Traduci pagina

English French German Italian Portuguese Russian Spanish

Marocco

Au cœur des préparatifs du 2ème festival Symphoniat

Aujourd'hui le Maroc - Lun, 26/09/2022 - 7:29pm

Les préparatifs pour le festival “Symphoniat” vont bon train. ALM est parti à la rencontre de ses organisateurs en prélude à la 2ème édition, qui débutera le 29 septembre à Casablanca. A notre micro, le directeur artistique et chef d’orchestre, Tom Cohen, se lâche pour souhaiter les bienvenus au public. De son côté, l’artiste marocain, Maxime Karoutchi, s’exprime à propos de l’événement qui, pour lui, “prépare quelque chose d’extraordinaire”. « C’est juste magique”, poursuit-il. A son tour, l’artiste-interprète, Sanae Marahati, ne manque pas de se féliciter de cette manifestation.

Categorie: Marocco

OCP acquiert 50% d’un important producteur espagnol d’engrais

La vie eco - Lun, 26/09/2022 - 6:07pm
OCPOCP

GlobalFeed qui opère dans le segment de la nutrition animale, fabrique et distribue une large gamme de produits, y compris des produits de commodité à base de phosphate et des solutions premium et à haute valeur ajoutée destinées à plusieurs espèces, indique un communiqué conjoint de l’OCP et Fertinagro Biotech.

La Société possède des unités de production flexibles situées à Huelva, en Espagne, d’une capacité de 200.000 tonnes pour les produits à base de phosphates et 30.000 tonnes pour les produits à base de sulfate de fer et bénéficie d’une large présence commerciale à l’international.

Le marché de la nutrition animale a connu un développement soutenu au niveau mondial ces dernières années grâce à l’intensification de l’élevage, et le besoin de satisfaire les préférences nutritionnelles de la population, de plus en plus orientées vers les produits carnés et à forte teneur protéinée, notamment dans les pays émergents, fait savoir le communiqué, notant que dans ce contexte, cette opération contribuera à la stratégie d’OCP visant à croître sur le marché des phosphates pour aliments de bétail, en élargissant géographiquement sa présence et en proposant un portefeuille de produits diversifié et innovant.

Dans ce sens, le Managing Director Specialty Products and Solutions du Groupe OCP, Marouane Ameziane a déclaré que cette acquisition confirme l’objectif d’OCP de se diversifier dans les phosphates et de devenir un acteur leader dans le secteur de l’alimentation animale, en répondant à la demande croissante et en élargissant ses offres avec des produits durables de spécialité et customisés.

 

« Cette alliance encore plus étroite avec OCP permettra d’accélérer nos capacités industrielles et la croissance de notre marché en offrant aux éleveurs, un meilleur accès à nos technologies de pointe et aux alternatives de nutrition à base de phosphate les plus fiables du marché », a commenté Javier Martin, PDG de GlobalFeed, cité dans le communiqué. Cette prise de participation demeure soumise aux conditions suspensives usuelles, y compris les approbations des instances réglementaires, note le communiqué. Fertinagro est une société espagnole spécialisée dans la commercialisation de solutions innovantes de nutrition des plantes (NPK, NPK enrichi, biostimulants, etc.).

 

 

 

Categorie: Marocco

L’Europe divisée entre soutien à l’est et mises en garde à l’ouest

ALBAYANE - Lun, 26/09/2022 - 4:20pm

Victoire du parti post-fasciste de Giorgia Meloni aux législatives italiennes

En Europe, les réactions étaient mitigées lundi au lendemain de la victoire du parti post-fasciste de Giorgia Meloni aux législatives italiennes, Pologne et Hongrie affichant leur soutien tandis que France, Allemagne et Espagne restaient sur leurs gardes.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a déclaré lundi que les Etats-Unis étaient impatients de travailler avec le nouveau gouvernement italien, mais qu’ils encourageaient le respect des droits humains. « Nous sommes impatients de travailler avec le gouvernement italien sur nos objectifs communs. », a écrit le secrétaire d’Etat sur son compte Twitter.

Le président de la république française, Emanuel Macron dit qu’il « respecte » un « choix démocratique » et appelle à « continuer à oeuvrer ensemble ». En revanche, son chef de gouvernement, Elisabeth Borne a averti que la France sera « attentive » au « respect » des droits humains et du droit à l’avortement. « Bien évidemment, on sera attentif, (avec) la présidente de la Commission européenne (Ursula von der Leyen), à ce que ces valeurs sur les droits de l’Homme, sur le respect des uns et des autres, notamment le respect du droit à l’avortement, soient respectées par tous », a-t-elle déclaré sur la chaîne BFMTV.

Le ministre espagnol des Affaires Etrangères José Manuel Albares a alerté lors d’un petit-déjeuner de presse sur le fait que « les populismes finissent toujours en catastrophe » et estimé que cette victoire intervenait à un moment où « deux modèles s’affrontent » en Europe, sur fond de guerre en Ukraine.

De son côté, l’Allemagne attend de l’Italie qu’elle reste « très favorable à l’Europe », a indiqué à la presse Wolfgang Büchner, porte-parole du gouvernement.

« L’Italie est un pays très favorable à l’Europe, avec des citoyennes et des citoyens très favorables à l’Europe, et nous partons du principe que cela ne changera pas », a-t-il lancé.

Bruxelles espère pour sa part qu’elle aura « une coopération constructive avec les nouvelles autorités italiennes », selon le porte-parole de la Commission européenne, Eric Mamer.

« La Commission et la présidente travaillent avec les gouvernements qui sortent des élections des pays de l’Union européenne. Il n’en va pas différemment dans ce cas-ci », a-t-il dit lors d’une conférence de presse quotidienne de l’exécutif européen.

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, a salué la « grande victoire » de Giorgia Meloni. « Grande victoire! Félicitations! », s’est exclamé M. Morawiecki sur Facebook, utilisant des émojis pour souligner que les deux pays seraient forts ensemble. Un enthousisame partagé par le Premier ministre nationaliste hongrois Viktor Orban, qui a twitté « Bravo, Giorgia! une victoire bien méritée. Félicitations! ». « Nous avons plus que jamais besoin d’amis partageant une vision et une approche communes de l’Europe », a jouté son directeur politique, le député Balazs Orban. Dans plusieurs pays européens, les formations d’extrême droite se sont réjouies de la victoire de Mme Meloni.

« Le peuple italien a décidé de reprendre son destin en main en élisant un gouvernement patriote et souverainiste », a tweeté la française Marine Le Pen, du Rassemblement National (RN).

L’article L’Europe divisée entre soutien à l’est et mises en garde à l’ouest est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categorie: Marocco

Salah-Eddine Benhammane, la force sereine !

ALBAYANE - Lun, 26/09/2022 - 4:11pm

La chaîne Atlas Hospitality à Agadir

Saoudi El Amalki

Il y a toujours de ces opérateurs du tourisme qui crèvent l’écran par une aura archétype. Ils scellent leur mission par tant de perfection et de civisme. Cet acabit de professionnels s’est visiblement raréfié, au fil du temps et au moment où le secteur s’affichait des signes d’essoufflement, depuis des lustres.

De toute évidence, le référent de l’hôtellerie, aussi bien au niveau de la région que de la nation, Salah-Eddine Benhammane fait partie de cette race exceptionnelle. Muni d’un  haut sens de bonne direction des boîtes et de saine conduite à l’égard du staff et surtout de la clientèle, cet éminent stratège s’était fait confier la gouvernance d’une ribambelle de structures hôtelières de belle facture, dont tout particulièrement,  ce joyau, pieds dans l’eau qu’est le Royal Atlas.

