Algeria

إدانة حسان حمار بـ 3 سنوات حبسا نافذة

Akher Saa - 1 ora 11 min fa

أدانت محكمة سطيف الرئيس السابق لنادي وفاق سطيف، حسان حمار، بـ 3 سنوات حبسا نافذة بجنحة التزوير واستعمال المزور في محررات إدارية، في حين قضت المحكمة ببراءته من تهمة النصب والاحتيال .وتورط حمار في قضية ما يعرف بتعاونية «أم الحياة» التي تشهد تجاذبات كبيرة واختلاسات بالجملة، حيث حكمت عليه الغرفة الجزائية بمجلس قضاء سطيف شهر جوان المنصرم بـ 5 سنوات حبسا نافذة بتهمة خيانة الأمانة واختلاس الأموال.

Categorie: Algeria

المحامي العيفة أويحيى يطلب البراءة لشقيقه

Akher Saa - 1 ora 17 min fa

شرعت هيئة الدفاع عن المتهمين في قضية تركيب السيارات والتمويل الخفي للحملة الإنتخابية في مرافعاتهم بمحكمة سيدي أمحمد منتصف نهار أمس.وقال المحامي العيفة. أويحيى المتأسس في حق شقيقه أحمد أويحيى إن الأخير عمل مع بومدين والعالم كله يعرفه، وطلب البراءة له.وأكد المحامي أن قصة الحساب البنكي و30 مليارا لا أساس لها من الصحة، مضيفا:«أحمد ليس غبيا ليضع 30 مليارا في حساب بنكي ببنك عمومي والبنوك الأجنبية موجودة».وبخصوص ممتلكات زوجته وابنه، شدد المحامي أويحيى أن «زوجة أحمد من حقها أن تعمل وابن أحمد حامل دكتوراه في الإعلام الآلي ومن حقه أن ينشئ شركة ليسترزق بها».وكانت النيابة العامة التمست 20 سنة سجنا نافذة للوزير الأول السابق أحمد أويحيى بخصوص التهمة التي وجهت له في ملف مصانع تركيب السيارات.

Categorie: Algeria

الدرك يتوصل إلى فك خيوط جريمتي القتل بسطيف

Akher Saa - 1 ora 27 min fa

تمكن أفراد وحدات المجموعة الإقليمية للدرك الوطني بسطيف ،بكل من كتيبتي عين أزال وبئر العرش ،من فك ملابسات جريمتي القتل العمدي مع سبق الإصرار والترصد التي راح ضحيتها كل من (ع.م)41سنة و(ش.س) 16سنة وهذا في زمن قياسي،وتوقيف المتهمين في القضيتين الذي بعد التحريات و تكثيف الأبحاث والتحريات وتنشيط عنصر الاستعلام ،مع تسليط الضوء على ظروف وملابسات الجريمتين والإلمام بجميع التفاصيل ،من أجل إظهار الحقائق والكشف عن مرتكبيها. التحقيق في القضيتين أفضى إلى أن الدافع لارتكاب الجريمتين هو دافع غير أخلاقي .

أيمن ر

 

 

Categorie: Algeria

أرطغرل يواصل فتوحاته

Akher Saa - 1 ora 31 min fa

أشهر زوجان مكسيكيان إسلامهما أمام الممثل الذي أدى دور «عبد الرحمن ألب» في المسلسل التاريخي التركي «قيامة أرطغرل» وقال الزوجان بأنهما اتخذا قرارهما بالدخول إلى الإسلام جراء تأثرهما بالأنشطة الإنسانية التركية حول العالم الإسلامي ومما شاهداه في مسلسل قيامة أرطغرل عن الإسلام.

Categorie: Algeria

تفكيك  شبكة  وطنية  مختصة في تزوير وترويج العملةالوطنية بتيزى وزو

Akher Saa - 1 ora 32 min fa

أطاحت مصالح الشرطة القضائية التابعة لأمن ولاية تيزي وزو مؤخرا بشبكة إجرامية مختصة في التزوير وترويج العملة الوطنية, متكونة من ثلاثة أشخاص  تتراوح أعمارهم بين 26 إلى 49 سنة،  من بينهم رعية أجنبية من جنسية غينية،.هاته العملية النوعية مكنت من ضبط  مبلغ مالي مزور من العملة الوطنية قدر بثلاثمائة و أربعة وعشرين ألف دج من فئتي 1000 و 2000 دج،  أسلحة بيضاء من الصنف السادس، سلاح ناري من الصنف الرابع .ليتم تقديم أطراف القضية أمام السيد وكيل الجمهورية لدى محكمة تيزي وزو عن تهمة تكوين جمعية أشرار لغرض الإعداد لجناية تزوير النقود،  جنحة حيازة سلاح ناري من الصنف الرابع دون رخصة، وجنحة حمل سلاح أبيض محظور، مع تهمة الإقامة غير الشرعية بالتراب الوطني في حق الرعية الأجنبية، أين صدر في حقهم أمر إيداع بالمؤسسة العقابية بتيزي وزو .

خليل سعاد

Categorie: Algeria

محرز يثور ضد العنصرية

Akher Saa - 1 ora 32 min fa

دافع اللاعب الدولي الجزائري رياض محرز على اللاعب البرازيلي لفريق مانشستر يونايتد «فريد» والذي تعرض للرشق أثناء استعداده لتنفيذ ركلة ركنية بالإضافة إلى توجيه له عبارات عنصرية من طرف أنصار مانشستر سيتي.

