Senegal

Aprés Rabat, Mbagnick Ndiaye va attaquer les Mondiaux à partir de samedi

Agence de Presse Sénégalaise - 18 min 14 sec fa

Dakar, 20 août (APS) – Le judoka sénégalais, Mbagnick Ndiaye, récent médaillé d'or aux Jeux africains de Rabat (Maroc) va prendre part aux championnats du monde de la discipline qui auront lieu à Tokyo (Japon), la semaine prochaine.
Dakar, 20 août (APS) – Le judoka sénégalais, Mbagnick Ndiaye, récent médaillé d'or aux Jeux africains de Rabat (Maroc) va prendre part aux championnats du monde de la discipline qui auront lieu à Tokyo (Japon), la semaine prochaine.
''Oui, je pars samedi au Japon pour les (...)

- Arts-Martiaux
Categorie: Senegal

Hommage à Toni Morrison, mercredi au Warc

Agence de Presse Sénégalaise - 55 min 20 sec fa

Dakar, 20 août (APS) – Une projection du documentaire de la BBC ''Toni Morrison Remembers'', suivie de débat, est prévue mercredi à 15h 30 au Centre de recherche ouest africain (WARC), en hommage au Dr Toni Morrison, a appris l'APS.
Dakar, 20 août (APS) – Une projection du documentaire de la BBC ''Toni Morrison Remembers'', suivie de débat, est prévue mercredi à 15h 30 au Centre de recherche ouest africain (WARC), en hommage au Dr Toni Morrison, a appris l'APS. La rencontre est organisée par (...)

- Agenda
Categorie: Senegal

Ziguinchor : Un policier bissau guinéen tue 3 enfants

Le Quotidien -SN - 1 ora 25 min fa

3 enfants tués, c’est le bilan de l’accident. Qui  a  lieu aux environs de 9 heures hier matin sur le boulevard des « 54 métres » à hauteur du village de Kanténe à Ziguinchor.

Un policier bissau guinéen, conduisant un véhicule 4/4, a fini sa course sur un groupe d’enfants du village de Kanténe, qui tentaient de traverser la route. Les victimes étaient parties chercher des fruits sauvages dans la brousse.

Avec Igfm

Categorie: Senegal

Thilogne : La lenteur des travaux du centre de santé déplorée

Thilogne, 20 août (APS) - Le Secrétariat exécutif du Comité de développement sanitaire de Thiologne (Matam) a déploré, lundi, la lenteur des travaux du nouveau centre de santé.
Thilogne, 20 août (APS) - Le Secrétariat exécutif du Comité de développement sanitaire de Thiologne (Matam) a déploré, lundi, la lenteur des travaux du nouveau centre de santé.
''Le Centre de santé de Thilogne a été créé en 2011 et les travaux de l'ouvrage ont démarré depuis 2016 pour une durée de 14 mois. Nous sommes en août (...)

- Actualités
Categorie: Senegal

CDD sur les Navétanes à Dakar, mercredi

Agence de Presse Sénégalaise - 2 ore 50 min fa

Louga, 20 août (APS) - Un Comité départemental de développement (CDD) consacré aux Navétanes à Dakar et aux conditions de mise à disposition du stade Demba Diop aux sportifs est prévu mercredi à Dakar, a appris l'APS.
Louga, 20 août (APS) - Un Comité départemental de développement (CDD) consacré aux Navétanes à Dakar et aux conditions de mise à disposition du stade Demba Diop aux sportifs est prévu mercredi à Dakar, a appris l'APS.
"Le préfet de Dakar a annoncé qu'un CDD va être organisé afin de voir (...)

- Football
Categorie: Senegal

Louga : des élus locaux sensibilisés sur les enjeux de la territorialisation des ODD

Agence de Presse Sénégalaise - 3 ore 20 min fa

Louga, 20 août (APS) - Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a organisé, lundi à Louga, un atelier régional à l'intention des élus locaux et des acteurs intervenant dans la planification territoriale pour les sensibiliser sur les enjeux de la territorialisation des Objectifs du développement durable (ODD).
Louga, 20 août (APS) - Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a organisé, lundi à Louga, un atelier régional à l'intention des élus locaux et des acteurs (...)

- Société
Categorie: Senegal

Que faire ?

Le Quotidien -SN - 3 ore 24 min fa

Qu’est-ce qui vaut la peine que l’on y consacre ses forces, son intelligence et son temps ? Dans le Sénégal d’aujourd’hui, où devrait se situer la priorité, non pas des autorités ou des pouvoirs publics, mais des citoyens, ce qui devrait les mobiliser et les pousser à y mettre leurs forces et leur énergie ? Si le Dialogue national en préparation depuis un bon moment pouvait apporter des réponses à cela, ce serait déjà une très grande et très belle victoire. Parce que, vu de la perspective du journaliste, la tâche peut parfois sembler insurmontable. Mais le pays doit avancer, et ne laisser aucun de ses enfants en rade. Alors, que faire ? Depuis Lénine, on attend la réponse…

Categorie: Senegal

Politique, insécurité et économie en Une

Agence de Presse Sénégalaise - 3 ore 53 min fa

Dakar, 20 août (APS) – Les quotidiens reçus mardi à l'Agence de presse sénégalaise (APS) abordent divers sujets se rapportant à la politique, à l'insécurité, à l'économie, entre autres.
Dakar, 20 août (APS) – Les quotidiens reçus mardi à l'Agence de presse sénégalaise (APS) abordent divers sujets se rapportant à la politique, à l'insécurité, à l'économie, entre autres. En politique, Le Quotidien présente la nouvelle équipe chargée de l'animation du Parti démocratique sénégalais (PDS) à la faveur du (...)

