Repubblica Democratica del Congo

Confiance… Patience!

Journal la Prospérité - Lun, 10/01/2022 - 11:26

Au cours de sa tournée dans l’espace grand Kasaï, dans ses discours tenus en public, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, Président de la République, ne s’adressait pas qu’aux populations rassemblées par centaines en face de sa tribune, dans les stades des contrées qu’il a parcourues. Sachant que chaque étape de sa tournée serait diffusée en direct et en boucle sur la Radiotélévision Nationale Congolaise (RTNC), en s’adressant aux populations de l’espace grand Kasaï, Félix Tshisekedi s’adressait à la nation congolaise toute entière, quoique de manière indirecte. Dans toutes ses déclarations, l’on peut constater la résurgence d’un schéma trinitaire : d’abord Tshisekedi la victime, ensuite Tshisekedi le héros, et enfin Tshisekedi le bâtisseur. Comme victime, le Chef de l’Etat a mis toutes les responsabilités des échecs qu’il accumulés en trois années, sur le dos de son partenaire d’antan, le FCC, à vouloir à tout prix appliquer son «dessein machiavélique», consistant à maintenir le pays dans le chaos. Comme héro, il a vanté ses mérites d’un leader rigoureux, consciencieux et objectif, qui a délivré le pays de ses vieux démons de corruption, de détournement, d’impunité… et qui a ramené de l’ordre dans le foutoir qu’il a hérité de ceux qui l’ont précédé aux affaires. Et comme bâtisseur, il s’est projeté dans le futur, assurant qu’il quitte d’ores et déjà la phase d’assainissement pour celle de la reconstruction proprement dite du pays. Par conséquent, il demande une chose en retour, et même deux, à savoir : de la confiance et de la patience. A eux-seuls, ces deux mots sont une réponse à toutes les questions que le peuple congolais se pose depuis le 24 janvier 2019. A quand la fin des tueries à l’Est ? Patience ! Y aura-t-il une année académique où nous étudierons sans que le calendrier et le programme ne soient perturbés par les grèves à répétition du corps professoral ? Confiance ! Pourrions-nous un jour retrouver notre pouvoir d’achat ? Patience ! Jusqu’à quand la jeunesse portera-t-il le poids du chômage ? Patience ! Aurions-nous dans ce pays de bonnes élections et dans le délai ? Confiance !… Dans l’entre-temps, jour après jour, notre cher Président a déjà consommé trois années sur les cinq que lui avait donné le peuple congolais, ce même peuple à qui il avait promis d’essuyer les larmes, de panser les plaies, raffermir les os, de nourrir à sa faim,… le Gouvernement nous promet une trentaine de milliards de dollar US à l’horizon 2024, mais où en est-on avec les 80 milliard de dollar US promis en campagne à l’horizon 2023 ? Doit-on toujours avoir confiance ? Combien d’investisseurs exactement cette politique dite «d’ouverture» nous a-t-il ramené dans ce pays ? Doit-on toujours continuer à patienter ? Quel est l’impact visible de multiples accords bi et multilatéraux signés ci et là dans l’économie, la sécurité, la santé, ou l’éducation ? Doit-on encore patienter ? Pourquoi nous impose-t-on une taxe téléphonique alors que les deux chambres du parlement, les mêmes qui ont conduit à la naissance d’un «nouveau narratif», ont exigé son retrait ? Doit-on encore avoir confiance ? Bonnes ou mauvaises, le peuple juge les intentions pendant les campagnes électorales. Lorsque l’on est élu, le peuple juge la concrétisation des intentions en actions visibles et palpables. Au diable les excuses, les subterfuges, les mea culpa, les aveux,… les vendeurs de rêves ! La confiance se gagne, la patience se mérite.

La Pros.

 

L’article Confiance… Patience! est apparu en premier sur Journal la Prospérité.

Lutte pour la paix et la sécurité dans l’Est de la RDC/RDC-Ouganda : Bahati et les Députés du Grand Kivu saluent la mutualisation des forces militaires

Journal la Prospérité - Lun, 10/01/2022 - 11:25

*Les questions sécuritaires et celles liées au développement du Grand Kivu en général, et particulièrement,   du Nord-Kivu, étaient au centre d’une séance de travail entre le Président du Sénat, Modeste Bahati Lukwebo, et une forte délégation de Députés ressortissants du Nord-Kivu, ce vendredi 7 janvier 2022.

Selon eux, ils sont venus voir Modeste Bahati en sa qualité de Président de la Chambre Haute du Parlement avant tout, mais aussi comme  leader politique ressortissant du Grand Kivu.

Les élus provinciaux qui étaient accompagnés de quelques députés nationaux du Nord-Kivu ont encouragé les efforts du Chef de l’Etat dans la recherche de la paix dans cette partie de la République Démocratique du Congo, concernée par l’état de siège.

Modeste Bahati, à son tour, a saisi cette occasion pour saluer la mutualisation des forces ougandaises et des FARDC, et a appelé ses hôtes – ainsi que l’ensemble de la population congolaise à soutenir toutes les initiatives du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, qui ne ménage aucun effort pour le retour définitif de la paix dans cette partie qui connaît l’insécurité depuis plusieurs décennies maintenant.

Peter Ngoyi

L’article Lutte pour la paix et la sécurité dans l’Est de la RDC/RDC-Ouganda : Bahati et les Députés du Grand Kivu saluent la mutualisation des forces militaires est apparu en premier sur Journal la Prospérité.

Nouveau Secrétaire Exécutif National/Mabiku Totokani Thotho : une expertise avérée à la CENI

Journal la Prospérité - Lun, 10/01/2022 - 11:23

A  grands traits

Mabiku Totokani est un ingénieur Polytechnicien spécialiste en informatique, en science des données, en statistiques et intelligence artificielle.

Il possède une grande maîtrise des systèmes informatiques et des bases de données et a travaillé comme cadre et expert consultant dans plusieurs entreprises multinationales œuvrant dans le secteur des finances, de la recherche, de la préparation et prédiction électorale. C’est notamment dans ce cadre qu’il a géré des systèmes, des technologies informatiques, des projets et des ressources complexes.

Il détient également une expertise avérée dans la préparation et gestion des projets, préparation électorale, Cloud Computing, l’analyse et traitement et prédiction des données utilisant des méthodes statistique paramétriques, non-paramétriques, régression linéaire, régression Logistique et aussi des algorithmes avancés des machines Learning.

En RDC, il a longtemps travaillé dans des ministères comme expert dans le domaine de la technologie de l’information et préparation des projets.

  1. Mabiku Totokani a accompagné et conseillé plusieurs structures internationales non-gouvernementales dans les préparatifs et analyses des données en vue de garantir la tenue d’élections libres, indépendantes et crédibles dans des pays d’Amérique du Nord et d’Afrique.

Il est réputé intègre, rigoureux et discipliné dans son travail. Sa longue expérience et ses compétences sont des atouts majeurs pour aider le bureau de la CENI à garantir et assurer harmonieusement ses missions d’offrir à la RDC des élections véritablement libres, indépendantes, transparentes et respectant le délai constitutionnel.

La Pros.

L’article Nouveau Secrétaire Exécutif National/Mabiku Totokani Thotho : une expertise avérée à la CENI est apparu en premier sur Journal la Prospérité.

Mars 2022: Félix Tshisekedi présidera la prochaine conférence des  Gouverneurs à l’Equateur

Journal la Prospérité - Lun, 10/01/2022 - 11:18

*Le Chef de l’Etat, lors de dernier Conseil des Ministres, a instruit le Premier Ministre de mobiliser et d’engager tous azimuts le Gouvernement dans la matérialisation des programmes d’urgence à impact direct et visible sur les conditions de vie des citoyens. Il en a profité également pour  attirer l’attention des membres du Gouvernement sur la nécessité de focaliser les missions vers l’intérieur du pays plutôt que vers les centres urbains seulement ou vers l’extérieur du pays. Puis, il les a invités à assurer, secteur par secteur, le suivi de la mise en œuvre du programme de développement communautaire à la base des 145 territoires ainsi que des autres recommandations de la huitième session de la Conférence des Gouverneurs.

