Niger

Deux militaires tués dans une embuscade dans l’extrême nord-est

Tamtaminfo - 12 ore 50 min fa

Deux militaires, parmi lesquels le commandant du bataillon des Forces armées nigériennes (FAN) de Dirkou dans la région d’Agadez (extrême nord-est), proche des frontières avec la Libye et le Tchad, ont été tués dans une embuscade tendue lundi soir à 120km d’Agadez, a-t-on appris mardi de sources sécuritaires.

L’attaque a également blessé plusieurs militaires, a-t-on ajouté de mêmes sources. Celles-ci ont précisé que le convoi militaire avait quitté Agadez à destination de la garnison de Dirkou quand il est tombé dans une embuscade tendue par des inconnus armés.

C’est à Dirkou que plus d’une centaine de combattants d’un groupe rebelle, le Mouvement pour la justice et la réhabilitation du Niger (MJRN), s’étaient rendus le 11 février dernier avec une importante quantité d’armes lourdes et légères, ainsi qu’une vingtaine de pick-ups Toyota, a-t-on appris de source officielle.

Ce groupe de rebelles toubous qui était basé dans le sud de la Libye aurait fui devant l’avancée des troupes de Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est de la Libye qui s’est lancé depuis un certain temps dans la conquête du sud-ouest du territoire libyen, a-t-on précisé de même source.

Le MJRN, dirigé par Adam Tcheké Koudigan, avait menacé dans des messages vidéo diffusés en 2017 de s’attaquer aux installations pétrolières du Niger.

Source:  Xinhua

Categorie: Niger

Pas de restriction de circulation de personnes dans la région de Tillaberi (ministère de l’intérieur)

Tamtaminfo - 12 ore 53 min fa

Le Ministère de l’intérieur affirme que les autorités administratives de Tillabéri (Ouest, frontalière du mali et du Burkina) ont pris des mesures qui ‘’ne cadrent ni avec l’esprit ni avec la lettre’’ des décrets proclamant l’état d’urgence dans certains départements de cette entité en proie aux violences des groupes extrémistes actifs au niveau des bandes frontalières, apprend-on dans un communiqué du ministre rendu public le lundi 18 février.

‘’Aucune interdiction de circulation de personnes à quelque heure que ce soit n’est instituée dans les départements concernés, précise le ministère de l’intérieur en réaction à un acte du gouverneur de Tillabéri du 8 février dernier qui restreignait le mouvement des personnes.

Ces mesures restrictives ont conduit un mouvement de protestation des populations de la zone.
Le communiqué du ministère de l’intérieur souligne que le gouverneur de Tillabéry a « été instruit pour revoir en profondeur l’arrêté du 8 février portant application de certaines dispositions applicables dans le cadre de l’état d’urgence. 

L’état d’urgence est un régime qui renforce les pouvoirs de polices, de recherche et d’investigation des forces armées et restreint certaines libertés publiques.

Le gouvernement avait décrété l’état d’urgence dans les régions de Tillabéry (départements de Ouallam, Ayorou, Bankilaré, Abala et Banibangou) et de Tahoua (départements de Tassara et Tillia ) en 2017, cette mesure a été élargie en 2018 aux départements de Say, Téra, Torodi, Gotheye et Tillabéri, cibles des attaques meurtrières des groupes armés.

Cette mesure était en vigueur depuis 2015 dans la région de Diffa, Est dans le bassin du Lac Tchad en proie aux violences de Boko Haram.

Par Agence Nigerienne de Presse

Categorie: Niger