En effet, depuis la cession des actifs hôteliers du Groupe FRAM à la Chaîne Atlas Hospitality, la maestria de management de Salah-Eddine ne se faisait nullement attendre aussi bien aux structures hôtelières dont il est chargé qu’à la tête du Conseil Régional de Tourisme d’Agadir dont il détenait  les rênes en 2013. Lors de ce mandat, il a fait preuve de beaucoup de qualité visionnaire, étoffée par son expertise en matière de stratégie et de promotion. Son tempérament pondéré force l’estime de tout son entourage, à tel point qu’on n’hésite pas de l’encenser de «force tranquille».

A aucun moment, il ne se laisse emporter par la colère et encore l’affolement de quelque situation ou réplique aussi disgracieuses soient-elles. Bien au contraire, il fait montre d’attitude fluide mais ferme sur le principe, sans jamais verser ni dans la frictionabsurde ni la complaisance inepte. Son tact si spontané ne faillit point face aux multiples interlocuteurs et partenaires, tout en se montrant affable, à travers ses actes solidaires et appuyants au profit de diverses institutions actives.

Tout au long de son parcours de professionnel aguerri et flamboyant, il ne cesse de nourrir l’espoir à court et long terme, de voir la station s’éclore en ces moments de reprise, malgré les impacts cruciaux de la pandémie. Pour lui, le marasme dont se plaint la destination n’aurait jamais été un dessein fatidique, en dépit de la cruauté épidémique qui s’est abattue sur l’univers. Le regain d’activités dont la lueur de la première étincelle s’est illuminée durant la saison estivale écoulée, ne s’attardait guère et augure des lendemains meilleurs. A son sens, Agadir, premier site balnéaire du royaume, se devait de ragaillardir son produit et de revigorer son attractivité en termes d’animation dont les bourgeons de loisirs sont en passe de fleurir, de relever  la capacité litière, de raviver l’investissement et le transport aérien de cette métropole mise en marche, à plein régime. Le passage de Salah-Eddine à la présidence du CRT d’Agadir, n’a duré qu’un seul mandat mais il y a sans nul doute, laissé son empreinte marquée par les valeurs de l’assiduité, de l’intégrité et du bon sens.

Aujourd’hui, il compte parmi les quatre pass-présidents qui se sont succédés au CRT et pour le succès duquel il ne ménagera aucun effort, afin de réinviter le secteur et lui dédier son cachet singulier, eu égard des mutations profondes auxquelles ce dernier fera continuellement face. Il est vrai que les atouts potentiels de la destination de prédilection ne sont autres que la mer et le soleil, depuis que la baie égayait ses plages à perte de vue et les dunes truffées d’eucalyptus verdissaient ses rivages, avaient constamment visser sa réputation touristique mais, ils devraient aller de paire avec d’autres niches et filières dont regorge la région.

C’est dans la diversité des ingrédients que l’on peut drainer les touristes à multiples préférences et assurer les taux de retour. Salah-Eddine en est conscient et s’y met corps et âme pour en découdre les secrets de la réussite.

En ce qui le concerne, il se dote d’immenses qualités humaines et professionnelles pour y parvenir, quoiqu’il ait déjà fait ses preuves, de la manière la plus éclatante !

L’article Salah-Eddine Benhammane, la force sereine ! est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categorie: Marocco

L’extrême droite aux portes du Palazzo Chigi

ALBAYANE - Lun, 26/09/2022 - 4:06pm

Législatives en Italie

Par Hajar Erraji (MAP)

Au terme d’un marathon électoral acharné, les urnes livrent leur verdict en Italie. Sans surprise, la coalition conservatrice menée par l’extrême droite domine les législatives de dimanche. D’après les premiers résultats, la leader des « Frères d’Italie » (FDI), Giorgia Meloni, devrait devenir la première Chef du gouvernement de l’histoire de la péninsule. Une aubaine pour certains et une source d’inquiétudes pour d’autres.

« Nous gouvernerons pour tous les Italiens », a déclaré Mme Meloni, en pole position, devant un parterre de plus de 400 journalistes italiens et étrangers venus suivre la soirée électorale à l’hôtel romain Parco dei Principi.

Sur une scène encadrée d’écrans géants, séparés par un grand ruban de triomphe tricolore aux couleurs du drapeau italien, la prétendante, dont la formation politique n’a cessé de susciter la polémique pendant la campagne, prône l’unité et la responsabilité face aux inquiétudes exprimées dans son pays et à l’étranger.

“Si nous sommes appelés à gouverner la nation, nous le ferons pour tout le monde. Nous chercherons à unir plutôt qu’à diviser. C’est le temps de la responsabilité”, rassure Mme Meloni, vêtue en blanc, de quoi apaiser les regards et les esprits après une soirée pleine d’émotions.

En restant dans l’opposition à tous les gouvernements qui se sont succédés depuis les législatives de 2018, le FDI s’est imposé comme la principale alternative, passant de 4,3% à un quart des voix, selon un sondage de l’institut Opinio pour la Rai. Il devrait recueillir entre 22 et 26% des voix, tandis que ses partenaires de la coalition, la Ligue d’extrême droite de Matteo Salvini et le parti conservateur Forza Italia (FI) de Silvio Berlusconi, devraient récolter respectivement entre 8,5 et 12,5% et entre 6 et 8% des votes.

La coalition récolterait au total environ 43% des suffrages, ce qui lui assure la majorité absolue des sièges aussi bien à la Chambre des députés qu’au Sénat. Pour la première fois depuis 1945, un parti d’extrême droite pourrait ainsi gouverner l’Italie.

« Les Italiens ont envoyé un message clair en faveur d’un gouvernement de droite, dirigé par Fratelli d’Italia », a réagi Mme Meloni, affirmant ainsi son ambition de devenir Première ministre.

Après une campagne qu’elle a qualifiée de “violente », cette romaine de 45 ans est parvenue à esquisser son image et rassembler autour de son nom les peurs et les colères de millions d’Italiens face à la flambée des prix, au chômage, aux menaces de récession ou à l’incurie des services publics, faisant barrage à la gauche d’Enrico Letta, qui devra se contenter d’un score oscillant entre 17 et 21%.

Arrivé troisième, selon les sondages, le Mouvement 5 Etoiles obtiendrait, pour sa part, entre 13,5 et 17,5% des voix, en chute par rapport à son score historique de plus de 30% en 2018.

Décidé à la dernière minute suite à la démission de Mario Draghi dans un contexte économique et géopolitique tendu, le scrutin a été marqué par un taux de participation en berne. A 23h, 64,67 % des électeurs ont voté, a indiqué le ministère de l’Intérieur sur son site Internet, contre 73,68% pendant la même période lors des législatives de 2018.

« Je regrette le taux d’abstention. Le défi maintenant est de reconstruire la relation entre les institutions et les citoyens », a commenté la dirigeante de FdI. Sans expérience gouvernementale, à part un passage éphémère au ministère de la jeunesse (2008-2011), Mme Meloni aura, en cas de confirmation de ces résultats, à gérer nombre de dossiers épineux sur la table, notamment la dette, la hausse des prix et les réformes dictées par Bruxelles dans le cadre du plan de relance.

Après le dernier mot du ministère de l’Intérieur, prévu ce matin, un nouveau gouvernement sera nommé dans les jours à venir, mais le chemin peut traîner en longueur. Dans le passé, ce processus a pris entre un peu moins de quatre et douze semaines. La seule échéance sûre pour le moment est celle de la première réunion du nouveau Parlement, prévue au plus tard le 15 octobre.