 

 

Categorie: Algeria

شاب ينتحر شنقا بعد يومين من وفاة زوجته بنفس الطريقة والمكان بثليجان

Akher Saa - 1 ora 32 min fa

في حادثة غير مسبوقة ولا شبيهة بغيرها من حوادث الإنتحار أقدم زوال أمس شاب في العقد الثالث من العمر على وضع حد لحياته شنقا داخل مقر سكناه ببلدية ثليجان

 الحمزة سفيان

 يأتي ذلك بعد مرور يومين أي في غضون 48 ساعة من وفاة زوجته بنفس الطريقة وهي الإنتحار بلف حبل على رقبتها وإلى غاية هذه الأحداث لم تعرف للآن الأسباب وراء ما حصل للزوجين والظروف التي دعت لإجبارهما على الانتحار مع الإشارة إلى أنهما حديثا الزواج أو يمكن القول لما انتحرت الزوجة ثم انتحر زوجها بعد يومين من وفاتها كلها أسئلة شغلت أذهان متلقي هذه الإخبارية المؤسفة وتبقى مصالح الأمن كفيلة بالإجابة عنها بعد فتحها تحقيقات في ملابسات الحادثتين، وللعلم فإن الوحدة الثانوية للحماية المدنية بالشريعة تدخلت أمس الأحد لأجل تحويل جثة شاب يبلغ من العمر حوالي 32 سنة، كان قد عثر عليه معلقا بحبل ملفوف حول رقبته مربوط بإحكام بشرفة منزله العائلي بعمارة بالطابق الأول على مستوى حي 80 سكنا ببلدية ثليجان حيث نقلت الجثة على متن سيارة الإسعاف إلى مصلحة حفظ الجثث بمستشفى الشريعة وللتذكير فإن زوجته البالغة من العمر 25 سنة أقدمت على الإنتحار فمصالح الحماية المدنية وجدتها في البيت العائلي متوفية شنقا بحبل معلق بنفس مكان واقعة وفاة زوجها وهو شرفة المنزل.

Categorie: Algeria

احتجاجات وغلق مقر بلدية بوحمامة بسبب توقف أشغال إيصال الغاز  إلى المداشر

Akher Saa - 1 ora 32 min fa

أقدم صباح أمس العشرات من سكان قرية أولاد على بن فلوس ببلدية بوحمامة بخنشلة على غلق مقر البلدية للمطالبة بإنهاء أشغال إيصال الغاز الطبيعي إلى القرية والذي شهد تأخرا فادحا في الإنجاز بالإضافة إلى رفع مطالب أخرى تتعلق بالتنمية .وحسب مصدر من المنطقة فقد خرج صباح أمس الأحد العشرات من مواطني قرية أولاد على بن فلوس للاحتجاج أمام مقر البلدية ، أين أقدموا على غلقها ومنع الموظفين من الالتحاق بمناصب عملهم طيلة الفترة الصباحية ، حيث رفع المحتجون شعارات تندد بالتهميش الذي تتعرض له القرية من طرف المسؤولين المحليين و المنتخبين ، و أكد هؤلاء أن مطلب الغاز الطبيعي هو السبب المباشر في احتجاجهم أمس الأحد ، حيث أوضح المحتجون أن الأشغال انطلقت بقريتهم منذ أشهر إلا أنها توقفت بعد ذلك وقام المقاول بسحب عتاده و وقف الأشغال دون رجعة ، مؤكدين أنهم لجأوا إلى شركة سونلغاز لكشف أسباب توقف المشروع إلا أنهم لم يتلقوا إجابات مقنعة ، ليتصلوا بباقي الإدارات المعنية إلا أنهم لم يبالوا بانشغال سكان القرية إلى أن قرروا الاحتجاج وغلق مقر البلدية بداية هذا الأسبوع ، مهددين بتصعيد احتجاجاتهم ونقلها إلى مقر الدائرة في حالة لم يتدخل المسؤولون لتحريك المشروع المتوقف .

  عمران بلهوشات

Categorie: Algeria

ملثمون يعتدون على موال ويستولون على أزيد من 120 رأسا من الماشية ببلدية جلال

Akher Saa - 1 ora 33 min fa

عمران بلهوشات

باشرت فرقة الدرك الوطني ببلدية جلال 75 كلم جنوب مقر عاصمة الولاية خنشلة تحقيقات بشأن حادثة اعتداء على موال بالمنطقة من طرف عصابة أشرار و سرقة أزيد من 120 رأسا من الماشية . حيث أقدمت عصابة أشرار مجهولة العدد والهوية في الساعات الأولى من صباح أمس الأول على مهاجمة راعي غنم  ضواحي منطقة أم لملوح في بلدية جلال أقصى جنوب ولاية خنشلة وتمكنت مستفيدة من عزلة المنطقة وظرف الليل وانعدام المسالك والطرق المؤدية إليها  من الاستيلاء على أزيد من 120 رأسا من الماشية بعد أن عمد بعض أفرادها إلى الاعتداء على الضحية بالضرب المبرح وتقييده قبل أن تشحن القطيع على متن مركبة أعدت خصيصا لهذا الغرض ويلوذون بالفرار نحو وجهة مجهولة فيما نقل الراعي الذي نجا من الموت بأعجوبة مباشرة بعد العثور عليه فاقدا للوعي  إلى مستشفى السعدي امعمر في بلدية ششار   فرقة الدرك الوطني وبعد تلقيها إخطارا بالجريمة سارعت إلى موقع الحادث وأجرت المعاينات والتحقيقات الأولية اللازمة  للوصول إلى أفراد العصابة وتوقيفهم في وقت أطلق فيه الموالون والسكان من تلك المناطق المستهدفة بهذه العصابات حملة تمشيط وبحث واسعة لتتبع آثار العصابة في محاولة لاسترجاع القطيع المسلوب والتعرف على المجرمين .للعلم فإن نفس المنطقة الواقعة على الحدود مع ولاية بسكرة شهدت منذ أشهر عملية سطو مماثلة استهدفت موال بالمنطقة .