- Revue de presse
Categorie: Senegal

Thiès : l'autopsie du jeune boulanger reportée à mardi (famille)

Thiès, 20 août (APS) - L'autopsie du corps du jeune boulanger Amar Mbaye tué dans la nuit du vendredi au samedi à Thiès, prévue lundi, aura finalement lieu mardi à l'Hôpital Le Dantec, en présence de la police scientifique, a indiqué à l'APS le père de la victime.
Thiès, 20 août (APS) - L'autopsie du corps du jeune boulanger Amar Mbaye tué dans la nuit du vendredi au samedi à Thiès, prévue lundi, aura finalement lieu mardi à l'Hôpital Le Dantec, en présence de la police scientifique, a indiqué à l'APS le (...)

- Actualités
Categorie: Senegal

DIAGNOSTIC – Situation économique du pays : La République des valeurs dénonce une gestion «cynique et insouciante»

Le Quotidien -SN - 5 ore 10 min fa

Au moment où le Président Sall part en vacance, la République des valeurs fait le bilan de sa gestion avec «une note de -2,5% de récession économique au mois de juin 2019». Elle soutient par ailleurs qu’avec la situation actuelle des finances et de la trésorerie (au rouge), les universités privées rechigneront à accepter les étudiants orientés, l’Etat n’aura pas l’espace budgétaire pour soutenir les paysans et les retards de paiement et dettes aux opérateurs économiques gonfleront.

Alors que le chef de l’Etat et son équipe partent en vacances, Thierno Alassane Sall et Cie sonnent le glas de l’économie sénégalaise en pointant du doigt la gestion «insouciante et cynique» de Macky Sall. En effet, dans un article signé par la Cellule chargée des affaires économiques au sein du parti de Tas, il est noté qu’il y a «une crise des finances publiques» car, argue la Cellule économie de la République des valeurs, «nous avions alerté sur cette crise causée par le surendettement du pays sous le régime de Macky Sall (augmentation de la dette publique de 211% en 7 ans)». Une dette qui, selon Tas et ses camarades, «est contractée entre autres pour des investissements sans fondement économique et financier réel et viable». Aussi, ajoutent-ils, «nous avions dénoncé les engagements pris par le gouvernement de Macky Sall auprès du Fonds monétaire international (Fmi) pour un ajustement budgétaire dont le coût social serait inacceptable». Cela, d’autant plus que les «premières mesures gouvernementales d’ajustement budgétaire ont été déjà prises dès le mois de juin avec une hausse des taxes douanières qui ont augmenté de plus de16,8% par rapport à la même période l’année dernière pour atteindre 362,6 milliards de francs Cfa». Ce qui est, pour eux, un peu plus que la masse salariale de l’Etat d’après le point mensuel de conjoncture de la Direction de la planification et des études économiques (Dpee) du ministère des Finances et du budget. La République des valeurs, par le biais de sa Cellule économie, note que la situation des finances et de la trésorerie était toujours au rouge au moment où le Président Sall partait en vacances hors des frontières sénégalaises. Pour étayer ses propos, la Rv évoque le fait que «le ministre des Finances, recherchant de manière effrénée de cash ces derniers mois, a décidé de percevoir directement les redevances de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp) auprès des opérateurs téléphoniques et insisté pour un paiement anticipé en 2019 sur la base des réalisations de 2018». A en croire la formation politique de Tas qui cite la Dpee, «l’économie sénégalaise était déjà en récession au mois de juin avec une croissance de -2,5% par rapport au mois précédant sur la base de l’Indice général d’activité (Iga)-hors agriculture». Aussi, selon la même citation, ladite économie n’a cru que de 3,2% sur une année (2018-2019), soit juste le niveau de la croissance de la population (2,9%). Ce qui est, d’après les promoteurs d’une République des valeurs, «un rythme trop maigre pour enclencher une quelconque émergence». Dans cette situation, alertent-ils, «les universités privées rechigneront à accepter les étudiants orientés, y compris les nouveaux bacheliers, l’Etat n’aura pas l’espace budgétaire pour soutenir les paysans et les retards de paiement et dettes aux opérateurs économiques gonfleront».