L’article L’extrême droite aux portes du Palazzo Chigi est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categorie: Marocco

Le gouvernement s’attaque aux problèmes des délais de paiement

La vie eco - Lun, 26/09/2022 - 4:06pm
Conseil de GouvernementConseil de Gouvernement

 

 

Au début de ses travaux, le Conseil examinera le projet de loi portant modification de la loi formant Code du commerce et fixant des dispositions transitoires relatives aux délais de paiement, indique un communiqué du département du chef du gouvernement.

Le Conseil du gouvernement poursuivra ses travaux en examinant un projet de décret-loi fixant des dispositions relatives au Conseil national de la presse et un projet de décret relatif à la prorogation de la durée de l’état d’urgence sanitaire mis en place sur l’ensemble du territoire national pour faire face à la propagation de la Covid-19, précise le communiqué.

Il examinera également la Constitution de la Commission africaine de l’aviation civile adoptée à Dakar le 16 décembre 2009, ainsi qu’un projet de loi portant approbation dudit texte, avant de clore ses travaux par l’examen de propositions de nomination à de hautes fonctions, conformément aux dispositions de l’article 92 de la Constitution.

Le gouvernement tiendra, par la suite, une réunion consacrée à l’examen de propositions de loi.

Categorie: Marocco

Qu’en est-il des référendums que la Russie organise en Ukraine ?

ALBAYANE - Lun, 26/09/2022 - 4:03pm

Nabil El Bousaadi

La guerre d’Ukraine a pris un nouveau tournant, ce vendredi, quand la Russie a commencé à organiser, dans les zones ukrainiennes placées sous son contrôle, des « référendums » que Kiev, Washington et les pays du G7 se sont, bien entendu, empressés de condamner.

Ces votes qui devraient s’achever le 27 septembre ont lieu à Donetsk et Lougansk (à l’est de l’Ukraine) et dans les zones sous occupation russe dans les régions de Kherson et Zapporijjia (au sud). Des centaines de bureaux de vote ayant été ouverts dans les quatre territoires précités et même en Russie pour faire voter les déplacés, les autorités russes ont organisé à Moscou, Saint-Pétersbourg et dans d’autres villes du pays, des manifestations de soutien aux votes à grands renforts de drapeaux et de slogans.

Mais, en dénonçant la tenue de ces « pseudo-référendums » d’annexion, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exhorté, ce vendredi, la communauté internationale à réagir « avec la plus grande justesse » et, en lui emboîtant le pas et en considérant que ceux-ci « sont un simulacre, un prétexte fallacieux pour essayer d’annexer des parties de l’Ukraine par la force » le président américain, Joe Biden, a évoqué la mise en place de plusieurs sanctions économiques et financières contre le régime de Vladimir Poutine et averti la Russie que les Etats-Unis vont « travailler avec (leurs) alliés et partenaires pour lui infliger des mesures économiques supplémentaires rapides et sévères ». 

Lui faisant écho au motif que les « simulacres de référendum » que Moscou a pris pour « prétextes » pour « changer le statut » du territoire ukrainien constituent « un pas de plus vers son annexion » en les organisant « dans des zones » qui, en étant « placées de force sous (son) contrôle temporaire » ne représentent aucune « expression légitime de la volonté du peuple ukrainien qui a constamment résisté aux efforts russes visant à modifier les frontières par la force », l’Allemagne, qui assure, cette année, la présidence tournante du G7 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) a appelé, dans un communiqué, « tous les pays à rejeter, sans équivoque, les simulacres de référendums » que la Russie organise car ils « n’ont ni effet juridique ni légitimité comme en témoignent (ses) méthodes d’organisation hâtives », « violent clairement la Charte des Nations-Unies et le droit international » et, enfin, « ne respectent en rien les normes démocratiques » dès lors qu’ils procèdent d’une « intimidation flagrante des populations locales » par Moscou. 

Aussi, dans le communiqué transmis par le porte-parole du gouvernement allemand, il est clairement affirmé que le G7, regroupant les sept pays les plus industrialisés du monde, « ne reconnaîtra jamais ces référendums qui semblent être une étape supplémentaire vers une annexion » qu’il ne reconnaîtra pas si elle venait à se produire et, à l’issue d’une rencontre en marge de l’Assemblée générale des Nations-Unies, le chef de la diplomatie européenne, Josep Borell, a condamné, au nom de l’Union européenne, « l’escalade » de Moscou dans le conflit en Ukraine.

Mais au moment où la Russie qui, en faisant la sourde-oreille aux critiques internationales, poursuit ses plans de référendum en Ukraine, entreprend la mobilisation de centaines de milliers de réservistes pour contrecarrer l’avancée de l’armée ukrainienne, le président Zelensky qui a appelé ses compatriotes se trouvant dans les territoires occupés à « se cacher pour échapper à la mobilisation russe » et, s’ils se trouvent dans l’incapacité de le faire, à « saboter toute activité de l’ennemi », a revendiqué la libération de nouveaux territoires ukrainiens à la suite des nouvelles livraisons d’armes occidentales ; ce qui a été confirmé par un responsable séparatiste pro-russe lorsqu’il a fait état de bombardements des forces ukrainiennes qui prouvent que ces dernières « veulent tout faire pour faire dérailler le référendum ». Y parviendront-elles ?

Attendons pour voir…

L’article Qu’en est-il des référendums que la Russie organise en Ukraine ? est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categorie: Marocco

Quoi de neuf dans le diagnostic et le traitement du cancer de la prostate ?

ALBAYANE - Lun, 26/09/2022 - 4:01pm

Point de vue

Par Dr Mohammed Rhazoini

Aujourd’hui, par voie périnéale au niveau du petit bassin, on peut faire des biopsies non invasives, guidées par Échographie et IRM pour un diagnostic plus précis d’une pathologie tumorale maligne de la prostate.

Classiquement, pour diagnostiquer une anomalie de la prostate (cancer ou tumeur bénigne), le chirurgien urologue passe par voie rectale pour faire un prélèvement (biopsie).

Psychologiquement cela reste encore traumatisant dans notre contexte marocain. Des hommes vont perdre beaucoup de temps à cause de cet obstacle

Heureusement que la science évolue. Aujourd’hui, par voie périnéale au niveau du petit bassin, on peut faire des biopsies non invasives, guidées par Échographie et IRM.

Le Maroc est à l’heure de cet événement médical de pointe.

Le service d’urologie de l’hôpital Militaire d’Instruction Mohammed V et le Groupe Marocain d’Andrologie et de Médecine sexuelle (GRAMS) organise à Rabat ce vendredi 23 septembre 2022, une rencontre scientifique sur les actualités diagnostiques et thérapeutiques dans les cancers de la prostate.

Cette rencontre de formation médicale continue sur l’une des pathologies urologiques les plus fréquentes profitera de l’expertise d’une équipe spécialisée de l’établissement urologique Nantes-Atlantis, dirigée par Dr Thierry Rousseau.

L’équipe médicale de Nantes présentera sa longue expérience en matière de diagnostic du cancer de la prostate par une technique non invasive appelée.

« Biopsie de la prostate par voie transpérinéale  et fusion d’images ».

Des urologues marocains des secteurs public, privé et militaire participeront à des workshop sur cette nouvelle technique de biopsie de la prostate, animés par l’équipe Nantaise d’urologie du Dr Thierry Rousseau.

Cette technologie innovante en urologie assistée par imagerie focalisée sur le cancer de la prostate, a pour principal défi d’apporter une qualité et une précision aux interventions mini-invasives lors des étapes de diagnostic et de traitement du cancer le plus fréquent chez l’homme

Cette assistance au geste chirurgical, à la fois en guidant le médecin vers la zone suspecte lors de la biopsie, et en enregistrant la cartographie des biopsies pour un meilleur contrôle qualité.