Categorie: Algeria

ملف البكالوريا المهنية على طاولة الوزير الأول اليوم

Akher Saa - 1 ora 33 min fa

سليم.ف

كشف وزير التكوين والتعليم المهنيين، «دادة موسى بلخير»، أن ملف البكالوريا المهنية سيوضع على طاولة الوزير الأول اليوم. وأوضح وزير التكوين المهني أن ملف البكالوريا المهنية كامل متكامل وسيتم وضعه على طاولة الوزير الأول نور الدين بدوي اليوم. وذكر الوزير بمناسبة الندوة الوطنية للجامعات بالخطوات التي قطعها هذا الملف، مشيرا إلى تنصيب اللجنة الوزارية المختلطة المكلفة بدراسة ملف إطلاق البكالوريا المهنية، والتي تهدف إلى جعل المسار المهني أكثر جاذبية لدى التلاميذ وأوليائهم، نهاية شهر سبتمبر الماضي مشيرا إلى أن هذه اللجنة تكلفت بإعادة تنظيم مسار التعليم المهني بالتنسيق مع قطاع التربية والتعليم العالي والبحث العلمي وكذا المديرية العامة للوظيف العمومي .وذلك تطبيقا لتعليمات الوزير الأول نور الدين بدوي التي أسداها خلال اجتماع الحكومة بتاريخ 24 جويلية الماضي .كما أكد الوزير أن أمله كبير في هذه البكالوريا من أجل تكوين جيل يجمع بين النظري والتطبيقي. لا سيما في مجال الذكاء الاصطناعي بما أن البكالوريا المهنية سيكون لها نفس مستوى البكالوريا العادية وتخص التلاميذ الناجحين وليس الراسبين الذين سيواصلون مسار التكوين المهني المتبع حاليا.

Categorie: Algeria

Grève générale : L'UGCAA dément et rassure

Le Jeune Independant - 2 ore 28 min fa

L'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) a démenti, ce dimanche dans un communiqué, la participation des commerçants, artisans et prestataires de services à la prétendue grève générale, assurant que tous les produits étaient disponibles et les prestations assurées.

"L'UGCAA dément catégoriquement la participation des commerçants, artisans et prestataires de service à une quelconque grève générale ou désobéissance civile les 8, 9, 10 et 11 décembre" et "tient à assurer que les commerçants, artisans et prestataires de services accompliront leur devoir professionnel à l'égard des citoyens en mettant à leur disposition tous les produits durant ces jours", précise le communiqué.

Dans ce contexte, "l'UGCAA appelle tous les commerçants attachés à leur pays (...) à ne pas succomber à ces fausses rumeurs et à ces appels tendancieux qui visent à s'attaquer à la subsistance du simple citoyen et à porter atteinte à la sécurité et à la stabilité du pays", ajoute la même source, invitant tout un chacun à faire prévaloir "le sens de la responsabilité nationale et du devoir national (...) et à faire face à tous ces prédateurs en assurant le travail et les prestations durant ces jours comme moyen pacifique et civilisé pour montrer notre maturité et notre solidarité avec les consommateurs".

Pour sa part, l'Association nationale des commerçants et artisans a affirmé, dans un communiqué, que les activités commerciales étaient assurées normalement et que les marchés seront ouvert tous les jours de la semaine de même que les activités des prestataires.

"Les activités commerciales sont assurées normalement (...) et les marchés de gros et de détail restent ouverts tous les jours de la semaine de même que les activités des prestataires de service (transport, stations essence, restaurants et cafés)", précise le communiqué.

Categorie: Algeria

Dernier jour de campagne: les candidats réitèrent l'importance d'aller aux urnes

APS - 2 ore 57 min fa
 les candidats réitèrent l'importance d'aller aux urnes

ALGER-Les candidats à l'élection présidentielle du 12 décembre, ont réitéré dimanche, au dernier jour de la campagne électorale, l'importance d'aller aux urnes, considérant qu'il s'agit d'un rendez-vous "crucial" pour sortir le pays de la crise et préserver sa sécurité et sa stabilité.

Lors d'un meeting populaire animé à Barika, dans la wilaya de Batna, Azzedine Mihoubi a affirmé que ce scrutin était "décisif" pour le "raffermissement" de la stabilité de l'Algérie, appelant les citoyens à participer massivement à ce vote et choisir "le sixième des candidats qu'est l'Algérie".

Pour M. Mihoubi, l'Algérie "sortira victorieuse de cette élection avec son peuple", en promettant, s'il était élu président, de "redonner confiance aux enfants du pays notamment les jeunes et les porteurs de projets pour dynamiser le développement à travers les diverses localités du pays".

Dans le même sillage, Ali Benflis a invité, lors d'un rassemblement animé à la coupole du complexe sportif Mohamed Boudiaf à Alger, l'ensemble des citoyens à se mobiliser et à aller aux urnes pour choisir leur nouveau président, estimant que l'élection est la "seule option à même de permettre de sortir de la crise que traverse le pays".

Il a rappelé, à ce propos, que son programme vise à "préserver" l'Etat-nation, ses constantes, l'identité nationale, ainsi que la consécration de la démocratie et la souveraineté du peuple et la pérennité de l'Etat.

Pour sa part, Abdelaziz Belaid a souligné, lors d'une conférence de presse à Alger, que l'Algérie a besoin aujourd'hui de la "stabilité" et de conjuguer les efforts de toutes les forces vives pour sortir le pays de la crise qu'il traverse depuis plusieurs mois, dont l'unique solution réside dans le vote, à travers une participation massive pour élire le nouveau président de la République.

Abdelmadjid Tebboune a également appelé, lors d'une conférence de presse à Alger, à aller voter en force le 12 décembre prochain, en vue de sortir le pays de la crise. Relevant que l'Algérie traverse une phase cruciale, il a soutenu qu'une participation massive à l'élection est à même de permettre au pays de parvenir à une sortie de la crise.

Lire aussi: Les candidats à la présidentielle tenus d'observer le silence électoral à partir de lundi

Tebboune a appelé, dans ce cadre, à l'unité des rangs afin de contribuer à préserver la stabilité du pays et enclencher la dynamique du développement socio-économique. Pour sa part, Abdelkader Bengrina, a estimé lors d'un meeting populaire à Ouargla, que son programme électoral peut fournir des solutions pour sortir de la crise et contribuer à renforcer l'unité du peuple.

Il est à noter, par ailleurs, que les cinq candidats à l'élection présidentielle sont tenus d'observer la période de silence électoral qui débutera à minuit et s'étalera jusqu'au jour du scrutin, conformément à la loi organique portant régime électoral.

Selon la loi électorale, la campagne électorale est déclarée ouverte vingt-cinq (25) jours avant la date du scrutin et s'achève trois (3) jours avant la date du scrutin ou deux (2) deux jours du scrutin en cas d'organisation d'un second tour.

Selon l'article 174, "nul ne peut, par quelque moyen et sous quelque forme que ce soit, faire campagne en dehors de la période prévue, stipule la loi.