Categorie: Senegal

Formation horticole : 210 étudiants attendus au centre de Netteboulou

Le Quotidien -SN - 5 ore 14 min fa

Un effectif de 210 étudiants est attendu au centre de formation horticole en construction à Netteboulou, région de Tambacounda, a annoncé le directeur général de l’Office national de formation professionnelle (Onfp), Sanoussi Diakité, lors d’une visite guidée pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux de construction. Et les autorités se sont réjouies du niveau d’exécution des ouvrages. La livraison est annoncée pour fin décembre pour qu’en début d’année 2020, le centre puisse être opérationnel. «210 étudiants y sont attendus pour former la première génération. Tous les niveaux sont concernés, du Cap jusqu’au Bts», explique, M. Diakité.
L’adjoint au sous-préfet de Missira s’est lui aussi félicité de l’implantation du centre à Netteboulou. Il contribuera non seulement à former les jeunes, mais dans la lutte contre l’insécurité alimentaire, car beaucoup de fruits et légumes y seront récoltés.
Auparavant, la Société générale de construction et d’aménagement (Sigecam) qui le construit a offert d‘importants lots de médicaments destinés à lutter contre les maladies sexuellement transmissibles de même que des moustiquaires imprégnées. Des séances de sensibilisation sur les Mst et leurs conséquences ont aussi été initiées. Une manière pour l’entreprise de venir en aide au poste de santé de la collectivité.
A travers cette initiative, l’entreprise tente d’apporter une réponse à la prise en charge des maladies infectieuses telles que le paludisme récurrent dans la zone, surtout pendant l’hivernage, et les maladies sexuellement transmissibles. Ce qui, selon le directeur général de l’Onfp, permettra d’une part de renforcer la résilience des populations face à ces maladies et d’autre part asseoir une véritable prise de conscience pour un changement de comportements.
L’objectif est de contribuer de manière explicite à la lutte contre les Mst et le paludisme, ajoutera le responsable du volet social de l’entreprise Sogecam. Il s’agit de réduire, voire éviter pendant toute la durée du projet et même au-delà la prévalence des maladies prédominantes dans la zone, renchérit M. Fall. De manière plus spécifique, il s’agit de vulgariser les meilleures pratiques de lutte contre le paludisme, les meilleures pratiques de lutte contre les Mst/Sida, doter le poste de santé de médicaments de base, de lutte contre le paludisme, sensibiliser les risques d’exposition aux lignes haute tension, entre autres activités.
Le Dg de l’Onfp, maître d’œuvre délégué dans la réalisation du centre de formation en horticulture, reviendra pour saluer la pertinence de l’action de la Sogecam. Pour lui, la Rse est une chose fondamentale pour toute entreprise. La question sociale et environnementale doit être mieux considérée, conseille-t-il.

Categorie: Senegal

Aménagement numérique du Sénégal : 50 milliards pour le Passant

Le Quotidien -SN - 5 ore 14 min fa

Pour le financement du Projet d’appui structurel à la stratégie d’aménagement numérique du territoire (Passant), le gouvernement sénégalais, en partenariat avec Liteyca s,l (Espagne), va débourser 50 milliards de francs Cfa. D’une durée de deux ans, la mise en œuvre du Passant sera assurée par l’Agence de l’informatique de l’Etat (Adie).

L’Etat du Sénégal, en collaboration avec Liteyca s,l (Espagne), a confié à l’Agence de l’informatique de l’Etat (Adie) le pilotage du Projet d’appui structurel à la stratégie d’aménagement numérique du territoire (Passant). Il s’agit, selon un communiqué de l’Adie, d’un projet financé à hauteur de 50 milliards de francs Cfa pour une durée de deux ans.
Le Passant, explique le service de communication de l’Agence, «a pour principal objectif de contribuer significativement à l’aménagement numérique du territoire par l’extension du réseau fibre optique jusqu’au niveau communal, la connectivité des bâtiments administratifs dans toutes les capitales régionales et communales du Sénégal pour une utilisation optimale des services numériques, le renforcement de l’accès internet haut débit de l’Administration ainsi que l’érection d’un centre de données national pour la sauvegarde et l’archivage des gros volumes de données produites par l’Administration».
Le chef du projet Passant, M. Wack Ndiaye, précise dans le document qu’il est prévu de déployer un backbone de 339,801 km pour étendre et renforcer la résilience de l’intranet administratif, d’utiliser la technologie Dwdm pour l’interconnexion des nouveaux nœuds du backbone au réseau existant, de déployer 75,233km km de fibre optique et 25 liens radios pour la mise en place d’un réseau de collecte (Backhaul).
Le coordinateur technique de l’Adie, M. Wack Ndiaye, informe également, dans le cadre du projet Passant, du déploiement de 331,75 km de fibre optique pour le raccordement des structures et entités administratives au backbone «le last mile F/Ettb». Il est également prévu d’interconnecter par fibre optique plus de 300 bâtiments administratifs et d’installer 57 stations de base pour l’interconnexion par liaison radio de 400 bâtiments administratifs.
De plus, avec le projet, note le communiqué, l’Adie construira et équipera 49 locaux techniques ; l’Agence mettra aussi en place 125 réseaux Wi-Fi dans les places publiques pour offrir l’accès aux services numériques aux populations. Un centre de données «datacenter» pour l’hébergement des données et contenus numériques sera également érigé à Kaolack ou une autre région. Ce «datacenter» servira aussi de secours aux autres centres de données.
D’après les collaborateurs de Cheikh Bakhoum, directeur général de l’Adie, le Passant vient à point nommé. Pour eux, «sa mise en œuvre sera d’un grand apport dans le cadre du Programme d’appui à la moder­nisation de l’Adminis­tration, lancé le 5 août 2019, par son Excellence M. Macky Sall, président de la Répu­bli­que».

Categorie: Senegal

LIONNES DU BASKET Poids de l’âge, blessures… : Le temps de regarnir le panier

Le Quotidien -SN - 5 ore 18 min fa

Meilleure Nation sur le continent pendant de longues années, le basket sénégalais ne fait plus peur en Afrique. Après deux échecs face à la même formation du Nigeria en phase finale d’Afrobasket, dont le dernier est intervenu dimanche au Dakar Arena. Il est donc temps de regarnir le panier afin de mieux préparer les prochaines échéances.