L’une des originalités de son approche est de fusionner sur une même image les données des IRM et de l’échographie en temps réel.

Deux techniques d’imagerie nécessitant des conditions habituellement incompatibles et ne pouvant donc être mises en œuvre en même temps chez le patient.

Pour la première fois l’échographie 3D, la fusion d’images, le suivi d’organes sont associés dans un dispositif unique et intuitif permettant à l’urologue de contrôler la précision et la qualité de la biopsie de prostate et permettre le choix d’un traitement adapté à chaque patient.

Il est essentiel de préciser que le cancer de la prostate est le 1er cancer chez l’homme et correspond à la 2e cause de mortalité par cancer chez l’homme.

Il s’agit aujourd’hui d’un enjeu de santé publique majeur, compte tenu notamment de l’augmentation de la durée de vie.

Si son dépistage repose sur le dosage sanguin du PSA et l’examen clinique (toucher rectal), son diagnostic nécessite l’analyse histologique de prélèvements prostatiques. Actuellement, en routine clinique, ces biopsies prostatiques sont réalisées par voie endorectale, grâce à un guidage échographique. Le plus souvent, le cancer n’est pas visible dans l’image échographique et celle-ci est utilisée pour réaliser une douzaine de prélèvements (ou carotte), repartis au mieux dans la prostate.

Pour augmenter la précision et la contribution de ces biopsies, l’utilisation des données acquises par l’imagerie par résonance magnétique (IRM), ainsi que la fusion des images échographiques et d’IRM est aujourd’hui une thérapeutique en voie de validation et réalisée dans de nombreux établissements disposant des outils dédiés.

L’objectif de la rencontre entre urologues de Rabat, kénitra et de Nantes est de présenter les modalités pratiques de la réalisation au Maroc de ces biopsies prostatiques utilisant la fusion d’image et d’en discuter les avantages et les bénéfices.

La rencontre scientifique sur les nouvelles technologies de diagnostic et de traitement en urologie entre des urologue de Nantes et de Rabat portera également sur les techniques coelioscopiques robotisées, de la  chirurgie de l’incontinence urinaire et des prolapsus de la femme, de la chirurgie vaginale périneale par bandelette ou par neuromodulation sacrée « place maker vésicale.

L’article Quoi de neuf dans le diagnostic et le traitement du cancer de la prostate ? est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categorie: Marocco

Tel un désenchantement «poétique» de la société

ALBAYANE - Lun, 26/09/2022 - 3:56pm

« Murs effondrés » de Hakim Belabbes

DNES à Tanger Mohamed Nait Youssef

Bribes et fragments de vie. Détails filmés. Des plans coupant les souffles. Dans  « Murs effondrés »,  le réalisateur marocain Hakim Belabbes offre aux cinéphiles et passionnés du cinéma, un bain visuel au goût de la poésie, de la joie, de l’amertume, du chagrin, de la mort, de l’absence et la présence. C’est à Bejaâd, ville natale du réalisateur résidant à Chicago, que le film a été tourné. Un retour au bercail, aux origines, aux images et sensations premières. L’intitulé du film s’ouvre sur des champs de réflexion multiples : désastre, vestiges, effondrement…

Or, dans ce long métrage, le réalisateur a su capter la voix intérieure des personnages. L’émotion y était. Omniprésente dans le film, de bout en bout. Belabbes a eu, à vrai dire, ce don de transcender les plans, mais aussi les images, en allant aux tréfonds du détail, de l’humain.  Incontestablement, seuls les doués aux verves profondes peuvent y aboutir.

Car, dans ces détails se cachent en effet les douleurs, les souffrances, les désirs, les plaisirs, les bonheurs et tout un vécu des gens simples, modestes qui mènent une vie à la fois mitigée, paisible et parfois ordinaire. Tout y dans les visages des personnages. Tout se lit sur leurs yeux.

Les portraits, les plans reprochés et les images en disent long. L’histoire, les histoires dans l’histoire sont filmées, autrement dit, à Bejaâd, une petite ville marocaine, qui a vu naître des personnalités dans les domaines de l’art, de  la culture, de la politique… D’un plan à l’autre et d’une séquence à l’autre, le réalisateur raconte par le biais de l’image et du cinéma des histoires humaines simples, mais profondes. Chaque plan parlant dégage en effet une essence humaine. L’écriture visuelle fragmentaire est mise en valeur dans ce film.

Par ailleurs, ce sont les dualités de la mort, de la vie, du profane et du sacré qui sont montrés, parfois implicitement, dans cette œuvre cinématographique. C’est le sens qui prime et qui invite à une méditation profonde et symbole, en filigrane.

Le périple était un long. Et c’est ainsi la vie. Or, dans les  « Murs effondrés », ce sont les morts et les vivants qui cohabitent dans un univers tantôt enfermé, tantôt ouvert. Et ce sont les funérailles et les noces qui réunissent les gens. Et quand les murs s’effondrent ; tout se dévoilent. Une espèce désenchantement! « Murs effondrés » est un film fort dont la réalité humaine se dévoile… poétiquement.

L’article Tel un désenchantement «poétique» de la société est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categorie: Marocco

«Mon exposition est un hommage à la femme marocaine et à sa force créatrice»

ALBAYANE - Lun, 26/09/2022 - 3:53pm

Entretien avec l’artiste peintre Tilila Touri

Propos recueillis par Kenza Makhdar, (journaliste stagiaire)

L’artiste peintre Tilila Touri a présenté pour la première fois au Maroc ses différentes œuvres dans une exposition individuelle du 13 au 21 septembre 2022, à la Galerie Mohamed El Fassi à Rabat. Placée sous thème «HIA», l’exposition traite la thématique de la femme marocaine au ménage quotidien. Dans cet entretien, Tilila nous parle de son parcours, de son style de peinture, et de ses objectifs.

Al Bayane : Pourriez-vous vous présenter ?

Tilila Touri : Je suis architecte d’intérieur, designer et scénographe. J’ai fait l’Ecole Supérieur des Beaux-Arts d’Angers en France. En effet, j’ai eu la possibilité de faire ma formation en design mais aussi de garder un pied dans l’art. J’ai mené un double cursus sans être diplômée en art mais en ayant un diplômedesign. Mes premières expériences ont été en architecture d’intérieur et mon stage de fin d’étude était en scénographie d’exposition à Paris, à la Cité De l’architecture et du patrimoine. En effet, cette expérience a été culminante dans mon parcours car c’est grâce à laquelle que j’ai eu l’idée de rentrer au Maroc. J’ai réalisé quelques expositions en France, mais ce n’est qu’en 2021 que j’ai effectué ma première exposition collective dans mon pays natal. En effet, c’était une expérience de dernière minute qui m’a permis de démystifier l’exposition et d’oser montrer mon art hors de mon atelier après être pendant longtemps intimement liée à mes toiles.

Par suite de cette expérience, j’ai réalisé ma première exposition individuelle au Maroc «HIA», élaborée comme un laboratoire et un terrain d’expérimentation qui transforme les outils ménagers de la femme marocaine en outils de création. J’ai voulu montrer à travers mes tableaux comment avec plusieurs outils variés on peut créer de nombreux rendus et formes d’expression et peut être même créer des émotions différentes dépendantes de chaque personne.

Est-ce que vous abordez d’autres thématiques que celle de la femme ?

