Marocco

Au-delà de la banque…

La vie eco - 1 ora 21 min fa
Edito Saad Benmansour

Derrière ce nom qui peut paraître anodin se cache en fait une analyse minutieuse, précise et par moments très critique de l’implication du secteur financier dans les activités économiques.

Le rapport tombe à point nommé. Car cette année, actualité oblige, un nouveau grand chapitre est venu s’ajouter aux volets habituels, à savoir l’inclusion financière. C’est dans la vingtaine de pages consacrées au sujet que se trouve toute la quintessence des propos du discours royal. Qui parle d’inclusion, parle évidemment d’exclusion. Et les indicateurs dévoilés par Bank Al-Maghrib démontrent une bonne fois pour toute l’ampleur du travail qui attend le secteur bancaire, et comme l’a appelé avec force le Souverain, pour étendre l’accès aux services financiers à un maximum de Marocains.

Parmi ces indicateurs, les plus parlants sont ceux qui traitent des disparités de couvertures financières.

A commencer par les disparités spatiales. Trois villes, à elles seules, avec leurs régions respectives, à savoir Casablanca, Rabat et Marrakech, concentrent la moitié de l’ensemble des points d’accès aux services financiers de tout le pays, qu’ils soient agences bancaires, guichets automatiques ou autres points offrant des prestations connexes.

Les inégalités sont encore plus criardes entre le rural et l’urbain. Dans les campagnes, il existe un seul point d’accès aux services financiers pour presque 13 000 habitants contre 1 200 habitants citadins.

Plus forte encore est la ségrégation par genre ayant pour corollaire l’exclusion des femmes qui représentent la moitié de la population. Les deux tiers des comptes bancaires sont détenus par des hommes qui, en plus, se voient octroyer 64% du volume total des crédits distribués par les banques. Il n’y a pas pire injustice.

Dans son discours du 11 octobre, S.M. le Roi a clairement appelé les banques à s’impliquer davantage dans l’effort national qui attend toutes les composantes du pays. Les établissements financiers sont en première ligne de cette bataille du développement aux enjeux bien plus profonds. Et ce pour deux raisons au moins. La première, évidente, est que l’argent est le nerf de la guerre. Qui dit développement, dit forcément activité économique plus intense, création d’emplois, création de richesses et donc investissement. Or, il ne peut y avoir d’investissement sans financement. La seconde raison, enfin, est que l’exclusion du système financier finira par jeter des pans entiers de la population directement dans les bras de l’informel qui, lui, peut ouvrir les portes à des phénomènes bien plus dangereux s’étendant au-delà de l’économique…

L’article Au-delà de la banque… est apparu en premier sur La Vie éco.

Categorie: Marocco

Edito : Inclusion

Aujourd'hui le Maroc - 1 ora 23 min fa

Le dernier rapport annuel sur les infrastructures des marchés financiers et les moyens de paiement, au titre de l’exercice 2018, est plein d’enseignements.

C’est le cas principalement en matière d’inclusion financière. Il s’agit d’un chantier mené par le ministère de l’économie et des finances et Bank Al-Maghrib. Le travail fourni a donné comme résultat la Stratégie nationale d’inclusion financière. Une stratégie qui est venue justement pour définir une vision et des ambitions communes pour l’ensemble des acteurs impliqués dans ce projet. Les objectifs tracés sont ainsi très ambitieux à travers notamment la résorption du déficit et la réduction des inégalités dans ce domaine.

Car il faut dire que les inégalités concernent particulièrement les jeunes, les femmes et la population rurale sans oublier la TPE. C’est pour cette raison que les responsables veulent mettre toutes les chances de leurs côtés pour la réussite du chantier de l’inclusion financière grâce à des groupes de travail thématiques impliquant les parties prenantes des secteurs public et privé.

Le but est de déboucher sur une feuille de route et un plan d’action pour sa mise en œuvre. Cette fois-ci, l’inclusion financière a de beaux jours devant elle.

