Marocco

Forêts : Le Maroc présente sa stratégie à la FAO

Aujourd'hui le Maroc - 2 ore 30 min fa

Les efforts du Maroc et son engagement pour la protection des forêts se poursuivent.

 

En effet, le pays a exposé sa stratégie « Forêts du Maroc 2020-2030 » vendredi à l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), à Rome, l’occasion de la réunion préparatoire de la 25ème Conférence du Comité des Forêts du Groupe régional africain, en présence du sous-directeur général de l’organisation, Hiroto Mitsugi. Lors de cette réunion, Youssef Balla, l’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès des Agences de l’ONU à Rome, a mis en exergue les lignes principales de la stratégie « Forêts du Maroc ». Il a expliqué à cet égard qu’elle se fonde sur un modèle de gestion intégré, durable et générateur de richesse visant à faire des forêts un espace de développement durable.

L’objectif étant d’arriver à l’horizon 2030, au repeuplement de 133.000 ha de forêts, la création de 27.500 postes d’emplois directs supplémentaires, et l’amélioration des revenus des filières de production et de l’éco-tourisme pour atteindre une valeur marchande annuelle de 5 millions de dollars. Pour y parvenir, la nouvelle stratégie se fonde sur quatre principaux axes, à savoir la création d’un nouveau modèle basé sur une approche participative, la promotion et la modernisation des métiers forestiers, l’introduction de l’outil numérique dans la gestion du secteur, et la réforme institutionnelle du secteur via la qualification des ressources humaines. Cette stratégie, ambitionne aussi l’aménagement et la valorisation des 10 parcs nationaux et ce, en vue d’assurer un développement économique et social en plein respect du patrimoine naturel, culturel et territorial.

Le responsable a indiqué que le Maroc partage sa stratégie avec la FAO au profit de l’Afrique dans une optique de complémentarité d’échanges et d’interaction, afin de doter ce secteur vital de tous les outils nécessaires en vue de lui permettre de jouer son rôle central dans le développement agricole durable.

Categorie: Marocco

Covid-19 : les mesures décidées le 7 septembre à Casablanca prolongées de 14 jours à partir du lundi prochain

La vie eco - 3 ore 40 min fa
Confinement

Dans un communiqué rendu public vendredi, le gouvernement appelle les citoyennes et les citoyens au respect strict des directives des autorités publiques et des mesures préventives nécessaires, particulièrement la distanciation physique, les règles d’hygiène et l’obligation du port du masque.

(Avec MAP)

Categorie: Marocco

Covid-19 : 2.760 nouveaux cas confirmés en 24H

La vie eco - 3 ore 42 min fa
coronavirus

Deux mille sept cent soixante (2.760) nouveaux cas d’infection au coronavirus (Covid-19) et 1.760 guérisons ont été enregistrés au Maroc au cours des dernières 24 heures, a annoncé vendredi le ministère de la Santé.

Le nouveau bilan des cas confirmés porte à 97.264 le nombre de contaminations dans le Royaume depuis le premier cas signalé le 2 mars et à 76.690 celui des personnes totalement rétablies, a précisé le ministère dans son bulletin quotidien de la Covid-19.

Le nombre de décès est passé à 1.755, avec 41 nouveaux cas enregistrés au cours des dernières 24 heures, soit un taux de létalité de 1,8%, selon la même source.

(Avec MAP)

Categorie: Marocco

Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 septembre 18H

Aujourd'hui le Maroc - 3 ore 49 min fa

Entre hier à 18h et aujourd’hui à 18h
2.760 nouveaux cas soit un cumul de 97.264 cas à ce jour
1.760 guérisons soit un cumul de 76.690 à ce jour
41 nouveaux décès donc un cumul de 1.760 à ce jour.

 

Categorie: Marocco

Voie express Tiznit-Dakhla : Amara fait le point

Aujourd'hui le Maroc - 3 ore 55 min fa

Il faut rattraper le retard enregistré à cause de la pandémie de Covid-19

L’état d’avancement de la construction de la voie express Tiznit- Dakhla a été au centre d’une réunion tenue lundi sous la présidence d’Abdelkader Amara, ministre de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau.
La voie express Tiznit-Dakhla, qui s’inscrit dans le cadre du Nouveau modèle de développement des provinces du Sud du Royaume lancé par SM le Roi Mohammed VI à Laâyoune en novembre 2015, constitue un mégaprojet qui va renforcer de manière constante les liens économiques et commerciaux entre le Maroc et sa profondeur africaine.

La réalisation de cette voie express de plus de 1.000 km vise à aménager un axe routier avec des normes techniques de taille entre les provinces du Sud et les autres régions du Royaume, réduire le temps du transport et améliorer le confort et la sécurité routière, à même de faciliter le transport des marchandises entre les villes du Sud du Maroc et les grands centres de production et de distribution.
D’après le département de l’équipement, le ministre a souligné lors de cette réunion l’importance de rattraper le retard enregistré dans la construction de certains axes routiers à cause de la pandémie de Covid-19.
M. Amara a également donné ses instructions pour la construction d’un nombre de croisements importants entre la voie express et un nombre d’axes routiers, vu leur importance pour la mobilité des habitants.

