étudiants du Mali affirme avoir pris acte du Communiqué du ministère du Travail, de la fonction publique et du dialogue social portant ouverture d’un concours de recrutement direct dans la Fonction publique d’État.

Cependant, il n’a pas caché son regret de constater qu’après une série de tractations (discussions, démarches, alertes) menées auprès des autorités que ces dernières restent indifférentes quant à la situation des détenteurs de la Licence de jouir pleinement leur droit relatif à la participation au concours d’entrée à la Fonction Publique de l’État et celui de l’École Nationale d‘Administration (ENA) au même titre que les autres diplômes (Maîtrise et Master).

Les leaders estudiantins ont rappelé que le système LMD (Licence-Master-Doctorat) a été adopté depuis courant 2012. Ils déplorent que les diplômes de la Licence n’aient jusque-là eu le quitus de participer au concours d’entrée à la Fonction Publique ni à celui de l’ENA.

« Nous sommes en droit donc de nous poser un certain nombre de questions, à savoir : pourquoi créer un système et refuser de reconnaître les diplômes de celui-ci lors des échéances aux différents concours susmentionnés ? Pourquoi ce manque de volonté manifeste ou ce refus de faire avancer les choses décemment ? Pourquoi créer des simulacres de commissions de résolution des problèmes y en faire fi après aux différentes recommandations et conclusions issues des travaux faits par ces commissions ? », s’indigne le bureau de coordination de l’AEEM.

Ainsi, ayant épuisé tous les voies et moyens de discussion avec les autorités compétentes, l’AEEM se dit être dans l’obligation d’entreprendre des actions plus fortes pour juguler ce qu’elle qualifie d’injustice et frustration à l’endroit des camarades détenteurs des diplômes de la Licence.

« C’est dans cette optique que nous appelons tous nos camarades à rester sur le qui-vive, car un appel à la mobilisation sera imminent », a lancé l’AEEM.

De son côté, le Syndicat des médecins du Mali (SYMEMA) déplore qu’après trois ans sans recrutement, la fonction publique veuille recruter seulement 18 médecins généralistes, 2 odontostomatologues, 3 pharmaciens et 31 médecins spécialistes toutes spécialités confondues.

Le SYMEMA dénonce ce nombre très faible voire insignifiant devant la disponibilité de médecins, le besoin auprès de la population et les recommandations de l’OMS qui sont de 23 professionnels de santé sur 10 000 habitants contre 5 sur 10 000 habitants au Mali selon le SLIS 2019 version du 17 janvier 2021.

« Après 8 à 14 ans d’études post baccalauréat pour l’obtention du doctorat en médecine générale (Diplôme d’État ; le diplôme d’étude spécialisée DES) et devant le besoin crucial de Médecins dans le pays, le recrutement de médecins ne devrait être soumis à aucun concours à l’instar du doctorat dans les autres secteurs au Mali et dans la plupart des pays de l’espace UEMOA », a affirmé le Syndicat des médecins du Mali.

Ainsi, dans un souci de soulager davantage la souffrance des populations, le SYMEMA a invité le gouvernement à faire un recrutement massif de Médecins dans la fonction publique de l’État et des collectivités pour assurer la médicalisation de nos structures de santé gage de qualité des soins.

PAR MODIBO KONÉ

L’article Concours d’entrée à la fonction publique: l’AEEM dénonce une injustice persistante est apparu en premier sur Actualités, Infos, News - Journal INFO-MATIN.

Categorie: Mali

Vie syndicale: les conducteurs d’engins lourds s’organisent

INFO-MATIN - Mar, 04/01/2022 - 13:53

Les opérateurs d’engins lourds au Mali se sont regroupés en syndicat. Le tout nouveau bureau consensuel qui a été validé, ce dimanche 02 janvier 2022, à l’issue d’une Assemblée générale tenue à Niamana. Affilié à l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), ce bureau composé de 38  membres est dirigé par Sidy KANE, conducteur d’engin lourd.