‘’Ces mêmes efforts doivent être orientés particulièrement dans la Province de l’Equateur qui accueillera, au mois de mars de cette année, la neuvième Conférence des Gouverneurs de Provinces.  Le Chef de l’Etat a rappelé aux uns et autres qu’il ne tolérera pas de trouver, dans le Grand Equateur, la situation qu’il a vécue dans certaines provinces déjà visitées.  En attendant, le Président de la République souhaite, dans le cadre d’une évaluation à court terme, que chaque membre du Gouvernement, individuellement ou conjointement avec les autres dans les matières transversales, initie et réalise des actions de soulagement des populations dans son secteur respectif, notamment, en terme de desserte en eau potable, en matière d’électricité, d’infrastructures routières et de santé. Une attention particulière doit être accordée aux missions d’inspection des projets sous la supervision du Premier Ministre’’, lit-on, dans le compte rendu, ci-dessous.

COMPTE RENDU DE LA TRENTE-CINQUIEME REUNION DU CONSEIL DES MINISTRES

Vendredi 7 janvier 2022

Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, a présidé la trente-cinquième réunion du Conseil des Ministres du Gouvernement de la République, ce vendredi 7 janvier 2022 par visioconférence. Quatre points étaient inscrits à l’ordre du jour, à savoir :

  1. Communication de son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat ;
  2. Points d’informations ;

III. Approbation d’un relevé des décisions du Conseil des Ministres ;

  1. Examen et adoption d’un dossier.
  2. COMMUNICATION DU PRESIDENT DE LA PREPUBLIQUE

La communication du Président de la République, Chef de l’Etat a porté essentiellement sur deux (2) points, à savoir :

I.1. De la modernisation du marché de Matadi Kibala à Kinshasa Avant d’aborder ce premier point, le Chef de l’Etat a présenté ses vœux les meilleurs aux membres du Gouvernement pour cette année nouvelle en leur souhaitant un travail fructueux pour le bien de la population. Revenant sur sa communication, le Président de la République a attiré l’attention du Gouvernement sur la problématique de la position actuelle du marché de Matadi Kibala situé sur la Route Nationale N°1. Sa localisation et son fonctionnement actuels causent un engorgement inacceptable de la Route Nationale numéro 1 sur l’axe Kinshasa-Matadi qui met quotidiennement en danger la vie de ceux qui le fréquentent. Conformément à sa volonté de doter toutes les grandes villes du pays d’infrastructures socio-économiques modernes, fonctionnelles et favorisant le dynamisme économique, le Président de la République a demandé la mise en place d’une équipe de travail chargée de réaliser une étude de faisabilité en vue de la construction d’un grand centre logistique et de la délocalisation de l’actuel marché de Matadi Kibala qui permet de faire le stockage et la commercialisation des produits agricoles.

Placée sous la supervision du Premier Ministre, cette équipe de travail devrait être composée du Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur, Décentralisation et Affaires Coutumières, du Ministre d’Etat, Ministre de l’Urbanisme, du Ministre des Affaires Foncières ainsi que des autres parties prenantes dont les Gouverneurs de Kinshasa et du Kongo Central.

I.2. Des missions officielles d’itinérance à l’intérieur du pays et de l’urgence d’accélérer la mise en œuvre du programme du Gouvernement Faisant le point de sa récente tournée dans l’espace Grand Kasaï, à l’instar de celles effectuées dans le Kongo Central, le Nord Kivu, l’Ituri et le Grand Katanga, le Chef de l’Etat a indiqué avoir été meurtri de voir les conditions de vie difficiles des congolais quasiment abandonnés à leur sort. Son constat est unique et sans appel sur l’état de cette partie du pays : la désolation. Pendant plus de 10 jours, il a sillonné le Kasaï, le Kasaï Central, le Kasaï Oriental, la Lomami et le Sankuru.

Dans chacune de ces étapes, il a eu des échanges avec les populations urbaines, périurbaines et rurales qui ont toutes réclamé de voir une nette amélioration de leurs conditions de vie. Cette situation qui n’est que l’échantillon de l’état général de nos populations dans toutes les Provinces a fortement interpellé le Garant de la Nation et celle-ci devrait davantage interpeller l’Exécutif.

Ce tableau vécu sur terrain avait fait l’objet, il y a quelques semaines, de la huitième Session de la Conférence des Gouverneurs. Le Président de la République a exhorté le Gouvernement à redoubler d’efforts pour assurer, par tous les moyens, le bien-être de nos populations où qu’elles se trouvent à travers le pays.

C’est ainsi qu’il a fermement chargé le Premier Ministre :

  1. De mobiliser et d’engager tous azimuts le Gouvernement dans la matérialisation des programmes d’urgence à impact direct et visible sur les conditions de vie des citoyens ;
  2. D’attirer l’attention des membres du Gouvernement sur la nécessité de focaliser les missions vers l’intérieur du pays plutôt que vers les centres urbains seulement ou vers l’extérieur du pays ;
  3. D’assurer, secteur par secteur, le suivi de la mise en œuvre du programme de développement communautaire à la base des 145 territoires ainsi que des autres recommandations de la huitième session de la Conférence des Gouverneurs.

Ces mêmes efforts doivent être orientés particulièrement dans la Province de l’Equateur qui accueillera, au mois de mars de cette année, la neuvième Conférence des Gouverneurs de Provinces.

Le Chef de l’Etat a rappelé aux uns et autres qu’il ne tolérera pas de trouver, dans le Grand Equateur, la situation qu’il a vécue dans certaines provinces déjà visitées.

En attendant, le Président de la République souhaite, dans le cadre d’une évaluation à court terme, que chaque membre du Gouvernement, individuellement ou conjointement avec les autres dans les matières transversales, initie et réalise des actions de soulagement des populations dans son secteur respectif, notamment, en terme de desserte en eau potable, en matière d’électricité, d’infrastructures routières et de santé. Une attention particulière doit être accordée aux missions d’inspection des projets sous la supervision du Premier Ministre. L’examen des rapports de ces missions régulières sera inscrit à l’ordre du jour des réunions du Conseil des Ministres ordinaires ou extraordinaires. Intervenant dans la suite de la communication du Chef de l’Etat, le Premier Ministre a, d’abord, présenté, au nom des membres du Gouvernement et au sien, les vœux les meilleurs au Président de la République. Il a, ensuite, rassuré le Chef de l’Etat que ses instructions seront scrupuleusement respectées.

Le Premier Ministre qui a suivi étroitement la tournée du Président de la République ainsi que ses échanges avec la population va redoubler d’efforts pour que les actions de l’Exécutif notamment l’effectivité de la gratuité de l’enseignement, le Plan de développement des 145 territoires et la Couverture Santé Universelle soient une réalité palpable pour nos populations aussi bien dans les centres urbains que dans les milieux ruraux. Le Premier Ministre a tenu à rappeler que le Gouvernement entend poursuivre sa politique de dialogue avec les différents corps sociaux en 2022. C’est dans cet ordre qu’il a encouragé le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire à poursuivre les discussions avec les associations des professeurs, chefs de travaux et assistants administratifs en vue de garantir une rentrée académique apaisée.

  1. POINTS D’INFORMATION

II.1. Etat et administration du territoire Assurant l’intérim de son collègue de l’Intérieur, la Vice-Première Ministre, Ministre de l’Environnement Développement Durable, a fait le point sur l’état du territoire national qui demeure généralement calme en dépit des cas d’insécurité enregistrés dans la partie Est, où se poursuivent les opérations militaires, dans le cadre de l’état de siège. L’état d’esprit de la population a été marqué notamment par :

  1. La fin de la visite officielle du Président de la République dans l’espace Grand Kasaï, débutée depuis le 24 décembre 2021 ;
  2. L’adresse du Chef de l’Etat à la Nation, à l’occasion du Nouvel An 2022 ;
  3. La rentrée académique 2021-2022 intervenue le 05 janvier 2022 ;
  4. La commémoration, en toute quiétude, de la fête du Nouvel An 2022 dans toutes les provinces.

Quelques faits ont été épinglés sur le plan sécuritaire :

  1. Le recours aux méthodes terroristes sophistiquées du type kamikaze (cas de Beni le 24 et 25 décembre 2021 et colis piégé à Oïcha le 5 janvier 2022) ;
  2. La recrudescence du phénomène d’évasion des prisonniers à Mahagi dans la province de l’Ituri, à Tshikapa dans la province du Kasaï les 3 et 4 janvier 2022 ; 3. La persistance des affrontements et tensions intercommunautaires dans plusieurs provinces.