Mon thème global depuis le début de mon parcours est l’identité. J’ai toujours eu un intérêt pour la question des facettes d’Homme. Pour ma part, je suis femme, marocaine, berbère, musulmane, citoyenne donc toutes ces facettes font ce qui me compose au quotidien sans oublier mon d’identité marquée par une double culture maroco-francaise. Le choix du thème de la femme dans la société marocaine ou dans le ménage marocain c’est aussi un retour en sources puisque je reste marocaine influencée par sa société.

Qu’est-ce qui vous a attiré vers la peinture ?

Je ne pense pas avoir choisi la peinture. Pour moi c’est plus la peinture qui m’a choisie parce que d’aussi loin que je me souvienne, j’ai commencé à dessiner et à peindre avant de commencer à écrire. De plus, j’ai de la chance d’avoir des parents qui m’ont toujours encouragé et qui m’ont poussé à m’exprimer à ma façon. La peinturem’a choisie mais j’ai aussi l’avantage d’avoir un entourage bienveillant et influençant.

Comment définissez-vous votre style de peinture ? Et pourquoi ce style particulièrement ?

Je suis plus dans l’abstrait et la performance, car lorsque j’ai commencé à filmer mes réalisations de toiles, je me suis rendue compte que c’était beaucoup une question de rapport de corps à toile c’est-à-dire une réelle prégnance du corps et de son énergie dans le travail que je réalise. Et c’est en montrant les toiles que j’ai trouvé ça dommage quand on ne voit pas ce qui est derrière, parce que je ne les vois pas comme juste un résultat mais comme un parcours et la performance entre dans ce parcours.

Quels sont les outils ou les techniques que vous utilisez dans la réalisation de vos œuvres ?

J’ai pris le parti dès le départ de sortir complètement des outils traditionnels et de ne travailler qu’avec ceux du quotidien féminin dans le ménage tels que «kerrata», «jeffaf», torchons, raclette de vitre et des outils de pâtisserie.  En effet, je puise mes outils de création dans le quotidien, la forme d’un outil ou d’un objet utilisé au quotidien m’inspire et me pousse à expérimente pour savoir s’il me sera utile ou non. Car il y a plein d’outils que j’ai testé mais qui n’ont rien donné dans la façon dont je les ai travaillés, peut-être dans quelque temps je travaillerais avec d’une autre manière et ça donnerait du bon résultat.

Sur quelle base vous choisissez les couleurs ?

C’est l’envie du moment. J’ai un grand penchant pour le noir, le blanc et le bleu, ce sont ces trois couleurs qui me touchent le plus. Au début, j’ai peint en noir et blanc, ensuite, je suis passée aux couleurs sous l’influence de mon entourage. Néanmoins, pour moi, le noir et le blanc sont extrêmement expressives et ils n’ont pas besoin d’autres couleurs.

Quels sont vos inspirations ?

Ce qui me nourrit c’est l’humain d’une manière générale, mais aussi la lecture ou l’écoute des entretiens avec des personnes passionnées par leur métiers que ce soit la cuisine, la technologie ou l’art. Cela m’inspire souvent et je retrouve des phrases qui font écho à ce que je ressens et à ma façon d’être. En effet, ces personnes sont généralement questionnées sur la notion de la mélancolie et de leur rapport à celle-ci ainsi que de la manière dont ils l’utilisent dans leur propre créativité, et personnellement, cette notion a beaucoup nourri la mienne pendant des années.

Que représente pour vous la peinture dans votre vie ?

Pour moi, la peinture est une expression de soi, une liberté d’être et un partage.

Quels messages voudriez-vous véhiculer à travers les tableaux de cette exposition, et vos œuvres artistiques en général ?

Je voulais montrer toute la force, l’énergie et les émotions mises dans le travail quotidien de la femme dans son foyer qui ne sont pas forcément visibles et reconnues, et de les mettre en lumière en donnant à chaque personne la possibilité de voir à travers les toiles cette énergie dépensée au quotidien. En effet, c’est un hommage à la femme marocaine et à sa force créatrice car chaque geste de quotidien est une forme de création qui mérite de la reconnaissance. Mon objectif est de rendre cette énergie visible. Ce sont parfois quatre à cinq heures de peinture pour faire une toile pendant laquelle j’utilise les outils du quotidien et c’est la même durée que la femme prend pour effectuer la tâche du ménage.

Est-ce que pouvez-vous un jour changer de thématique et aborder autre que celle de la femme ?

Je ne sais pas sincèrement, l’avenir nous le dira. En effet, mon travail est un laboratoire d’expérimentation, j’expérimente jusqu’à ce que je n’aie plus la possibilité d’expérimenter et c’est à ce moment-là que je pourrais faire autre chose. Pourtant, je pense que la femme est une source inépuisable d’inspiration et qu’il y aura toujours quelque chose à dire différemment.

Est-ce que vous travaillez sur d’autres projets actuellement ?

Une fois j’ai posé l’exposition, j’ai commencé une nouvelle série avec les mêmes outils mais qui est totalement différente de celle exposée actuellement. Cette série, je l’ai travaillée exclusivement en noir et blanc et où je pourrais utiliser du bleu sur noir pour travailler une certaine subtilité sur la toile. D’un autre côté je travaille des dessins détaillés sur de petits formats à l’encre de Chine. Le thème de base de ces œuvres est l’attente. Au moment où je suis en arrêt dans une salle d’attente ou en regardant un film, je prends un bout de papier et un stylo et je commence à dessiner, parfois des formes géométriques, florales et des fois sans même de référence. Je pense qu’il y aura aussi une exposition exclusive pour ces dessins.

Quels sont vos objectifs à court ou à long terme ?

En tant qu’artiste, je souhaite donner de la voix à mon travail et pouvoir exposer partout dans le monde. En effet, le Maroc compte aujourd’hui une nouvelle scène artistique extrêmement présente et douée, avec des artistes prolifiques qui abordent des thématiques extraordinaires mélangeant des cultures diverses et des origines multiples, qui mérite d’être reconnue à l’échelle internationale. De plus, j’espère qu’on crée un mouvement artistique purement africain susceptible d’influencer l’art mondial et que j’aimerais en faire partie.

L’article «Mon exposition est un hommage à la femme marocaine et à sa force créatrice» est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categorie: Marocco

Le PPS appelle à une réunion urgente de la commission concernée

ALBAYANE - Lun, 26/09/2022 - 3:47pm

Programme de lutte contre la sécheresse

Par M’Barek TAFSI

Le GPS interpelle le ministre concerné au sujet du degré d’exécution du programme exceptionnel de 10 milliards de DH de lutte contre la sécheresse et demande une réunion de la commission des secteurs productifs.

Suite aux plaintes de nombreux agriculteurs et éleveurs, très affectés par la sécheresse de l’an dernier, qui a impacté durement le secteur de l’agriculture et aggravé le stress hydrique dans le pays, le groupe du progrès et du socialisme (GPS : PPS) à la Chambre des représentants a adressé au ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts une question écrite au sujet de l’avancement de la mise en œuvre du programme exceptionnel de 10 milliards de dirhams, mis en place en février dernier pour atténuer l’impact du déficit des pluies sur le secteur de l’agriculture et fournir l’aide aux agriculteurs et aux éleveurs concernés.

Dans cette lettre, le président du groupe, Rachid Hamouni précise que les plaignants affirment n’avoir bénéficié que d’un soutien insuffisant. Il lui fait part aussi de la réparation inéquitable de ce soutien entre les différentes régions du pays, tout en rappelant l’ampleur des effets de cet état de sécheresse qui sévit encore dans le pays, alors les préparatifs de la nouvelle campagne agricole ont déjà commencé.