Il est à noter que la réalisation de ce projet vise à réduire le temps et le coût du transport, à améliorer la fluidité de la circulation ainsi que le confort et la sécurité routière, en plus de faciliter le transport des marchandises entre les villes du Sud du Royaume et les grands centres de production et de distribution. Ce projet d’envergure, qui s’étend sur 1.055 km et dont le coût de réalisation s’élève à environ 10 milliards de dirhams, constitue un levier structurant pour le développement économique et social des provinces du Sud. Il est le fruit d’un partenariat entre le ministère de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, le ministère de l’intérieur, le ministère de l’économie et des finances, la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, la région de Guelmim-Oued Noun, la région de Dakhla-Oued Eddahab et la région de Souss-Massa. Au niveau de celle-ci, cet axe s’étale sur quelque 48 km, allant du nord de Tiznit jusqu’à la commune de Sidi Bouabdelli. Le premier tronçon relie le sud de Tiznit à Sidi Bounaâmane sur 37 km et le deuxième lie Sidi-Bounaâmane à Anga (province de Sidi-Ifni) sur une distance de 39 km.
A fin du mois de juillet dernier, l’état d’avancement du premier tronçon, dont le budget global se chiffre à 420 MDH, est de 49%, alors que 12% des travaux du deuxième ont été réalisés avec un coût global de 435 MDH.
Pour la région de Guelmim, cet axe s’étend sur une distance de 340 km entre Tiznit jusqu’à Oued El Ouaer (province de Tan-Tan), pour un coût estimé à 3,4 milliards DH.
Pour les tronçons entre Andja et Guelmim (38,8 km) et entre Guelmim et Zrouila (22,6 km), le taux d’avancement est de l’ordre respectivement de 13% et 92%. Sur les autres tronçons, de Tan-Tan jusqu’au territoire de la province de Laâyoune, les travaux avancent à un bon rythme pour être livrés dans les délais. Tandis que pour Laâyoune-Dakhla tous les travaux de ces tronçons ont porté sur le renforcement et l’élargissement de la route à 9 mètres, l’élargissement de la chaussée de 6 à 7m.

 

Categorie: Marocco

Casablanca : La quarantaine prolongée deux semaines à partir de lundi prochain

Aujourd'hui le Maroc - 4 ore 21 sec fa

Le gouvernement a décidé de prolonger de 14 jours supplémentaires, dès ce lundi la période d’application des mesures drastiques imposées sur Casablanca depuis le 7 Septembre.

Selon un récent communiqué du gouvernement, cette décision a été prise sur la base des bilans quotidiens des opérations de suivi effectuées par les comités de veille de la métropole.

 

Categorie: Marocco

Finale de la ligue des champions CAF 2018-2019 : L’appel du Wydad rejeté par le TAS

Aujourd'hui le Maroc - 4 ore 3 min fa

Le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) a rejeté l’appel du WAC et a intégralement confirmé la décision du Comité d’appel de la CAF.

C’est l’annonce faite le 18 septembre 2020 par le TAS dans une communication adressée aux médias, faisant état de sa décision finale dans le cadre de la procédure d’arbitrage entre le Wydad Athletic Club, la Confédération Africaine de Football (CAF) et l’Espérance Sportive de Tunis, concernant la décision rendue le 15 septembre 2019 par le Comité d’appel de la CAF confirmant la décision du Jury disciplinaire de la CAF du 7 août 2019.

Ainsi, l’Espérance Sportive de Tunis reste le vainqueur de la Ligue des Champions de la CAF 2018/2019. Dans sa décision, le TAS rappelle que la finale de la Ligue des Champions de la CAF 2018/2019 a été disputée par le WAC et l’EST sur deux matches aller-retour soulignant que les deux équipes avaient fait match nul 1-1 lors de la finale aller à Rabat/Maroc le 24 mai 2019. « Le match retour a eu lieu à Radès le 31 mai 2019 et a été gravement perturbé par des incidents sur et en-dehors du terrain. Le match fut ensuite définitivement interrompu suite à la décision du WAC de ne pas reprendre la partie et l’EST fut déclarée vainqueur du match et par conséquent vainqueur de la Ligue des Champions de la CAF 2018/2019. Le 5 juin 2019, le Comité Exécutif de la CAF a toutefois ordonné aux deux clubs de rejouer le match retour de cette finale sur terrain neutre.

Cette décision fut finalement annulée par le TAS le 31 juillet 2019, suite à des appels des deux clubs », peut-on lire sur le même document. Ainsi, le 7 août 2019, le Jury disciplinaire de la CAF a décidé de sanctionner le WAC en ordonnant la défaite par forfait du match retour de la finale et en imposant une amende totale de USD 35 000 pour l’abandon du match et pour l’utilisation de fumigènes par ses fans. Le WAC a déposé un appel contre cette décision auprès du Comité d’appel de la CAF, appel qui a été rejeté le 15 septembre 2019.  « Le WAC a déposé un appel auprès du TAS contre cette dernière décision de la CAF.

La Formation du TAS a établi en particulier que la décision des joueurs du WAC de ne pas reprendre la partie après l’interruption de la finale retour à la 59e minute du match constituait bien un abandon au sens de l’article 148 du Code disciplinaire de la CAF et que le Comité d’appel de la CAF avait confirmé à bon droit la décision du Jury disciplinaire de déclarer que le WAC avait perdu la finale retour par forfait.