II.2. Situation sécuritaire

Le Ministre Défense Nationale et Anciens Combattants a fait le point au Conseil de la situation sécuritaire qui demeure globalement sous contrôle des Forces de défense et de sécurité. Il a indiqué que dans la première et la deuxième zone de défense, la situation est stable. Excepté dans le Tanganyika où il a été signalé l’activisme des miliciens Twa du groupe Hapa Na Pale. Cette situation est suivie de très près par les Forces Armées de la République Démocratique du Congo. Concernant la troisième zone de défense, les opérations conjointes des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et des Forces de Défense du Peuple Ougandais (UPDF), se poursuivent.

La mutualisation de ces forces qui a notamment conduit à l’occupation du Quartier Général des terroristes à Kambi Ya Jua. Des opérations ciblées sur d’autres bastions se poursuivent. Dans le secteur opérationnel Sukola I Grand Nord, les terroristes ADF/MTM et leurs supplétifs, en représailles aux opérations, font usage des bombes artisanales pour terroriser les populations. Les dispositions sont prises par l’Armée pour le renforcement des testeurs des métaux et des effectifs pour prévenir toute forme de menace terroriste. Dans le territoire de Rutshuru, des dispositions sont prises étouffer toute tentative d’attaque des groupes armés particulièrement les résidus du M23 et d’autres groupes complices.

Le Ministère de la Défense Nationale reste déterminée à atteindre les objectifs fixés par le Gouvernement, à savoir : la restauration de l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire nationale.

II.3. Evolution de la situation de l’épidémie à Covid-19

Sur la situation globale de la pandémie à Covid-19, le Ministre de la Santé Publique, Hygiène et Prévention a présenté un cumul de 80 997 cas confirmés et 2 probables, 1 173 décès, soit une létalité de 1,7%. Avec la survenue du variant omicron, plus de 200 cas sont enregistrés par jour. L’épicentre de la pandémie reste Kinshasa. Il a indiqué que la dynamique de la riposte fait face à plusieurs défis, parmi lesquels : la faible couverture vaccinale (0,25% de la population), la survenue du nouveau variant, omicron, plus transmissible, l’automédication et la consultation tardive des cas. Des actions entreprises, le Ministère de la Santé Publique Hygiène et Prévention a réaffirmé la détermination du Gouvernement à poursuivre la sensibilisation de la population pour se faire consulter dès l’apparition des symptômes grippaux et se faire vacciner. Il a également rassuré que le stock de vaccins demeure suffisant pour couvrir les demandes. Cependant, la fourchette des péremptions ira de février à juillet 2022. Sur un autre chapitre, le Ministre de la Santé Publique Hygiène et Prévention a informé le Conseil de la notification d’une flambée des cas de choléra enregistrée dans la province du Sud Kivu. Les Zones de santé concernées sont celles de Kimbi Lulenge, précédemment et actuellement Ruzizi.

Il a fait mention de la prise en charge gratuite des cas dans les centres de traitement choléra, les activités communautaires en termes de désinfection des ménages, la sensibilisation ainsi que la vaccination préventive. En rapport avec l’engament du Chef de l’Etat sur la mise en œuvre de la Couverture Santé Universelle, le Ministre de la Santé Publique, Hygiène et Prévention a fait le point sur l’état d’avancement des préparatifs des textes législatifs dont le travail se fait en collaboration avec les autres secteurs. A propos de la grève des professionnels de santé et administratifs, débuté depuis le 2 août 2021, le Ministère de la Santé Publique, Hygiène et Prévention a indiqué avoir finalisé, avec le banc syndical, les termes du Protocole d’accord qui sera cosigné par le Ministre d’Etat, Ministre du Budget dans un bref délai.

Il a conclu son adresse en évoquant la situation de l’incendie de l’Hôpital Général de Makala, parti d’un local vers tout le quatrième étage de cet édifice. Aucune perte en vie humaine n’a été signalée. Une enquête est en cours pour en établir les causes. Un appui émanant des niveaux central et provincial sera diligenté pour réparer les dégâts matériels enregistrés. 6 II.4. Evolution de la situation récente sur le marché des changes Intervenant sur la situation des marchés des changes, la Gouverneure de la Banque Centrale du Congo a rappelé que 2021 a été une bonne année. Car, elle a été témoin de la rupture avec les effets néfastes de la pandémie à Covid-19 en République Démocratique du Congo.

En 2021, le Gouvernement a pu renouer avec la croissance, il a réussi à baisser sensiblement l’inflation et à garantir la stabilité de la monnaie. La stabilité du cadre macroéconomique observée est justifiée, entre autres, par la bonne coordination des politiques monétaire et budgétaire, la poursuite des réformes et l’absence des chocs majeurs. La croissance économique s’établit à 5,7% en 2021 contre 1,7% en 2020. Sur l’ensemble de l’année 2021, les prix ont progressé de 5,28% contre 15,75% en 2020. Pour 2022, les perspectives sont bonnes et la croissance peut passer à 6%, on peut maintenir l’inflation sous contrôle, la stabilité du taux de change, la bonne tenue des finances publiques. La Gouverneure a annoncé deux décisions majeures notamment la réduction du Taux directeur de la Banque Centrale du Congo de 8,5% à 7,5% et la constitution des réserves obligatoires dans la monnaie des dépôts pour permettre l’octroi des crédits en monnaie nationale et ainsi contribuer à la dédollarisation de l’économie. Complétant la Gouverneure de la Banque Centrale du Congo, le Ministre des Finances a fait le point de la situation des finances en 2021.

Les recettes mobilisées par les régies financières durant l’année 2021 ont atteint un niveau historique de 12 000 milliards de franc congolais, soit près de six (6) milliards de dollars américains indiquant une augmentation de 65% par rapport aux recettes réalisées en 2020. Le mois de décembre a connu une recette exceptionnelle de 25 millions USD de paiement de bonus de signature lié au renouvellement de la convention pétrolière avec Perenco.

L’entièreté de cette recette a été affectée aux Interventions du Gouvernement, à travers le Bureau Central de Coordination (BCECO) en vue des affectations suivantes :

– 20 milliards CDF affectés au projet de développement pour le territoire de Moanda ;

– 20 milliards CDF comme acompte aux efforts de redynamisation de la diplomatie congolaise telle qu’adopté en Conseil des Ministres ;

– 10 milliards CDF en complément des autres projets d’investissement du Gouvernement. Il a insisté sur le fait qu’en 2022, des efforts seront davantage consacrés à l’amélioration de la qualité de la dépense.

III. APPROBATION D’UN RELEVE DES DECISIONS DU CONSEIL DES MINISTRES

Le Conseil des Ministres a adopté le relevé des décisions prises lors de sa trente-quatrième réunion tenue le vendredi 24 décembre 2021.

  1. EXAMEN ET ADOPTION D’UN DOSSIER (01 dossier)

IV.1. De l’état des lieux de la liquidation des Lignes Aériennes Congolaises (LAC) En exécution de l’instruction du Président de la République donnée lors de la trente-quatrième réunion du Conseil des Ministres, la Ministre d’Etat, Ministre du Portefeuille, en collaboration avec le Ministre des Transports, Voies de Communication et de Désenclavement, a mis en place une Commission interministérielle chargée de présenter un rapport succinct relatif à l’état des lieux de la liquidation des Lignes Aériennes Congolaises (LAC).

Composée d’experts de la Primature, des Ministères en charge du Portefeuille et des Transports, ladite Commission a examiné les points,  ci-après : La créance certifiée des LAC sur l’Etat Congolais ;  La dette sociale certifiée due aux agents des LAC ; La dette envers d’autres créanciers ;  La valeur marchande du patrimoine existant ; Les autres litiges importants.

La Ministre d’Etat, Ministre du Portefeuille a précisé que l’éventuelle récupération du patrimoine restant des LAC-Sarl pour l’affecter à une autre société existante ou nouvelle société devra se faire par voie d’acquisition auprès du Comité de liquidation des Lignes Aériennes Congolaises (LAC-Sarl).