Il est à rappeler, également, que les différents acteurs participant au processus électoral ont signé avant le début de la campagne électorale une Charte d'éthique des pratiques électorales, élaborée par l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE).

En vertu de cette Charte, ils s'engagent à respecter les dispositions légales interdisant aux candidats de faire campagne par quelque moyen et sous quelque forme que ce soit, en dehors de la période légale.

Le respect de la période du silence électoral concerne également les médias nationaux audiovisuels, de la presse écrite et électronique.

Categorie: Algeria

Belaid: toute manipulation des voix des citoyens est une manipulation du devenir du pays

APS - 2 ore 59 min fa
 toute manipulation des voix des citoyens est une manipulation du devenir du pays

 

ALGER - Le candidat à la Présidentielle du 12 décembre, Abdelaziz Belaid a estimé, dimanche à Alger, que toute velléité de manipulation des voix des citoyens le jour du scrutin "est une manipulation du devenir du pays qui traverse une véritable crise".

Lors d'une conférence de presse, animée au dernier jour de la campagne électorale, M. Belaïd a affirmé que "l'administration a réussi, ces dernières années, à manipuler les voix des citoyens. Or, "il s'agit cette fois d'une élection exceptionnelle pour l'Algérie qui traverse une véritable crise", a-t-il soutenu, considérant que "toute manipulation des voix des citoyens est une manipulation de   l'avenir du pays".

"Ce n'est pas l'affaire de partis politiques, mais l'affaire de toute une Nation", a estimé M. Belaïd, qui a mis en garde contre ceux qui veulent perturber ou réorienter les élections, tout en menaçant de "dénoncer ce genre de pratiques et de défendre les voix des électeurs, en recourant à la justice".

Lors de la campagne électorale, l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) a été avisée des pratiques "de certains administrateurs qui avaient tenté d'exploiter les organisations de la société civile pour remplir les salles de meeting au profit de quelques candidats, a-t-il encore souligné.

En sa qualité de candidat, M. Belaïd a exprimé une nouvelle fois son entière confiance en les institutions de l'Etat, et à leur tête l'institution militaire et les garanties données par le Général de corps d'Armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l’Armée nationale populaire, quant à la régularité et la transparence du processus électoral.

L'Algérie a besoin aujourd'hui de stabilité et de conjugaison des efforts pour mettre un terme à cette crise "dont la seule solution consiste à se rendre aux urnes pour élire un président pour le pays", a-t-il indiqué. Et d'ajouter que "la majorité des Algériens qui ont assisté aux meetings se disent en faveur de cette échéance électorale".

Pour le prétendant à la magistrature suprême, le Hirak du 22 février qui a fait tomber le système corrompu et annulé le cinquième mandat de l'ex-président, se veut également la fin de l'ère des présidents désignés et de la fraude.

"Les personnes opposées à la tenue de la présidentielle n'ont plus d'excuses, car l'accession au pouvoir passe par les urnes", a-t-il fait savoir, ajoutant "nous ne pouvons prôner la démocratie et vouloir, en même temps, accéder au pouvoir sans se référer aux urnes".

A une question sur la légitimité du prochain président, au moment où une certaine catégorie tient au boycott du scrutin, M. Belaïd a rappelé que la loi n'a pas défini le taux minimum de participation et que le président elu gagnera sa légitimité en  prenant les renes du pays.

A ce propos, le candidat du Front Al Moustakbel a cité l'exemple de l'ancien président Houari Boumediene qui a bénéficié de la légitimité et de la confiance du peuple, en dépit que la plupart des Algériens s'étaient opposés au "redressement révolutionnaire" qui avait mis fin à la présidence de Benbella.

Par ailleurs, M. Belaid a expliqué que "l'entrée de l'Armée nationale populaire (ANP) sur la scène politique" était intervenue apres le renoncement de la classe politique à son rôle, soulignant qu'il est impératif pour l'institution militaire de répondre présente quand l'Algérie est en peril.

Les partis qui ont demandé l'intervention de l'ANP, dans les années 90, afin de sauvegarder l'Etat, sont les mêmes partis qui  critiquent l'institution militaire.

 

Belaid qualifie l'initiative du débat télévisé de "très positive"

 

La conférence de presse a été l'occasion pour M. Belaid d'exposer les grandes lignes de son programme électoral, promettant, en cas de victoire, l'installation d'une commission d'experts pour l'élaboration d'une nouvelle Constitution qui fera l'objet d'un référendum, en sus de l'ouverture d'un dialogue avec toutes les catégories et les partis politiques pour la révision de toutes les législations régissant le pays.

Il a réitéré l'engagement de moderniser le système fiscal et de revaloriser les salaires des Algériens pour préserver leur dignité.

Le prétendant à la magistrature suprême a promis l'activation du rôle des instances chargées de la protection des deniers publics et la lutte contre leur détournement, notamment la Cour des comptes et l'organe de lutte contre la corruption, déclarant la guerre aux intrus de l'économie nationale.

M. Belaid s'est engagé à la recherche et l'application, avec les autorités judiciaires, de tous les moyens juridiques pour la recuperation des fonds détournés, ces 20 dernières années, notamment ceux placés dans les banques étrangères.

Le candidat du Front El-Moustakbal a fait savoir qu'il œuvrerait à l'instauration d'une justice indépendante à même de mettre un terme au détournement des derniers publics et au pillage des richesses nationales, estimant, dans ce sens, que le procès d'anciens ministres et responsables impliqués dans des affaires de détournement de deniers publics "est une leçon pour les résidus du système qui sont aujourd'hui en dehors des prisons et qui tentent de réorienter les élections".

Il a promis, également, l'instauration d'un climat favorable aux jeunes pour les accompagner dans la réalisation de leurs projets, notamment dans les secteurs touristique et agricole, outre l'accès au logement et la révision à la hausse des aides accordées par l'Etat, notamment à l'habitat rural.

M. Belaid s'est engagé, en outre, à revoir la durée du service national et la possibilité de la réduire à 6 mois au lieu d'une année.