La cérémonie de validation a eu lieu sous la supervision du représentant de l’UNTM Souleymane DIALLO dit ‘’Joli’’, en présence du maire délégué de Niamana Daouda KONE ; du représentant du Chef secteur de Niamana ; des membres du bureau ; ainsi que d’autres opérateurs d’engins lourds venus de des quatre coins du pays.

Après les salutations d’usage du chef secteur, la Commission chargée de la mise en place du bureau a proposé un bureau de 38 membres à l’Assemblée générale.  Après lecture de la liste du bureau, elle a été acclamée par les participants à l’Assemblée générale.

Le maire Daouda KONE a  félicité les opérateurs d’engins lourds au nom du conseil communal de Kalabancoro pour l’initiative du bureau consensuel. Selon l’élu communal, l’union fait la force. Il a conseillé au syndicat de revendiquer en travaillant et en respectant également la loi.

Dans son discours, le secrétaire général du syndicat Sidy KANE a signalé qu’il était nécessaire que les opérateurs d’engins lourds s’organisent en syndicat pour réclamer  leurs droits après avoir passé plusieurs années à travailler dans l’impasse. Il a fait savoir que ses camarades étaient victimes de licenciements abusifs. Aussi, il a déploré qu’une différence existât entre les opérateurs d’engins lourds du Mali et ceux des autres pays de la sous-région.

Le secrétaire général a révélé qu’après avoir été traités de tout au Mali comme ailleurs, les opérateurs d’engins lourds du Mali ont décidé de se réunir en syndicat  pour relever les défis auxquels leur secteur est confronté.  Il s’agit, selon lui, de revendiquer les droits  des opérateurs d’engins lourds.

« Nous demandons l’intégration des opérateurs d’engins lourds à l’AMO et à l’INPS, car ces droits permettent aux opérateurs d’engins lourds de garantir leur vie » a réclamé le secrétaire général du Syndicat.

Cependant, Sidy KANE, dans son discours, a précisé que son mouvement syndical n’était pas créé pour être l’ennemi principal des employeurs, mais que les employeurs devaient savoir  les droits des opérateurs d’engins lourds.

«Il est très difficile de comprendre qu’on achète un engin lourd à des centaines de millions  pour donner à quelqu’un qui fait des rendements de centaines de millions par mois ou par an et  que la personne soit asservie par son patron. Il est grand temps qu’on sorte de ces exploitations», a dénoncé Sidy KANE.

Signalons qu’aucune femme ne figure sur la liste des 38 membres du bureau du syndicat des opérateurs d’engins lourds au Mali.

Par SABA  BALLO

L’article Vie syndicale: les conducteurs d’engins lourds s’organisent est apparu en premier sur Actualités, Infos, News - Journal INFO-MATIN.

Categorie: Mali

Mise en œuvre du PREM: les journalistes s’imprègnent des réalisations

INFO-MATIN - Mar, 04/01/2022 - 13:51

La Cellule d’appui à la réforme des finances publiques au Mali (CARFIP) a organisé une journée d’information des journalistes sur le Plan de réforme de la gestion des finances publiques au Mali (PREM). Le thème de ladite formation était : « les progrès réalisés dans le cadre de la mise en œuvre du PREM 2017-2021 suivant ses quatre pôles de changement ». La formation a été assurée par le Coordinateur par intérim de la CARFIP, Seydou DJIMDÉ.

Dans le cadre de la mise en œuvre du PREM 2017-2021, un accent particulier a été mis sur la communication qui demeure l’une des composantes essentielles de la stratégie de réforme dans le domaine des finances publiques. C’est dans cette optique que la Cellule d’appui à la réforme des finances publiques (CARFIP) s’est dotée d’une stratégie de communication 2017-2021, assortie d’un plan triennal glissant 2017-2019 pour rendre plus lisible et visible le plan de la réforme GFP.

