Costa d'Avorio

English French German Italian Portuguese Russian Spanish

Perl’Expo : la foire aux accessoires de mode

Top Visages - Tue, 19/10/2021 - 14:15

L’événement aura lieu du 28 au 30 octobre 2021 à Abidjan. Il s’agit de Perl’Expo dont la première édition se tiendra au Palm Club Hôtel Cocody. C’est une exposition internationale des créatrices d’accessoires de mode : perles, sacs à main, bijoux, ceintures, bonnets, boucles d’oreilles, chapeaux, colliers, écharpes… Ces éléments, adjoints au vêtement principal afin d’en souligner certains traits ou de le modifier, seront mis en avant pendant cette exposition.

Un événement qui vise à valoriser le riche patrimoine créatif des accessoires.
Comme son nom l’indique, Perl’Expo comprend une présentation publique de produits et d’œuvres d’art exclusifs. Elle prendra fin par un grand défilé exceptionnel autour de la piscine du Palm Club le 29 octobre. Ce sera une belle occasion pour les exposantes de présenter leurs dernières collections.

L’évènement sera habillé d’un volet scientifique ponctué d’un atelier de formation en entreprenariat. Cette première édition de Perl’Expo prendra fin par une escapade touristique à Grand-Bassam, le 30 octobre.

Perl’Expo est organisée par Madjo Création. C’est la signature de Sophie Affouet Kouakou communément désignée par Madjo Madjo dans le milieu. C’est le premier show personnel de cette accessoiriste chevronnée et rompue aux grands rendez-vous de mode. Elle a déjà fait ses armes à ‘’Folie de Mode’’ à Bobo-Dioulasso, à ‘’Ouaga Fashion Week-end’’, au Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO) et au Festival panafricain du cinéma et de la télévision Ouagadougou (Fespaco) au Burkina Faso. En Côte d’Ivoire, cette inconditionnelle du beau, a participé à ‘’Rondement Belle’’ dans la cité portuaire de San Pedro et à ‘’Fashion Tour’’ de Yopougon à Abidjan.

O. A. Kader

 

L’article Perl’Expo : la foire aux accessoires de mode est apparu en premier sur Top Visages.

Categories: Costa d'Avorio

Gadji Céli : ‘‘Je suis pressé de rentrer au pays’’

Top Visages - Fri, 15/10/2021 - 17:55

C’est dans un café-restaurant, Porte d’Orléans à Paris, que Gadji Céli reçoit Top Visages Live en cet après-midi d’octobre. Il a la mine épanouie. Comme si les dix années loin de la terre natale n’ont pas eu d’effet sur lui. Mais St Jo est un homme robuste qui intériorise beaucoup. Et puis, dans la capitale française, l’agenda de l’ex-footballeur devenu chanteur à succès ne lui laisse pas le temps de glander.
Entre séances de studio et spectacles, le King ne chôme pas. C’est donc entre deux rendez-vous qu’il nous reçoit pour une causerie à propos de son retour au pays. Cette fois, c’est sûr, il va rentrer à Babi. Mais avant, retour sur les récentes tractations et les derniers détails à régler.

. Après 10 ans d’exil loin du pays natal, comment vous sentez-vous ?
– Par la grâce de Dieu, je me porte à merveille. Ce n’est pas facile d’être loin des siens. Je vous fais l’économie des détails. Sachez tout simplement, je vis cet exil avec dignité et fierté avec le soutien de plusieurs amis. Avec la pandémie du Covid 19, nous avons connu des moments de tristesse avec les décès de plusieurs de nos proches. Paix à leurs âmes. Mais Dieu m’a fait grâce, je vais bien, je suis en parfaite santé.

. N’est-ce pas le moment de mettre fin à cet exil puisque vous aviez conditionné votre retour à la libération du Président Laurent Gbagbo ?
– Effectivement, je devrais rentrer normalement en même temps que le Président Laurent Gbagbo. J’ai parlé avec lui ainsi qu’avec ses proches collaborateurs sur la question de mon retour en Côte d’Ivoire. Mais actuellement, je suis en train de régler certains détails administratifs avant de rentrer. J’attends un document important pour ma vie, c’est pourquoi je patiente quelques mois pour l’avoir. Cependant, je rassure les Ivoiriens, les Ivoiriennes, mes fans que j’arrive d’ici peu. Sachez que je suis pressé de retrouver mon pays.

. Qui doit vous délivrer ce document ? Les autorités ivoiriennes ou françaises ?
– Les autorités ivoiriennes n’ont rien à voir avec ce dossier. C’est plutôt au niveau des autorités françaises. D’ailleurs ce n’est pas de la faute de ces dernières, c’est juste le fonctionnement de l’administration qui s’adapte aux réalités depuis la pandémie du Covid 19. Il y a eu plusieurs dossiers en attente, donc, je suis obligé d’attendre.