Après débat et délibérations, le Conseil a pris acte de ce Rapport qui devra être enrichi au niveau de la Commission interministérielle avant son examen et son adoption en Conseil des Ministres. Commencée à 11h23, la réunion du Conseil des Ministres a pris fin à 14h43’.

Patrick Muyaya Katembwe

Ministre de la Communication et Médias

Porte-parole du Gouvernement

L’article Mars 2022: Félix Tshisekedi présidera la prochaine conférence des  Gouverneurs à l’Equateur est apparu en premier sur Journal la Prospérité.

Gouvernance dans la province du Haut-Uélé : un exemple à suivre/(Par Professeur Jean-Pierre Luhandjula, Université de Kisangani)

Journal la Prospérité - Lun, 10/01/2022 - 11:14

La province du Haut-Uélé est située au Nord-Est du Congo. Elle est à l’instar de celles du Bas-Uélé, de l’Ituri et de la Tshopo, une nouvelle province issue du démembrement de l’ancienne Province Orientale. Elle a pour chef-lieu,  la ville d’Isiro. L’actuel gouverneur de la province est Christophe Baseane  Nangaa . Il est le deuxième gouverneur de cette nouvelle province.

Ce n’est pas du tout superfétatoire pour moi d’annoncer, d’entrée de jeu, la couleur en affirmant, la main sur le coeur, que je n’ai pas de lien familial avec Son Excellence Monsieur  le Gouverneur Nangaa. Je n’ai pas,  non plus,  d’accointances politiques avec lui. Et cérise sur le gâteau, je hais, comme la peste, les  thuriféraires. Autant dire que je n’en suis pas un. C’est donc mû par la probité intellectuelle, doublée  des velléités pédagogiques que je me  livre à cet exercice communicationnel.

“Il y a un temps pour tout “. Cette phrase de l’Ecclésiaste sied, comme un gant, à l’état d’esprit de Monsieur le Gouverneur Nangaa qui a compris que son heure pour servir sa province d’origine, au plus haut niveau, avait sonné depuis le  10 avril  2019.

Et comme le faisait remarquer Antoine de Saint-Exupéry, “ l’homme se découvre lorsqu’il se mesure avec l’obstacle “, la province du Haut-Uélé et au- delà, le pays tout entier, sont en train de découvrir un  boureau du travail, doté d’un sens élevé de patriotisme et qui aime passionnément sa province d’origine. Ceci au point de placer la recherche du bien-être des populations du Haut-Uélé au centre de ses préoccupations. Toute personne porteuse d’un minimum de rationalité et de passage au Haut-Uélé a indubitablement constaté le virage à 180 degrés, qui est en train de s’opérer dans cette province sous la houlette du Gouverneur Nangaa.

Une preuve péremptoire de l’argumentaire que je déboulonne  ici est fourni par les propos de maman Denise Tshisekedi  et du Cardinal Fridolin Ambongo lors de leur passage à Isiro à l’occasion des festivités relatives au 57ème  anniversaire de la mort de la Bienheureuse Anuarite.

Tous les deux n’ont pas tari d’éloges sur ce qu’ils ont vu et entendu au sujet des hauts faits du Gouverneur Nangaa.

Dans le même ordre d’idées, j’ai eu à suivre les propos laudateurs des Députés nationaux Inagossi et  Atama Tabe sur les réalisations du Gouverneur Nangaa. Les notables de la province ont, eux aussi, acclamé de  deux mains l’action du Gouverneur de la province du Haut-Uélé.

Dans un pays comme le nôtre qui est gangrené par toute sorte d’antivaleurs dont le tribalisme, le népotisme, l’instinct prédatif, la mauvaise gouvernance, trouver des  gens de la trempe de Monsieur  le Gouverneur Nangaa relève de la sinécure.

C’est un des  ces oiseaux rares dont le Président honoraire Joseph Kabila ne trouvait pas quinze, du même acabit, pour graviter dans son orbite.

A  son arrivée à la tête de la province, le Gouverneur Nangaa s’est trouvé nez à nez avec des récriminations de toute sorte. Récriminations allant de la réhabilitation des routes de déserte agricole à l’électrification et à la déserte en eau potable en passant par  la réhabilitation de la voirie et l’installation des ponts sur des rivières pour ne citer que celles là.

Au lieu de vendre l’argot et le vent à sa population pour se taper une santé politique, il a fait le choix de se mettre d’arrache-pied au travail. Tenez ! Monsieur le Gouverneur Nangaa arrive à 5 heures du matin au travail et ne rentre à la maison que la nuit tombée.

Après avoir accompli ses tâches politico-administratives et instruit ses collaborateurs, il enfourche une tenue de chantier pour faire le ronde des travaux effectués pour la refondation du Haut-Uélé.

D’après des informations fiables en notre possession, le respect des prescrits de la loi des  finances  et des  lignes de crédits budgétaires est dans son ADN.

De plus,  il est connu pour son empathie et son élégance langagière, non seulement à l’endroit de ses supérieurs hiérarchiques, mais aussi à l’ endroit de ses collaborateurs et de ses populations.

Il se méfie, à s’y méprendre, au style de gouvernance enclin à l’envie de contrôler tout, de décider sur tout, enjoignant ses collaborateurs à la gestion de la chose publique.

La province du Haut-Uélé est coincée entre la savane et la forêt. Aussi,  convient-il de saluer l’intelligence stratégique du Gouverneur de province qui l’aurait exploité, à bon escient, pour dèmêler l’inextricable écheveau du paradoxe de la possibilité de l’impossible. Ceci en s’attaquant aux défis liés à cette donne géographique et en pérenisant les opportunités y afférentes.

Des analyses d’opportunités bien fouillées ont  dû  être menées à bon port afin d’éviter à la province de sombrer dans des difficultés entravant tout développement. Les mêmes études auraient, selon toute probabilité, permis de déconstruire les représentations d’hier en porte en faux avec les réalités d’aujourd’hui, impulsant ainsi une dynamique de développement.

Sortons maintenant du ciel des idées pour descendre sur la terre des réalités concrètes.

Après que notre pays ait connu plusieurs années de dictature, suivies des années de stagnation, redresser une province de ce pays, n’est pas une mince affaire. C’est une tâche herculéenne qui ressemble comme deux gouttes d’eau à une ingérable tour de Babel. Pour ce qui concerne la province du Haut-Uélé, le Gouverneur Nangaa était conscient qu’il engageait une partie périlleuse.

Il s’est,  ipso facto,  entouré des partenaires bienveillants et inconditionnels pour accompagner ce redressement.

Il s’agit  de  créer de la richesse pour la province, au lieu de rester scotché et nourri aux mamelles du gouvernement central. Il s’agit aussi de  transformer le plomb vil des matières premières telles que les minerais bruts et les produits agricoles,non encore transformés, en or pur du bien-être social. Le levier principal qu’il utilise étant celui d’agir sans remettre à demain ce qu’il faut faire aujourd’hui. Ces actions ont débouché sur pas mal de réalisations concrètes . Nous citons ci-après quelques unes, sans aucun souci d’exhaustivité.

Il s’agit de la construction de nouvelles cités, de l’urbanisation de la province, de la jonction des différents villages, de la construction des routes et des ponts, de l’installation des bacs (par exemple:  le bac de Bole Bole pour relier les deux rives de la rivière Nepoko), de la construction d’un bâtiment moderne pour l’Assemblée provinciale et d’un chef d’oeuvre architectural (maison blanche) qui va servir de résidence des gouverneurs.Il convient aussi de signaler que sous la houlette du Gouverneur Nangaa, Isiro , le chef-lieu de la province, a revêtu sa plus belle robe : anciens bâtiments repeints, construction des nouvelles bâtisses, asphaltage des routes, réabilitation de la voirie etc.

Qu’il me soit aussi permis de mentionner le fait qu’un travail titanesque est mené par les équipes du Gouverneur Nangaa pour rencontrer les préoccupations des populations du Haut-Uélé et ainsi romouvoir des emplois décents pour eux.

En bâtisseur d’un nouveau Haut Uélé, le Gouverneur Naanga projette aussi la construction d’un aérodrome pour les petits porteurs et les bombardiers afin de renforcer le trafic aérien dans la province .