En conséquence, la Formation du TAS a rejeté l’appel », conclut la même source.

Categorie: Marocco

Cybersécurité : La CGEM établit un guide pour les entreprises

Aujourd'hui le Maroc - 4 ore 36 min fa

La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) vient de publier un guide de bonnes pratiques sur la « Cybersécurité en entreprise ».

Ce document élaboré par la Commission intelligence économique de la Confédération est un outil qui permettra aux chefs d’entreprise de consolider leurs connaissances en matière de cybersécurité et les accompagnera dans la mise en place d’une stratégie numérique prenant en considération les nouveaux enjeux liés à la crise du nouveau coronavirus (covid-19). «La réalisation de ce guide sur la cybersécurité, à destination des chefs d’entreprises marocains, nous a paru importante dans le contexte mouvant et incertain que nous traversons aujourd’hui du fait des répercussions du covid-19 sur les entreprises », relève Driss Benomar, président de la Commission Intelligence économique soulignant que les chefs d’entreprises sont amenés à prendre des décisions stratégiques, financières, commerciales ou industrielles, au quotidien, et se trouvent ainsi exposés à des risques importants en cas de failles de protection dans leurs systèmes informatiques. Il indique à cet égard que les cyberattaques, les intrusions et les vols de données sont aujourd’hui facilités par le télétravail, si le vecteur internet entre l’Entreprise et le Collaborateur n’est pas sécurisé par l’Entreprise. Enfin, les recommandations contenues dans ce guide permettront aux petites et moyennes entreprises (PME) de mieux se protéger contre la cybercriminalité, à avoir une longueur d’avance en termes de sécurité et de protection des données stratégiques et permettra, ainsi, d’éviter les pièges les plus courants.

Categorie: Marocco

Les Produits alimentaires agricoles affichent un bilan solide à l’export

Aujourd'hui le Maroc - 4 ore 42 min fa

En dépit d’un contexte international difficile

Malgré le contexte international difficile caractérisé par la propagation de la pandémie COVID-19, les exportations des produits alimentaires agricoles affichent de bonnes performances durant la campagne 2019-2020. C’est ce qui ressort de la réunion à distance du Comité Stratégique du Département de l’Agriculture présidée par Aziz Akhennouch, le Ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts jeudi 17 septembre 2020. Dans le détail, la valeur des exportations des produits agro-alimentaires (hors produits de la pêche) a atteint durant la campagne écoulée 2019-2020, près de 39,5 milliards de dirhams, enregistrant ainsi une croissance de 8% par rapport à l’année 2018 (36,6 milliards de dirhams) et 130% par rapport à l’année 2010 (17,2 milliards de dirhams). Du coté des exportations des produits maraîchers, ils  ont enregistré un volume de l’ordre de 1 416 000 tonnes durant la campagne 2019-2020, enregistrant une croissance de 12% par rapport à la campagne 2018-2019 (1.266.000 tonnes). Pour les exportations de la tomate, on notera une croissance de 5% passant d’un volume de 539 000 tonnes durant la campagne 2018-19 à 567 000 tonnes durant la campagne 2019-2020 qui vient de prendre fin.

Pour ce qui est des exportations des fruits rouges à l’état frais, il s’avère qu’ils ont atteint durant la dernière campagne 2019-2020 un volume de 89 000 tonnes avec une hausse de 22% comparée à la campagne 2018-2019 (73 000 tonnes). La même dynamique touche l’export de la pastèque, dont le volume a atteint environ 241 000 tonnes durant la campagne 2019-2020, contre 168 000 tonnes durant la campagne 2018-2019, soit une augmentation de  44%. Concernant les agrumes, la tutelle fait remarqué que «malgré un repli des volumes d’exportation de l’ordre de 26% à cause de la baisse de la production en 2019-2020, un bon niveau des prix a été enregistré sur les marchés internationaux durant la campagne qui vient de s’achever ».

Les perspectives prometteuses de la campagne 2020-2021

Les exportations des produits alimentaires agricoles devraient enregistrer une croissance en volume durant cette campagne de l’ordre de 10% par rapport à la campagne 2019-2020. En effet, la campagne d’exportation des produits alimentaires agricoles 2020-2021 s’annonce  prometteuse, malgré les problèmes liés au manque d’eau dans certaines régions et en dépit du contexte international de la pandémie COVID-19, indique la même source.

Ainsi, de bonnes perspectives d’exportation sont prévues sur les marchés internationaux pour les agrumes, avec une offre relativement limitée des principaux concurrents du Maroc et une demande soutenue pour ce produit riche en vitamine C dans le contexte actuel de la pandémie COVID-19.

 

Categorie: Marocco

Entreprises touchées par la pandémie de Covid-19 : Les mesures d’accompagnement dévoilées

Aujourd'hui le Maroc - 4 ore 54 min fa

Le ministre du travail et de l’insertion professionnelle, Mohamed Amekraz, a exposé, mercredi devant la commission des secteurs sociaux à la Chambre des représentants, les différentes mesures prises dans le domaine de la protection sociale et de l’accompagnement des entreprises touchées par la pandémie de Covid-19.