Le président du groupe du PPS demande en effet au ministre des éclaircissements au sujet des critères et des manières d’exécution de ce programme exceptionnel, du degré d’avancement des réalisations et de son impact réel sur le terrain et plus précisément sur les petits agriculteurs et éleveurs.

….DEMANDE UNE REUNION DE LA COMMISSION CONCERNEE

Dans le même ordre d’idées, le président du GPS a demandé au président de la commission parlementaire des secteurs productifs de convoquer une réunion de sa commission, dans les plus brefs délais, pour débattre également de l’impact effectif de la mise en œuvre du programme exceptionnel de 10 milliards de Dirhams sur le terrain. Et ce en présence du ministre de l’agriculture, du président de l’administration collective au groupe du Crédit Agricole et du PDG du groupe de la mutuelle agricole marocaine d’assurance et de la Mutuelle marocaine d’assurance.

D’un coût global de 10 milliards de dirhams, ce programme exceptionnel s’articule autour de trois axes : la protection du capital animal et végétal et la gestion de la rareté des eaux, l’assurance agricole et l’accompagnement financier des agriculteurs et des professionnels.

Le coup d’envoi de la mise en œuvre sur le terrain concerne tous les axes du programme à l’échelle nationale. Le déploiement se fera progressivement selon l’urgence dans chacune des 12 régions du pays, avait-on annoncé.

L’article Le PPS appelle à une réunion urgente de la commission concernée est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categorie: Marocco

Les Institutions supérieures de contrôles sont appelées à « changer de paradigme »

ALBAYANE - Lun, 26/09/2022 - 3:42pm

Face aux défis émergents

Les Institutions supérieures de contrôles (ISC) sont appelées à « changer de paradigme » dans leur réflexion stratégique pour jouer des rôles de prévoyance à même d’attirer l’attention des décideurs sur les questions émergentes, a affirmé, lundi à Rabat, le Premier Président de la Cour des Comptes, Zineb El Adaoui.

Dans une allocution à l’ouverture d’une rencontre internationale « Leadership Masterclass 2022-2023 », organisée par l’Initiative de développement de l’INTOSAI (IDI), Mme El Adaoui a indiqué que les « transformations profondes qui caractérisent les conjonctures nationale et internationale aujourd’hui constituent de grands défis pour les décideurs et gestionnaires des affaires publiques ainsi que pour les mécanismes de contrôle », notant que ces défis doivent être surmontés.  Parmi les plus importants défis, Mme El Adaoui a évoqué les répercussions de la crise sanitaire mondiale, la raréfaction des ressources hydriques, la détérioration de l’environnement découlant des changements climatiques, ainsi que le creusement de la dette publique et la durabilité des finances publiques, sans oublier la révolution numérique et les défis qu’elle engendre en matière de Big Data, d’intelligence artificielle et de Blockchain.

Ces transformations « nous incitent à réfléchir aux rôles nouveaux que les mécanismes supérieurs de contrôle doivent jouer pour apporter une plus grande valeur ajoutée aux citoyens et à l’ensemble des parties concernées », a-t-elle estimé.

A cet égard, le Premier président de la Cour des comptes a invité les ISC à opérer un « changement de paradigme » dans leur réflexion stratégique pour jouer des rôles de prévoyance à même d’attirer l’attention des décideurs sur les questions émergentes, jugeant que ces nouveaux rôles ne doivent pas pour autant remplacer les missions traditionnelles des ISC qui doivent être renforcées eu égard à leur impact sur l’amélioration de la performance du secteur public et l’application du principe de reddition des comptes.  Mme El Adaoui a aussi réaffirmé la détermination de la Cour des comptes à renforcer l’action commune avec ses homologues sur les problématiques et sujets d’intérêts communs à travers le partage d’expériences et des meilleures pratiques dans le domaine du contrôle des finances publiques.

Dans cette même veine, le directeur d’IDI, Einar Gorrissen, qui s’exprimait par vidéoconférence lors de cette Masterclass tenue sous la thématique « Les ISC et la gestion des finances publiques: un exercice de prévoyance », a souligné qu’au « cours des dernières décennies, le monde a été secoué par une crise financière et économique, une pandémie, plusieurs catastrophes naturelles, et puis, l’impensable, une nouvelle guerre en Europe avec des conséquences mondiales. »

M. Gorrissen a expliqué que pour faire face à l’inflation galopante, la faible croissance ou encore l’insécurité alimentaire, plusieurs gouvernements remettent en question ou inversent les mesures politiques visant à atteindre un développement plus durable ou à lutter contre le changement climatique et les inégalités.

« Dans ce contexte, une gestion financière saine devient la clé de voûte pour traverser et surmonter la crise de la meilleure manière possible afin de garantir un développement plus durable », a souligné le DG de l’IDI, ajoutant que la gestion des finances publiques doit fournir des mécanismes pour « collecter, allouer, dépenser et rendre compte » des ressources publiques de la manière « la plus objective possible. »

« Cela implique une bonne gouvernance, des institutions fortes et des outils adéquats pour encourager et mettre en œuvre les réformes », a-t-il soutenu, soulignant que certaines gestions des finances publiques requièrent également un « examen rigoureux ». À cet égard, a-t-il fait remarquer, les institutions supérieures de contrôle jouent un rôle clé en assurant la responsabilité et la garantie de l’utilisation des fonds publics.
Étalé sur trois jours, ce séminaire connaît la participation des dirigeants des ISC d’une dizaine de pays européens et africains, ainsi que des représentants d’institutions internationales dont le Fonds monétaire international et la Banque mondiale. Organisé par l’Initiative de développement de l’INTOSAI (IDI), l’objectif global de cette Masterclass est d’analyser les tendances futures concernant la gestion des finances publiques et de permettre aux dirigeants des ISC de préparer leurs institutions à faire face aux risques et à identifier les opportunités pour garantir la pertinence et l’impact de leurs recommandations.

Au menu de ce séminaire de trois jours, figurent plusieurs présentations, discussions et ateliers animés par des experts internationaux avec une vaste expérience du secteur public.  Ces sessions portent notamment sur « La politique économique: évolutions théoriques et pratiques au cours des dernières décennies », « Le rôle des réglementations fiscales et des autorités fiscales indépendantes dans le contrôle des dépenses publiques », les « Dépenses publiques et responsabilité financière » ou encore la « Gestion des institutions publiques: efficacité et transparence ».

L’article Les Institutions supérieures de contrôles sont appelées à « changer de paradigme » est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categorie: Marocco

Benabdallah: «porter haut le flambeau de l’avenir»

ALBAYANE - Lun, 26/09/2022 - 3:34pm

2è Congrès national du Forum des filles du Maroc

Les travaux du 2è Congrès national du Forum des filles du Maroc, organisé par la Jeunesse socialiste sous le slogan « La fille marocaine, un partenaire essentiel du développement national », ont été clôturés samedi à Tanger.

S’exprimant à cette occasion, le Secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS), Mohammed Nabil Benabdellah, a souligné l’importance du rôle de la jeunesse dans la défense de la cause nationale et de l’intégrité territoriale du Royaume, à travers la diplomatie parallèle, notant que « l’appartenance aux organisations parallèles des partis nécessite beaucoup d’engagement, de loyauté et de sacrifice ».

Mohammed Nabil Benabdellah s’est arrêté sur l’importance de l’adhésion des jeunes à l’action politique et aux organisations et associations parallèles, afin « d’apporter une nouvelle dynamique à la scène politique nationale et de porter haut le flambeau de l’avenir ».

Après avoir évoqué les questions relatives aux femmes et filles qui sont traitées par le parti, notamment celles liées au mariage des mineures, aux travailleuses domestiques et à la scolarisation des filles rurales, le Secrétaire général du PPS a appelé à « faire prévaloir l’égalité et à se pencher sur d’autres questions pour renforcer le processus démocratique et de réforme au Maroc ».