Répondant à une question sur les prisonniers qui ont brandi d'autres drapeaux que l'emblème national lors des marches populaires, le candidat a relevé que "le seul drapeau qui réunit les Algériens est le drapeau national", et que "le drapeau porté par ces jeunes lors des marches fait référence à notre identité amazighe", soulignant, en revanche, qu'il s'opposait à l'emblème des séparatistes car la Kabylie est une partie indissociable de l'Algérie.

A propos de l'évaluation du débat télévisé organisé par l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) vendredi dernier et ayant réuni les cinq candidats, M. Belaid a qualifié l'initiative de "très positive" même si elle manquait d'interaction, faisant savoir que le temps de parole accordé à chaque candidat était insuffisant pour évoquer des secteurs sensibles et importants.

Categorie: Algeria

Saïd Bouteflika refuse de témoigner

Le Jeune Independant - 3 ore 3 min fa

Coup de tonnerre au troisième jour du procès dit de la bande « issaba ». Le volet lié au financement occulte de la campagne de Abdelaziz Bouteflika aura été riche en témoignages de la part des hommes d'affaires aujourd'hui incarcérés dans des affaires liées au montage automobile. Le frère du président déchu, Saïd Bouteflika, accusé par Ali Haddad, l'ancien patron du FCE, dans ce financement illégal, a comparu comme témoin à la barre au tribunal de Sidi M'Hamed (Alger), après avoir été demandé par le procureur de la République. Cette comparution n'a pas servi à grand-chose, puisque Saïd Bouteflika, arrivé en fin d'après-midi au tribunal, a refusé de répondre aux questions du juge, laissant sur leur faim les nombreux observateurs présents et l'opinion publique qui attendaient de sa part de nouvelles révélations.

Pour rappel, le juge du tribunal de Sidi M'hamed (Alger) a ordonné, hier, dans le cadre du procès d'anciens responsables et d'hommes d'affaires impliqués dans des affaires de corruption relatives à l'activité de montage automobile et de financement illégal de la dernière campagne électorale de l'ex-Président Abdelaziz Bouteflika, la levée de l'audience jusqu'à la comparution de Saïd Bouteflika.

Le procureur de la République a demandé la comparution de Saïd Bouteflika comme témoin dans l'affaire, car son nom a été cité plusieurs fois lors de ce procès.

L'homme d'affaires Ali Haddad, en détention provisoire, avait avoué, lors de son interrogatoire par le juge d'audience, avoir été chargé par Saïd Bouteflika de récupérer l'argent destiné au financement de la campagne électorale de son frère.

C'est ainsi que l'ex-patron des patrons algériens, Ali Haddad, homme d'affaires proche du président sortant Abdelaziz Bouteflika, a pointé, hier au 3e jour du procès de la « Issaba », un doigt accusateur sur le frère d'Abdelaziz Bouteflika, en l'occurrence Saïd Bouteflika.

L'ex-patron du FCE, qui a été arrêté le 29 mars dernier au poste frontalier d'Oum Tboul avec la Tunisie, a affirmé au président du pôle judiciaire de Sidi M'Hamed que « Saïd Bouteflika m'a chargé de récupérer 750 milliards de centimes qui se trouvaient au niveau de la direction de la campagne électorale de son frère Abdelaziz Bouteflika ».

Dans le même contexte, il a tenu à préciser que « 65 millions de dinars, soit 6,5 milliards de centimes, ont été déboursés dans la location de trois immeubles à Alger et que 7 millions de dinars ont été déboursés dans l'acquisition d'outils bureautiques ».

L'enfant d'Azzefoun, fondateur et PDG du Groupe ETRHB Haddad et ex-président du Forum des chefs d'entreprises du 27 novembre 2014 au 28 mars 2019, a été interrogé par rapport aux sommes faramineuses collectées pour faire réussir la campagne électorale de l'ancien président de la République en affirmant avoir contacté plusieurs hommes d'affaires.

Dans le même ordre, il a déclaré que l'homme d'affaires « Mazouz lui a remis un chèque d'un montant de 39 milliards de centimes ! ».

Ali Haddad, qui est classé par Forbes dans le top 5 des personnalités les plus riches d'Algérie, a pu, en un laps de temps relativement court, constituer une fortune colossale estimée à plusieurs milliards de dinars mais aussi en devises, et ce après avoir bénéficié de grandes facilités dans l'octroi de crédits bancaires. Il a reconnu avoir sollicité l'homme d'affaires Arbaoui Hassen de participer au financement de la campagne électorale de Bouteflika sur ordre de son frère

Saïd, condamné par le tribunal militaire de Blida à 15 ans de prison ferme.

Il a par ailleurs tenu à préciser que « Arbaoui a remis un chèque de 20 milliards de centimes et 20 véhicules luxueux à la direction de campagne électorale du président déchu ».

Il a clamé haut et fort en direction du juge : « Je n'étais pas responsable ! »

Et le juge de répliquer : « Je ne vous ai pas dit que vous étiez responsable de la situation ! ».

Appelés à la barre pour donner leur version des faits, les hommes d'affaires tels que Achaïbou et Omar Rebrab ont dressé un dur réquisitoire contre le système qui régnait à l'époque et à sa tête l'ex-ministre de l'Industrie Bouchouareb, qui demeure en état de fuite et fait l'objet d'un mandat d'arrêt international.

Ils ont estimé qu'ils ont été évincés de toutes les transactions liées à l'automobile alors qu'ils répondaient aux normes.

A titre d'exemple, l'homme d'affaires Achaïbou a par ailleurs affirmé au juge d'audience que « l'ex-ministre de l'Industrie était ingérable ! Il ne répondait pas à mes correspondances et lettres et refusait de me recevoir ! »

Et d'ajouter : « Vous savez monsieur le président, je suis content de les voir aujourd'hui devant le tribunal. Ils doivent s'expliquer ! ».

Il a en outre tenu à souligner que « des cadres et des fonctionnaires de la tutelle à l'instar de Tira et la directrice centrale du ministère de l'Industrie Hassina Makraoui étaient de connivence et choisissaient les concessionnaires qui arrangeaient leurs affaires ! ».

Achaïbou a par ailleurs indiqué qu'il a « investi des sommes colossales pour l'ouverture d'une usine et a construit un immense immeuble à Bab Ezzouar pour l'administration de Ford. En fin de compte, son dossier a été rejeté par la commission du ministère de tutelle sous prétexte que l'offre de Tahkout était plus intéressante et plus importante ! ». Il a en outre déclaré : « Je n'ai jamais eu des problèmes d'ordre fiscal ».