M. Amekraz a assuré que le gouvernement s’est attelé à mettre en oeuvre plusieurs mesures, notamment concernant la généralisation de la couverture sociale au cours des cinq prochaines années, ainsi que la mise en œuvre de mesures et procédures exceptionnelles visant à accompagner les entreprises touchées par la pandémie de Covid-19. Concernant les mesures prises dans le domaine de la protection sociale, le ministre a indiqué que le gouvernement s’emploie à mettre en oeuvre des mesures visant à généraliser la couverture médicale au profit des salariés, en renforçant le contrôle sur les déclarations des travailleurs (renforcement de l’inspection du travail et de la sécurité sociale) et en accélérant la mise en oeuvre de la couverture sociale pour les catégories indépendantes.

A ce sujet, le ministre a fait savoir que la commission ministérielle présidée par le chef de gouvernement se réunira prochainement pour se prononcer sur plusieurs questions après le parachèvement des travaux du comité technique. Par ailleurs, plusieurs réunions de coordination ont eu lieu avec des représentants des départements gouvernementaux supervisant les catégories concernées par cette couverture, en plus de réunions de consultation avec des représentants de travailleurs indépendants et ceux ayant des professions libérales. Le ministre a précisé que les consultations concernent plusieurs catégories, à savoir les chauffeurs de taxi, les professionnels des transports, les bijoutiers, les guides touristiques, les professionnels de la santé, les agriculteurs, les commerçants, les avocats, les artisans traditionnels et les architectes. Le ministre a rappelé qu’un accord a été conclu avec les représentants des adouls, sages-femmes et kinésithérapeutes sur la manière d’appliquer leur propre couverture sociale, tandis que les consultations se poursuivent avec d’autres professionnels pour s’assurer qu’ils bénéficient des deux systèmes.

S’agissant des mesures et procédures exceptionnelles visant à accompagner les entreprises touchées par la pandémie de coronavirus, M. Amekraz a indiqué qu’une nouvelle étape a été ouverte par le ciblage des secteurs les plus touchés et ayant besoin de soutien et d’accompagnement, ajoutant que les mesures prises dans ce sens concernent la signature d’un accord, le 31 août, entre le gouvernement, la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et la Confédération nationale du tourisme (CNT), relatif à l’accompagnement du secteur du tourisme pour faire face aux répercussions négatives de la pandémie de coronavirus (Covid-19), qui vise à prendre trois mesures pour préserver les postes d’emploi et appuyer le pouvoir d’achat des salariés pendant la période allant du 1er juillet au 31 décembre 2020. Par ailleurs, M. Amekraz a évoqué les différentes mesures prises par le ministère pour faire face à la pandémie de Covid-19 et les répercussions des foyers épidémiologiques dans certaines exploitations agricoles, les mesures prises dans le domaine de la déclaration des salariés à la CNSS et le statut des cliniques de sécurité sociale et leur rôle face à la pandémie.

Le ministre s’est, également, arrêté sur les procédures prises dans le domaine de la déclaration des travailleurs à la CNSS. Ce dernier a rappelé dans ce contexte le cadre juridique régissant la protection sociale, en particulier la déclaration des travailleurs à la Caisse et les mécanismes juridiques octroyés à l’inspection du travail et les données relatives aux fonctions d’inspection et de contrôle de la CNSS.

Categorie: Marocco

Tanger/Covid-19 : La situation sanitaire s’améliore

Aujourd'hui le Maroc - 5 ore 54 min fa

De grands efforts sont déployés pour maintenir la situation sous contrôle

Cette amélioration de la situation fait renaître l’espoir parmi la population tangéroise de voir leur ville reprendre un peu de son dynamisme grâce à la levée de certaines mesures de restrictions.

Après un combat de longue haleine mené par les autorités face à la Covid-19, Tanger connaît une amélioration sensible de la situation épidémiologique sur son territoire. Ainsi, elle fait partie des communes les moins affectées par la pandémie au niveau national. D’autant que sur un total de 180 cas de contamination à la Covid-19, enregistrés pendant les deux journées des 14 et 15 septembre dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, la ville du détroit a connu au cours de cette période de 48 heures quelque 44 infections, dont seulement 7 cas ont été constatés, lundi 14 septembre, sur son territoire préfectoral.

Selon les données du ministère de la santé relatives à l’évolution de la situation épidémiologique du 7 au 13 septembre, le Nord a pu se positionner parmi les zones les moins affectées de la pandémie, avec un taux d’incidence hebdomadaire de 20 cas d’infection pour 100.000 habitants. Ce nouveau positionnement de la région nordique en général et Tanger en particulier parmi les zones les moins touchées est le fruit de grands efforts déployés pour pouvoir y maintenir la situation sanitaire sous contrôle.

Notons qu’après l’explosion des cas de contamination avec l’apparition des clusters à la mi-juillet, les autorités ont réussi à gagner le pari de faire sortir Tanger de l’état d’alerte maximal grâce à plusieurs facteurs, dont l’arrivée des Forces armées royales en renfort aux éléments de la Sûreté et des Forces auxiliaires pour pouvoir contenir la pandémie sur le territoire urbain. Ce qui a permis à la ville du détroit, bien avant la mi-août, de descendre sous la barre des 100 infections. Alors que Tanger a connu des pics de contaminations pendant les dix derniers jours de juillet, notamment plus de 420 cas relevés le 27 du mois dernier.