Dans une déclaration à M24, la chaîne d’information en continu de la MAP, Benabdellah a affirmé que « le processus de développement et le projet démocratique sur lesquels travaille le PPS ne seront concrétisés qu’avec l’adhésion des femmes et des filles, vu qu’elles constituent une composante essentielle de la société », estimant que « l’égalité entre les sexes est une question centrale dans le cadre du projet mené par le parti ».

Pour sa part, le Secrétaire national de la Jeunesse socialiste, Younes Serraj, a indiqué que l’organisation ambitionne de donner un nouveau souffle au Forum des filles du Maroc, qui constitue une organisation parallèle de la Jeunesse socialiste, ajoutant que ce défi reflète la volonté des jeunes leaders de construire un espace capable de diffuser une culture sociétale de soutien pour renforcer la compréhension de l’égalité entre les sexes, de manière à renforcer l’accès des femmes et des filles à leurs droits politiques, économiques, sociaux, culturels et environnementaux.

Ce Forum, qui s’est tenu du 23 au 25 septembre, a réunit environ 150 participants des différentes sections de l’organisation au niveau national, en présence d’invités marocains et étrangers.

Il s’inscrit dans le cadre des efforts du PPS en matière d’encadrement et de formation des filles marocaines, et de renforcement de leur intégration dans leur environnement économique, social, culturel et politique.

L’article Benabdallah: «porter haut le flambeau de l’avenir» est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categorie: Marocco

Intelaka : 3,3 milliards de dirhams octroyés par Attijariwafa bank à fin août

Aujourd'hui le Maroc - Lun, 26/09/2022 - 1:10pm

13.926 porteurs de projets en ont bénéficié

Attijariwafa bank continue de mobiliser ses ressources pour accompagner les très petites et moyennes entreprises. Au 31 août 2022, le Groupe bancaire a financé 13.926 porteurs de projets dans le cadre de l’initiative Intelaka pour un montant de 3,3 milliards de dirhams. De par ce montant, Attijariwafa bank détient 41 % de part de marché du total des crédits accordés par le secteur. Le Groupe indique également dans sa récente communication financière avoir octroyé au titre des six premiers mois de l’année 7,2 milliards de dirhams de crédits aux très petites et moyennes entreprises. S’agissant de l’accompagnement non financier, pas moins de 54.000 très petites entreprises et porteurs de projets ont bénéficié de la formation et le conseil déployé par le Groupe Attijariwafa bank à travers son dispositif Dar Al Moukawil.

Cet effectif porte ainsi le nombre de prises en charge à plus de 200.000 TPE et porteurs de projets depuis le lancement du dispositif. Il est à préciser également que le Groupe bancaire a consolidé ses parts de marchés globales des crédits à l’économie grimpant ainsi à 26% en juillet 2022 contre 25,7% à la même période de l’année précédente. Sur le plan opérationnel, Attijariwafa bank a vu son activité en progression et ce en dépit du contexte volatil. Le produit net bancaire consolidé a ainsi atteint les 13,1 milliards de dirhams marquant ainsi une progression de 4,8% comparé au premier semestre 2021. Le groupe attribue cette performance à la dynamique commerciale favorable en termes de collecte de l’épargne et de financement de l’économie.

Ainsi, les dépôts et les crédits à la clientèle consolidés s’établissent respectivement à 389,3 milliards de dirhams (+5,6 %1 ) et 353,5 milliards de dirhams (+3,4 %1 ). «Par pôle d’activité, la hausse du produit net bancaire consolidé est principalement liée à la croissance de la contribution de la banque de détail à l’international (+13,7 %) et de l’Assurance (+30,5 %) », relève-t-on d’Attijari. Et de préciser que «le résultat d’exploitation augmente de 14,0 % pour s’établir à 5,7 milliards de dirhams grâce à une maîtrise accrue des coûts et à la normalisation progressive du coût du risque (-12,9 %)». Par ailleurs, le résultat net consolidé s’est élevé à 3,8 milliards de dirhams, contre 3,2 milliards de dirhams au premier semestre 2021, soit une hausse de +18,7 %.

Pour sa part, le résultat net part du groupe ressort à 3,0 milliards de dirhams, contre 2,6 milliards de dirhams au premier semestre 2021, en croissance de +16,2%. Rappelons qu’Attijariwafa bank aborde le quatrième trimestre 2022 avec optimisme et détermination ainsi qu’avec un engagement renouvelé pour continuer à soutenir ses clients, les communautés et les pays de présence dans ces temps difficiles malgré les incertitudes.

Categorie: Marocco

Le Maroc participe à Riyad au 23ème symposium d’Interpol de formation de la police

La vie eco - Lun, 26/09/2022 - 12:59pm
symposium d’Interpol de formation de la policesymposium d’Interpol de formation de la police

Le Royaume est représenté à cet événement, tenu sous le thème  » La Formation des forces de l’ordre dans un monde post-pandémique » par Younes Nafid, professeur de droit pénal à l’Université Naif Arabe des Sciences de la Sécurité et Mohamed Ali Haidas de la même Université.

Dans une déclaration à la presse, M. Haidas a souligné que le symposium discutera, durant trois jours, des mécanismes de formation des forces de l’ordre après la Covid-19.

Il sera, également, l’occasion de passer en revue les difficultés et les réussites, ainsi que les meilleures pratiques qui ont marqué la période pandémique, a-t-il ajouté.

Il sera, en outre, question de mettre en avant l’importance de la capacité de s’adapter aux urgences futures, et suivre les évolutions mondiales dans le domaine de la formation de la police numérique, ses méthodes et ses enjeux.

Le symposium comprend plusieurs panels, s’attardant sur le leadership numérique, l’adaptation aux technologies modernes dans le domaine de la formation des forces de l’ordre et les cyber-défis auxquels sont confrontés les programmes et applications de formation en ligne, poursuit-il.

Le premier jour du symposium sera marqué par une présentation de la stratégie d’INTERPOL pour le renforcement des capacités et la formation 2022-2025, par un examen des expériences internationales sur la manière de répondre aux scénarios d’urgence et la mise en place de mécanismes flexibles pour s’adapter aux futures urgences.

Il s’agit aussi de l’examen des efforts déployés par les membres du réseau INTERPOL Global Academy pour créer et développer des capacités de sécurité.

Lors de la deuxième journée, l’événement discutera des techniques de formation entre le présent et le futur, de l’examen de la transformation numérique de la formation à Interpol, en plus des mécanismes pour parvenir à la durabilité dans le domaine de la formation de la police, et de la vision du Centre de cybercriminalité et des preuves numériques de l’Université arabe Naif des sciences de la sécurité sur le renforcement des capacités de la cybercriminalité dans la région arabe. Enfin, le symposium procédera à une révision de ses travaux et de ses résultats, et émettra un ensemble de recommandations à même d’aider les forces de l’ordre à appliquer les meilleures pratiques dans le domaine de la formation et du renforcement des capacités de la police.

Ce symposium biennal s’adresse aux cadres des organismes nationaux, régionaux et internationaux impliqués dans le renforcement des compétences et des capacités de la police.

Il a été abrité par l’Université Naif arabe des Sciences de la Sécurité dans le cadre du partenariat stratégique entre cette Université et Interpol pour contribuer à la lutte contre la criminalité et à la réalisation de la sécurité internationale, à travers la mise en œuvre d’un ensemble de programmes scientifiques conjoints, de formation et de recherche.