. Est-ce vrai que vous avez reçu plusieurs émissaires du gouvernement, qui ont essayé d’organiser votre retour au pays ?
– Oui, c’est vrai, j’ai eu plusieurs propositions. Aux premières heures, c’est d’abord Antoinette Allany qui m’a contacté. Elle m’a dit qu’elle pouvait faciliter mon retour. Mon neveu, mon grand frère Junior Talo Gadji qui était de la délégation de 1992 lorsque nous sommes allés présenter la coupe d’Afrique (le trophée de la CAN 92 : ndlr) au Président de la République, Félix Houphouët-Boigny.

A lui, le président Alassane Ouattara a laissé des instructions en présence des témoins tels que Noel Dourey, de me dire de rentrer. J’ai analysé, j’ai trouvé que ce n’était pas le moment propice. Ensuite, Meiway est venu me voir, on a échangé sur la question de mon retour. Après, la Première Dame Mme Dominique Ouattara m’a demandé de rentrer et de participer à la cérémonie de Children Of Africa. Il y a eu aussi l’ex-Premier Ministre Hamed Bakayoko, paix à son âme, qui m’a rencontré à Paris. Il a souhaité que je rentre. Tout comme l’ex président de la FIF, Sidi Diallo, paix à son âme, qui m’avait rencontré à plusieurs reprises. Il s’est engagé volontiers à m’accompagner pour mon retour en Côte d’Ivoire.

. …
– Les mois qui ont suivi, Meiway est venu me voir à deux reprises. Il m’a dit qu’il se portait garant pour mon retour. Qu’il allait prendre toutes les dispositions auprès des autorités pour assurer ma sécurité. Après lui, le ministre Cissé Bacongo a reçu mes amis de lutte dont Serges Kassy, François Kency… Mais je n’étais pas disponible à cette période. Néanmoins, il m’a appelé et nous avons échangé sur la même question de mon retour.

Quelques mois, plus tard, j’ai rencontré la Ministre Mariatou Koné, par l’entremise d’un ami. Ensuite, Alpha Blondy m’a demandé, via mon ami Dramane Cissé du RHDP, de rentrer. Je lui ai donné ma réponse et je n’ai pas eu de suite de la part d’Alpha Blondy. Parmi les artistes, Ismaël Isaac et un ministre m’ont contacté dans l’intention de me faire rentrer. Et puis, il y a eu une rencontre initiée par le ministre Bandama Maurice, actuel ambassadeur de Côte d’Ivoire en France, lorsqu’il était ministre de la culture. Une autre fois, Noel Dourey est venu me voir au nom de l’ex-Premier Ministre Hamed Bakayoko afin d’organiser mon retour.

. Et malgré toutes ces interventions vous n’avez pas…
– J’ai trouvé que ce n’était pas encore le moment propice pour mon retour. Parce que mon cas était assez spécial. Nous ne nous sommes pas entendus sur certains points, c’est pourquoi je ne suis pas rentré malgré toutes ces médiations. Je ne voulais pas partir et abandonner le combat que j’étais en train de mener et pour lequel je me suis retrouvé en exil.

A’salfo était venu me voir afin que je participe au FEMUA 2020. Mais les jours qui ont suivi, je vois une conférence de presse de la direction du Burida avec la présence de Meiway, Asalfo, Alpha Blondy… Au cours de cette conférence, je suis mis au banc des accusés pour ma gestion du Burida. Et le communiqué final était lu par Meiway, celui-là même qui voulait me faire revenir à Abidjan. Venant des artistes qui ont fait des démarches pour mon retour, j’avoue que je suis tombé des nues.

. Il s’agit du supposé détournement de fonds ?
– Aujourd’hui, je me demande où nous en sommes avec ce fameux sujet de détournement, qui était une cabale montée de toute pièce contre ma personne. Par la suite, j’ai appelé A’salfo pour lui faire part de mon mécontentement, du fait qu’il ne maitrisait pas la situation alors qu’il voulait me faire rentrer au pays. Pendant que d’autres tiennent une conférence pour me salir ou saper son projet de mon retour. A’salfo m’a dit que le ministre de la culture était informé de ses démarches pour mon retour. Mais je trouvais paradoxale qu’une conférence de presse d’une telle envergure du Burida se tienne sans que le ministère de la culture en soit informé. J’ai compris qu’il y avait des zones d’ombres dans les démarches d’A’salfo. Ou alors, en Côte d’Ivoire, quelqu’un ne voulait pas que je rentre.

. ??…
– Le comble, c’est que les jours qui ont suivi la conférence, le même A’salfo dit à ses proches que Gadji sait pourquoi il ne veut pas venir. Ces propos venant lui m’ont choqué. Pourquoi je ne viens pas ? C’est mon pays, je peux venir quand je veux ? Et A’salfo ne s’est jamais excusé pour ça. Donc, vous comprenez les raisons de mon refus de rentrer. Parce que tant que je n’avais pas une visibilité claire de l’environnement dans lequel je venais, je ne pouvais pas venir.