Cette amélioration de la situation fait renaître l’espoir parmi la population tangéroise de voir leur ville reprendre un peu de son dynamisme grâce à la levée de certaines mesures de restrictions telles que celles relatives au déplacement à l’entrée et à la sortie de la ville. Surtout que le maintien de Tanger dans la Zone II parmi les communes enregistrant le plus grand nombre de cas de contamination a constitué un coup dur pour les différents secteurs, dont le tourisme qui est le plus durement touché par la pandémie.

Ayant dû arrêter leurs activités pour leur majorité, il y a plus de six mois, avant l’entrée en vigueur du confinement sanitaire au niveau national, les opérateurs touristiques et les représentants des commerces dépendant du tourisme disent avoir raté cette saison estivale et auront beaucoup de mal à retrouver leur dynamisme d’avant Covid-19. D’aucuns ont dû mettre la clé sous le paillasson en raison de leur incapacité à faire face aux charges salariales et autres dépenses qui ont été revues à la hausse à cause des restrictions sanitaires en vigueur.

Categorie: Marocco

Le Maroc signe un mémorandum d’entente pour l’acquisition de vaccins anti-Covid 19

Aujourd'hui le Maroc - 5 ore 55 min fa

Le Ministère de la Santé vient de signer ce vendredi un mémorandum d’entente pour l’acquisition de vaccins anti-Covid 19.

 

C’est ce qu’a indiqué le ministère de la santé dans un communiqué, ajoutant que ces vaccins sont produits par la Société « R-Pharm », sous licence du groupe « AstraZeneca ». Cette signature qui s’est déroulée en visioconférence depuis le siège du ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration s’inscrit dans le cadre des efforts du Royaume pour sécuriser l’approvisionnement du pays en quantités de vaccins suffisantes. La cérémonie de signature s’est déroulée en présence du ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, le ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l’Etranger, Nasser Bourita, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, Mohamed Benchaâboun, le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Noureddine Boutayeb, le Directeur Général de « R-Pharm », Vasily Ignatiev, et le Vice–Président d’ « AstraZeneca », Alec Van Gelder.

 

Categorie: Marocco

Covid-19: Le Maroc veut acquérir le vaccin développé par AstraZeneca

Maroc Press - 6 ore 29 min fa

Cette signature qui s’est déroulée en visioconférence entre les deux parties, s’inscrit dans le cadre des efforts du Royaume pour sécuriser l’approvisionnement du pays en quantités de vaccins suffisantes.
Ont participé à cette cérémonie de signature, le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, le ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l’Etranger, Nasser Bourita, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, Mohamed Benchaâboun, le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Noureddine Boutayeb, le Directeur Général de « R-Pharm », Vasily Ignatiev, et le Vice–Président d’ »AstraZeneca », Alec Van Gelder.  La cérémonie de signature de ce mémorandum d’entente s’est déroulée au siège du ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration.
(Avec MAP)

Categorie: Marocco

Covid-19: Le Maroc veut acquérir le vaccin développé par AstraZeneca

La vie eco - 6 ore 29 min fa
vaccin Covid-19

Cette signature qui s’est déroulée en visioconférence entre les deux parties, s’inscrit dans le cadre des efforts du Royaume pour sécuriser l’approvisionnement du pays en quantités de vaccins suffisantes.

Ont participé à cette cérémonie de signature, le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, le ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l’Etranger, Nasser Bourita, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, Mohamed Benchaâboun, le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Noureddine Boutayeb, le Directeur Général de « R-Pharm », Vasily Ignatiev, et le Vice–Président d’ »AstraZeneca », Alec Van Gelder.  La cérémonie de signature de ce mémorandum d’entente s’est déroulée au siège du ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration.

(Avec MAP)

Categorie: Marocco

Campagne agricole 2020/2021: Un programme d’assolement sur 5,8 millions Ha des cultures d’automne

Maroc Press - 6 ore 47 min fa

Ce programme tient compte de la situation des disponibilités en ressources hydriques et de l’évolution des conditions climatiques de la saison d’automne, souligne le ministère dans un communiqué, sanctionnant les travaux d’une réunion du Comité stratégique du département de l’agriculture, présidée jeudi en mode visioconférence, par le ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêt.
Ce programme concerne les semences céréalières, les céréales, les légumineuses alimentaires, les cultures fourragères, les cultures sucrières et maraichères au niveau de toutes les régions agricoles du Maroc, précise le ministère.
Pour les cultures maraichères, le programme qui sera mis en place vise à assurer un approvisionnement normal du marché intérieur d’une part, et à répondre à l’accroissement des exportations des produits maraichers d’autre part, pour garantir l’équilibre entre l’offre et la demande en ces produits, fait savoir la même source.
La superficie maraichère totale programmée s’élève à 105.000 Ha, relève le ministère, notant que la production attendue permettra de couvrir les besoins de consommation en ces produits pour la période de janvier à mai ainsi que les exportations, notamment pour la tomate.
Concernant les prix sur le marché intérieur, l’évolution est « relativement stable » dans l’ensemble, indique le ministère, précisant que les légères hausses relatives des prix de certains produits sont « conjoncturelles ».  Ainsi, pour la tomate, la hausse observée actuellement, fléchira à partir de début octobre avec l’entrée en production de la tomate primeur provenant essentiellement de la région de Souss-Massa, explique la même source.
La mise en place de l’assolement établi sera suivie régulièrement et de près par un comité de veille pour assurer d’abord, l’approvisionnement du marché national en différents produits et également répondre à la demande d’exportation vers différentes destinations, assure le ministère.
La réunion du Comité Stratégique du département de l’agriculture, regroupant les responsables centraux, les directeurs régionaux et ceux des établissements publics sous tutelle, a été consacrée aux préparatifs de la campagne agricole 2020-2021.  La réunion a été également l’occasion de passer en revue les conditions climatiques et hydriques dans lesquelles évolue la saison agricole.
(Avec MAP)