En guise de conclusion, le Gouverneur Nangaa est une chance pour le Haut-Uélé. Il est en train de métamorphoser la province du tout au tout.

La population du Haut-Uélé devrait se ranger derrière cet homme providentiel afin d’achever l’œuvre grandiose qu’il a entamée. Et aussi de relever d’autres défis à l’aide des investissements dans les secteurs de la santé, de l’éducation et du logement. Lorsque vous avez une locomotive qui tire des wagons stables, le train arrive à destination. Par contre,  lorsqu’il y a instabilité le projet risque d’échouer.

Toutes mes congratulations au Gouverneur Nangaa !

Je l’encourage à continuer dans cette voie qui fait la fierté du Haut-Uélé et du pays tout entier. J’émets le souhait véhément que ce papier  ait une certaine valeur pédagogique et que les autres gouverneurs emboîtent le pas à ce gouverneur atypique. Si chacun balaie devant sa porte, toute la rue sera propre.

*JP Luhandjula, Professeur honoraire à l’UNIKIN ( RD Congo), à l’Université de Tizi-Ouzou (Algérie) à    l’Université du Rwanda (Rwanda), à l’University of South Africa (Afrique du Sud).

L’article Gouvernance dans la province du Haut-Uélé : un exemple à suivre/(Par Professeur Jean-Pierre Luhandjula, Université de Kisangani) est apparu en premier sur Journal la Prospérité.

Suspendu de son poste /UDPS : Marcelin Bilomba s’insurge contre les dirigeants de son parti

Journal la Prospérité - Lun, 10/01/2022 - 11:11

Après les propos du président a.i de l’Union pour la démocratie et le progrès social, et la signature par le Secrétaire Général Augustin Kabuya de son éviction du poste de Secrétaire national adjoint en charge du budget au sein de ce même parti politique, Marcelin Bilomba réagit sèchement contre ses supérieurs hiérarchiques. «La Direction nationale du parti devrait revenir à des têtes pensantes et non à des petits étudiants qui ont encore des années d’études ainsi que des cours à rattraper. Déjà, il faut être reconnaissant de se retrouver dans une si haute institution malgré six années de secondaire», a-t-il réagi à chaud sur son compte Twitter. Il faut noter que cette suspension de Marcelin Bilomba intervient après des ‘‘rumeurs’’ sur un présumé détournement de 3 millions de dollars Américains prévus pour les infrastructures à l’espaces grand Kasaï. Ci-dessous, la notification du Secrétaire Général de l’UDPS.

      

A Monsieur Marcelin BILOMBA

Secrétaire National Adjoint chargé

du Budget

à Kinshasa/Limete

 

Concerne: Votre suspension

 

Monsieur le Secrétaire National Adjoint,

Par la présente, je porte à votre connaissance votre suspension du poste de Secrétaire national adjoint en charge du budget.

En effet, vous êtes sans ignorer l’existence des faits infractionnels rapportés et mis à charge de votre personne. Certes, vous bénéficiez de la présomption d’innocence, mais le Parti estime vous retirer la confiance en rapport avec le poste que vous occupez au sein de l’Exécutif du Parti.

En attendant l’aboutissement des enquêtes sur ce dossier, Ia hiérarchie du Parti a décidé de votre suspension en vue de préserver l’image du Parti, celle du Chef de l’Etat et la mémoire du Dr Etienne TSHISEKEDI wa MULUMBA.

Veuillez recevoir, Monsieur le Secrétaire National Adjoint, mes salutations.

Augustin KABUYA TSHILUMBA

L’article Suspendu de son poste /UDPS : Marcelin Bilomba s’insurge contre les dirigeants de son parti est apparu en premier sur Journal la Prospérité.

Etat de droit au cœur de débats/RDC : va-t-on vers la bataille entre le droit et la politique ?

Journal la Prospérité - Lun, 10/01/2022 - 11:08

Difficile parait la tâche qui incombe aux autorités du régime actuel de couper bras et jambes aux congolais sur une question extrêmement sensible en rapport avec l’indépendance de la Justice, aussi longtemps que les faits palpables prendront légèrement le dessus sur les intentions. La jurisprudence Kamerhe, voire Eteni Longondo, porte à croire que l’avènement de l’Etat de droit vanté tambour battant, durant près de trois ans, reste pathétique. Condamné à 13 ans de prison dans le procès 100 jours, le Président de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) se voit accorder l’autorisation de quitter le pays pour des raisons sanitaires. Accompagné de son épouse et de son secrétaire particulier, l’homme serait bel et bien en Europe. Là où le bât blesse, c’est que la même autorisation a été refusée à Matata Ponyo, qui alertait, avant son procès, sur la dégradation de son état de santé. L’octogénaire ingénieur, Samih Jammal, non plus, n’a pas su obtenir gain de cause après plusieurs tentatives de ses avocats d’obtenir sa liberté provisoire. Avec un tel décor, ne va-t-on pas vers l’instauration d’une justice à double vitesse ? Ou d’une Justice spectacle ? Autant de questions méritent d’être posées. Toutefois, de l’avis de plus d’un congolais, ni Eteni Longondo, Ancien ministre de la Santé publique cité dans une affaire de détournement de deniers publics, ni Vital Kamerhe, condamné pour détournements de fonds alloués au projet 100 jours, ne devrait recouvrer la liberté, provisoire soit-elle. Selon certaines sources concordantes, la libération du pacificateur serait une tactique jouée à la carte par le pouvoir en place en perspectives de prochaines échéances électorales où l’homme aura la responsabilité de peser de tout son poids, au niveau de l’espace Kivu, pour la réélection de Félix Tshisekedi. Ce qui conduit Matata Ponyo à nier l’existence d’un Etat de droit en RDC. Pour son cas, il parle d’un complot purement politique. « Ce que je pense est que les hautes juridictions judiciaires du pays n’ont pas été mises à dure épreuve comme dans le dossier Matata. En effet, plus le temps passe, plus les motivations profondes du procès se dévoilent ; ce qui met en mal l’Etat de droit dans le pays. Loin d’être un dossier judiciaire, il apparait au grand jour qu’il s’agit plutôt d’un dossier foncièrement politique. Sinon, comment peut-on imaginer qu’un arrêt rendu par la Cour constitutionnelle, la plus haute juridiction du pays, puisse être contesté par l’organe judiciaire chargé de son application, à savoir le Parquet général près la Cour ? (…), ce que je pense est que l’on ne peut pas rechercher un Etat de droit et au même moment tolérer la méconnaissance publique des décisions de la Cour constitutionnelle par un citoyen, soit-il, chef d’une haute institution, pourtant tenu à l’obligation de réserve », déplore le sénateur Augustin Matata Ponyo. Pour la suite des temps, voyons voir…

La Pros.

L’article Etat de droit au cœur de débats/RDC : va-t-on vers la bataille entre le droit et la politique ? est apparu en premier sur Journal la Prospérité.

Du nouveau dans le monde littéraire congolais/Peniel Katombe : ‘’l’animal le plus dangereux et autres nouvelles’’ désormais disponible aux éditions Kingdom

Journal la Prospérité - Lun, 10/01/2022 - 11:08

Le recueille dénommé  « l’animal le plus dangereux et autres nouvelles » de l’écrivain-juriste, Peniel KATOMBE, paru depuis le mois de décembre dernier, aux éditions de kingdom, se trouve déjà sur le marché littéraire. Sept nouvelles sont reprises dans cette œuvre de plus de quatre-vingt-dix pages. On retrouve entre autres, ‘’l’animal le plus dangereux et autres nouvelles’’,  ‘’El dorado’’, ‘’pour un sourire’’, ‘’Toi ou rien’’, ‘’la réminiscence’’, ‘’en attendant que Dieu agisse’’, ‘’ça ne se trompe pas’’.

Grace notamment aux divers thèmes tels que l’amour, les rêves, la traitrise, la sensibilisation contre la drépanocytose, la xénophobie, l’escroquerie, la guerre, les divisions et autres, l’auteur tient simplement à conscientiser   les congolais au sens élevé  de responsabilité pour un Congo meilleur

Dans  son œuvre principale, Peniel Katombe veut également tirer la sonnette d’alarme sur la menace  des disparitions qui pèse sur  un certain nombre d’animal, en l’occurrence des bonobos.

