Repubblica Democratica del Congo

USA, Japon, Russie : Félix Tshisekedi de nouveau en séjour à l’étranger !

Journal la Prospérité - 8 ore 12 min fa

*Il s’est envolé, depuis mercredi 16 octobre, peu avant le début de la soirée, en direction des Etats-Unis d’Amérique. Là où certaines sources parlent d’un voyage privé, d’autres affirment mais, sans avancer les moindres  détails,  que Félix Antoine  Tshisekedi Tshilombo, le tout nouveau Chef de l’Etat congolais,  aurait plutôt  accepté de répondre, en même temps, à une invitation du Programme Alimentaire Mondial. Puis, il se rendra au Japon où, en marge de sa participation à la dernière TICAD à Yokohama, l’Empereur l’avait convié à sa cérémonie d’intronisation.  Juste après, il  ira à  Sotchi, pour le sommet Russie-Afrique dont les assises sont prévues du  22 au 24 octobre.Il devrait ensuite regagner pour  quelques jours Kinshasa, la capitale,   avant d’effectuer sa première visite officielle  à Paris, en France,  à la mi-novembre 2019.

Il n’est ni ébranlé, ni perturbé. Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo continue à porter l’étendard de la visibilité de la RD. Congo à l’échelle internationale. Cette fois-ci, après son périple effectué dernièrement en Belgique, à l’Union Européenne, aux Nations Unies, à New York, à la Banque Mondiale et au Fonds Monétaire International à Washington, à la Maison Blanche avec Donald Trump, il s’était rendu successivement à Bukavu et Beni au Sud-Kivu ainsi qu’au Grand Nord du Kivu.

Et, en dépit du crash d’un des avions qui l’accompagnaient ayant coûté la vie à ses principaux collaborateurs dont l’inoubliable ‘’Maréchal’’, son chauffeur,  il a lancé une grande campagne de lutte contre la pauvreté à partir du Lac de Ma Valée à Kimwenza, à Kinshasa.

Il a particulièrement insisté, ce jour-là, sur la nécessité d’enrayer les inégalités en vue de restaurer la justice sociale en RD. Congo. Et, dans cette perspective-là, ila affirmé qu’il était autant attaché à la lutte contre la corruption, l’impunité et l’impuissance de la justice qu’il ne lésinera point sur les moyens pour mettre en œuvre le dispositif visant  la mobilisation maximale  des ressources à canaliser vers le Trésor Public.

Un accent serait mis ainsi sur la transparence, la bonne gouvernance, la traçabilité ainsi que l’orthodoxie financière pour sortir la RD. Congo de l’auberge.

Déjà, lors d’un Conseil des Ministres qu’il a présidé personnellement, Félix Tshisekedi disait avoir poussé le Gouvernement à lever l’option d’un budget oscillant autour de dix milliards de dollars américains. Un montant qu’il juge, certes, maigre mais qui, à ce stade, constitue, à son avis,  un premier pas vers  de nouvelles augmentations  progressives.

LPM

RDC : le projet du Budget 2020 à un pas de l’Assemblée nationale

Journal la Prospérité - 8 ore 13 min fa

Le Gouvernement Ilunga Ilunkamba s’attèle à déposer le projet du Budget 2020 à l’Assemblée Nationale, avant la fin de ce mois d’octobre. Les membres du Comité de conjoncture économique, sous l’autorité du Premier ministre, ont mis la dernière main sur ce projet du Budget ce jeudi 17 octobre à la Primature, avant de le soumettre au conseil des Ministres de ce vendredi pour adoption et le déposer par après à la chambre basse du Parlement. La réunion du Comité de Conjoncture Economique du Gouvernement présidé par Sylvestre Ilunga a examiné aussi la situation du cadre macro économique présentée par la Ministre du Plan, Elysée Munembwe.

Ce cadre est jugé stable, a laissé entendre le Vice-premier ministre en charge du Budget, Jean Baudouin Mayo. Il a précisé qu’avec les efforts du gouvernement, cette stabilité va s’observer jusqu’à la fin de cette année 2019.

Un autre dossier présenté par le Ministre d’Etat au Commerce Extérieur, Jean- Lucien Bussa, c’est la politique du gouvernement sur l’amélioration des conditions d’exportations aux postes frontaliers de l’Est de la RDC. Ce projet nécessite la quotepart financière du Gouvernement pour son aboutissement, souligne le porte-parole de cette réunion, Jean Baudouin Mayo.

Toutefois, ce projet avance normalement. La Ministre de la Fonction Publique Yolande Ebongo Bosongo a été encouragée à poursuivre les discussions avec l’intersyndicale Nationale de la Fonction Publique pour arriver à un accord sur l’amélioration des conditions socioprofessionnelles des Agents et Fonctionnaires de l’Etat. Le chef du Gouvernement a donné des orientations fermes à l’évolution de chaque dossier présenté avant de soumettre tous les dossiers traités au Conseil des ministres de ce vendredi.

A noter que la réunion du Comité de conjoncture économique a pour objectif d’apprécier le cadre macro économique et les indicateurs du taux de change et des prix des produits sur les marchés. Il convient de noter que la réunion de conjoncture économique, prévue tous les mardis, s’est exceptionnellement tenue ce jeudi en raison de l’agenda fort chargée du Premier ministre.

Au cœur de la coopération

Ce dernier a également échangé, toujours hier à la Primature, avec l’envoyé Spécial du Secrétaire Général des Pays des Grands Lacs, M. HUANG XIA. Pour ce haut fonctionnaire de l’ONU, une coopération entre les pays de la région des Grands Lacs doit se mettre en place et surtout s’inscrire dans la logique politique et économique pour le développement de cette région.

Le Premier ministre Ilunga Ilunkamba a formulé des recommandations claires et pertinentes à cet émissaire qui a promis de les partager avec d’autres hauts cadres des Nations Unies.

Relance du secteur Agricole

Dans la soirée du mercredi 16 octobre dernier, le chef de l’exécutif a eu des échanges avec la délégation de Polaris Group des Emirats, conduite par docteur Arch Khaled Sadek. Ce consortium propose d’appuyer le Gouvernement congolais dans la relance du secteur Agricole et la construction et la modernisation des Infrastructures de base.

Cette délégation de Polaris Group des Emirats a dit au Premier ministre sa disponibilité à financer entièrement quelques projets dans ces domaines. Elle lui a aussi présenté les termes de ce partenariat qui laissent à la RDC la responsabilité de choisir les projets prioritaires à financer. Arch Kahaled Sadek, porte-parole de la délégation de Polaris Group des Emirats, a remercié Ilunga Ilunkamba, pour sa vision axée sur le développement à la base, qui fait de l’agriculture l’un des secteurs clé pour mettre fin à la pauvreté au pays.

Polaris Group des Emirats est un consortium piloté par le Sultan d’Aboudabi. Il regroupe en son sein cinq pays notamment, les Etats-Unis, l’Italie, la Roumanie, l’Egypte et les Emirats arabes unis, et travaille en partenariat avec quelques hommes d’affaires congolais. A ce jour, Polaris Group des Emirats apporte également son soutien à d’autres pays d’Afrique.

La Pros.

[FCC-CACH] André Alain Atundu : « la coalition au pouvoir se porte bien. Nous sommes unis pour le meilleur et le pire »

Journal la Prospérité - 8 ore 15 min fa

«La coalition au pouvoir se porte bien, les leaders de ces deux familles politiques sont engagés et déterminés à gérer ensemble le pays pour le bien-être de la population congolaise. Et, nous sommes unis pour le meilleur et pour le pire». Et bien, ces propos ont été prononcés par André-Alain Atundu, communicateur de l’ex Majorité Présidentielle et cadre du Front Commun pour le Congo (FCC), au cours d’une conférence de presse qu’il a animée hier, jeudi 17 octobre 2019, dans sa résidence de Macampagne.  Face à la presse, il n’a pas épargné des questions qui défraient la chronique de l’actualité en RD. Congo.  De l’état de santé de la coalition FCC-CACH, en passant par le crash d’Antonov 72 et la manifestation des militants de l’UDPS à Limete, sans oublier les sanctions imposées par l’Union Européenne et les Etats-Unis à certaines autorités congolaises de l’ancien régime du Président Joseph Kabila, ce cadre du FCC a éclairé l’opinion nationale à ces sujets. 