Categorie: Marocco

Campagne agricole 2020/2021: Un programme d’assolement sur 5,8 millions Ha des cultures d’automne

La vie eco - 6 ore 47 min fa
Campagne agricole Maroc

Ce programme tient compte de la situation des disponibilités en ressources hydriques et de l’évolution des conditions climatiques de la saison d’automne, souligne le ministère dans un communiqué, sanctionnant les travaux d’une réunion du Comité stratégique du département de l’agriculture, présidée jeudi en mode visioconférence, par le ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêt.

Ce programme concerne les semences céréalières, les céréales, les légumineuses alimentaires, les cultures fourragères, les cultures sucrières et maraichères au niveau de toutes les régions agricoles du Maroc, précise le ministère.

Pour les cultures maraichères, le programme qui sera mis en place vise à assurer un approvisionnement normal du marché intérieur d’une part, et à répondre à l’accroissement des exportations des produits maraichers d’autre part, pour garantir l’équilibre entre l’offre et la demande en ces produits, fait savoir la même source.

La superficie maraichère totale programmée s’élève à 105.000 Ha, relève le ministère, notant que la production attendue permettra de couvrir les besoins de consommation en ces produits pour la période de janvier à mai ainsi que les exportations, notamment pour la tomate.

Concernant les prix sur le marché intérieur, l’évolution est « relativement stable » dans l’ensemble, indique le ministère, précisant que les légères hausses relatives des prix de certains produits sont « conjoncturelles ».  Ainsi, pour la tomate, la hausse observée actuellement, fléchira à partir de début octobre avec l’entrée en production de la tomate primeur provenant essentiellement de la région de Souss-Massa, explique la même source.

La mise en place de l’assolement établi sera suivie régulièrement et de près par un comité de veille pour assurer d’abord, l’approvisionnement du marché national en différents produits et également répondre à la demande d’exportation vers différentes destinations, assure le ministère.

La réunion du Comité Stratégique du département de l’agriculture, regroupant les responsables centraux, les directeurs régionaux et ceux des établissements publics sous tutelle, a été consacrée aux préparatifs de la campagne agricole 2020-2021.  La réunion a été également l’occasion de passer en revue les conditions climatiques et hydriques dans lesquelles évolue la saison agricole.

(Avec MAP)

Categorie: Marocco

Affichage publicitaire : Le secteur revendique une exonération

Aujourd'hui le Maroc - 6 ore 54 min fa

Affectées par la crise de Covid-19, les entreprises demandent un traitement spécial pour les redevances locales

Grâce aux entreprises structurées, citoyennes et responsables du secteur de l’affichage, de nombreux métiers, fournisseurs et sous-traitants ont pu émerger et se sont développés.

La crise de Covid-19 étant passée par là, les sociétés d’affichage publicitaire demandent un traitement adapté. Selon les représentants du secteur, l’affichage a mené un dur combat pour assurer sa survie suite à l’intenable période de confinement. Cela dit, la situation reste compliquée, vu la crise persistante. «Le problème se posera dans quelques mois, lorsqu’il n’y aura rien à recouvrer puisque nous n’avons rien facturé pendant la période de confinement. Et c’est justement pour ça que nous sollicitons une exonération des redevances d’occupation du domaine public. On tire la sonnette d’alarme», martèle M’hammed Fahmi, vice-président de l’Association marocaine des sociétés d’affichage publicitaire (AMAP), la seule qui représente le secteur, englobant les sociétés qui exploitent les domaines public et privé.

Fahmi rappelle qu’avec le confinement l’activité a été stoppée net, de nombreux clients ont suspendu les contrats et les paiements à cause de la crise et la reprise qui semble encore lointaine. Résultat : les sociétés d’affichage se retrouvent aujourd’hui avec des caisses vides.
Tous les professionnels concernés s’accordent à dire que pour sauver l’activité, une seule solution, pratique, s’impose : «Il faut agir sur les redevances, aussi bien celles collectées par les collectivités locales que celles payées aux régies d’électricité, pour éviter une vague de licenciements et de fermetures qui touchera même les plus grandes sociétés», conviennent-ils.