L’auteur précise,  en outre, que les sept nouvelles sont écrites de manière différente, chaque nouvelle a un style, un message propre à elle.

« Il faut dire que j’ai écrit chaque nouvelle à des moments différents, avec des envies différentes, des humeurs différentes ainsi que des inspirations différentes.  Et J’écrivais juste pour le plaisir ; j’écrivais pour ne pas publier. Je les mettais dans mon tiroir. Sauf  que, plus tard, quand l’opportunité s’est présentée de publier, et j’ai profité pour publier ce recueille.  Il existe aussi d’autres œuvres consacrées exclusivement au divertissement », a-t-il confié au journal la prospérité.

Hormis la livraison à domicile en cas de demande, il faut signaler que l’œuvre est disponible en grande quantité dans les éditions ‘’kingdom’’.

Passionné de de textes littéraires, l’écrivain Peniel congolais KATOMBE, juriste de formation, n’est pas à sa première. Il a déjà écrit précédemment les œuvres commeles desseins du destin, paru à Bruxelles en 2018, et une année plus tard, soit en 2019, il a lancé ‘’Quand l’amour s’en mêle’’ qui est un roman en autoédition.

Christian Musungayi

L’article Du nouveau dans le monde littéraire congolais/Peniel Katombe : ‘’l’animal le plus dangereux et autres nouvelles’’ désormais disponible aux éditions Kingdom est apparu en premier sur Journal la Prospérité.

Fonds alloués à la riposte Covid-19 en RDC/Task Force Présidentielle : Dr. Roger Kamba répond à l’ODEP

Journal la Prospérité - Lun, 10/01/2022 - 11:01

Fidèle à sa mission bien définie depuis sa création par le Président Félix Tshisekedi, en mai 2020, la Task Force Présidentielle n’engage ni un crédit, ni un fonds quelconque. Alors, transparente dans son fonctionnement, elle ne dispose d’aucun compte bancaire. Telles sont des vérités apportées par le Docteur Roger Kamba, Coordonnateur de la Task Force Présidentielle, pour couper court aux vraies-fausses allégations du tout récent rapport de l’Observatoire pour la Dépense Publique (ODEP), lequel rapport fait état de malversations financières, au niveau de la présidence de la République, dans la riposte contre la pandémie à Coronavirus en République Démocratique du Congo. Ainsi, au cours d’une conférence de presse tenue samedi 8 janvier 2022 à l’immeuble Matrix, à la Gombe, le Coordonnateur Roger Kamba a dénoncé, preuves à l’appui, une campagne de dénigrement sans fondement qui tend à désorienter l’attention de la population sur deux dossiers extrêmement sensibles, en rapport avec la livraison des médicaments par Pharmakina au profit du Gouvernement, en mai 2020, et un prétendu décaissement d’une somme à hauteur de 150 mille dollars par le Ministre des Finances, pour la réception et la manutention, au niveau de Matadi, des containers médicaux accordés à la RDC par la Fondation Elikya Na Biso.

Pour corriger certaines cacophonies, M. Roger Kamba a, dans son allocution, martelé sur la mission essentielle de la TFP qui ne va pas au-delà de proposer au Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, les orientations et les mesures spécifiques multisectorielles de la prévention et de la riposte contre le Coronavirus et d’autres épidémies en République Démocratique du Congo. S’agissant des allégations sur la signature d’un contrat de livraison des médicaments entre Pharmakina et la Task Force Présidentielle, au mois d’avril 2020, le Docteur Roger Kamba a parlé d’une vraie attaque de l’ODEP, mais très mal orchestrée. Car, a-t-il souligné et précisé, la Task Force Présidentielle a été créée, par Ordonnance présidentielle, au mois de mai 2020. « Comment une structure qui n’existait pas aurait pu signer un contrat, aurait pu s’entendre avec Pharmakina ?», s’est-il interrogé, avant de révéler que même la Cour des Comptes avait été associée pour faire la lumière sur ce dossier et qu’elle avait obtenu de la clarification de Pharmakina sur la non-existence d’un contrat de livraison des médicaments avec la Task Force Présidentielle.

Pour ce qui est d’un présumé décaissement de moyens pour le déplacement des containers médicaux, de Matadi à Kinshasa, le Docteur Roger Kamba a révélé qu’aucun sou n’a été débloqué par le Gouvernement nonobstant une demande formulée à travers une correspondance transmise au Ministère des Finances.

Au contraire, a-t-il indiqué, la Task Force Présidentielle avait pris soin de payer un montant de 15 mille dollars américains pour la manutention et l’entreposage des produits offerts par  la Fondation Elykia Na Biso. « Notre rôle c’est de conseiller le Chef de l’Etat. Ce n’est pas d’acheter un camion, ce n’est pas d’acheter une ambulance. La Task Force n’exécute pas le programme du Gouvernement et n’en a pas compétence», a-t-il rappelé. Il y a lieu de retenir que la Task Force Présidentielle est une commission ad hoc créée par Ordonnance présidentielle n°20/036 du 02 mai 2020. Elle est dirigée par un bureau composé d’un Coordonnateur, d’un Coordonnateur adjoint, d’un Rapporteur et d’un Rapporteur adjoint. En ce qui concerne son fonctionnement, la TFP bénéficie, dans la mesure du possible et selon le respect des lois, règlements et instructions budgétaires en vigueur, des frais dont le montant est arrêté par le Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat après l’approbation de ce dernier.

La Pros.

 

L’article Fonds alloués à la riposte Covid-19 en RDC/Task Force Présidentielle : Dr. Roger Kamba répond à l’ODEP est apparu en premier sur Journal la Prospérité.

Conserver le pouvoir lors des échéances électorales 2023/MSC : Jeannot Binanu largue les interfédéraux pour la conquête de la ville de Kinshasa

Journal la Prospérité - Lun, 10/01/2022 - 10:58

Jeannot Binanu, Président Provincial du Mouvement de Solidarité pour le Changement ville de Kinshasa, s’est adressé aux Présidents Interfédéraux du Mouvement de Solidarité pour le Changement, lors de la traditionnelle cérémonie d’échanges de vœux. Parlant des échéances électorales de 2023 en marge de cette grandiose cérémonie, il a lancé un défi de conservation du  pouvoir. Ainsi, il a invité les interfédéraux à plus de mobilisation de la population de Kinshasa pour la réélection de Félix Antoine Tshisekedi au second mandat. Sous l’œil vigilant du Sga du MSC, Jules Mukumbi, du Prof. Tshibangu Kalala, du Vice-président provincial ville de Kinshasa, Michel Kinaka Kakoko et de Jean-Claude Mboma, Coordonnateur national des Partis politiques et Associations au MSC, Jeannot Binanu a projeté  un programme pour un travail en symbiose avec les présidents fédéraux pour concrétiser le rêve de 2023. Evoquant la tournée du Chef de l’Etat en province, il a souligné que : ‘‘Fatshi n’est pas un ange. Il travaille avec les hommes. Nulle part ailleurs, un président de la République a traité les affaires du Pays sous les arbres. Par amour de son peuple, il dit ce qu’il voit. Il est très clair dans son discours que nous soutenons’’, a déclaré Jeannot Binanu.

C’est debout que le Président provincial du MSC, ville-province de Kinshasa, Jeannot Binanu s’est adressé vendredi 7 janvier 2022 aux quatre Présidents Interfédéraux et leurs membres, depuis la salle Kraatos du quartier Matonge à Kinshasa, à l’occasion de la cérémonie d’échanges de vœux de la nouvelle année 2022, après avoir vu sa cote de popularité largement en hausse au cours des derniers années. Il s’agit de Présidents interfédéraux de Mont-Amba Raoul Musomoni ; de la Lukunga Didier Mpambia ; de la Tshangu Héritier Bisaka Mutombo et Me Hervé Issay Bompoto de la Funa.

Une cérémonie sympathique pour annoncer les couleurs d’une mobilisation tous azimuts pour les échéances électorales de 2023. Le discours était bien ficelé et le langage suffisamment clair pour laisser à tous une bonne compréhension de l’enjeu. Jeannot  Binanu a quand même lancé les défis et les attentes de la population pour consolider les bénéfices sociales de la vision du Chef de l’Etat. Pour le Président provincial du MSC/la ville de Kinshasa, les interfédéraux doivent prouver que le drapeau du Parti doit flotter sur les toits de tous les quartiers et rues de Kinshasa.