De manière claire et distincte, Alain Atundu  a laissé entendre que la source de la coalition au pouvoir, émane de la volonté des deux nationalistes et des deux compatriotes, Joseph Kabila et Félix Tshisekedi. Pour lui, ces deux hommes sont appelés à travailler ensemble pour éviter des problèmes postélectoraux et pour éviter un maquis dans les Institutions du pays. «La Majorité est du FCC, la Présidence est du CACH, si nous commençons à nous battre, nous ne ferons jamais rien », a indiqué André-Alain Atundu. A l’en croire, cette alliance a pour objectif d’abord d’assurer la cohésion de tous les congolais, ensuite de travailler ensemble pour l’amélioration de la situation de la population, la situation économique et de la situation du pays dans le conseil des Nations. « J’aime autant vous dire que cette période que nous vivons, est une période hautement pédagogique, jamais depuis son existence, l’UDPS n’a exercé le pouvoir à ce niveau, jamais le FCC, en commençant par l’AMP, la MP aujourd’hui FCC n’a jamais vécu cette situation où elle a une majorité sans Chef de l’Etat, et donc le Président Félix Tshisekedi et le Président Joseph Kabila, ils ont tout fait pour expliquer leurs principaux collaborateurs, quittent à eux d’aller relayer à la base l’intérêt de cette coalition pour les deux regroupements, pour nos populations et pour notre pays », a-t-il expliqué. Et d’ajouter : « Ce que vous appelez le refus de la base, ce sont les péripéties de l’existence. Si vous êtes mariés, vous savez que régulièrement il vous arrive de ne pas être d’accord avec votre femme et les enfants, de ne pas être d’accord avec les parents, mais cela ne tue ni le foyer, ni le sens de la famille ». Autrement dit, pour Atundu, l’alliance FCC-CACH, est une alliance stratégique qui repose sur le dialogue permanent notamment, sur le cap vers le développement de la RD. Congo.

Les sanctions de l’UE et des USA contre certaines autorités congolaises                 

Le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, lors de sa précédente tournée euro-américaine, faut-il le rappeler, avait milité pour la levée des sanctions à l’endroit des certaines autorités congolaises de l’ancien régime de Joseph Kabila. Mais, jusqu’à présent aucune sanction n’a été levée. C’est pourquoi, Atundu est revenu à la charge. Il attend une fermeté de la part du Président de la République, Félix Tshisekedi, sur la question de la souveraineté nationale. «Il est normal que les choses étant changées, que ces sanctions soient levées. C’est ce qu’a expliqué le Président Félix Tshisekedi. Les occidentaux examinent. En réalité, ils attendent qu’il remplisse le contrat inédit qu’ils ont projeté de faire à l’occasion de sa tournée », a-t-il déclaré. Il estime, par ailleurs qu’il est compréhensible que ces mesures ne soient pas encore levées dix mois après l’arrivée au pouvoir du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi. Quoi qu’il en soit, a-t-il poursuivi, le Président de la République a été élu pour défendre la souveraineté de la RD. Congo, assurer le développement économique ainsi que la dignité de son peuple en assurant ses conditions de vie. Il sied de noter que concernant le crash d’Antonov 72, Alain Atundu invite tout le monde de prendre son mal en patience, tout en laissant les enquêteurs poursuivre leur travail jusqu’à ce que toute la lumière soit faite.

La Pros.

Lutte contre la pauvreté : Julien Paluku énumère les mesures qui seront mises en œuvre pour le financement des PME et PMI par le FPI

Journal la Prospérité - 8 ore 16 min fa

Le programme accéléré de lutte contre la pauvreté et les inégalités lancé par Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, Président de la République, est pris au sérieux par Julien Paluku Kahongya, Ministre de l’Industrie. Ce programme qui vise à sortir de la pauvreté 20 millions de Congolais vivant en milieu rural et périurbain dans les 145 territoires de la RDC doit être matérialisé. Au ministère de l’industrie, ce programme mérite un appui substantiel pour sa matérialisation. Au point de presse qu’il animé hier, jeudi 17 octobre 2019, Paluku Kahongya a axé sa communication sur deux points essentiels. Notamment, la politique industrielle de la RDC ou plus exactement ce qu’il compte pour définir la politique industrielle de la RDC, d’abord et, ensuite, les mesures qui seront mises en œuvre pour le financement des PME et PMI par le Fonds de Promotion de l’Industrie.  Il a souligné que pour les jeunes et les femmes, le président Félix Tshisekedi va faire lever les Fonds à la Bad pour la garantie.

Sublime et pragmatique, devant un partenaire de journalistes, julien Paluku a focalisé son exposé sur deux problématiques essentielles qui vont faire en sorte que le programme du chef de l’Etat soit matérialisé. D’abord, il s’agit de la finalisation du Document de politique industrielle de la RDC. A ce sujet, il a pris l’engagement de finaliser le document de politique industrielle de la RDC et de le faire valider au Conseil des ministres. C’est en vue de sa mise en œuvre, dit-il, qui passera par la production du nouveau schéma d’industrialisation de la RDC.

Au deuxième plan, il tient mordicus au lancement des préparatifs du nouveau Schéma d’industrialisation de la RDC. Il n’aménage pas son temps. Pour lui, dès que le document est validé, il lance immédiatement les travaux préparatoires du nouveau schéma d’industrialisation de la RDC.

Le second volet de son intervention concerne le financement des PME et PMI par le fonds de promotion de l’Industrie. Ici, il a indiqué que le FPI a pour objet la promotion de l’Industrie locale en vue de l’autonomie de l’appareil de production du pays vis-à- vis de l’extérieur. Tout en veillant à l’équilibre industriel au plan national. ‘’Le FPI sera mis à contribution en tant qu’instrument en appui du développement industriel.  Evoquant la création d’une nouvelle classe moyenne d’entrepreneurs congolais ayant pour vocation de devenir les capitaines de l’industrie, en d’autres termes, les millionnaires selon la volonté du Chef de l’Etat, Julien Paluku Kahongya, a énuméré huit importantes mesures incitatives. D’abord, en raison de leur caractère promotionnel, les Financement du Fonds de Promotion de l’Industrie destinés à l’investissement seront désormais accordés à un taux d’intérêt maximum de 6% pour toutes les entreprises. Ensuite, spécialement pour les projets d’entreprises des jeunes et des femmes entrepreneurs seront financés à 4%. S’agissant de la garantie, Son Excellence Monsieur le Président de la République est en négociation avec la BAD pour lever les fonds en vue de constituer un Fonds de Garantie à l’effet de faciliter l’accès des PME aux crédits du secteur bancaire. Le Portefeuille du FPI, a dit le Ministre, est caractérisé par une immobilisation importante des ressources de plus de 150 millions d’USD d’impayés qui empêche le recyclage de ce volume des ressources pour financer le développement industriel du pays : le ministre a déclaré que cet argent doit être recouvré. ‘’Le FPI est exhorté à privilégier une approche de règlement à l’amiable et ou de restructuration des sociétés en difficultés. Si toutefois, cette approche s’avèrerait improductive, le FPI n’aura pas d’autres choix que de recourir au recouvrement forcé’’, a soutenu le Ministre de l’Industrie.