Categorie: Marocco

Aéronautique: Collins Aerospace souffle sa 10ème bougie au Maroc

Aujourd'hui le Maroc - Lun, 26/09/2022 - 12:38pm

Collins Aerospace, opérateur international de solutions technologiques innovantes pour les secteurs de l’aérospatiale et de la défense, boucle sa première décennie au Maroc.

La célébration de ce 10ème anniversaire a été marquée par la présence de Ryad Mezzour, ministre de l’industrie et du commerce, «Avec l’extension du site Ratier Figeac Maroc, notre partenariat stratégique avec Collins Aerospace se renforce davantage. Tout au long des 10 années de son activité à forte valeur ajoutée, RFM a contribué à densifier la supply chain locale et au rayonnement du «Made in Morocco», affirmant, sans équivoque, l’attractivité du Maroc en tant que partenaire fiable et crédible des leaders mondiaux, sous le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste», a déclaré le ministre. Du côté de Collins Aerospace, Jean-François Chanut, vice-président et directeur général de l’activité Propeller Systems, souligne que «cette célébration montre le succès de notre stratégie de développement au Maroc et du schéma industriel» Best Cost, Best Quality, Best Delivery «que nous avons mis en place entre Collins Aerospace, les grands donneurs d’ordre, les fournisseurs locaux, avec le soutien du gouvernement marocain», Le site Collins Aerospace de Casablanca emploie actuellement 135 personnes et constitue l’un des acteurs majeurs du secteur aéronautique marocain. Rappelons que l’usine de Nouaceur-Casablanca a été construite en 2012. Elle procède à l’assemblage final et aux tests des équipements de cockpit et de cabine pour avions commerciaux, tels que mini-manches, manettes de gaz, pédaliers, ou vérins de portes. Avec la montée en cadence de la production, le site a été agrandi en 2020 de près de 40% pour la fabrication du palonnier de la famille Airbus A320neo et pour accueillir également l’assemblage d’actionneurs de plans horizontaux (THSA) pour le Boeing 777X. Grâce à cette dynamique, les effectifs sur le site devraient doubler d’ici les cinq prochaines années pour répondre aux besoins croissants des avionneurs.

Categorie: Marocco

La pluie est de retour dans plusieurs provinces

La vie eco - Lun, 26/09/2022 - 12:36pm

Ainsi, des averses orageuses localement fortes (15-30 mm) concerneront lundi de 17h à 21h les provinces de Midelt, Figuig et les reliefs d’Errachidia, a précisé la DGM dans un bulletin d’alerte de niveau orange.

Les provinces d’Aousserd, de Oued Ed-Dahab et de Boujdour connaîtront, quant à elles, du lundi à 15h au mardi à 03h, des averses orageuses localement fortes (30-50 mm).

Par ailleurs, voici les hauteurs de pluie relevées en millimètres de 06H00 du dimanche 25 septembre 2022 à 06H00 du lundi 26 septembre 2022, établies par la Direction générale de la météorologie:

– Ifrane: 34

– Smara: 18

– Tiznit: 15

– Beni Mellal: 11

– Oujda et Taroudant: 10

– Sidi Ifni: 09

– Bouarfa, Taourirt, Agadir-Massira et Benguerir: 08

– Agadir-Inzegane: 06

– Marrakech et Midelt: 05

– Khouribga et Guelmime: 03

– Fès et Ouarzazate: 02

– Errachidia et Essaouira-Aero: 01

– Tan Tan: moins d’un millimètre.

Categorie: Marocco

Akhannouch représente SM le Roi aux funérailles de l’ancien premier ministre japonais Shinzo Abe

La vie eco - Lun, 26/09/2022 - 12:35pm

A son arrivée à l’aéroport international de Haneda, le Chef du Gouvernement a été accueilli par Endo Shigeru, Ministre délégué aux Affaires Etrangères, ainsi que par l’ambassadeur de SM le Roi, Rachad Bouhlal, et les membres de l’ambassade.

Plus de 700 invités étrangers devront assister aux funérailles de feu Shinzo Abe, qui se dérouleront mardi dans la capitale japonaise. L’un des politiciens les plus influents de son pays, feu Shinzo Abe a été assassiné le 8 juillet lors d’un discours dans l’ouest du Japon.

Categorie: Marocco

Il passera à 38% contre 19% actuellement: Kitea renforce son sourcing local

Aujourd'hui le Maroc - Lun, 26/09/2022 - 12:29pm

Cette convention est la traduction parfaite d’un partenariat public/privé gagnant et fructueux visant à faire du Made in Morocco un gage de qualité et de compétitivité, pour accélérer l’intégration de l’offre Maroc dans les chaînes régionales et mondiales.

Une convention de partenariat a été signée, vendredi à Casablanca, entre le ministère de l’industrie et du commerce et le Groupe Kitea pour le développement du sourcing local. Paraphée par le ministre de l’industrie et du commerce, Ryad Mezzour, et le président fondateur du Groupe Kitea, Amine Benkirane, ce partenariat a pour objectif de satisfaire les besoins du marché local à travers un processus continu de substitution aux importations visant à développer les produits locaux et la promotion de la fabrication locale. Kitea portera, ainsi, le taux de son sourcing Maroc en produits industriels commercialisés par le réseau à 38% au lieu de 19% et doublera ses exportations en produits «Made in Morocco» vers l’international, notamment le continent africain. «Le développement du sourcing auprès des industriels locaux répond parfaitement à la vision de SM le Roi, pour relancer les secteurs productifs et renforcer la souveraineté industrielle et commerciale de notre pays», a indiqué, à cette occasion, M. Mezzour. Et d’ajouter qu’aujourd’hui, «nous signons la troisième convention de partenariat avec une locomotive du secteur de commerce pour le développement du sourcing local Made in Morocco et la première avec une chaîne spécialisée, leader national en ameublement et décoration». Cette convention, a-t-il soutenu, est la traduction parfaite d’un partenariat public/privé gagnant et fructueux visant à faire du Made in Morocco un gage de qualité et de compétitivité, pour accélérer l’intégration de l’offre Maroc dans les chaînes régionales et mondiales. Pour sa part, le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Chakib Alj, a estimé que le cas de Kitea est un exemple de la concrétisation de l’objectif d’intégration du produit marocain dans la distribution locale, affirmant que grâce à ce genre d’initiatives, l’industrie marocaine est à l’honneur.
Selon lui, la signature de cette convention, ayant pour but d’améliorer la production locale, est une première, invitant, à cet égard, tous les industriels nationaux à se rapprocher pour pouvoir assurer la continuité en vue d’aller vers une intégration maximale des produits industrialisés au Maroc dans notre distribution.
De son côté, M. Benkirane s’est réjoui de la signature de cette convention visant à doubler la part des produits manufacturés au Maroc dans le catalogue Kitea, exprimant, par la même occasion, son souhait de créer un groupement d’industriels qui pourrait accompagner le Groupe Kitea dans son développement autant au Maroc qu’à l’international. En vertu de cette convention, Kitea s’engage à identifier et communiquer au ministère les catégories de produits susceptibles de faire l’objet d’un sourcing local et d’adapter sa politique commerciale pour l’accompagnement et le référencement des industriels nationaux. Aussi, un comité de pilotage et un comité de suivi ont été instaurés afin d’assurer une coordination et un suivi opérationnel de cette convention.
Le ministère propose, pour sa part, son accompagnement au Groupe Kitea pour faciliter le travail de prospection de Kitea à travers la mise en contact avec les différents fabricants nationaux. Le Groupe bénéficiera également des programmes d’accompagnement mis en place par le ministère dans le cadre de la «Task Force Export», pour la promotion des exportations.

Categorie: Marocco