Cette stratégie de communication sur le PREM avait pour finalités, entre autres : la mobilisation, la participation et l’implication de l’ensemble des acteurs dans la mise en œuvre de la réforme ; la visibilité des structures opérationnelles dans le cadre de la mise en œuvre de la Réforme et enfin la bonne perception de la contribution de la réforme GFP sur la croissance économique du pays.

La journée d’information des journalistes sur le PREM visait à améliorer les connaissances du grand public via les médias sur la stratégie de mise en œuvre de la réforme GFP, les résultats obtenus et leur impact sur la croissance économique au Mali. Aussi, il était question de mieux imprégner les journalistes des enjeux de la réforme GFP au Mali en général et de ceux du PREM 2017-2021 en particulier.

L’objectif recherché étant d’élargir les relais d’informations sur la mise en œuvre du PREM.

Cette journée d’informations des journalistes sur le PREM a été focalisée principalement sur une communication présentée par la CARFIP, suivie des échanges avec les participants. L’accent a été mis sur les résultats significatifs atteints à travers les pôles de changement du PREM conformément aux axes prioritaires majeurs.

Le pôle 1 intitulé modernisation des administrations et des politiques fiscales est consacré essentiellement à la mobilisation des recettes de l’État. Comme réalisation, l’on retient, entre autres : la fiscalisation du secteur informel ; la fiscalisation du secteur agricole, la fiscalisation des nouvelles économies et l’instauration de la facture normalisée ; le lancement officiel des télépaiements d’impôts, droits et taxes, le 6 décembre 2021 ; 267 345 dossiers de TF numérisés sur lesquels 253 475 indexés dans la base MoDoNum au 30 juin 2021 (Bamako et Kati) ; des équipes de dématérialisation mises en place au niveau de ces deux conservations pour la prise en charge des nouveaux dossiers fonciers ainsi que les mises à jour des dossiers fonciers existants.

Le pôle 2, à savoir la mise en œuvre du nouveau cadre de programmation, d’exécution et de suivi budgétaire, porte sur l’efficacité de la dépense publique à travers les phases de préparation et exécution du budget, son suivi-évaluation et les systèmes d’information budgétaire/comptable et de gestion de la trésorerie.

Les réalisations à ce niveau sont relatives aux outils de cadrage conformes aux bonnes pratiques ; le budget/programme opérationnel depuis le 1er janvier 2018. Au niveau de la Comptabilité patrimoniale, les travaux du Comité de pilotage ont permis d’élaborer un bilan d’ouverture (BO) a minima et un plan d’action pour l’amélioration de ce premier bilan.

Aussi, le Système Intégré de Gestion des Marchés Publics (SIGMAP) a été adapté aux procédures d’exécution du budget en mode programme. De même, une étude portant dématérialisation intégrale du processus de passation des marchés publics a été réalisée en 2020…

Quant au pôle 3, mutation vers un système de contrôles interne et externe aligné sur les bonnes pratiques, il est relatif à la problématique de la transparence de l’information budgétaire et comptable et du contrôle de l’exécution budgétaire. Au niveau de ce pôle, l’on retient la publication régulière des documents administratifs à caractère financier sur les différents sites internet dédiés à cet effet; l’opérationnalisation du nouveau site sur la transparence budgétaire initié dans le cadre de la mise en œuvre des activités à résultats rapides du projet relatif à « l’Initiative de Renforcement du Budget -BSI » de l’Overseas Development Institute (ODI); l’exécution (en cours) des dix-sept (17) recommandations formulées à l’issue de l’enquête sur le budget ouvert de l’International Budget Partenership (IBP) réalisée en 2019 afin d’améliorer le score du Mali pour les prochaines enquêtes ; la cartographie des risques et le plan d’audit réalisés pour 31 départements ministériels…

Le pôle 4, établissement d’un système contractualisé et transparent de gouvernance financière locale, est relatif au renforcement de la gouvernance locale. A ce niveau, 21 décrets de transfert ont été adoptés par le Gouvernement. Pour l’exercice 2021, les crédits transférés aux CT sont ressortis à 457,671 milliards de FCFA soit une augmentation de 14,39% par rapport à 2020. Cette progression ramène les crédits transférés aux Collectivités territoriales à 26,04% des recettes budgétaires en 2021.