‘‘J’invite les opérateurs économiques bénéficiaires des financements du FPI de se mettre en règle : c’est un devoir citoyen. Les ressources de la taxe de Promotion de l’Industrie (TPI) sont issues d’une parafiscalité supportée in fine par la population. Il faut donc que ces ressources servent à créer : les emplois, les revenus et l’accroissement de la fiscalité intérieure. ‘’Sur instruction du Chef de l’Etat, le FPI doit privilégier les projets émanant du secteur privé et ou public avec des incidences socio- économiques certaines ‘’, rassure Julien Paluku.

A en croire le Ministre de l’Industrie, il ne doit agir en aucun cas des crédits de caractère politique. Toute interférence de politique de nature à dévier les interventions du FPI de son Mandat tel que décliné dans le décret n°09/64 du 03 décembre 2009 fixant les statuts d’un établissement public dénommé ‘’Fonds de Promotion de l’Industrie’’, en sigle FPI est proscrite.  Pour le ministre, conformément à ce mandat, une attention particulière sera aussi accordée aux infrastructures  structurantes afin de créer les conditions de pré-viabilisation et de viabilisation à même de favoriser un développement industriel inclusif.

Toutes les entreprises assujetties à la FPI quel que soit leur secteur d’appartenance doivent s’acquitter de celle-ci.

Il a, enfin, lancé un appel aux jeunes gens et femmes de faire leur demande pour créer une entreprise et de créer des associations pour la rue. Que fasse une entreprise le Président de la République assure leur garantir.

La Pros. 

Premier test

Journal la Prospérité - 8 ore 19 min fa

Considéré de flambeau ayant allumé les lampions de l’alternance en RD. Congo, à travers ses manifestations pacifiques lors de la période préélectorale, le Comité Laïc de Coordination (CLC), conformément à sa vision d’être la sentinelle pour la bonne gestion de la res publica, a confirmé la tenue de sa marche pour ce samedi 19 octobre, dans les 25 provinces de la RD. Congo, hormis la ville de Kinshasa où cette activité de grande envergure été décalée pour le lundi 21 octobre, à cause du lancement par le Gouverneur Gentiny Ngobila du programme Kin-Bopeto, prévu le même samedi 19. Toutefois, ces laïcs catholiques entendent, en effet, mobiliser, de part en part, les congolaises et congolais, pendant ces deux jours séparés, afin de dire non à la corruption, l’impunité et l’impuissance de la justice. Cette trilogie qui, sous-tend le CLC, règnerait véritablement en maître au pays de Lumumba, au regard notamment, du non-éclaircissement concernant l’affaire 15 millions de dollars américains ou encore la validation, invalidation et revalidation par la Cour constitutionnelle et ce, sans compter d’autres faits connexes ayant aussi été sujet à frustration. Cependant, cette marche subodore manifestement un affrontement, spécialement dans la ville de Kinshasa, dans la mesure où les militants de l’UDPS s’obstineraient à l’idée de mener une contremarche pour soutenir Félix Tshisekedi, sorti des entrailles politiques de ce parti politique. Déjà, la jeunesse de cette formation politique a convoqué ce vendredi 18 octobre tous les combattants à une matinée politique dont le thème s’inscrit dans le sens de se battre, à cor et à cri, pour protéger le pouvoir de Tshisekedi Tshilombo. Celui-ci qui, après le crash de l’Antonov 72 le 11 octobre, s’est derechef lancé vers un nouveau périple aux Etats-Unis, Japon et Russie. Tout pousse à croire que le Président de la République s’en est allé charmer d’autres investisseurs étrangers. Et donc, le ‘’Progrès social’’ faisant partie des initiales de l’UDPS est chèrement recherché par le Premier citoyen congolais qui, d’ailleurs, ne jure que sur l’asphyxie du syndrome de la Pauvreté dans le pays. Mais alors, la ‘’Démocratie ‘’qui est aussi l’un des leitmotivs de cette famille politique est au point d’être définitivement effritée par les combattants qui n’hésitent de répondre, coup sur coup, à chaque fois que le Chef de l’Etat subit certaines remontrances. Comme si ‘’Fatshi’’ était un véritable immaculé qui doit être exempté des critiques quant à la gestion du pays. A point nommé,  des sanctions qui ont émaillé des manifestations du CLC de l’avant 2018 et dont la levée est souhaitée par Félix Tshisekedi risquent de frapper d’autres autorités, dans la foulée de cette croisade des laïcs catholiques si et seulement si des échauffourées se présentent. C’est donc un premier test pour ce nouveau régime. Que la liberté d’expression prescrite dans la Constitution soit manifeste. Que l’Udps qui a, durant 38 ans, lutté dans l’opposition, acquiesce aussi le fait qu’elle soit combattue. C’est cela le jeu politique.

La Pros.

ANAPI : la feuille de route des réformes Doing Business 2021 validée

Journal la Prospérité - 8 ore 22 min fa

La feuille de route des réformes Doing Business 2021 a été validée, jeudi 17 octobre 2019, à Kinshasa au cours d’une réunion du comité de pilotage pour l’amélioration du Climat des affaires. Anthony Nkinzo, le Directeur Général de l’ANAPI, a livré les attentes de cet organe conseil du Gouvernement en matière des investissements en RDC. Il s’agit du respect du calendrier des actions à mener par l’ANAPI, l’appui et la contribution effective de tous, donc Ministères, services et établissements publics, pour relever les défis. Mais aussi l’appropriation institutionnelle des réformes. Globalement, le climat des affaires en République Démocratique du Congo est marquée notamment, par la législation vétuste et inadaptée au monde des affaires, la corruption, la farouche résistance aux réformes mises en œuvres, l’insécurité juridique et judiciaire ainsi que l’insuffisance ou vétusté des infrastructures de base. Les décideurs présents à cette cérémonie ont promis de tout mettre en œuvre, chacun dans son secteur, afin que la donne change.

‘’Il nous est souvent reproché un certains nombre de griefs par les services de la Banque mondiale mais aussi par les opérateurs économiques. Notamment, l’absence de volonté dans le chef des administrés dans l’application des lois. Parce que les lois, nous en avons dans notre pays. Mais, est-ce qu’on les applique ? Il est peut-être bon d’avoir des textes, mais il est beaucoup plus important de les appliquer‘’, a martelé le patron de l’Agence Nationale pour la Promotion des Investissements.

En fait, récemment, les experts des différents ministères et services ainsi que le secteur privé, étaient en retraire pendant 3 jours. Ils ont travaillé sur l’amélioration de l’environnement des affaires en RDC. Il a donc été produit cette feuille de route préliminaire qui a été circularisée auprès de plusieurs services qui, eux, ont eu le temps de la revoir, l’amender et confirmer les différentes réformes qui existaient. Il fallait donc, au niveau institutionnel, une appropriation et cette validation ce jour.

Impulser le développement

Sur la nouvelle feuille de route, figure notamment,  l’instauration du Visa d’affaires pour résoudre la problématique des conditions de séjour et de résidence des investisseurs étrangers. Il est aussi question d’instituer un rôle informatisé comme titre de perception des recettes non fiscales, réviser le Code des investissements et mettre en place les différentes mesures d’application du droit OHADA. Sans oublier l’ouverture du capital des entreprises publiques transformées en sociétés commerciales aux privés afin de palier la problématique de la lenteur du processus de réforme des entreprises du portefeuille converties en sociétés commerciales. Tout ceci concerne les réformes sur l’environnement général des Affaires.

‘’Il s’avère qu’à ce jour, le processus d’assainissement de l’environnement des affaires et des investissements s’impose si non comme une obligation, mais en tout cas, comme une nécessité dans l’attraction des investissements directs étrangers et l’émergence d’une classe moyenne afin de promouvoir et d’impulser le développement‘’, a laissé entendre Elysée Munembwe, Vice-Premier ministre en charge du Plan.