Achaïbou a enfin déclaré que « j'ai investi 370 millions de dinars pour l'acquisition de 180 véhicules luxueux pour l'ex-système et j'ai payé 1,5 milliard de dinars pour la construction de 300 000 véhicules ! ».

Le président a par ailleurs entendu un homme d'affaires turc, Nihad Orlo, investisseur dans le domaine de l'automobile, qui a tenu à préciser au magistrat en charge de ce lourd dossier : « J'ai investi pas moins de 95 millions de dollars en Algérie. Je possède les marques de JMC, JAC et DFSK… ».

Categorie: Algeria

Grève générale de quatre jours : Une aubaine pour les spéculateurs

Le Jeune Independant - 3 ore 24 min fa

L'appel à la grève générale de quatre jours lancé par certaines voix du hirak est une véritable aubaine pour les spéculateurs. En effet, à la veille même du début de cette grève, c'est-à-dire ce samedi, les prix des fruits et légumes ont connu à Tizi-Ouzou une flambée sans pareille. La carotte a atteint le prix de 100 DA le kg alors que les jours passés son prix n'était que de 50 DA. La courgette a été proposée à 220 DA alors qu'une semaine auparavant elle était 60 DA seulement. Le prix de la tomate a atteint 150 DA alors que son prix au cours de la semaine passée ne dépassait pas les 70 DA. La pomme de terre n'a connu quant à elle qu'une légère augmentation. Dix dinars plus exactement.

En effet, ce produit a été proposé à 70 DA, alors que la semaine passée son coût n'était que de 60 DA. Ce ne sont là que quelques exemples de prix. En vérité, tous les produits de large consommation ont connu une inflation. A notre question de savoir pourquoi une si soudaine augmentation, certains commerçants nous ont répondu timidement que c'était là le prix du marché. En revanche, d'autres, plus francs, ont avoué que c'était la faute à ceux ayant la main sur ces produits ; autrement dit les spéculateurs. S'agissant du lait pasteurisé, les revendeurs ont décidé de le rationner rigoureusement. Un seul berlingot par client. Et pour y avoir droit, il faut être naturellement un client fidèle. Pour le client de passage, on lui répond par la négation. Notons enfin que devant une telle situation délétère, de nombreux citoyens s'interrogent sur l'absence de réaction de la part des responsables de l'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) et des animateurs de l'Association des consommateurs face au diktat des spéculateurs.

D'ailleurs, la seule personnalité à dénoncer cette soudaine flambée des prix est le député Tayeb Mokadem. En effet, à travers une déclaration rendue publique, cette personnalité politique s'est violemment attaquée aux spéculateurs et en même temps a appelé toutes les parties concernées à s'impliquer dans le but d'alléger le fardeau des consommateurs, notamment ceux dont les rentes mensuelles sont modestes. Notons enfin que selon de nombreux observateurs le pire est à venir ; autrement dit, les prix de ces produits de consommation connaîtront davantage d'augmentation à partir d'aujourd'hui. En définitive, les spéculateurs savent qu'ils sont, comme d'habitude, à l'abri de toute sanction. Quant à la morale susceptible de freiner un tant soit peu leur voracité, ils n'en ont jamais eu hélas.

Categorie: Algeria

Vote de la communauté nationale à l'étranger: taux de participation "acceptable"

APS - 3 ore 30 min fa

ALGER - Le chargé de communication auprès de l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Ali Draâ, a qualifié dimanche, d'"acceptable", le taux de participation de la communauté nationale à l'étranger au titre de la présidentielle du 12 décembre.

Lors d'une conférence de presse organisée au siège de l'ANIE, M. Draâ a indiqué que le taux de participation de la communauté algérienne à l'étranger au scrutin, qui a débuté samedi, était globalement "acceptable" en dépit de "pressions et d'actes de violence enregistrés dans quelques bureaux", ajoutant que ce taux "est en hausse au fil du temps".

Concernant les statistiques, il a affirmé qu'"aucun chiffre n'est communiqué pour le moment vu la longue durée du scrutin au niveau de ces bureaux, s'étalant sur 6 jours (de samedi à jeudi)", précisant que le taux diffère d'un bureau à un autre, "c'est pour quoi il est prématuré d'avancer des chiffres".

Rappelant que les consulats algériens dans monde entier ont installé des bureaux de vote à leur niveau, le chargé de communication de l'ANIE a déclaré cependant que les chiffres et les taux de participation "seront dévoilés à fur et à mesure".

A la question de savoir si c'était les consulats algériens qui avaient eu recours aux forces de sécurité pour la protection des électeurs, M. Draâ a précisé que "c'est les autorités des pays concernés qui ont renforcé la sécurité autour des bureaux de vote", soulignant que "le rôle des autorités de ces pays consiste en la protection et la préservation des citoyens sur leur sol". Cette, mission, a-t-il poursuivi, ne relève pas de la responsabilité des consulats algériens, conformément aux lois internationales en vigueur.

Pour rappel le corps électoral à l'étranger compte  914.000 électeurs répartis sur 60 centres et 395 bureaux de vote. Outre les 114 commissions électorales au niveau des consulats et des missions diplomatiques, L'ANIE dispose de 8 coordonnateurs répartis sur huit (8) zones géographiques et de 27 délégués à l'étranger.

Categorie: Algeria

APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique

APS - 3 ore 32 min fa

ALGER - Le Bureau de l'Assemblée populaire nationale (APN) s'est réuni, dimanche, sous la présidence de Slimane Chenine, président de l'APN, pour examiner les amendements proposés au projet de loi fixant les missions, la composition et l'organisation du Conseil national de la Recherche scientifique et des technologies, a indiqué un communiqué de l'Assemblée.

La réunion du Bureau de l'APN a été consacrée à l'examen "des amendements proposés au projet de loi fixant les missions, la composition et l'organisation du Conseil national de la Recherche scientifique et des technologies, qui ont été soumis à la Commission spécialisée pour leur examen avec les délégués de leurs auteurs", a conclu le communiqué.