La Comptabilité à partie double des Recettes-perceptions (RP) à travers l’application COLLOC (79% de RP couvertes en 2020); l’implémentation du logiciel « Ressources des Collectivités Décentralisées ReCoDe » dans les CT: actuellement déployé dans 413 CT; le Guide de mobilisation et d’exécution des ressources budgétaires transférées aux CT ; l’ Application des dispositions de la lettre n°01072/MEF-SG du 20 mars 2019 relative aux mécanismes de remontée, à bonne date, des informations financières aux CT pour faciliter l’élaboration de leur budget primitif…

PAR MODIBO KONÉ

L’article Mise en œuvre du PREM: les journalistes s’imprègnent des réalisations est apparu en premier sur Actualités, Infos, News - Journal INFO-MATIN.

Categorie: Mali

Crise scolaire: les enseignants en grève ce mardi

INFO-MATIN - Mar, 04/01/2022 - 13:47

Les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016, alertent à travers le communiqué n°18 leurs militantes et militants pour l’observation massive de la grève du 4 janvier 2022.

L’année 2022 sera-t-elle aussi mouvementée comme 2021 à cause du manque des compromis entre les autorités maliennes et les enseignants ?

L’année 2022 a débuté sous la menace de la grève de la synergie d’enseignants. Le mardi, sur toute l’étendue du territoire, les enseignants sont dans la dynamique de déposer la craie. Dans une note, datant du 29 décembre 2021, on peut lire » les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 informent les militantes et militants qu’ils ont participé à la conciliation du 29 décembre 2021 au ministère de l’Éducation nationale. Ils tiennent à rappeler que ces négociations font suite à l’arrêté n°20215529/MTFPDS-SG du 28 décembre 2021 portant mise en place d’une commission de conciliation. Ainsi, au cours des discussions, il en sort que : le gouvernement maintient sa position de primes et indemnités tout en indiquant sa disponibilité à les revoir à la hausse. Et, les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 réitèrent aussi leur position d’élaboration d’une nouvelle grille pour le personnel enseignant tout en indiquant leur disponibilité à discuter des modalités de son application. Les conciliateurs ayant fait le constat de différentes positions ont décidé de suspendre les discussions tout en donnant des conseils aux deux parties. Toutefois, les deux parties pourraient se retrouver avant le début de la grève, le 4 janvier 2022. Les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre invitent les militantes et militants à rester debout, mobiliser autour du préavis du 4 janvier 2022 ».

Aussi, dans la lettre n°24 « Les syndicats attirent l’attention des collègues dispensant des cours ou évoluant dans les établissements privés que la réussite de la lutte dépend des sacrifices qu’ils vont consentir en abandonnant les cours et les tâches administratives dans les écoles privées durant la période allant du 4 au 11 janvier 2022. Les syndicats rassurent les militants que le dénouement heureux de leur revendication dépend de l’arrêt total des cours dans tous les établissements privés pendant les périodes de grève ».

En dehors de cette lutte entamée depuis toujours, soulignons que malgré des négociations avec le gouvernement de Boubou en passant par Moctar Ouane jusqu’à Choguel, aucun compromis n’a, jusqu’à présent, vu le jour. Pour la synergie, c’est l’application du fameux article 39 que le gouvernement veut ranger sous les tiroirs. À cet effet, observons la suite après la conclusion des ANR et cherchons à savoir à la base de quoi la transition prétend une prorogation pour réaliser son projet de Malikura.

L’article Crise scolaire: les enseignants en grève ce mardi est apparu en premier sur Actualités, Infos, News - Journal INFO-MATIN.