Par ailleurs, sur la liste de réformes Doing Business, la nouvelle feuille de route prévoit pour ce qui concerne le Transfert de propriété, la dématérialisation du processus de traitement des dossiers aux Affaires Foncières et la création d’un Ordre des Géomètres. Sur l’indicateur Création d’entreprise, il faudra automatiser l’attribution du Numéro d’Identification Nationale et instaurer l’enregistrement en ligne pour la création d’entreprise.

Pour ce qui est du Paiement des taxes et impôts, l’ANAPI envisage notamment, la réduction du délai de traitement du contentieux fiscal à 3 mois mais aussi de la multiplicité des perceptions et simplifier les procédures de contrôles. Il s’agira également de mettre en place un Bureau de crédit pour régler les préoccupations de l’obtention des prêts.

En matière du Permis de construire, la nouvelle feuille de route entend élaborer le Code de l’Urbanisme et de la Construction, et mettre en place un Guichet Unique de traitement des dossiers et de délivrance du Permis de construire.

Des mesures fermes

Le Ministère de l’Urbanisme et Habitat occupe, en effet, une place de choix dans la mise en place des réformes. Pius Muabilu a dit sa détermination et son engagement dans la poursuite des efforts pour une amélioration effective de l’indicateur permis de construire. ‘’Dans cette optique, j’ai résolu que les avis urbanistiques et le permis de construire délivrés seront régulièrement publiés sur le site internet de mon Ministère pour en faciliter l’accès‘’, a-t-il signifié.

Il compte, de ce fait, réaliser plusieurs actions dont la réforme du Code de l’urbanisme et de construction, celle en vigueur datant de plus de 60 ans, en vue de l’adapter à l’évolution technologique et démographique.

Le Ministre de la Justice, quant à lui, a soulevé les actions phares à mener très rapidement, à savoir, l’institution dans les meilleurs délais, avec le concours d’autres ministères, d’un parquet financier de type français qui aura, entre autres, pour mission de traiter les dossiers complexes concernant la lutte contre la corruption, le détournement des deniers publics, le blanchiment des capitaux, la fraude à haute échelle.

‘’Conscient que le processus de la mise en œuvre des réformes nécessite une appropriation au niveau institutionnel et une application des décideurs, le ministre des Affaires foncières a pris l’engagement solennel d’appuyer sans faille ces réformes. ‘’Je profite de la tribune pour annoncer que je signerai dans quelques heures, une circulaire qui rendra obligatoire le paiement de toutes les redevances foncières par voie bancaire‘’, a annoncé Molendo Sakombi.

DB et Climat des affaires

Il est important de savoir que le climat des affaires est l’environnement général des affaires s’étendant à tous les indicateurs et facteurs. Il met en œuvre des réformes aussi bien pour les grandes entreprises, que pour les petites, moyennes et les micros entreprises. Aussi, il englobe le Doing Business et va au-delà des seuls indicateurs du Doing Business.

En parlant de cela, le Doing Business est l’environnement des affaires déterminé à certains facteurs et indicateurs. Il met en œuvre des réformes déterminées sur 10 indicateurs bien précis et celles se rapportant au développement des Moyennes, Petites et Micros entreprises. En fait, c’est un sous-ensemble du climat des affaires en général. C’est un service de la Banque Mondiale qui évalue les réglementations et les pratiques de 190 économies.

En 2020, il y a eu parmi les réformes phares sur l’indicateur création d’entreprise, l’informatisation et la mise en réseau des services intervenants dans le processus de création d’entreprise. Et comme cause des contreperformances, pas de réduction du délai d’enregistrement d’une société à responsabilité limitée auprès du guichet unique pour le démarrage d’une entreprise, malgré l’informatisation et la mise en réseau des services impliqués.

Pour ce qui est du transfert de propriété, l’obligation de production des statistiques sur les mutations effectuées ainsi que l’égalité des droits d’accès à la terre pour les hommes, femmes libres et mariées et étrangers. Et des contreperformances décriées par le DG telles que l’absence de vulgarisation de la réforme, le site internet pas opérationnel et l’inégalité des droits de propriété entre hommes et femmes mariés en RDC.

La Pros.

Lancement officiel de l’opération ‘’Kinshasa Bopeto’’ : Gentiny Ngobila passe aux derniers réglages avec les Bourgmestres

Journal la Prospérité - 8 ore 23 min fa

A deux jours du lancement officiel de l’opération ‘’Kinshasa Bopeto’’, le Gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, continue de battre le rappel de troupes. Jeudi 17 octobre dans la salle polyvalente de l’hôtel de ville, il a échangé avec les Bourgmestres et chefs des quartiers de Kinshasa, sur les derniers réglages et sur la façon dont les activités d’assainissement vont se passer le 19 octobre à travers toutes les communes. Lancement qui se fera dans la commune de Bandalungwa.

Puisque la cérémonie du lancement ne peut pas se faire dans plusieurs endroits à la fois, le Gouverneur de la ville de Kinshasa a exhorté chaque Bourgmestre et chefs de quartier de faire de même dans l’un des quartiers de la commune. «Comme il est difficile que tout le monde soit au lieu de la cérémonie du lancement, je demande que chaque Bourgmestre lance à son niveau Kinshasa Bopeto dans un quartier de sa commune. D’autres chefs des quartiers vont aussi faire de même», a souligné l’autorité urbaine de Kinshasa. Gentiny Ngobila a donné des instructions fermes aux Bourgmestres et Chefs de quartier. Il a insisté sur la discipline qu’il faudra observer durant l’opération d’assainissement. Soucieux de voir la pérennité de cette opération, Gentiny Ngobila Mbaka a interpellé les Bourgmestres, les Chefs des quartiers ainsi que les responsables des commissariats de la police de ne pas tracasser la population. Le Gouverneur de la ville a plutôt conseillé la méthode de collaboration avec les Kinois pour espérer atteindre les objectifs de l’opération ‘’Kinshasa Bopeto’’.

Par ailleurs, rassurant de la dotation de plusieurs véhicules à la Régie d’assainissement de Kinshasa -RASKIN-, Gentiny Ngobila a demandé à ses interlocuteurs de ne pas laisser les ordures près des caniveaux, au risque que ces déchets rentrent d’où ils viennent. « Après nettoyage, regroupez les immondices à des endroits où les véhicules peuvent facilement passer pour l’évacuation », a-t-il indiqué. Pour ce qui est de la nuisance  sonore concernée également par l’opération Kinshasa Bopeto, le Gouverneur de la ville a fait des éloges aux Bourgmestres des communes de Bandalungwa et Mont-Ngafula pour leur suivi de cette mesure obligeant les bars à fermer la musique à 23h pour les jours ouvrables, et à minuit pour les week-ends. Il a appelé d’autres bourgmestres d’emboiter le pas de leurs collègues. Quant aux différends entre les Bourgmestres des communes et les chefs des quartiers, le numéro 1 de la ville de Kinshasa a conseillé le respect de la division de travail en vue de favoriser la bonne collaboration.

Ornella Muleka

Réhabilitation du Gouverneur Atou Matubuana : Chez Olenghankoy, la Société civile du Kongo Central sollicite l’implication du CNSA

Journal la Prospérité - 8 ore 25 min fa

Décidemment, les portes du Conseil National du Suivi de l’Accord de la Saint Sylvestre (CNSA) dont Joseph Olenghankoy est son Président, restent grandement ouvertes pour écouter et apporter  des solutions sur les désidératas du peuple congolais. Hier, jeudi 17 octobre 2019, cette Institution ayant joué un grand rôle dans l’aboutissement des scrutins du 30 décembre 2018, n’a pas, comme de coutume, manqué à ses prérogatives en recevant en audience le cadre de concertation de la société civile de la province du Kongo Central, représenté par les délégués du territoire et de la coordination provinciale. Cette délégation a échangé longuement avec le Président du CNSA, lui demandant son implication par rapport au dossier du scandale sexuel survenu au gouvernorat du Kongo Central.