Categorie: Algeria

APN: reprise des travaux lundi par le vote de six projets de loi

APS - 3 ore 34 min fa

ALGER - L'Assemblée populaire nationale (APN) reprendra, lundi, ses travaux en séance plénière consacrée au vote de six projets de loi, indique dimanche un communiqué de l'APN.

Les six projets de loi soumis au vote sont le projet de loi modifiant et complétant la loi 04-19 relative au placement des travailleurs et au contrôle de l'emploi, le projet de loi modifiant la loi 01-13 portant orientation et organisation des transports terrestres et le projet de loi modifiant la loi 15-21 portant loi d'orientation sur la recherche scientifique et le développement technologique, précise la même source.

Il s'agit également de la loi relative aux radiocommunications, la loi fixant la mission, la composition e l'organisation du Conseil national de la recherche scientifique et des technologies et le projet de loi modifiant la loi 84-09 relative à l'organisation territoriale du pays.

Categorie: Algeria

APN: le contenu du projet de loi relatif à l'organisation territoriale salué

APS - 3 ore 46 min fa
 le contenu du projet de loi relatif à l'organisation territoriale salué

ALGER - La majorité des membres de l'Assemblée populaire nationale (APN) réunis dimanche en plénière sous le présidence de Slimane Chenine, pour l'examen du projet de loi modifiant et complétant la loi relative à l'organisation territoriale, ont salué la création de 10 nouvelles wilayas dans le sud du pays, affirmant que ce projet "concrétise réellement le  rapprochement de l'administration du citoyen".

S'adressant aux députés au début de la séance, le président de l'APN a rappelé qu'"il n'y a pas lieu de proposer des amendements à un projet de loi qui vient d'être adopté, il y a quelques jours, par le Conseil de la Nation", citant le texte de loi organique régissant le fonctionnement du Conseil de la Nation et de l'APN.

Dans son exposé sur ce projet de loi, le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire Salah-Eddine Dahmoune a affirmé que ce texte "vient en concrétisation de l'engagement des pouvoirs publics à prendre en charge les préoccupations des citoyens, partant de la profonde conviction que le développement des wilayas du sud, tout comme d'autres régions du pays, est l'un des plus grands défis actuels et entreprise sin qua non pour donner un nouvel élan à notre économie et au développement de tous les territoires".

Ce texte de loi qui introduit 5 articles modifiant 16 articles est complété par 10 articles portant globalement sur la création de 10 nouvelles wilayas avec la définition du nombre des communes de chaque wilaya, outre des dispositions transitoires portant sur les mesures nécessaires à la gestion de ces wilayas.

La création de 10 nouvelles wilayas "intervient suite à une étude approfondie, technique, scientifique et conjecturelle menée par les services concernés", a ajouté M.Dahmoune soulignant que le nouveau découpage territorial sera révisé graduellement selon les priorités et les affectations financières, et des études sont en cours sur les régions des Hauts plateaux afin d'y ériger de nouvelles circonscriptions administratives".

A cette occasion M.Dehmoune a rassuré les députés que toutes les préoccupations posées "sont prises en charge, que ce soit dans ce projet de loi ou dans les prochains projets de loi qui seront élaborés dans l'avenir, notamment en ce qui concerne la disponibilité des ressources humaines compétentes".

Les députés ont salué, dans leurs débats, le contenu du projet de loi qui "concrétise la démarche de rapprocher l'administration du citoyen et partant prendre en charge leurs préoccupations quotidiennes".

Lire aussi: Le projet de loi relative à l'organisation territoriale, un acquis pour la redynamisation du développement dans le Sud

Le député du Mouvement populaire algérien (MPA) Bekai Hemal a appelé à "l'accélération de l'exécution de ce projet eu égard à ses effets positifs sur le développement durable des zones enclavées au sud du pays", soulignant "la nécessité d'ériger certaines zones en communes afin d'améliorer les conditions de vie des populations des zones frontalières du Sud".

La député Fatima Karma du Rassemblement national démocratique (RND) a estimé que le nouveau découpage administratif "insufflera un nouvel élan au développement du pays à travers la création de postes d'emploi ainsi que la réalisation de projets d'investissement en faveur du développement durable".

Par ailleurs, nombre de députés se sont interrogés sur "les raisons de la création de certaines wilayas et non pas d'autres et la non augmentation du nombre des communes par rapport à la hausse de la densité démographique, outre le sort des Assemblées de wilaya élues suite à ce nouveau découpage".

Pour le député Ilyes Saadi (FLN) ce découpage "est injuste à l'égard de certaines communes d'Alger qui souffrent de marginalisation et d'isolement".

Répondant aux préoccupations des députés, le ministre de l'Intérieur a réaffirmé que ce projet "historique et important mettra fin aux souffrances des populations des zones du Sud", rappelant les raisons de son élaboration dans le cadre "de la stratégie nationale de l'aménagement du territoire qui a donné une grande priorité à la démarche de réaménagement des zones du Sud notamment frontalières".

Le projet de loi a été élaboré conformément à une méthodologie scientifique et technique étudiée faite par les bureaux d'études en coordination avec plusieurs partenaires dans laquelle ont été adoptés les normes et les défis de création d'équilibre réel entre tous les territoires du pays, dont des considérations sécuritaires et économiques ainsi que les spécificités de chaque région, a-t-il expliqué.

Les résultats préliminaires et directs de ces études ont démontré l'impératif "d'accorder à ces zones leurs autonomies et de les doter de tous les moyens et structures nécessaires en vue d'y créer la richesse et les postes d'emploi et de les ériger en pôles d'exellence de développement durable".

Le ministre a fait état, à cette occasion, d'autres études en cours pour la promotion et le développement des Hauts-plateaux en vue d'y accélérer le développement, de même que pour des régions montagneuses, côtières et certaines grandes villes, à l'image de Sidi Abdellah, Bouguezoul, El Ménéa et Hassi Messaoud, devenues des cités "dortoirs" uniquement.