Confronté à la prise de conscience politique sans précédent pour hisser plus haut la bannière du MSC, la sensibilisation des Kinois et Kinoise à la Vision sociale du Président National du Mouvement de Solidarité pour le Changement, l’Honorable Laurent Batumona, le chef de l’Exécutif provincial du MSC, Jeannot Binanu, a déclaré que :  » l’année 2022 est une année pas comme les autres. Nous devons à tout prix occuper tous les coins et recoins de Kinshasa afin de mieux préparer les échéances électorales de 2023’’.

Il a rappelé que l’alliance MSC-UDPS est une alliance de taille dans l’histoire de la RDC: « Depuis la création du MSC en 2011, 11 ans après, le MSC est resté attaché au combat et aux valeurs de l’Udps du vivant du Président Etienne Tshisekedi wa Mulumba, d’heureuse mémoire’’.  Jeannot Binanu a rafraichi la mémoire des Interfédéraux sur l’alliance avec l’UDPS. ‘’Le MSC a participé au combat de rue et de la démocratie aux côtés de l’Udps avec tout le chapelet de tortures et autres sévices corporels subis. Nos militants et militantes sont tombés sur le champ de lutte pour l’instauration de la démocratie jusqu’à ce que nous avons eu la victoire incarnée par le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, à la Magistrature suprême’’.

MSC pour Conserver le pouvoir

En réponse à cette réunion de prise de contact assorti d’un échange de vœux avec ses lieutenants, Jeannot Binanu a tenu à rappeler ces faits historiques pour clarifier la vision de l’alliance UDPS – MSC, mais également insisté sur l’intérêt du MSC à s’affermir pour conserver le plus longtemps possible le pouvoir. Le MSC, rappelle-t-il, a combattu dans le passé, il combat dans le présent et combattra dans le futur. C’est dans ce contexte qu’il a demandé aux Autorités de l’Udps des soins appropriés pour panser les blessures politiques dans la perspective de la continuité de lutte pour la réélection du Président Félix Tshisekedi en 2023.  ‘’Les festivités de nouvel an sont passées, revenons au travail pour matérialiser la vision de notre Autorité morale, Laurent Batumona, que l’on a surnommé ‘’Intérêt général’’ par ses membres, celle de faire du MSC une deuxième force politique en RDC.

Jeannot Binanu a aussi dénoncé la désinformation, les « manipulations » et les « intoxications » qui entament selon lui la « confiance démocratique ».

« Parler vrai, c’est parler de la réalité », a-t-il lancé dans son allocution de vœux aux Interfédéraux : « Le vœux de longévité, de succès au Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, Au Premier Ministre Michel Sama Lukonde, aux Président de deux chambres du Parlement et au Président National du MSC, aux cadres et militantes et militants du MSC de la ville de Kinshasa. ‘’2022 c’est l’année qui doit nous conduire, afin de demeurer une démocratie robuste, à mieux nous protéger des fausses informations, des manipulations et des intoxications. A l’heure des réseaux sociaux, du culte de l’immédiateté et de l’image, du commentaire permanent, il est indispensable de rebâtir une confiance démocratique dans la vérité de l’information reposant sur des règles de transparence et d’éthique.

Bientôt, un siège du gouvernorat provincial du MSC sera inauguré, a promis Jeannot Binanu avant d’inviter les Président Interfédéraux au travail de terrain.

Des exposés enrichissants

Le moment était bien indiqué pour s’arrêter et d’évaluer le chemin parcouru et de projeter les perspectives l’avenir du MSC et de baliser la voie à la réélection de Fatshi. Les quatre interfédéraux ont suivi avec attention le discours du Président Binanu sur le besoin de mobilisation.

Raoul Musomoni : Président interfédéral du Mont-Amba. ‘’Je serai candidat en 2023. Notre ambition est de produire plusieurs Cellules en vue d’intégrer beaucoup de membres au MSC. Nous travaillons depuis un temps pour produire au moins 4 députés au Mont-Amba’’

Didier Mpambia : Président Interfédéral de la Lukunga : ‘’Nous regroupons 7 communes. Nous avons mis en place des présidents fédéraux, des Cellules et un contact permanent avec la population est assuré. Nous menons des actions sociales en faveur des jeunes et pour leur autonomisation notamment, la formation, de soutien financier pour un petit commerce. Nous travaillons pour l’accès aux soins de santé et nous encourageons les jeunes à la formation qu’ils parviennent à créer leur propre emploi.

Me Hervé Issay Bompoto, Président Interfédéral de la Funa : Notre devoir est de fidéliser nos membres et d’implanter le MSC. Notre ambition est de faire du MSC la deuxième force politique après l’UDPS notre allié de taille et non de circonstance. Nous devons rassurer l’électorat de Fatshi et de notre Autorité Morale, Laurent Batumona’’.

Héritier Bisaka Mutombo, Président Interfédéral de la Tshangu : ‘’ la machine électorale est en marche pour produire 150 députés à travers la RDC. Le Président Jeannot Binanu nous rappelle de descendre sur le terrain pour préparer la réélection de Fatshi Béton et de Laurent Batumona en 2023.  Nous avons mené beaucoup d’actions sociales telles la construction de forage ; assistance sociale et soutien au petit commerce des mamans veuves’’.

Jean-Claude Mboma, Coordonnateur national des Partis politiques et Associations au MSC. Le Président Jeannot a lancé un défi aux interfédéraux de mieux travailler dans leur fief pour préparer les élections de 2023 sous l’impulsion de l’Honorable Laurent Batumona. Jeannot Binanu a martelé sur la victoire électorale à 90% avec le soutien à 100% de Laurent Batumona qui a  investi dans l’homme. Pour l’heure de la fin, l’atmosphère était plutôt festive.

Peter Tshibangu

 

L’article Conserver le pouvoir lors des échéances électorales 2023/MSC : Jeannot Binanu largue les interfédéraux pour la conquête de la ville de Kinshasa est apparu en premier sur Journal la Prospérité.

Face au pays, quelles réponses demain

Le Soft international - Dom, 09/01/2022 - 01:39

Regard droit devant, micro accroché dans la paume de la main, une femme s'adresse au Président de la République.
Le Soft International n°1544, dimanche 9 janvier 2022, Kinshasa-Paris, Bruxelles.

À la CENI, Ronsard Malonda va faire la remise et reprise avec Mabiku Totokani

Le Soft international - Dom, 09/01/2022 - 01:34

Mabiku Totokani - «Thotho» pour ses proches, c'est le nouveau patron du Secrétariat Exécutif de la centrale électorale nationale indépendante, CENI.
Le Soft International n°1544, dimanche 9 janvier 2022, Kinshasa-Paris, Bruxelles.

Il ne reste plus grand monde au PPRD-FCC

Le Soft international - Dom, 09/01/2022 - 01:15

Ils sont au moins quatre. Dans le pré carré de Kabila, père et fils, ils ont tout été.
Le Soft International n°1544, dimanche 9 janvier 2022, Kinshasa-Paris, Bruxelles.

L'AFDC-A lâche son gouverneur du Sud-Kivu Théo Ngwabidje Kasi

Le Soft international - Dom, 09/01/2022 - 01:11

Ils sont trente-et-un députés du regroupement AFDC-A à s'être désolidarisés du gouverneur très numérique du Sud-Kivu Théo Ngwabidje Kasi en le lâchant publiquement.
Le Soft International n°1544, dimanche 9 janvier 2022, Kinshasa-Paris, Bruxelles.

Le rapport de la Cour des comptes exercice 2020

Le Soft international - Dom, 09/01/2022 - 01:06

Au palmarès de la Cour des comptes dressé dans son rapport de novembre 2021, sur les comptes de dix-neuf Institutions et ministères de la République examinés...
Le Soft International n°1544, dimanche 9 janvier 2022, Kinshasa-Paris, Bruxelles.

Ces scandales éclatés au Kasaï

Le Soft international - Dom, 09/01/2022 - 00:56

On soupçonnait longtemps des liens de connivence entre des services de la Présidence de la République et le Fonds de Promotion de l'Industrie.
Le Soft International n°1544, dimanche 9 janvier 2022, Kinshasa-Paris, Bruxelles.