Sans plus tarder, au sortir de cette audience,  Mme Rebecca Sela Makumba, prenant la parole au nom de la société civile du Kongo Central, sous l’œil vigilant de son Président Jules Benga, a signifié à la presse que cette rencontre avec les dirigeants du CNSA consistait à solliciter l’implication du CNSA, pour la réhabilitation du Gouverneur Atou Matubuana et de son Vice Gouverneur. Car, dit-elle, jusqu’à présent, la population n’aperçoit pas l’autorité de l’Etat dans cette région. « Nous demandons vraiment à ce qu’il (CSNA) s’implique  pour qu’il y ait réhabilitation du Gouverneur et son Vice-gouverneur au niveau de Matadi, parce que, jusqu’à présent, nous ne sentons pas l’autorité au niveau de notre province », a lâché Mme Rebecca Sela. Et d’argumenter : «  Nous subissons beaucoup de conséquences par rapport à ce vide là qui se crée au niveau du Kongo Central.  Nous sollicitons à ce que l’on puisse réhabiliter l’autorité du Gouverneur et vice gouverneur pour qu’il y ait la paix ».

Au terme de cette audience, le cadre de concertation de la société civile de la province du Kongo Central a obtenu de la part du CNSA, particulièrement de son Président Joseph Olenghankoy une série d’orientations, tout en promettant une solution incessamment. A l’en croire, telle n’est donc pas question de faire obstruction à la démarche judiciaire, d’autant plus que le réquisitoire du Procureur général de la République près la Cour de Cassation a été rejeté par l’Assemblée provinciale. «Comme l’Assemblée provinciale réaffirme sa confiance au gouverneur et vice gouverneur, nous demandons à ce qu’ils soient réhabilités », a conclu Mme Rebecca Sela.

Il convient de signaler que la majorité de Députés provinciaux réunis en plénière mardi 24 septembre dernier, à Matadi, avait voté contre le réquisitoire du Procureur général près la Cour de cassation.  Ce réquisitoire demandait l’autorisation des Députés provinciaux pour poursuivre le Gouverneur Atou Matubuana. Sur 40 Députés provinciaux présents à cette séance, 19 ont voté pour et 21 ont voté contre le réquisitoire. Le procureur voulait trainer le Gouverneur Matubuana en Justice parce qu’il est convaincu que ce dernier est le commanditaire  du récent scandale sexuel survenu dans cette province et impliquant le vice-gouverneur.

Merdi Bosengele

Kinshasa : la marche pacifique du CLC repoussée à lundi 21 octobre 2019

Journal la Prospérité - 8 ore 26 min fa

Comme prévue, le Gouverneur de la ville-province de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, a eu une séance de travail hier, jeudi 17 octobre 2019, avec les membres du Comité Laïc de Coordination, (CLC), au sujet de la grande marche anti-corruption prévue pour ce samedi 19 octobre. Conduit par le Professeur Isidore Ndaywel, le CLC a été contraint,  après échanges avec le numéro 1 de la ville de Kinshasa, de se mettre d’accord, pour que la marche des Laïcs catholiques soit décalée pour lundi  21 octobre 2019, soit deux jours de décalage.  Cette mesure  s’explique du fait que le lancement de l’opération Kin-Bopeto allait intervenir à la même date que celle de la marche du CLC, d’où il y avait nécessité de décaler de quelques jours.

La séance de travail à laquelle a été associée le Ministre provincial de l’intérieur Dolly Makambo et le Conseiller politique du Gouverneur Gratien Tsakala, a permis à ces deux parties de mettre les points sur les i. Et, cette marche va connaître l’encadrement des éléments de la police. Ngobila a signifié à ses hôtes qu’il n’est pas question de fouler aux pieds leurs revendications du reste légitimes mais plutôt de créer une synergie autour de cet événement d’intérêt capital pour la population kinoise. “Kinshasa Bopeto” est une philosophie qui vise le changement des mentalités par l’abandon des pratiques peu orthodoxes parmi lesquelles la corruption. « En plus, avec l’insalubrité qui bat son plein à Kinshasa, il est plus que temps d’assainir la capitale et redorer son blason terni »,  a déclaré le numéro un de la ville,  avant de rassurer ses interlocuteurs sur sa bonne foi.

Au sortir de l’audience, le coordonnateur du CLC, Isidore Ndaywel a apprécié à juste titre l’initiative du premier citoyen de la ville de recevoir ses membres. Ce qui constitue  non seulement une première pour le CLC  mais aussi une marque de considération. «  Ce qui ne nous laisse pas indifférents », a-t-il dit. Le professeur Isidore Ndaywel a soutenu les explications du gouverneur selon lesquelles l’opération Kinshasa Bopeto est salvatrice. Mais, il a indiqué que cette initiative ne devrait pas être un programme de façade, plutôt une action pérenne.  A l’en croire, cette opération devra réussir un véritable changement de mentalités de l’homme kinois et par ricochet de son environnement. Pour cela, il a promis le soutien du CLC pour une meilleure appropriation.

En ce qui concerne la marche, elle aura bel et bien lieu le samedi dans d’autres villes du pays, sauf à Kinshasa où elle est renvoyée à lundi. Pour sa part, le ministre provincial de l’intérieur Dolly Makambo, a insisté sur le fait que la marche sera autorisée et encadrée.  Pour rappel, l’opération Kinshasa Bopeto sera lancée ce samedi à Bandalungwa.

La Pros.

Grand fan de la rumba congolaise : Le béninois Sero Bagri témoigne la grandeur de Luambo Makiadi

Journal la Prospérité - 8 ore 28 min fa

Tant bien que mal, Kinshasa, capitale de la musique africaine, a commémoré, le 30ème anniversaire de la disparition du Grand Maître Franco LUAMBO MAKIADI, décédé le 12 octobre 1989 en Belgique. A la fois guitariste –chanteur et grand auteur-compositeur de renom, cet artiste reste un peintre immortel de la société congolaise. Et cela, grâce à ses œuvres anthropologiques et son style de musique engagée avec des thèmes basés sur les réalités sociologiques qui étaient appréciées au niveau international.

A la fois taquins, provocateurs et interpellateurs mais aussi éducatifs, ses textes, paroles et rythmes étaient bien réajustés dans une orchestration mélodieuse et ravissante, suscitant ainsi un succès  foudroyant qui avait outrepassé la scène internationale de la chanson.

Pour preuve, Sero BAGRI est parmi les ouest-africains qui ont vécu et admiré avec passion la belle époque du Grand Maître Franco de Mi-Amor dans toute son apothéose.

De nationalité béninoise, ce fervent fanatique de la musique congolaise a quitté particulièrement son pays pour venir rendre hommage au président –fondateur du groupe Tout Puissant OK –Jazz  qui vient de totaliser  30 ans dans l’au-delà.

Emongo Luambo, fils biologique du Grand Maître Franco reçoit et le béninois Sero BAGRI

De Cotonou à Kinshasa, Sero BAGRI a bien marqué l’occasion, en commençant par une visite au cimetière de la Gombe où il s’est incliné sur la tombe de LUAMBO  MAKIADI, en y déposant sa gerbe de fleurs. « C’est depuis l’âge de 6 ans que j’ai commencé à développer cette passion pour la musique du Grand Maître  Franco. Voire mes parents, à l’époque et jusqu’aujourd’hui, ma femme et mes enfants, savent que sa musique est plus thérapeutique dans ma vie. Je ne me lasse  jamais en écoutant les mélodies  et chansons fantastiques de Franco. Il était un créateur des mélopées et paroles fabuleuses qui me touchent jusqu’au fond de moi. Il y avait de l’âme dans sa musique », a témoigné Sero BAGRI.