Categorie: Mali

Mali-CEDEAO: les maliens entre inquiétude et détermination

INFO-MATIN - Mar, 04/01/2022 - 13:44

En plus de la visité l’émissaire de la CEDEAO demain mercredi à Bamako, un sommet extraordinaire sur le Mali est prévue pour le 9 janvier prochain. Ce qui ne présage rien de bon pour notre pays, selon les observateurs politiques. Mais les pros prolongation se disant sereins face aux éventuelles sanctions prises par les barons de l’organisation sous régionale, contre notre pays.

Hamidou Coulibaly : ok, mais ils doivent tenir compte du fait que la population malienne est déterminée à jamais. Sois tu soutiens la transition, au Mali soit tu es contre la population malienne. Vive le Maliba !

Ozirris : le Mali risque des sanctions plus sévères, car ce n’est pas la CEDEAO des peuples, mais un syndicat de chefs d’État, presque tous corrompus ou prostitués avec la France.  Bref à la solde de l’Occident. Elle exige des élections qui ne seraient pas fiables et crédibles, mais permettraient aux politiciens corrompus, incompétents, voleurs, traîtres, antipatriotes, etc., de revenir au pouvoir, disons aux affaires. Sans sécurité, reformes pertinentes et refondation, toute élection sera vaine. Arrêtons de faire du copier-coller, élaborons notre propre système de gouvernance selon nos réalités, traditions, cultures et valeurs. C’est ainsi qu’on combattra le vol, la mauvaise gouvernance, la corruption etc. afin d’amorcer un développement harmonieux et durable.

Monoko Toaly :   les assises auraient pu trouver une date précise des élections présidentielles pour éviter tout le flou.

Ibrahima Cissé : il n’y a aucun flou, cette proposition est une fenêtre de négociation pour montrer que le Mali est ouvert au dialogue pour trouver les solutions à ses problèmes. Nous restons fermes sur nos objectifs qui ne sont pas négociables. Il s’agit de mettre fin à l’insécurité dans tout le pays, réorganiser le fonctionnement de l’appareil administratif, assoir une justice sociale et, rendre le Mali aux maliens. Nous ne demandons que de nous comprendre et nous respecter dans nos choix. Nous avons eu trois décennies d’égarement et ce n’est pas 5 ans qui suffiront pour redresser la barre. Mais ils sont suffisants pour assoir une base solide pour nous sortir de cette crise multidimensionnelle.

La CEDEAO n’est pas une fin en soi pour nous. Si elle ne nous comprend pas, nous avons le choix de la quitter. Nous ne sommes pas un pays de misère, on a fait de nous des miséreux. Nous sommes riches par nos hommes et femmes, nous sommes riches par notre culture et nous sommes riches par un sous-sol que tous ces vautours convoitent. Nous avons été autonomes durant la première république et l’histoire va se répéter avec cette génération de patriotes au pouvoir. Nous avons arrêté de baisser la tête et tant pis pour ce qui ne le comprendrons pas. Les peuples éclairés du continent nous ont compris c’est le plus important pour nous. Les syndicats de politiciens dépassés et de faux partenaires internationaux le comprendront à leurs dépens. Au Mali rien ne sera plus comme avant Inch-Allah.

Monoko Toaly : personne ne nie la volonté du Mali. D’ailleurs, le africains sont solidaires avec le Mali. Ma préoccupation est que les assises auraient pu décider de quand le Mali souverain veut organiser ses élections. Et cela serait à prendre ou à laisser !

Fanga : pourquoi négocier avec la CEDEAO, au lieu de lui imposer la décision souveraine du Mali ? La CEDEAO peut-elle décider en lieu et place du Mali souverain ?  Négocier notre souveraineté avec la CEDEAO, voilà le flou !