L’Equipe nationale féminine a perdu en finale de l’Afrobasket contre le Nigeria (55-60), dimanche. Un second revers encore plus douloureux, après celui de Bamako, survenu à domicile dans la nouvelle salle du Dakar Arena. Malgré la forte présence du public, les moyens déployés pour mettre l’équipe dans les meilleures conditions de performance, les Lionnes n’ont pas pu prendre leur revancher sur cette équipe nigériane. Après deux échecs consécutifs, en phase finale d’Afrobasket féminin, il est donc temps de regarnir le panier et de s’interroger sur l’avenir de cette équipe composée d’un mélange d’anciennes et de jeunes. Certains disent souvent qu’on ne change pas une équipe qui gagne. A l’inverse, il urge d’apporter du sang neuf dans l’équipe, quand les résultats ne suivent plus. Parmi les Nations les plus titrées sur le continent, le Sénégal ne domine plus le basket depuis quelques années. A l’exception du titre remporté en 2015 au Cameroun, la machine a désormais du mal à rivaliser avec certaines nations comme le Nigeria. Au moment d’autres émergent comme le Mozambique, le Mali ou encore l’Egypte.
Du coup, il est donc temps de changer de méthode, mais aussi et surtout de rajeunir l’équipe afin de mieux préparer les prochaines échéances. Une politique adoptée par le sélectionneur des Lionnes, depuis sa nomination à la tête de l’équipe. Un discours qu’il n’a pas manqué de réitérer dimanche soir, à l’issue de la défaite face au Nigeria. «Je pense qu’il faut faire une bonne prospection parce que le Nigeria a construit son équipe sur la base de la jeunesse. Vous voyez les arrières, elles ont 23, 24 et 26 ans. Elles jouent dans le haut niveau en Espagne, en France et ailleurs comme la Wnba. Et cela s’est construit depuis longtemps. Je pense que depuis l’événement de 2017 (la finale perdue au Mali), on a essayé de renouveler, d’apporter une plus-value. Ce sont des jeunes qui peuvent rester longtemps en Equipe nationale, donc il fallait renforcer cette équipe avec des jeunes comme Fatou Diagne, qui n’ont pas d’expérience. Mais je pense qu’il faut continuer dans ce sens : encore travailler. Développer le jeu, développer cette mentalité de gagneur et après, aller au tournoi de Tokyo, défendre notre chance encore», disait-t-il à la fin du match contre le Nigeria.
Sur ce chapitre, certaines joueuses comme Astou Traoré (38 ans), désignée Meilleure Ailière, Mame Marie Sy (34 ans), Coumba Sarr (35 ans), Ndèye Sène (31 ans) ou encore Mame Diodio Diouf (34 ans) pourraient être appelées à prendre leur retraite internationale. Le poids de l’âge et les nombreuses compétitions, sans oublier les blessures à répétition, pourraient les contraindre à tirer un trait sur la sélection. Encore que, beaucoup de jeunes frappent à la porte de la Tanière. L’avenir de la Tanière devrait être assuré par la nouvelle génération composée de Yacine Diop, Léna Niang, Maïmouna Diarra, Fatou Diagne… Reste à savoir si le coach aura les moyens et le temps d’asseoir une telle politique, sachant que le tournoi pré-olympique pour Tokyo 2020 est prévu en novembre prochain.

Categorie: Senegal

DIAMNIADIO – «Chassés» de leurs terres par Diop Sy : Les victimes de démolition «commémorent» l’an 1 de de leur mésaventure 

Le Quotidien -SN - 5 ore 18 min fa

Ce n’est pas un anniversaire joyeux mais elles ont tenu à le célébrer. Les victimes de démolition à Diamnia­dio n’ont pas perdu leur rage de batailler même si l’espoir semble s’éloigner pour ces centaines de pères de famille, qui ont perdu leurs maisons il y a un an.

C’est dans une des quelques maisons ayant échappé à la furie des bulldozers un an plus tôt, jour pour jour,  que le Collectif pour la défense des intérêts des populations de la commune de Diamniadio (Cdipcd) s’étaient donné rendez-vous dimanche pour administrer une piqûre de rappel aux autorités. «Le 18 août 2018 ces maisons ont été démolies par le député Demba Diop Sy accompagné d’un nombre impressionnant de gendarmes sous l’œil désespéré des populations (…) Depuis cette date nous connaissons tous la faim, la soif, l’angoisse existentielle, l’humiliation ; celle d’un peuple chassé de ses terres», ont-ils étalé dans  le texte liminaire lu par Babacar Sow, Secrétaire général du Cdipcd. Il a à ce propos rappelé le «discours mémorable du 15 octobre» lu par le Président Macky Sall, discours qui avait en effet suscité beaucoup d’espoir chez eux.
Venu inaugurer le centre sectoriel Pôle des métiers de Diamniadio, le chef de l’Etat avait exigé l’arrêt immédiat de l’accaparement des terres dans la zone. Une exigence que le collectif espère voir enfin se matérialiser. «La population de Diamniadio réitère son attente avec impatience d’un décret présidentiel désaffectant tous les promoteurs véreux sis dans notre zone  au profit des détenteurs légitimes», a ainsi plaidé M. Sow, réclamant dans sa lancée une compensation pour les personnes lésées par l’opération de démolition.  «Nous réclamons l’indemnisation des victimes  qui ont vu leurs maisons détruites comme dans un film fiction», a relevé le Secrétaire général sous l’approbation des membres qui s’étaient à l’occasion regroupés dans un salon. L’intention du collectif était de tenir une grande manifestation publique ; ce que leur a refusé le sous-préfet, Marcel Mbaye Thiaw, rajoutant ainsi une touche supplémentaire à leur frustration. «C’est le samedi qu’il a sorti un arrêté pour interdire notre manifestation. Le sous-préfet a abusé de son autorité pour nous priver de notre liberté de manifester clairement stipulée par la Constitution. Il a montré qu’il ne nous respecte pas et par conséquent nous lui faisons savoir qu’il n’est plus notre interlocuteur», a tonné Diambar Sall, un autre membre du collectif.
Un an après cette «tragédie», les membres du collectif veulent que la lumière soit faite sur cette histoire qui les plonge dans «des peurs et des inquiétudes». Pour ce faire, ils ont même exhorté à l’ouverture d’une enquête parlementaire contre le député Demba Diop Sy, «source de nos malheurs». «Un député c’est pour plaider la cause de son Peuple  et non de le plonger dans le désarroi. Nous demandons au président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse, et à tous les députés l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire  contre le député Demba Diop Sy afin de faire jaillir la lumière», a soutenu pour sa part Mamadou Sylla qui n’a pas manqué de dénoncer l’attitude du maire de la commune, Mamadou Moulaye Guèye. «Nous nous sentons délaissés depuis que les événements ont commencé. C’est la mairie même qui nous avait donné des délibérations et des papiers pour construire et maintenant elle nous a laissés à nous-mêmes», a dénoncé M. Sylla.  «On ne quémande rien, on exige juste que soient restitués nos avoirs que nous avons acquis à la sueur de nos fronts», a-t-il aussi relevé avec l’espoir que leur rappel sera entendu au plus haut sommet de l’Etat. Le député Diop Sy avait bénéficié d’un bail sur 27 hectares de ces terres situées à Diamniadio Sud extension et où étaient déjà installés des bénéficiaires de délibérations. Les bulldozers, sous forte escorte de la gendarmerie, avaient investi les lieux durant deux jours réduisant en poussière plus d’une cinquante de constructions. Un an après, les stigmates de l’opération de démolition sont intacts et au plan administratif rien n’a aussi bougé.