« Je suis le meilleur  admirateur de la musique rumba » 

Au cimetière, il s’est également incliné sur les sépulcres des autres grands noms de la rumba congolaise décédés, Dr. Nico Kassanda, Pépé Kalé, Abeti Masikini … « Cela prouve que je n’admire pas  que Luambo Makiadi mais je suis fan de toute la musique congolaise dans son ensemble. En tant que ouest-africain, je suis le meilleur  fils de la musique congolaise», a-t-il souligné.

Le Béninois a été également aux anges d’assister à la soirée spectaculaire en hommage à cette icône de la musique congolaise moderne au temple de l’orchestre OK Jazz, à  l’espace 1-2-3, dans la commune de Kasa-Vubu.

Au cours de son séjour, le Béninois s’est rendu aussi à la « Place des Artistes », à Matonge, un des  quartiers chauds de la Capitale où il a visité le Monument de Franco de Mi-Amor. «C’est un grand souvenir pour moi de toucher à ce  monument.  A travers cette place, les autorités congolaises  ont bien pensé à immortaliser tous ces génies qui ont surtout contribué à la promotion de la culture du pays à travers le monde», a-t-il soutenu avec joie.

Vivre l’ambiance de Kinshasa avec ces lieux touristiques consacrés aux pères géniteurs de la rumba congolaise est un rêve devenu une réalité.

Le Congo a la plus belle musique d’Afrique

La musique congolaise a bercé toute l’Afrique, peu importe la couleur de la peau, du nord au sud, de l’Est à l’ouest.  Cette rumba est écoutée partout.  « C’est une place très célèbre que nous regardons dans les télévisions ou sur Youtube (Internet). Je me suis rendu sur cet endroit historique construit par l’Etat congolais. Je pense que c’est vraiment une bonne initiative  pour rendre un vibrant hommage aux artistes qui ont fait la renommée du peuple congolais », a martelé Sero BAGRI. Toutefois, il a aussi beaucoup d’estimes et respects à la musique congolaise qui  a bercé son enfance.

Avant de se rendre à la « Place des Artistes », cet admirateur ouest-africain a été reçu par le saxophoniste  Verckys KIAMUANGANA, un des survivants de l’Ok Jazz.

Par la suite, le fan Béninois a visité le siège du TP Ok Jazz à l’immeuble 1-2-3 (Mama Kulutu), construit par le Grand Maitre Franco en 1983.  Il était spécialement question pour Sero BAGRI d’échanger avec EMONGO, un des fils biologiques de LUAMBO MAKIADI, sur un projet important dont la quintessence sera dévoilée dans les jours à venir.

Sur place, cet amoureux de la musique rumba était très heureux de rencontrer le célèbre impresario MANZENZA, qui détient tous les secrets sur la carrière et la vie de Grand Maître Franco et son groupe musical jusqu’à sa mort en 1989 à Namur.

Fonctionnaire de l’ONU, Sero BADRI  gardera un souvenir meilleur pour son premier voyage à Kinshasa où il promet de revenir encore pour formater d’autres projets importants au profit de la culture africaine.  Inch’ Allah !

Jordache Diala

Chan : les Léopards s’en vont confirmer leur qualification

Journal la Prospérité - 8 ore 30 min fa

C’est ce dimanche 20 octobre 2019 que les Léopards de la RD Congo recevront les Fauves de Bas-Ubangi, au stade des Martyrs de la Pentecôte, à Kinshasa, pour le match retour des éliminatoires de la prochaine édition du Championnat d’Afrique des Nations Chan Cameroun 2020. Un duel avantageux pour les Congolais qui se sont imposés 2-0, il y a un mois, à Bangui, au match aller. Les Léopards, deux fois vainqueurs de cette compétition en quatre participations, s’en vont donc confirmer leur cinquième qualification, à la conquête d’une troisième étoile au pays de Samuel Eto’o.

Mais pour y arriver, il faut mouiller le maillot. Dans un match de football, rien n’est gagné d’avance. Les 23 joueurs convoqués par le sélectionneur Christian Nsengi Biembe se sont regroupés depuis mardi dans la soirée à l’hôtel Beatrice. Depuis, ils s’entraînent à huis clos chaque matin et soir, ne laissant aucun détail, renseignent des sources proches du staff technique.

La séance de samedi matin sera ouverte à la presse, aussitôt quelques heures avant, le coach Christian Nsengi se livrera à la traditionnelle conférence de presse d’avant match. Les joueurs convoqués sont au grand complet et en forme.

L’équipe adverse arrive ce vendredi 18 octobre par Kenya Airways. Le match sera officié par un quarto arbitral camerounais. Antoine EFFA Essouma tiendra le sifflet et sera secondé par Rodrigue Menye Mpele comme Assistant 1, Thierry Bruno Tockye comme Assistant 2, tandis que Christian Symphorien Nkamba fera le protocolaire. Les deux buts du match aller ont été marqués respectivement par

Joël Beya (26’) et Jackson Muleka (89’).

15 tickets à valider pour rejoindre le Cameroun

Outre le match RDC-RCA, il y aura aussi quatorze autres matches à travers le continent. L’Ouganda qui a écrasé le Burundi à l’aller 3-0, n’aura pas vraiment la tâche difficile, de même que le Togo victorieux du Nigeria 4-1. Par contre, les crampons vont chauffer entre : Sénégal-Guinée, Burkina Faso-Ghana, Madagascar-Namibie, des matches soldés par 1-0 à l’aller.

Il aura aussi Algérie-Maroc (0-0) et Mauritanie-Mali (0-0).

Voici tous les résultats du match aller

ZONE NORD (2 qualifiés)

-Algérie – Maroc (0-0);

-Tunisie – Libye (1-0);

ZONE OUEST A (2 qualifiés)

-Mauritanie – Mali (0-0),

-Sénégal – Guinée (1-0),

ZONE OUEST B (3 qualifiés)

-Togo – Nigeria (4-1);

-Niger – Côte d’Ivoire (2-0);

-Ghana – Burkina Faso (0-1);

ZONE CENTRALE (2 qualifiés)

-République centrafricaine – RD Congo (0-2);

-Guinée équatoriale – Congo (2-2)

ZONE CENTRALE-EST (3 qualifiés)

-Burundi – Ouganda (0-3) ;

-Éthiopie – Rwanda (0-1);

-Tanzanie – Soudan (0-1);

ZONE SUD (3 qualifiés)

-Eswatini – Zambie (0-1);

-Madagascar – Namibie (1-0);

-Zimbabwe – Lesotho (3-0)

EG

Lupopo : Kimoto promet d’aligner deux victoires après deux défaites et deux matches nuls

Journal la Prospérité - 8 ore 31 min fa

L’entraîneur du FC Saint Eloi Lupopo, Papy Kimoto Okitankoyi, a promis mercredi après le nul face à CS Don Bosco (1-1), d’aligner deux victoires lors de deux prochains matches de son équipe, après avoir concédé deux défaites et deux matches nuls depuis qu’il preste à la tête de cette formation lochoise.

« Ça nous a manqué de chance encore ce soir. Toutefois, il y a une nette progression sur les tous aspects. Je suis content parce que mes joueurs respectent ce que je suis en train de leur dire. Nous allons continuer à travailler jusqu’à ce que la victoire arrive. Nous avons commencé par deux défaites, ensuite, nous venons de faire deux matches nuls, c’est sûr qu’il aura aussi deux victoires prochainement », a-t-il promis.