Lire aussi: Conseil de la nation: adoption du projet de loi relative à l'organisation territoriale du pays

Dans le même contexte M. Dahmoune a évoqué la création de 44 circonscriptions administratives spécifiques aux Hauts-plateaux et certaines communes de l'Intérieur, soulignant que "le plus importants pour nous est de rapprocher le citoyen de l'administration et ériger toutes les régions des pays en zones de stabilité et de développement économique".

Répondant à une question relative à l'encadrement des nouvelles wilayas, M. Dahmoune a fait savoir que ce problème pourrait être résolu par le recours aux diplômés de l'Ecole nationale d'administration (ENA) et l'Ecole nationale des ingénieurs de la ville (ENIV), précisant que le ministère de l'Intérieur recensait "plus de 90% de cadres de haut niveau ne dépassant pas la barrière de 35 ans".

A la question du député Saadi relative à certaines communes d'Alger, le ministre a relevé que ces communes "souffraient réellement de marginalisation et que son secteur a octroyé une somme de 20 Mds DA à la wilaya afin de prendre en charge les anciens quartiers d'Alger".

La plupart des intervenants ont tenu à saisir cette occasion pour exhorter le peuple algérien à se diriger aux urnes le 12 décembre et barrer la route aux prédateurs , affirmant que le scrutin de jeudi prochain constituera "un nouveau départ pour l'Algérie des liberté et de la démocratie".

Les membres du Conseil de la nation avaient adopté à la majorité, jeudi dernier, le projet de loi modifiant et complétant la loi 84-09 du février 1984, relative à l'organisation territoriale du pays après l'introduction d'amendements sur 4 articles.

Ces amendements concernent l'article 52 sexies stipulant l'annexion de trois communes (El Hadjira, El Alia et El Borma) à la wilaya de Touggourt et l'article 59 novies stipulant le maintien de la commune de Mansoura sous l'autorité de la wilaya de Ghardaïa vu sa proximité de cette dernière au lieu de la wilaya de El Menia (loin de 200 km).

Il s'agit également d'un amendement dans la forme de l'article 55 portant sur la substitution du terme "ancienne wilaya" par "ex-wilaya" et de l'article 51 qui stipule l'annexion d'autres communes à la wilaya de Ghardaïa.

Categorie: Algeria

Présidentielle: clôture de la campagne électorale des candidats dimanche à minuit

APS - 4 ore 14 min fa

ALGER - La campagne électorale pour la présidentielle du 12 décembre prendra fin, dimanche à minuit, après trois semaines de compétition entre les candidats, lors desquelles ils ont œuvré à "faire la promotion" de leurs programmes électoraux et des "solutions" proposées pour le règlement de la crise que traverse le pays.

Lancée le 17 novembre dernier, la campagne électorale pour la présidentielle du 12 décembre touche à sa fin, en application des dispositions de la loi organique portant régime électoral qui stipule dans son article 173 que "la campagne électorale est déclarée ouverte vingt-cinq (25) jours avant la date du scrutin et s'achève trois (3) jours avant la date du scrutin".

Lorsqu'un deuxième tour du scrutin est organisé, la campagne électorale des candidats "est ouverte douze (12) jours avant la date du scrutin et s'achève deux (02) jours avant la date du scrutin".

La campagne a été marquée par le respect de "la charte d'éthique des pratiques électorales" par les candidats, laquelle définit une série de normes régissant le processus électoral, en vue de garantir les critères de régularité, de transparence et d'équité entre les candidats, en bannissant tout comportement pouvant compromettre la crédibilité du scrutin.

La campagne s'est distinguée aussi par l'organisation d'un débat télévisé entre les candidats à la Présidentielle, une première en Algérie. Les concernés ont présenté, trois heures durant, leurs propositions pour chaque secteur, en tentant de prouver qu'il s'agit des solutions les plus appropriées et plus efficaces pour le règlement de la crise multidimensionnelle que vit le pays.

 

Les candidats adaptent leurs discours et revoient leurs enjeux au fil de la campagne électorale

 

Evaluant les différentes étapes de la campagne électorale, Redouane Bouhidel, enseignant à la Faculté des sciences politiques à l'université d'Alger considère que la campagne a démarré "prudemment", vu les appréhensions quant à un choc  avec le Hirak populaire qui compte des personnes opposées à l'organisation de cette élection dans la conjoncture actuelle".

Les candidats, en tentant d'attirer ces personnes, avaient tenu des discours superficiels dans lesquels ils se contentaient de les appeler à se rendre aux urnes, au lieu de détailler leurs programmes.

Aussitôt, le compte-à-rebours enclenché, les candidats ont commencé, dès la deuxième semaine de la campagne électorale, à "conférer une profondeur" à leurs discours, en tentant "de convoiter la masse silencieuse qui peut se décider à la dernière minute", une option qui s'est confirmée en raison de "la difficulté de gagner la confiance des personnes opposées à l'organisation des élections".

La cadence s'est accélérée lors des troisième et dernière semaines de la campagne électorale, particulièrement sur les réseaux sociaux, un espace où les candidats ont tenté de faire la différence, vu "la convergence des points proposés".

Concernant le débat télévisé organisé par l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), M. Bouhidel qui l'a qualifié de  "formel et symbolique", a estimé également qu'il était "rigide et généraliste", mais reste, en dépit de tout, une première expérience à valoriser pour la consacrer en tradition à même de réunir à l'avenir les adversaires politiques autour d'une même table.

Pour sa part, l'expert Mohamed Lakhdar Maougal a refusé de dresser un tableau sombre du déroulement de la campagne électorale, affirmant que "bien que les promesses des candidats aient été irréalistes et exagérées parfois, au vu de la crise que traverse le pays", "les procès en cours intentés aux individus impliqués dans les dossiers de corruption ont démontré que l'Algérie dispose des ressources financières et qu'il incombe au prochain Président de la République d'agir avec sagesse et clairvoyance afin de faire sortir le pays de cette crise".

"Pour avoir une idée objective de l'acceptation par le peuple de cette élection, il faut d'abord avoir une vision globale du déroulement de la campagne électorale, qui va au-delà de la capitale et des grandes villes".

Il a évoqué à cet effet "l'écho" qu'ont eu certains meetings populaires au niveau de plusieurs wilayas par rapport à d'autres, estimant qu'"Alger n'est pas l'Algérie profonde".

Categorie: Algeria