Categorie: Senegal

«Détention arbitraire» de l’activiste Guy Marius Sagna : Une plainte annoncée contre l’État devant la Cedeao et l’Onu

Le Quotidien -SN - 5 ore 23 min fa

L’annulation de la procédure judiciaire contre Guy Marius Sagna constitue aujourd’hui le combat du collectif, qui a été formé pour sa libération. Après qu’il a obtenu la liberté provisoire après 30 jours de séjour carcéral, les soutiens de l’activiste se battent pour un non-lieu total. Ils annoncent une saisine de la Cour de justice de la Cedeao et du Groupe de travail des Nations unies pour dénoncer «la détention arbitraire dont a été victime» l’activiste. Le collectif «Libérez Guy Marius Sagna, sunu pétrole, sunu gaz» a tenu une conférence de presse hier au siège d’Amnesty Sénégal.

C’est une demande réitérée à nouveau par ses soutiens : un non-lieu total pour l’activiste Guy Marius Sagna. C’est le combat de la défense après l’obtention de sa mise en liberté provisoire. En effet, le collectif «Libérez Guy Marius Sagna, sunu pétrole, sunu gaz», en collaboration avec les avocats de l’activiste, travaille pour l’internationalisation de la bataille judiciaire. Ainsi, la Cour de justice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et le Groupe de travail de l’Organisation des Nations unies (Onu) seront saisies. L’annonce a été faite hier par Me Moussa Sarr. D’abord, c’est la Cour suprême qui a été saisie d’une plainte contre la procédure. Parce qu’ils considèrent en effet les 30 jours de détention préventive de l’activiste à la prison de Rebeuss «arbitraires». Les membres du collectif sont d’avis qu’avec la liberté provisoire, c’est une bataille qui est gagnée mais pas la guerre. Raison pour laquelle, ils appellent la poursuite des manifestations, de la campagne au Sénégal et à l’international afin d’obtenir une liberté totale pour l’activiste arrêté pour le délit de «fausse alerte au terrorisme». Car, les soutiens du militant anti franc Cfa sont convaincus que cette liberté provisoire reste une épée de Damoclès au-dessus de la tête de Guy Marius Sagna et de tous.
Cet appel à la remobilisation pour cet influent membre du mouvement «Frapp France dégage» a été lancé hier au siège d’Amnesty Sénégal, sis à Sacré-Cœur. Face à la presse, les membres du Collectif ont soutenu que M. Guy Marius Sagna est «victime d’un grotesque abus de pouvoir dont l’objectif était de faire diversion pour museler la montée en puissance de l’exigence démocratique et citoyenne de la transparence, de la vérité et de la justice en matière de gestion de nos richesses nationales, notamment de notre pétrole, de notre gaz, de notre zircon etc.». Ils veulent l’annulation de la procédure, parce que, disent-ils, «elle est arbitraire, illégale, et donc relève d’un abus de pouvoir consécutif à une admissible mainmise du pouvoir politique présidentiel sur la justice du pays». L’arrestation de leur camarade à leurs yeux constitue un «grave attentat contre les libertés individuelles et collectives consacrées dans les lois et la Constitution du pays». Le concerné lui-même, malgré son séjour à Rebeuss, reste toujours fidèle à ses principes. «Cette incarcération ne m’ébranle pas. Elle ne me fait pas peur. L’intimidation ne passera pas. La lutte va se poursuivre jusqu’au bout. Il n’est nullement question pour moi d’être en retrait sur les activités citoyennes que nous menons ou de prendre des vacances. Il n’est nullement question pour moi d’accepter ce musellement que l’on voudrait me voir observer», a martelé Guy Marius Sagna.
Malgré son séjour carcéral, M. Sagna n’a pas perdu son bagout et appelle à la mobilisation citoyenne pour faire face ce qu’il qualifie de «dictature atroce». «Mon sort peut arriver à tout le monde. C’est la raison pour laquelle le combat pour la liberté et la démocratie doit continuer. J’ai une claire conscience que ce combat ce n’était pas un combat pour moi. C’est un combat pour dire non à l’arbitraire, non à l’illégalité, non à une tentative de piétiner les libertés démocratiques de notre pays.»
msakine@lequotidien.sn