Lupopo et Don Bosco jouaient pour le compte de la 2ème journée, match en retard du 25ème championnat de la Ligue nationale de football (LINAFOOT). Les Salésiens ont ouvert par Mwini Dibundu (11ème), et les Cheminots ont vite égalisé par Mpiana Monzinzi.

Au classement, c’est Lupopo qui vient à la 4ème place avec 15 points en 9 matches joués, tandis que Don Bosco occupe la 9ème place avec 12 points en 10 matches joués.

EG

[Cap sur 2023] RDT : Sylvain Mutombo Kabinga investit les nouveaux dirigeants de Tshangu

Journal la Prospérité - 8 ore 33 min fa

En vue de maintenir un équilibre parfait dans la conquête des sièges lors de prochaines échéances électorales de 2023, mais aussi les locales qui n’ont toujours pas été organisées par la CENI, le Rassemblement des Démocrates Tshisekedistes affûte ses armes. Il vient d’ouvrir la voie par l’investiture de nouveaux dirigeants de Tshangu. Le RDT est une structure de défense de la doctrine du Feu président national de l’Udps, Etienne Tshisekedi Wa Mulumba qui est le «Tshisekedisme». C’est ainsi que par le canal de son initiateur principal et chef de son bureau politique, Dr Sylvain Mutombo Kabinga, Ministre national délégué à la Défense, a personnellement présidé la cérémonie en début de cette semaine.

Il était question de présenter et d’installer les nouveaux dirigeants du district ainsi que de 5 autres communes, puis donner les nouvelles orientations aux combattants et combattantes présents à la cérémonie pour mieux s’assurer de la bonne préparation des prochaines échéances électorales locales et celles de 2023.

Dans une perspective non lointaine, le RDT se fixe les objectifs à atteindre en vue de remporter valablement des échéances électorales prochaines de 2023. Le RDT est une grande structure fondée, non seulement sur la défense du «Tshisekedisme», mais aussi sur l’accompagnement de la vision salvatrice du Président de la République, Félix Tshisekedi. Et dans le souci de bien asseoir plus des élus du peuple pour son compte, le RDT se lance dans la bataille et, est convaincu de mettre en place de nouvelles stratégies et orientations pouvant lui permettre de bien réaliser sa vision pour les scrutins à venir.

En présence de nombreux militants de Tshangu mais aussi ceux venus d’ailleurs, l’initiateur principal et chef du bureau politique, Sylvain Mutombo Kabinga a investi ces nouveaux dirigeants avant de les présenter et de les installer définitivement pour le compte de RDT Tshangu.

Peaufiner les stratégies

Dans son adresse, le Dr Sylvain Mutombo a appelé les combattants et combattantes au strict respect de la doctrine de cette structure et de nouveaux dirigeants qui composent la coordination de Tshangu avec la mission principale de mettre en place des stratégies et orientations qui vont amener la structure à remporter les échéances électorales de 2023 à tous les niveaux.

Par ailleurs, Sylvain Mutombo a réveillé la conscience des combattants et combattantes sur l’expérience tirée de 4 anciens présidents de la RDC pour bâtir un nouveau Congo. Pour lui, le Tshisekedisme prône le combat de tous les anciens présidents de la RDC, commençant par la gestion orthodoxe de bien public par le Président Kasa-vubu, l’unité nationale par le Président Mobutu, l’appel à la non trahison du Congo par Mzée Laurent-Désiré Kabila, et la facilitation de l’alternance démocratique et civilisée du pouvoir au sommet de l’Etat par Joseph Kabila. Démarche qui a abouti à l’élection de Félix Tshisekedi comme premier Président issu de cette alternance.

Un diplôme de mérite a été décerné à Sylvain Mutombo qui a insisté sur la réconciliation nationale pour permettre aux combattants la bonne l’application d’une politique de proximité avec tous étant donné que le RDT a toujours prôné une politique basée sur l’intérêt des congolais.

A cet effet, le travail est donné à tout le monde pour permettre la bonne mobilisation des combattants et combattantes et surtout les adhésions massives de nouveaux membres au sein du RDT. Car, sa politique doit parvenir à tout le monde selon le souci de son initiateur Sylvain Mutombo Kabinga dans sa démarche socialiste, démocrate, mais aussi nationaliste.

Teddy Mbulu

Qui en veut à Jean-Lucien Bussa ?

Journal la Prospérité - 8 ore 34 min fa

C’est la question fondamentale que se posent des milieux proches du Ministre du Commerce Extérieur, Jean-Lucien Bussa. Approché, un Conseil de l’Autorité Morale de Convention des Démocrates, CODE, affirme que cette campagne voulue de déstabilisation de l’élu de Budjala est l’œuvre d’un ancien camarade du parti qui, exclu, tente, à sa manière, de se venger, en publiant des contrevérités dans les médias.

Désigné Conseiller au sein du Cabinet du Ministre du Commerce Extérieur, sous le Gouvernement Tshibala,   alors qu’il était cadre de la Convention des Démocrates Républicains, CDER, l’homme n’a pas été reconduit dans la nouvelle équipe qui accompagne le Ministre Bussa dans sa nouvelle mission lui confiée par l’actuel Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Plutôt, il a été remercié avant même la formation de l’actuel Gouvernement.

Notoirement aigri, affirme notre source, cet ancien compagnon de Bussa l’accuse de détourner la prime de la redevance minière qui, de l’avis de notre interlocuteur, est plutôt perçue par le Secrétariat Général du Ministère et gérée par une Commission de l’Administration Centrale du Commerce extérieur au sein de laquelle siègent des délégués syndicaux et cela, conformément à la réglementation en la matière.

D’une accusation à une autre, ce fameux ancien camarade reproche à Bussa, élu Député puis Sénateur, d’avoir laissé son siège à une femme. Et pourtant, souligne notre source, les suppléants de l’Autorité Morale de SCODE, les deux, sont tous de sexe masculin. A l’occurrence, Jean-Claude Mabenze Gbey, le premier suppléant qui, lui, est actuellement Gouverneur de la nouvelle province du Sud-Ubangi. Et, le second, n’est autre que M. Imana Mbule Norbert. Encore faut-il indiquer ce n’est pas un péché si une femme, soit-elle membre de famille, occupe la place laissée par le Sénateur devenu membre du Gouvernement. La loi, en tout cas, ne l’interdit pas.  Comme pour dire que les liens de parenté ne peuvent remettre en question un droit constitutionnel garanti.

Du coq-à-l’âne, ce ‘‘conseiller’’, c’est ancien, fait porter la responsabilité d’emprisonnement d’un syndicaliste à son ancien mentor Jean-Lucien Bussa pour faits à dormir debout. Alors que, martèle notre source,  le syndicaliste dont question a été arrêté suite à la requête du Ministère Public sous le RFA n°3316/RMP 1152/pg023b/MUT/019 du 07 juin 2019 à l’issue de l’instruction de la plainte déposée à sa charge par Madame la Secrétaire Générale au Commerce extérieur et ses collègues syndicalistes. A notre interlocuteur d’affirmer que l’Autorité de la CODE n’était ni de près, encore moins de loin, partie au procès y relatif sous RP33.251/V devant le Tribunal de paix de Grande Instance de Kinshasa/Matete sous le RPA 3472.

En conclusion, note notre interlocuteur, cet ancien Conseiller du Ministre, de surcroit cet ancien Inspecteur du Parti, du reste démis de toutes ses fonctions le 10 mai 2019, a écrit une lettre de démission du Parti de Bussa qui s’en était suivie, aussitôt, d’une démarche intempestive de ternir, auprès de l’opinion, via les médias, et avec acharnement, l’image de Bussa Tongba Jean-Lucien.

La Pros.