Monoko Toaly : je continue à dire que les assises ont volontairement proposé cette durée pour permettre un dialogue, donc une base de négociation avec les partenaires pour ne pas faire apparaître notre pays comme buté sur ces positions, donc radical. Nous sommes à l’écoute des autres. Ce qui est sûre, avec cette proposition nous trouverons absolument un terrain d’entente. Il y aura forcément une concession de part et d’autre. La réalité est qu’aucun d’eux n’a intérêt à une impasse, je parle de notre pays et la CEDEAO. C’est bien elle que les partenaires utilisent comme cheval de Troie. Le Mali dans cette situation a bien fait de ne pas imposer un délai.

Le Saint : sincèrement, je suis pour une prolongation de la transition au regard de la situation actuelle du pays. Mais, la durée de 5 ans est trop. Si les dirigeants actuels veulent rester au pouvoir, qu’ils démissionnent pour se présenter aux élections

Moudjahidine : Voilà cette situation de la destruction du Mali que voulait mettre en exécution le Sénégal, La côte d’ivoire et la France des 60 en train de se réaliser.

L’article Mali-CEDEAO: les maliens entre inquiétude et détermination est apparu en premier sur Actualités, Infos, News - Journal INFO-MATIN.

Categorie: Mali

2022: les vœux de Assimi au peuple malien

INFO-MATIN - Mar, 04/01/2022 - 13:41

Comme à l’accoutumée, au seul du nouvel an, le Président de la Transition, Assimi GOITA, a adressé ses vœux au peuple malien. Il a prié le bon Dieu afin qu’il renforce la paix sociale, l’unité, la cohésion et la sécurité sur l’ensemble du territoire national. Le Président de la Transition a rendu un vibrant hommage à tous ceux et celles qui ont perdu la vie courant 2021. Il a particulièrement formulé des vœux à l’endroit de la jeunesse qui est, par excellence, le levier du développement économique et social de tout pays.

Message de vœux du président de la Transition.

Au seuil du nouvel an 2022, j’adresse à vous tous, de l’intérieur comme de l’extérieur, mes vœux ardents de bonheur, de prospérité, de santé et de longévité, mais aussi et surtout de stabilité.

L’année écoulée aura été des plus éprouvantes pour le Mali au regard des évènements vécus depuis le début de la Transition. C’est l’occasion pour moi de prier intensément Allah le miséricordieux, afin qu’il renforce la paix sociale, l’unité, la cohésion et la sécurité sur l’ensemble du territoire national.

Je voudrais, à cette occasion, rendre un vibrant hommage au nom du peuple malien, à tous ceux et celles qui ont perdu la vie courant l’année 2021 du fait de la barbarie humaine et dont les familles sont éplorées et très certainement inconsolables. Que celles-ci trouvent entre ces lignes, l’expression de notre compassion, mais aussi celle de la reconnaissance de la Nation tout entière.

Puisse le Tout-puissant, accorder sa grâce aux disparus et assurer un prompt rétablissement aux blessés, civils et militaires.

La situation d’insécurité que connaît notre pays a provoqué de nombreux déplacements internes. Face à cette situation, le gouvernement mettra tout en œuvre pour le retour sécurisé des déplacés dans leurs localités res-pectives.

A un moment où l’environnement international est marqué par une redéfinition des relations entre les nations libres, notre pays s’est résolument orienté vers un nouveau pacte social sur fond de refondation.

Pour y arriver, des Assises nationales de la Refondation se sont tenues au mois de décembre 2021, avec comme objectif de donner la parole aux Maliens dans leur diversité et à tous les niveaux afin de tracer la voie royale de la renaissance du Mali.

C’est avec un grand soulagement que nous avons pu noter la volonté ferme des Maliens d’amorcer un nou-veau départ. Fidèle à notre serment de serviteur de la nation, nous y veillerons sans relâche afin de mériter de la confiance du peuple.

Je voudrais adresser également mes vœux les meilleurs à la jeunesse qui est, par excellence, le levier du déve-loppement économique et social de tout pays. Que cette jeunesse comprenne le rôle moteur qui lui revient dans le processus de refondation et de stabilisation du Mali.