Categorie: Senegal

Dr Cheikhouna Gaye joue les prolongations : «Je n’ai jamais signé de Pv à la police»

Le Quotidien -SN - 5 ore 26 min fa

On joue les prolongations de l’affaire de la pharmacie Fadilou Mbacké-commissaire Bara Sangaré. Acteur de cette affaire, Dr Cheikhouna Gaye, qui a été «victime de cette arrestation arbitraire», a tenu hier une conférence de presse pour apporter des éclaircissements sur le Pv de la police, qui a été traité par les médias et dans lequel il se retrouve dans une mauvaise posture. En présence de ses collègues, Dr Gaye est revenu sur son audition au niveau du commissariat des Parcelles Assainies afin de tuer «la rumeur sur le supposé Pv que j’ai signé devant le commissaire Sangharé». Il dit : «Je déclare sur l’honneur que je n’ai signé aucun Pv au commissariat des Parcelles Assainies. Je mets au défi quiconque de sortir le Pv dûment signé par moi. Par ailleurs, le samedi 17 août dernier vers 11heures j’ai fait  l’objet d’un interrogatoire à la Dic par le lieutenant Ba sanctionné par un PV que j’ai signé.» Passablement agacé par cette affaire, Dr Gaye ne retire rien de ses accusations et jure qu’il a été «agressé par le commissaire Bara Sangaré et cinq de ses éléments» à son lieu de travail. Quid de la vidéo montrant une altercation entre lui et Bara Sangaré, qui circule sur le net ? «Cette vidéo a été un prétexte pour des personnes malhonnêtes d’étayer la thèse que nous avions voulu dissimuler cette séquence parce que montrant l’empoignade entre moi et le commissaire. Tout ça est faux», affirme-t-il.
Il faut rappeler qu’à la suite de cet incident Bara Sangaré a été démis de ses fonctions de commissaire des Parcelles Assainies et muté à la Direction de la police nationale comme simple conseiller du Dgpn.

 

Categorie: Senegal

Mort du motocycliste de Thiès : El Capo suspendu aux résultats de l’autopsie

Le Quotidien -SN - 5 ore 26 min fa

L’autopsie du corps de Amar Mbaye va livrer ses secrets aujourd’hui avant 11h. En attendant la Fédération nationale des conducteurs de motos Jakarta a démarré une vaste campagne d’information à l’endroit des autorités pour faire cesser la traque dont ses membres sont victimes. Cette affaire dite «El Capo» tient en haleine toute l’opinion thiessoise.

Les enquêteurs ayant en charge l’affaire «El Capo» auront les résultats des analyses consécutives à l’autopsie du corps du jeune boulanger-conducteur de moto Jakarta, mort dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17 août à Thiès, avant 11h. L’examen post-mortem de Amar Mbaye, âgé de 37 ans, sera démarré aujourd’hui à l’hôpital Aristide Le Dantec à Dakar. Et le corps sera livré à ses proches avant 11h, informe une source proche de la famille. Laquelle précise toutefois que «les résultats devaient être connus hier dans la mi-journée mais un agent en charge de la gestion de la morgue du centre hospitalier universitaire a fait un malaise avant de rendre l’âme. C’est qui a retardé l’examen du corps du jeune Amar Mbaye». Parce que, poursuit la même source, «il y avait trois corps à autopsier hier. Les agents ont effectué les deux. Mais quand ils ont été informés du décès de leur collègue, ils nous ont donné rendez-vous demain à 11h pour récupérer le corps pour l’enterrement».
Mais cette information de la famille sur le retard noté dans l’autopsie du corps de Amar Mbaye est démentie par une source proche de l’enquête. Celle-ci affirme que la raison du retard, «c’est l’absence de la police scientifique qui doit obligatoirement assister à l’autopsie pour les besoins de l’enquête». Aussi poursuit-elle, «l’autre raison c’est que le corps du jeune boulanger-conducteur de moto Jakarta est arrivé tardivement au centre hospitalier universitaire Aristide Le Dantec». Du coup, «il a trouvé sur place d’autres corps pour des autopsies déjà engagées sur certains». Et la source précise également que le décès de Abdoulaye Sow du département Anatomo-pathologie de la Faculté de médecine de l’Ucad n’a pas retardé l’autopsie. «L’agent de santé ne travaille pas au service anatomo-pathologie de l’hôpital mais à l’Ucad. Il est décédé chez lui», précise-t-elle.
Pour l’heure, la Fédération nationale des conducteurs de motos Jakarta, qui attend les résultats de cette autopsie, promet de ne pas lâcher l’affaire. Déjà elle dit avoir informé le ministre de l’intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, et prévoit de saisir le Directeur général de la police nationale (Dgpn), Ousmane Sy. «Le patron de la police est un Thiessois et il est très ouvert. Nous allons le saisir parce qu’il faut que la traque des conducteurs de motos cesse. Nous sommes des citoyens comme tous les autres et nous avons choisi les motos parce que le pays n’a pas de job.» Elle fustige «les agissements répétitifs de «El Capo» et de ses collègues qui vivent sur le dos des Jakartamen». Et de rester catégorique : «Si la police pense que «El Capo» n’a rien à se reprocher à propos du meurtre de Amar Mbaye, elle n’a que le libérer et lui laisser vaquer à ses occupations librement dans les rues de Thiès. C’est parce qu’elle sait qu’il a quelque chose à se reprocher qu’il est caché dans un endroit tenu secret. Parce que s’il sort il aura des problèmes. De même son véhicule que tout le monde connait dans cette ville parce qu’immatriculé «El Capo».» Dans la même lancée, la Fédération nationale des conducteurs de motos Jakarta signale que «si la police n’avait rien à se reprocher elle n’allait pas laisser le corps de Amar Mbaye pendant 3 tours d’horloge dans la rue, sans constat, sans rien alors qu’elle a l’habitude dans ces cas d’incidents de moto, de venir faire tous les constats d’usage». Elle dénonce : «L’intimidation dont nous sommes victimes depuis l’éclatement de cette affaire. La police a convoqué notre président Samba Coumba Samb pour lui demander d’apporter les preuves des déclarations qu’il est en train de faire. Mais au même moment où M. Samb était dans les locaux du poste de police, plus de 400 motos ont été mobilisées pour rallier le commissariat central.» En définitive, la fédération qui regroupe les conducteurs de motos Jakarta demande qu’«une enquête indépendante soit diligentée sinon nous ne lâcherons pas l’affaire».