Categorie: Marocco

Brèves

L'economiste - 1 ora 23 min fa

■ Le Maroc au Sommet Climate Chance à Accra       

Categorie: Marocco

Saison culturelle France-Maroc : le goût du partage

La vie eco - 2 ore 2 min fa
Saison culturelle France-Maroc

«Le goût du partage» est le thème autour duquel s’articule la programmation de la nouvelle saison France-Maroc. «La nouvelle saison se veut vivante et innovante. Portée sur le partage des envies, des pratiques, des rêves, des lieux publics… Elle permet au public de vivre de nouvelles expériences à travers des créations d’horizons variés et l’invite à interagir avec son environnement», souligne Clélia Chevrier Kolacko, directrice générale de l’Institut français du Maroc.

Pour ce faire, des pratiques innovantes basées sur la mise en place d’outils numériques et des circuits hors les murs permettront une plus grande diffusion et accessibilité de la culture. «Nous souhaitons déployer une culture bienveillante, ouverte sur le monde, accessible à tous les publics, qui relie et célèbre les différences», ajoute Clélia Chevrier Kolacko.

Les moments forts

Chaque année, l’Institut français du Maroc organise plusieurs événements culturels dans plusieurs villes du Royaume. Certains d’entre eux sont désormais bien installés, voire incontournables dans le paysage culturel marocain. On citera le Festival international du cinéma d’animation de Meknès, le Printemps du Livre et des Arts de Tanger, la Cigogne volubile, le Forum des jeunes leaders d’Essaouira, ainsi que la Nuit des philosophes, les Nuits du Ramadan et Nuit électronique, ou encore le programme Ciné France Maroc, avec la projection d’une quarantaine de films récents et en exclusivité, dans les salles du réseau et dans les cinémas partenaires.

Cette année, des événements ponctuels étofferont la programmation voulue éclectique. Le public marocain ira à la rencontre de la chorégraphe Blanca Li qui présente sa dernière pépite électrodanse, Elektrik, l’étonnante compagnie Retouramont avec son spectacle aérien Danse des Cariatides, ou encore le virtuose Juan Carmona. On aura également la chance de découvrir la pièce «De nos frères blessés», du collectif Satori, mise en scène par Fabrice Henry, le spectacle virevoltant «FIQ !» du Groupe acrobatique de Tanger, ou encore le concert de la nouvelle sensation du jazz vocal parisien Lou Tavano.

Pour le jeune public, la saison prévoit le spectacle «Rock & Goal» de la Compagnie Michel Kelemenis, la «Petite conférence manipulée» de la Compagnie Index, le concert «Dur comme faire…» du groupe Zèbre à trois, ainsi que le spectacle de magie «Évidences Inconnues», de la Compagnie Rode Boom.

Du numérique et du réel

Dans sa politique de proximité et de diffusion, auprès des jeunes en particulier, l’Institut français du Maroc semble miser sur le numérique et ce, en invitant la Micro-Folie de la Villette dans ses espaces. La Micro-Folie est «un outil d’éducation artistique et culturelle qui permet aux publics de découvrir les chefs-d’œuvre des plus grandes collections de l’Hexagone, mais aussi d’écouter les concerts de la Philharmonie de Paris ou de découvrir les spectacles présentés lors du Festival d’Avignon», explique Jean-Pierre Mahoué, directeur général-adjoint de l’Institut français du Maroc. L’antenne de Rabat vient d’inaugurer en premier la Micro-Folie. Plusieurs antennes suivront également avant la fin de l’année, notamment Meknès, puis Marrakech et enfin Casablanca au cours du 1er trimestre 2020.

Toujours dans un but de proximité, l’Institut français devient «nomade». Plusieurs caravanes sillonneront le Royaume, faisant des escales rythmées par des rencontres, conférences, spectacles et projections. Parmi elles, la bibliothèque numérique et multimédia «BiblioTobiss» qui sera sur les routes toute l’année, la caravane culturelle et scientifique «Kafila» qui emmènera des femmes et des hommes, artistes, scientifiques, penseurs, journalistes, sur les chemins des anciennes caravanes, reliant autrefois l’Afrique subsaharienne et le Maghreb, la «Fabrique de l’espace public», qui mobilisera les habitants pour transformer et revaloriser des espaces délaissés au profit d’activités ludiques et de loisirs, la «Traversée des écoles», qui proposera des activités récréatives et pédagogiques aux élèves des écoles excentrées dans la région de l’Oriental, afin de leur apporter une ouverture culturelle, un espace de plaisir, de réflexion et d’imagination.

L’article Saison culturelle France-Maroc : le goût du partage est apparu en premier sur La Vie éco.

Categorie: Marocco