Avis d’Appel d’Offres national du PAPAKIN

Journal la Prospérité - 8 ore 43 min fa

MINISTERE DE L’AGRICULTURE                                               FIDA

PAPAKIN

Investir dans les populations rurales

PROGRAMME D’APPUI AUX POLES D’APPROVISIONNEMENT DE KINSHASA

EN PRODUITS VIVRIERS ET MARAICHERS

Avis d’Appel d’Offres national (AAON)

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

MINISTERE DE L’AGRICULTURE

«Programme d’Appui aux Pôles d’Approvisionnement de Kinshasa en Produits Vivriers et Maraichers—PAPAKIN »

Don FIDA N°G-I-DSF-8105-ZR

UNITE DE GESTION DU PROGRAMME

AAON N°025/AON/1.2/PAPAKIN-FIDA/2019

«Travaux de construction des infrastructures post récoltes des produits maraichers des provinces de Kinshasa et du Kongo- Central repartis en douze (12) lots distincts, pour le compte de PAPAKIN »

  1. Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo a sollicité et obtenu un financement du Fonds International de Développement Agricole, FIDA en sigle, pour financer le Programme d’Appui aux Pôles d’Approvisionnement de Kinshasa en Produits vivriers et Maraichers, PAPAKIN en sigle, et a l’intention d’utiliser une partie de ce don pour effectuer des paiements au titre du Marché des Travaux de construction des infrastructures post récoltes des produits maraichers des provinces de Kinshasa et du Kongo- Central repartis en douze (12) lots distincts pour le compte du PAPAKIN.
  2. L’Unité de Gestion du Programme sollicite des offres fermées de la part de soumissionnaires éligibles et répondant aux qualifications requises pour exécuter des travaux d’infrastructures post- récoltes et forages. Les travaux comprennent :
N° Description Territoire/Commune Province 1 Construction de quatre (4) boutiques d’intrants agricoles

à Kinshasa-Kimwenza/UCMK. Mbudi-Lutendele/UCMKO. Kimbanseke/UCOOPMAKIN et Masina-Tshuenge/Pool Malebo Mont-Ngafula,

Kimbanseke et Masina Kinshasa 2 Construction de deux (2) boutiques d’intrants à Kunda et à Mawete/Minkielo Mbanzangungu et Songololo Kongo-Central 3 Réhabilitation de l’entrepôt du SENAFIC et Construction d’une boutique d’entrants à  Loma Mbanzangungu Kongo-Central 4 Construction d’un (1) sous abris/serres pour pépinières à Kinshasa (N’djili, site SENAHUP) N’djili Kinshasa 5 Construction de six (6) sous abris/serres pour pépinières au (5 à Loma et 1 à l’INERA/Kinzau) Mbanzangungu et Madimba Kongo-Central 6 Réhabilitation des bâtiments de l’INERA/Kinzau Mbanzangungu Kongo-Central 7 Construction d’un atelier de transformation et d’une boutique d’intrants à Kikonka Madimba Kongo-Central 8 Forage à Kikonka Madimba Kongo-Central 9 Forage à l’INERA/Kinzau Madimba Kongo-Central 10 Forage à Mbanza Ngungu Mbanzangungu Kongo-Central 11 Forage à Minkielo/ Mawete Songololo Kongo-Central 12 Forage au Marché Matadi Kibala Mont-Ngafula Kinshasa

  1. La passation du Marché sera conduite par Appel d’Offres national (AON) tel que défini dans les « Directives : passation des marchés financés par les Prêts de la BIRD et les Crédits de l’IDA » de mai 2004, révisées en octobre 2006 et mai 2010, et ouvert à tous les soumissionnaires de pays éligibles tels que définis dans les Directives. Chaque fois que le contexte l’exige, la Banque internationale pour la reconstruction et le Développement ou l’Association internationale de Développement (ci-après dénommée « la Banque ») signifie le Fonds international de Développement Agricole (ci-après dénommée « le FIDA ») et vice-versa. En effet, les Directives de passation des Marchés du FIDA permettent l’utilisation des procédures de la Banque lors de la passation des marchés.

 

  1. Les soumissionnaires intéressés et éligibles peuvent obtenir des informations auprès de l’Unité de Gestion du PAPAKIN (UGP/ PAPAKIN) et prendre connaissance du dossier d’Appel d’Offres à l’adresse mentionnée ci-dessous de 8 h 00 à 12 h 00 et de 13 h 00 à 16 h 00, heure locale (GMT+1). Les Soumissionnaires intéressés peuvent obtenir un dossier d’Appel d’offres complet en français en formulant une demande écrite à l’adresse ci-dessous contre un paiement non remboursable de 200,00 USD ou équivalent en une monnaie librement convertible. La méthode de paiement sera par versement d’espèces ou virement au compte intitulé « PAPAKIN DAO » ouvert à la Banque «RAWBANK, SA», Code Banque « 5100 », Agence « 05101 », BIC/ Code swift « RAWBCDKIXXX. Numéro de compte courant « 04000399127-45 » USD en indiquant la référence du DAO. Le document d’appel d’offres pourra être retiré auprès du service passation des marchés de l’Unité de Gestion du Programme, sur présentation de la preuve de paiement et d’une demande écrite. Sur demande, l’Unité de Gestion du Programme peut transmettre le dossier d’appel d’offres par courrier express. Les frais d’envoi du dossier d’appel d’offres si requis, seront à la charge du soumissionnaire.
  2. Les offres devront être remises à l’adresse ci-dessous au plus tard le vendredi 15 novembre 2019 à 15 heures 00, heure locale de Kinshasa. La soumission des offres par voie électronique ne sera pas autorisée. Toute offre arrivée après l’expiration du délai limite de remise des offres sera rejetée. Les offres seront ouvertes en présence des représentants des soumissionnaires et des personnes présentes à l’adresse mentionnée ci-dessous le vendredi 15 septembre 2019 à 15 heures 30. Les offres doivent comprendre une garantie d’offre originale pour les montants ci-après pour chaque lot, valable pendant cent vingt (120) jours.

Lot 1 : 2.350,00 USD (deux mille trois cent cinquante dollars américains)

Lot 2 : 1.100,00 USD (mille cent dollars américains)

Lot 3 : 1.400, 00 USD (mille quatre cents dollars américains)

Lot 4 : 500,00 USD  (cinq cent dollars américains)

Lot 5 : 1.500,00 USD (mille cinq cents dollars américains)

Lot 6 : 2.400,00 USD (deux mille quatre cents dollars américains)

Lot 7 : 1.750,00 USD (mille sept cent cinquante dollars américains)

Lot 8 : 1.000,00 USD (mille dollars américains)

Lot 9 : 1.000,00 USD (mille dollars américains)

Lot 10 : 1.000,00 USD (mille dollars américains)

Lot 11 : 1.000,00 USD (mille dollars américains)

Lot 12 : 1.150,00 USD (mille cent cinquante dollars américains)

En cas de soumission de plus d’un lot par un même soumissionnaire, le total de la garantie devra être la somme des montants exigés pour chacun des lots constituant l’offre. Ces garanties doivent être libellées en dollars américains ou l’équivalent en une autre monnaie librement convertible au taux de sept (7) jours avant la date prévue de remise des offres, valable pendant cent vingt (120) jours.

  1. L’adresse à laquelle il est fait référence ci-dessus est :

Programme d’Appui aux Pôles d’Approvisionnement de Kinshasa en Produits Vivriers et Maraichers

Unité de Gestion du Programme UGP

Croisement des avenues Batetela et Boulevard du 30 juin (Ancien cabinet du Ministère de l’Agriculture).

Attention de : Monsieur Popaul KIZUNGU CHIHISA, Coordonnateur national du Programme

Ville : Kinshasa

Pays : REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

Tél : +243 99 29 057 43/ +243 82 2047576

Adresse électronique : [email protected]/ [email protected]

 

Fait à Kinshasa, le 16 octobre 2019

Popaul KIZUNGU CHIHISA

Coordonnateur National