Categorie: Senegal

OUSSOUYE – Après la défaite de Macky Sall lors de la Présidentielle : M-Pacte veut réduire l’impact de Sonko aux Locales

Le Quotidien -SN - 5 ore 34 min fa

La dernière élection présidentielle a mis à nu les difficultés de Benno bokk yaakaar (Bby) dans la région de Ziguinchor où le candidat Macky Sall a été largement battu par Ousmane Sonko. Une situation qui a poussé, à l’heure des comptes, le Mouvement patriotique pour des actions concertées autour des territoires en vue de leur émergence (M-Pacte) à adopter une démarche d’introspection pour situer les responsabilités. Mais surtout pour inverser la tendance lors des prochaines joutes électorales. C’était d’ailleurs l’objectif d’un «atelier de réflexion et d’orientation stratégique» de ce mouvement qui a mobilisé pendant deux jours au Cap-Skirring 70 jeunes venus de Dakar et des trois départements de la région de Ziguinchor. Des acteurs politiques qui ont travaillé sur trois thématiques axées, entre autres, sur la structuration du mouvement, mais aussi sur les forces et faiblesses de la grande coalition de la majorité présidentielle, la contribution du M-Pacte au sein de ladite coalition et son plan d’action régional pour impulser une nouvelle dynamique à Bby. Concernant notamment les forces et faiblesses de la majorité présidentielle, les animateurs du mouvement se sont exercés à un diagnostic sans complaisance de la situation dans les secteurs de la santé, de l’éducation, mais également de l’hydraulique et l’urbanisme, du transport, de l’énergie, de l’action sociale, du tourisme, de l’agriculture, de la communication et de la politique. Et dans le secteur de la santé par exemple, Tombon Guèye et ses camarades ont retenu comme forces, la Cmu, le Plan Sesam, le programme Puma. Et parmi les faiblesses concernant la Cmu, il y a l’insuffisance de structures sanitaires et de personnel qualifié. «Il urge de doter la Cmu de moyens conséquents, d’élargir les structures sanitaires et d’augmenter les équipements et le personnel qualifié», plaident les responsables de M-Pacte dans leur résolution finale. Pour le secteur de l’éducation, les participants ont diagnostiqué comme forces le projet 3Fpt et la création des écoles de proximité. Et comme faiblesses, ils ont fait cas de la non-orientation des nouveaux bacheliers, les lenteurs de paiement pour la formation des étudiants des universités privées, les grèves récurrentes des enseignants et l’absence de lycées et de collèges techniques. Et du coup, en termes de perspectives, le mouvement préconise la correction de tous ces impairs notés dans le secteur de l’éducation dont le respect des engagements pris entre les différentes organisations syndicales.
Quid du domaine politique ? Là, le président du M-Pacte, Tombon Guèye, a pointé du doigt les querelles entre les leaders de Benno et la guerre de leadership qui a miné la coalition de la majorité présidentielle lors des dernières élections. «Notre coalition n’est pas malade, mais à la lumière des résultats de la Prési­den­tielle, elle traverse des difficultés que personne ne peut nier», admet M. Guèye qui est par ailleurs le maire de Diem­bereng. Et c’est fort d’un tel constat que son mouvement s’est voulu, dit-il, «sincère avec lui-même» en adoptant cette démarche de diagnostic et d’introspection pour impulser une nouvelle dynamique à Benno bokk yaakaar. Et pour ce faire, Tombon Guèye estime qu’un plan d’action régional sera mis en branle de septembre à décembre 2019, et qui passera par une campagne de sensibilisation avec des caravanes et des consultations médicales et vétérinaires gratuites, des parrainages des activités sportives et socioculturelles dans les trois départements de la région.