Qu’il s’agisse de sensibiliser sur les accidents de la circulation, devenus une préoccupation pour les pouvoirs publics ; ou d’aider à l’observation des mesures de prévention et de protection contre la maladie à Corona vi-rus, qui fait des ravages à travers le monde entier, l’apport de la jeunesse est déterminant dans le renforce-ment de la citoyenneté.

J’en appelle enfin, à une vision partagée des idéaux de la Transition, facteur de réalisation de l’unité d’action pour l’atteinte des objectifs de refondation du Mali.

Bonne et heureuse année 2022 dans la paix, la sécurité et la stabilité.

Qu’Allah bénisse le Mali et protège les Maliens.

L’article 2022: les vœux de Assimi au peuple malien est apparu en premier sur Actualités, Infos, News - Journal INFO-MATIN.

Categorie: Mali

Baptême du seuil Djenné: quel nom donné à l’infrastructure ?

INFO-MATIN - Mar, 04/01/2022 - 13:38

Opérationnel depuis quelques semaines, le seuil de Djenné doit être baptisé, selon des sources, courant janvier. Mais déjà, il n’y a pas l’unanimité ni de consensus autour du nom à donner à l’infrastructure. En effet, une partie de la population est opposée à ce que le seuil porte le nom de feu Amadou Toumani TOURE qui serait le choix de certains hommes politiques.

Bientôt le seuil de Djenné sera baptisé et se sera courant ce mois, selon des sources. L’information, qui circule dans un cercle restreint, anime la polémique. Parce que le nom désigné par des autorités est contesté par des populations de Djenné.   

«J’ai appris de source sûre que le barrage de Djenné sera officiellement inauguré en janvier 2022. Et on aurait pris la décision de baptiser le barrage de Djenné au nom de feu Amadou Toumani Touré (ATT). Ce n’est pas normal. Certes, le barrage a été réalisé en grande partie pendant la gestion d’ATT. Mais, chaque chose nécessite une justice », a indiqué un ressortissant de Djenné installé à Bamako.

Selon lui, les autorités veulent se déroger de certains principes pour donner le nom du seuil de Djenné à l’ancien président de la République.

« Pourquoi baptiser le barrage à feu ATT et non pas maintenir le nom de la localité ? Pour preuve, il y a le barrage de Markala, le barrage de Sélingué, le barrage d’Assouan. Il porte tous le nom de leur localité. A cet effet, le seuil de Djenné ne doit pas faire l’exception. L’ouvrage appartient à Djenné », a souligné notre interlocuteur en regrettant la démarche des responsables d’exclure la population locale dans cette décision.   

Or, a-t-il rappelé, sans la combattivité de la population locale, ce projet n’aura jamais eu lieu en tous cas pendant cette période bien que sa réalisation était prévue depuis les années 1950, à travers la Loi Cadre.

Outre cet aspect, selon lui, s’il faut suivre la logique l’infrastructure doit prendre le nom de Djenné, à l’instar des autres ouvrages similaires.

Puis, il affirme n’avoir rien contre l’ancien président Amadou Toumani TOURE qui s’est toujours battu pour le Mali, mais la population veut s’opposer à la politisation de cette affaire.

« ATT était un cadre valable, il mérite. Mais pour le rendre hommage, il ne faut pas créer l’injustice », a levé l’équivoque ce ressortissant de Djenné.

Le  seuil de Djenné  est un  ouvrage multifonctionnel  de dernière génération, un  joyeux architectural de dérivation qui a deux fonctions. Il s’agit de l’Irrigation de 68000 hectares à travers le rehaussement du plan d’eau en amont et assurer la circulation permanente  entre les deux rives  du Bani, ce qui permettra le désenclavement de la zone de Djenné et surtout la ville de Djenné.

Par Sikou BAH

L’article Baptême du seuil Djenné: quel nom donné à l’infrastructure ? est apparu en premier sur Actualités, Infos, News - Journal INFO-MATIN.

Categorie: Mali