Message de félicitations adressé par Monsieur Georges MUKUNA LUABING, Autorité Morale de l’Union pour le Renouveau Républicain -URR

Le Phare - Sab, 08/01/2022 - 16:01

A son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, à l’occasion de sa tournée officielle dans le Grand Kasaï. L’Autorité Morale de l’Union pour le Renouveau Républicain – U.R.R., Monsieur Georges MUKUNA LUABING, exprime sa grande admiration et adresse ses chaleureuses et sincères félicitations à son Excellence Monsieur Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, Président […]

Cet article Message de félicitations adressé par Monsieur Georges MUKUNA LUABING, Autorité Morale de l’Union pour le Renouveau Républicain -URR est apparu en premier sur Journal Le Phare, Quotidien indépendant paraissant à Kinshasa.

Philippe de Moerloose, un succès congolais qui s'exporte

Le Soft international - Sab, 08/01/2022 - 15:36

Je suis né à Bruxelles le 30 juin 1967. Le 30 juin étant la date de l'indépendance de la RDC. Juste coïncidence.
Le Soft International n°1544, samedi 8 janvier 2022, Kinshasa-Paris, Bruxelles.

Ouvrage du Pasteur Alph Lukau/« The Rise of the Prophetic Voice » : plus 3 millions d’exemplaires déjà vendus

Journal la Prospérité - Ven, 07/01/2022 - 21:00

Une fierté pour la littérature Congolaise et Africaine. Admirable et puissant, ce chef-d’œuvre du Pasteur Alph Lukau a atteint les 3 million d’exemplaires vendus, dans le monde. Un nombre record qui place le Pasteur Alph Lukau en tête de la littérature congolaise.

Ill serait sans doute l’écrivain congolais le plus lu dans le monde. « The Rise Of the Prophetic Voice » est un livre qui change les vies des milliers des personnes. Selon des sources proches de l’éminent Homme de Dieu, de témoignages positifs fusent des quatre coins du monde.

3 millions des vies sont aujourd’hui bénies et transformées par la puissance de cet ouvrage autant littéraire que spirituel et révélateur.

Et pleins d’autres surprises sont au rendez-vous dans un futur proche.

John Ngoyi

L’article Ouvrage du Pasteur Alph Lukau/« The Rise of the Prophetic Voice » : plus 3 millions d’exemplaires déjà vendus est apparu en premier sur Journal la Prospérité.

Justice : la ministre d’Etat Rose Mutombo visite les prisons de Kananga et Mbuji-Mayi

Journal la Prospérité - Ven, 07/01/2022 - 12:36

Toujours au four et au moulin, la ministre d’Etat, ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Rose Mutombo Kiese, a accompagné le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi dans sa tournée dans l’espace Kasaïen. À Mbuji-Mayi comme à  Kananga, la Garde des Sceaux a saisi cette opportunité pour visiter les prisons et a échangé avec les magistrats.  A Kananga, l’objectif était de se rendre compte des conditions dans lesquelles se trouvent cet établissement carcéral.

Lors de cette visite, le chef de division provinciale de la Justice, Sama Saka, a fait savoir  que cette province dispose de six prisons. Selon lui, hormis la Prison Centrale de Kananga qui a été réhabilitée, les autres prisons sont devenues vétustes et nécessitent d’être réhabilitées ou reconstruites. Concernant la subvention, seules deux prisons sont subventionnées (Kananga et Lwiza). «Nous attendons de votre visite la prise en compte de ces prisons. Plus de 90 % des agents de services pénitentiaires travaillent sans salaires et sans primes. Les anciens agents qui sont payés ne bénéficient d’aucune prime », renseigne-t-il.

Prenant la parole lors de cette visite, Mme la ministre d’Etat, ministre de la Justice a expliqué  les raisons de sa visite à la Prison Centrale de Kananga puis elle a  prodigué des conseils aux détenus. « Je suis venue faire l’état de lieu de la prison en profitant du voyage dans la délégation du Président de la République, je ne pouvais que palper les réalités de mon secteur qui est le ministère de la Justice. J’ai échangé avec le directeur de la prison et les détenus. Le constat que j’ai fait, est qu’il y a une pléthore de détenus. Nous allons échanger avec les magistrats pour voir de quelle manière nous pouvons désengorger les prisons et profitant de la grâce présidentielle qui vient d’être promulguée pour faire libérer les personnes qui remplissent les conditions», a-t-elle précisé.

Et de marteler : ‘’De mon côté, je pourrais envisager des libérations conditionnelles afin d’améliorer les conditions de détention selon le vœu du Président de la République et le programme du Premier ministre   qu’il a  présenté au Parlement. Un souci a été soulevé lors de nos échanges avec le personnel pénitentiaire, le problème des numéros matricules des administratifs. Le gouvernement tient à régulariser au fur et à mesure la situation des personnes qui travaillent jour et nuit pour le pays et qui n’ont aucun numéro matricule. Le Vice-premier ministre et ministre de la Fonction publique a promis qu’il va récupérer au moins 22.000 nouvelles unités au courant de cette année. Si nous évoluons avec le contrôle, je crois que nous pourrions améliorer les conditions de différents administratifs qui nous accompagnent dans notre secteur ».

Remise des matelas aux détenues femmes de la Prison de Mbuji-Mayi 

Toujours dans la droite ligne de sa visite dans l’espace Kasaïen, la ministre d’Etat, ministre de la Justice a lors de son séjour dans la suite du Chef de l’Etat dans la Province du Kasaï Oriental a visité la Prison Centrale de Mbuji-Mayi et particulièrement le quartier des femmes. Ayant été touchée par les mauvaises conditions d’hébergement des femmes dans cette maison carcérale, Rose Mutombo a promis un lot de matelas pour que ces femmes passent leurs nuits dans les bonnes conditions.

Chose promise, chose due, dit-on! Un jour après sa visite, Mme Rose Mutombo Kiese a dépêché le point focal du Cadre permanent  de concertation de la femme congolaise (Cafco), Gertrude Ndaya, pour apporter un lot de matelas aux  femmes détenues de la Prison Centrale de Mbuji-Mayi qui dormaient avec leurs bébés à même le sol.

A cette occasion, Gertrude Ndaya a déclaré «qu’il est inacceptable que ces femmes détenues dorment à même le sol avec leurs bébés. Comme vous le savez, l’humidité apporte son cortège de maladies lorsqu’on dorme dans les mauvaises conditions ». Elle a exhorté le directeur de la Prison Centrale de Mbuji-Mayi, le colonel José Ntumba Muya, au suivi rigoureux pour que les bénéficiaires en fassent bon usage. « C’est un premier geste que la ministre d’Etat, ministre de la Justice et Garde des Sceaux a fait en remettant  ce lot de matelas».

Pour sa part le directeur de la Prison Centrale de Mbuji-Mayi, le colonel José Ntumba Muya a remercié la ministre d’Etat, ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Mme Rose Mutombo Kiese pour le geste qu’elle a posé à l’endroit des détenues femmes. « C’est une œuvre grandiose. C’est la première fois depuis que je suis à la tête de cette maison carcérale de recevoir une autorité de sa dimension. En tout cas, je suis honoré. En mon nom personnel, au nom de tous les prisonniers et de mon staff, je réitère mes remerciements à Mme la ministre d’Etat, ministre de la Justice et Garde des Sceaux. Je pense que ce geste ne sera pas le dernier. Elle est venue et elle a promis de poser une action. En moins de 24 heures, elle a réalisé sa promesse à l’endroit des femmes détenues. Ces personnes sont dans un régime de privation de liberté. Qu’est-ce qu’il y a de mauvais pour que d’autres personnes de bonne volonté leur apporte de l’assistance comme l’a fait Mme la ministre. Voilà, au moins cette prison a été honorée à la fin de l’année 2021 par un membre du gouvernement, a conclu le directeur de la Prison Centrale de Mbuji-Mayi.

Jules Ntambwe

L’article Justice : la ministre d’Etat Rose Mutombo visite les prisons de Kananga et Mbuji-Mayi est apparu en premier sur Journal la Prospérité.