Categorie: Senegal

Nouvelle équipe du Pds – LE 5 MAJEUR DES WADE : Bara Gaye, Doudou Wade, Abdoulaye Racine, Tafsir Thioye et Woré Sarr, pour animer le parti

Le Quotidien -SN - 5 ore 36 min fa

Il est vrai que le lexique est du basket. Tant mieux, c’est aussi l’actualité avec l’Afrobasket. Mais la nouvelle équipe du Parti démocratique sénégalais, coachée par Abdoulaye Wade et/ou son fils, a aussi son «cinq majeur». Karim Wade a mis ses joueurs dans des positions stratégiques. Bara Gaye, Abdoulaye Racine Kane, Doudou Wade, Woré Sarr et Tafsir Thioye. Voici donc les 5 joueurs sur lesquels le Pds new-look va s’appuyer pour revenir dans la compétition. Après sa non-participation à la coupe présidentielle. Mais surtout pour le prochain championnat des Locales.

Bara Gaye, le pivot aux côtés de Karim
Le Secrétaire général national du Pds a choisi Bara Gaye comme Secrétaire général adjoint et, premier, dans l’ordre de préséance. Un «pivot» qui voit sa loyauté à l’ancien patron de la Génération du concret récompensée. Modou Bara Gaye est aujourd’hui propulsé par Me Abdoulaye Wade au poste de Secrétaire général adjoint chargé des Relations avec les organisations politiques. Il assure le numéro 2 par procuration au profit de Karim Wade, puissant Secré­taire général adjoint chargé de l’Organisation, de la modernisation et de l’élaboration des stratégies politiques. A 40 ans, le maire de Yeumbeul Sud depuis 2014 fut l’un des plus en vue dans le combat pour la libération de Karim Wade. Tête de liste de la Coalition gagnante/Wattu senegaal à Pikine lors des Législatives de 2017, le prédécesseur de Toussaint Manga à la tête de l’Union des jeunesses travaillistes et libérales (Ujtl) était un peu en retrait après sa défaite. Sa nomination est-elle un moyen de fidéliser l’un des rares karimistes avec une bonne base politique ?

Woré Sarr, ailière fidèle
Woré Sarr le jure partout à l’Assemblée nationale devant les transhumants du Pds : elle sera toujours fidèle à Me Abdoulaye Wade. Au moment où le «Pape du Sopi» vivait le drame d’une série de départs des femmes de son parti (Awa Diop, Aïda Mbodj, Aminata Lô Dieng, …), il voit toujours Woré Sarr à ses côtés. Deuxième sur la liste nationale lors des dernières Législatives, elle voue également à Karim Wade le même respect et s’est signalée dans tous les combats pour les Wade. A 66 ans, la députée responsable à Guédiawaye va désormais porter le combat de Karim après l’avoir longtemps fait pour le père. Une ailière fidèle, mais surtout offensive quand il s’agit de tirer sur Macky Sall et son équipe.

Doudou Wade, retour d’un meneur
Personnalité à la fois phare et controversée durant le régime libéral, Doudou Wade a été quelque peu écarté des instances après la chute de Wade pour certains. Il s’est lui-même mis en retrait, pour d’autres. L’ancien président du groupe parlementaire libéral participait aux réunions du Comité directeur loin des projecteurs. Passionné des questions parlementaires, il ne manque jamais de donner son éclairage sur les polémiques. Un des hommes de confiance de Wade, Doudou Wade a également toujours été en phase avec le fils, Karim. A 77 ans, il doit désormais incarner la sagesse en tant que Secrétaire général adjoint chargé des Conflits. Son ton de bagarreur lui confère ce poste de «meneur» qui, de loin, peut lancer des paniers très salés. Il en a fait la preuve à l’Assem­blée nationale.

Tafsir Thioye, l’arrière dans le cinq
C’est à l’image de la nomination de Bara Gaye, une grosse surprise. D’ailleurs, Me Amadou Sall a été pris de court en se voyant retiré la parole du Pds. Bien connu dans les débats télévisés, Tafsir Thioye a toujours défendu le parti. Un arrière dans ce cinq majeur du Pds fort dans le shooting verbal. Il est à son poste. Le responsable libéral de Mbour faisait partie de la commission mise en place par le «Pape du Sopi» et qui avait approuvé la candidature de Karim Wade à la Présidentielle. Cependant, lui aussi avait pris ses distances lors des réunions depuis quelque temps. Désormais, c’est la voix du parti. L’ancien député sera peut-être secondé par Mayoro Faye qui pourrait hériter du poste de porte-parole du Secrétaire général national rejeté par El Hadji Amadou Sall. Actuellement adjoint de Karim Wade, une éventuelle promotion comme la voix de Wade pourrait être un tournant à la carrière politique de cette (déjà) voix de Wade qui dissémine toutes les communications du Secrétaire général national.

Abdoulaye Racine Kane, ailier financier
En plaçant ses hommes, Karim Wade n’a pas oublié son ex-directeur de Cabinet. Abdoulaye Racine Kane est le nouveau trésorier du Pds. Soupçonné d’enrichissement illicite, le maire de Galoya (Podor) fut l’un des premiers auditionnés par la Section de recherches de la Gendarmerie au lendemain de la défaite de Wade à la Présidentielle de 2012. Il n’a pas fléchi malgré la vaste campagne de débauchage des responsables libéraux de la part du pouvoir au Fouta dont un certain Sada Ndiaye. Avec les finances du Pds, Abdoulaye Racine Kane tentera aussi de redorer le blason du Pds dans le Nord du pays, chasse gardée de l’Apr. Un autre ailier, bras droit de Karim Wade.

Categorie: Senegal