L’AMAP souligne aussi que malgré le déconfinement, et le semblant de reprise qu’il laisse présager, l’activité n’a pas réellement repris et les différentes restrictions imposées ici et là dans plusieurs villes du pays continuent de handicaper le secteur. «Face à cette situation alarmante, les collectivités locales, notamment à Casablanca, ne daignent même pas répondre aux sollicitations des acteurs pour trouver une solution qui satisfasse les deux parties», s’indigne l’Association qui affirme avoir saisi à deux reprises la mairie de Casablanca «sans aucune réponse à ces appels à discuter».
Selon la même source, l’AMAP a attiré l’attention du Conseil de la ville sur un certain nombre de problématiques. Parmi celles-ci, «des redevances d’exploitation du domaine public qui ont augmenté de… 500 à 600%, passant de 12.000 à 60.000 – 100.000 dirhams par an et par panneau sur les 10 dernières années ; alors même que le prix moyen de vente d’une face de panneau est passé, durant la même période, de 15.000 dirhams à 4.000 dirhams par mois» ajoute Adil Lahlou, président de l’association. Avec une moyenne très optimiste de 6 mois de vente d’affichage publicitaire par an, le secteur a du mal à couvrir les redevances avec les revenus générés.

La redevance étant payable par trimestre, et le premier trimestre 2020 étant déjà liquidé, l’Association veut que cette année exceptionnelle soit traitée de manière exceptionnelle. «Le secteur demande une exonération des redevances d’occupation du domaine public qui couvre la période allant du 1er avril au 31 décembre de l’année. Car, lissé sur l’année, le secteur a perdu 60% de ses revenus à cause de cette crise sanitaire. Une approche de solution ne peut pas être partielle, mais doit concerner la totalité des 9 mois restants de l’année à partir du 1er avril. Le secteur n’a aucune visibilité sur le reste de l’année et les conséquences de cette pandémie se feront ressentir sur plusieurs années encore», détaille M’hammed Fahmi.

Categorie: Marocco

Sécurité routière : Le nombre de morts sur les routes en hausse de 7,52% en juillet

Aujourd'hui le Maroc - 7 ore 54 min fa

7 régions ont affiché des augmentations variant entre 7,14% et 209,09% du nombre des tués

Les principaux indicateurs de l’accidentologie ont baissé durant le mois de juillet à l’exception des accidents mortels, des tués et des blessés graves qui sont en hausse. L’analyse des statistiques provisoires du mois de juillet 2020 comparées à celles de juillet 2019 fait ressortir une diminution de 1,63% des accidents corporels qui se sont établis à 8.888. En revanche, les accidents mortels ont augmenté de 5,04% en se chiffrant à 292. Le nombre de tués a augmenté de 7,52% en s’établissant à 329. Parmi les tués figurent 59 piétons, soit 17,9% de l’ensemble des tués et 141 usagers des 2 et 3 roues (soit 42,9% de l’ensemble des tués). Les blessés graves ont enregistré la plus forte hausse ( 8,50%) en se chiffrant à 740. Pour leur part, les blessés légers ont enregistré une légère baisse (-0,84%) en s’élevant à 12.254.

Les usagers vulnérables, toujours les plus touchés

Les premières victimes des accidents de la route sont les usagers vulnérables (piétons et usagers des deux et trois roues). Ils représentent de loin la catégorie la plus touchée enregistrant environ 60,8% des tués. Viennent ensuite les usagers des voitures de tourisme qui constituent plus de 30,1% de l’ensemble des tués au titre du mois de juillet 2020. Ces trois principales catégories d’usagers de la route cumulent à eux seuls près de 91% de l’ensemble des tués. Les piétons et les usagers des voitures de tourisme ont enregistré des diminutions, par rapport au mois de juillet 2019: -19,18% pour les piétons et -10,81% pour les usagers des véhicules légers. En revanche, les usagers des deux et trois roues ont enregistré une augmentation de 46,88%. Les autres catégories d’usagers, dont les effectifs sont moins importants, ont enregistré des variations mitigées : une diminution de 50% pour les usagers des autocars (un tué de moins: 1 au lieu de 2 tués en juillet 2019) et de -16,67% pour les usagers des engins agricoles (un tué de moins : 5 au lieu de 6 tués en juillet 2019). On note une stagnation du nombre de tués pour les usagers des taxis (4 tués) contre une augmentation du nombre des tués parmi les usagers des poids lourds (deux tués de plus : 15 tués au lieu de 13 tués en juillet 2019) et parmi les usagers des charrettes (trois tués de plus : 4 tués au lieu de un).

Hausse de 209% des tués dans la région de Béni Mellal-Khénifra

Au total, 5 régions ont enregistré des diminutions du nombre des accidents en juillet 2020 par rapport à juillet 2019. Ces baisses varient entre -28,13% dans la région Dakhla-Oued Eddahab et -4,44% dans la région de Rabat-Salé-Kénitra. Par contre, 6 régions ont affiché des hausses du nombre des accidents variant entre 0,23% dans la région de Casablanca-Settat et 13,22% dans la région de Drâa-Tafilalt. La région de Laâyoune-Sakia El Hamra a connu une stagnation de cet indicateur.

Concernant le nombre des tués, 5 régions ont connu des baisses variant entre -100% dans la région de Dakhla-Oued Eddahab (0 tués au lieu de 1 tué en juillet 2019) et -15,09% dans la région de Rabat-Salé-Kénitra. Par contre, 7 régions ont affiché des augmentations des nombres des tués variant entre 7,14% dans la région de Souss-Massa et 209,09% dans la région de Béni Mellal-Khénifra (34 tués au lieu de 11 tués en juillet 2019). Pour ce qui est des blessés graves, 6 régions ont enregistré des diminutions variant entre -100% dans la région Dakhla-Oued Eddahab (0 blessés graves au lieu de 13 blessés graves en juillet 2019) et -0,87% dans la région de Marrakech-Safi. Par contre, 5 régions ont affiché des hausses variant entre 8,33% dans la région de Béni Mellal-Khénifra et 76,19% dans la région de Drâa-Tafilalt. Quant à la région de Souss-Massaa, celle-ci a connu une stagnation de cet indicateur. Concernant les blessés légers, 5 régions ont affiché des baisses variant entre -26,96% dans la région de Guelmim-Oued Noun et -4,33% dans la région de Marrakech-Safi. Par contre, dans 7 régions, des hausses ont été enregistrées variant entre 1,34% dans la région de Fès-Meknès et 12,21% dans la région de Souss-Massa.

Les accidents mortels ont baissé de 24,51% durant les 7 premiers mois

La comparaison des statistiques des 7 premiers mois de 2020 par rapport à ceux des 7 premiers mois de l’année 2019 montre que tous les indicateurs ont enregistré des baisses importantes. Le nombre des tués a baissé de 26,72% pour s’établir à 1.396. Les accidents mortels, qui se sont chiffrés à 1.266, ont diminué de 24,51%. Pour leur part, les accidents corporels ont subi une diminution de 26,90%, soit 42.956. A noter que la plus forte baisse (- 30,17%) a été enregistrée au niveau des blessés graves qui se sont établis à 2.575. Quant aux blessés légers, leur nombre a diminué de 28,90% en s’établissant à 56.361.

Categorie: Marocco

Des indemnités exceptionnelles en cours d’élaboration au profit de tous les professionnels de santé

Maroc Press - 8 ore 14 min fa

Dans un exposé devant la Commission des secteurs sociaux à la Chambre des représentants, Ait Taleb a rappelé que la note N° 066 du 24 août 2020 a donné le feu vert pour la mise en œuvre de la décision de prévoir des indemnités au profit des professionnels de la Santé dans un cadre participatif avec tous les partenaires sociaux, notant qu’ »aujourd’hui, le ministère œuvre sur la manière dont elles seront versées, malgré que nous ne sommes pas encore sortis de la crise ».
Il a également saisi l’occasion pour souligner que le département de tutelle accorde une grande attention à l’amélioration des conditions de travail et à l’encouragement des professionnels, notant que le programme d’efficacité de la performance du ministère 2020, dans le volet relatif au programme budgétaire des ressources humaines, comporte une série de mesures qui prévoient une indemnité sur le rendement, la revalorisation des indemnités de permanence et la mise en place d’un programme national pour la santé et la sécurité dans les lieux de travail basé sur le contrôle, la gestion des risques professionnels pour le personnel de la Santé et des indemnités pour ceux qui travaillent dans les zones éloignées.
Le ministre a par ailleurs rappelé les rencontres tenues à partir du 4 août dernier avec les centrales syndicales les plus représentatives, mettant en avant la poursuite des efforts pour le règlement d’une série de dossier en suspens relatifs à la situation administrative et financière de certaines catégories, notamment les infirmiers et les techniciens de santé dans un cadre participatif.
« La refonte institutionnelle du système national de santé permettra l’amélioration de la situation sanitaire et financière des professionnels de santé et la promotion du secteur dans sa globalité », a-t-il conclu.
(Avec MAP)

Categorie: Marocco

Des indemnités exceptionnelles en cours d’élaboration au profit de tous les professionnels de santé

La vie eco - 8 ore 14 min fa
Coronavirus

Dans un exposé devant la Commission des secteurs sociaux à la Chambre des représentants, Ait Taleb a rappelé que la note N° 066 du 24 août 2020 a donné le feu vert pour la mise en œuvre de la décision de prévoir des indemnités au profit des professionnels de la Santé dans un cadre participatif avec tous les partenaires sociaux, notant qu' »aujourd’hui, le ministère œuvre sur la manière dont elles seront versées, malgré que nous ne sommes pas encore sortis de la crise ».

Il a également saisi l’occasion pour souligner que le département de tutelle accorde une grande attention à l’amélioration des conditions de travail et à l’encouragement des professionnels, notant que le programme d’efficacité de la performance du ministère 2020, dans le volet relatif au programme budgétaire des ressources humaines, comporte une série de mesures qui prévoient une indemnité sur le rendement, la revalorisation des indemnités de permanence et la mise en place d’un programme national pour la santé et la sécurité dans les lieux de travail basé sur le contrôle, la gestion des risques professionnels pour le personnel de la Santé et des indemnités pour ceux qui travaillent dans les zones éloignées.

Le ministre a par ailleurs rappelé les rencontres tenues à partir du 4 août dernier avec les centrales syndicales les plus représentatives, mettant en avant la poursuite des efforts pour le règlement d’une série de dossier en suspens relatifs à la situation administrative et financière de certaines catégories, notamment les infirmiers et les techniciens de santé dans un cadre participatif.

« La refonte institutionnelle du système national de santé permettra l’amélioration de la situation sanitaire et financière des professionnels de santé et la promotion du secteur dans sa globalité », a-t-il conclu.

(Avec MAP)

Categorie: Marocco