. Où en êtes-vous avec les poursuites judicaires concernant l’affaire de détournement de 5 milliards de francs du Burida ?
– Les représentants du Burida ont tenu plusieurs conférences de presse en affirmant que Gadji Celi et Michel Baroan feront face à la justice pour leur gestion du Burida. Mais jusqu’à présent, la justice ne m’a pas encore notifié une assignation. En principe, mes droits d’auteur devraient être bloqués, pour quelqu’un qui a des antécédents judiciaires. La preuve, depuis le temps de Mme Viéra, le Burida paye mes droits d’auteurs. Pour un voleur du Burida, comment peut-on continuer à payer ses droits ? Que cela soit clair, je suis encore en France pour d’autres raisons qui n’ont rien à voir avec le Burida.

. Que devient votre résidence d’Abidjan ?
– Après plusieurs mois d’occupation, ma maison a été libérée. Cependant, ma famille a été traumatisée y compris moi-même. J’ai refait les travaux et je l’ai mis en location. Et je ne peux plus y retourner à cause des mauvais souvenirs.

Il faudra que les gens apprennent à respecter les symboles du pays. Et je fais partie des symboles de la Côte d’Ivoire. Dans le football, j’ai gagné la 1ere CAN pour la Côte d’Ivoire avec l’équipe nationale. Sur le plan artistique, parmi les 5 meilleurs artistes, je suis cité. Donc, je suis un symbole. C’est pourquoi, en son temps, j’ai eu mal que tous mes amis du gouvernement n’aient même pas levé le petit doigt pour demander la libération de ma maison. Je regrette parce que je me dis que les symboles de mon pays ne sont pas considérés et respectés. Sous d’autres cieux, les symboles sont honorés et respectés.

Maintenant, si ce symbole a connu une faute grave, on peut le condamner en tenant compte de ce qu’il a apporté à la nation. Mais qu’ai-je fait de grave ? A part soutenir un candidat à la présidentielle comme tout citoyen. Mes témoins sont encore vivants. J’ai dit à tous les artistes d’aller voter le candidat selon leur choix politique. Je suis un partisan du Président Laurent Gbagbo, je ne suis pas FPI. D’ailleurs je suis plus proche du PDCI que des autres partis. Au PDCI, je suis proche de la famille Houphouët, la famille Bédié, la famille de Fologo, de Lambert Koffi, de feu Charles Diby Koffi…

Je redis que j’ai voté le Président Laurent Gbagbo parce qu’il avait compris la situation des artistes en Côte d’Ivoire. Et nous avons beaucoup gagné avec lui. J’ai toujours marché avec des amis qui ne sont pas de la même ethnie que moi. De l’Asec à l’Unartci, au Burida, je ne suis pas dans l’ethnocratie.

. Aujourd’hui, avez-vous obtenu des garanties pour votre retour en Côte d’Ivoire ?
– Je pouvais retourner en Côte d’Ivoire quand je pouvais, mais cela aurait laissé une symphonie inachevée. Parce que mon chef était encore en prison. Je suis resté pour mener la lutte. Sous la pluie, dans la neige jusqu’à ce que le Président Gbagbo soit libre. Maintenant, je pense que je peux rentrer aussi en toute bonne conscience. Je suis un homme de conviction. Lorsque j’entame un processus, je vais jusqu’au bout. Lorsque je suis arrivé au Stella Club d’Abidjan, j’avais presque 17 ans, j’ai fait gagner le 1er titre de champion au club en 1979. En 1981, nous avons remporté un 2ème titre. En 1984, nous avons gagné le 3ème titre devant l’Asec et l’Africa.

J’ai été meilleur footballeur de Côte d’Ivoire avec ce club qui n’avait jamais glané une telle distinction dans son histoire. Et j’ai représenté le Stella Club en équipe nationale de 1985 à 1988. Quand l’Asec m’a recruté, il était au 7eme rang du classement national. Mais à mon arrivée, j’ai promis aux dirigeants du club qu’ils seront champions. Et l’Asec a été successivement 4 fois champion de Côte d’Ivoire. Quant à moi, j’ai été encore meilleur joueur. Par la suite, lorsque j’ai décidé de chanter, je suis allé au bout de ma carrière. Quand j’ai pris les rênes de l’Unartci, je suis allé jusqu’au bout de mon combat. Il ne me restait que la signature du décret présidentiel sur la copie privée. Donc, je suis un ‘’jusqu’au-boutiste’’ (Rire).

. A propos de football, que pensez-vous de la bataille autour de l’élection du président de la FIF ?
– Je pense qu’ils vont s’entendre. Mon candidat est celui qui sera choisi par le Président de l’Asec. Car je suis encore attaché à ce club. Et je suis donc les instructions du Président de mon club. Je ne suis pas là pour désavouer mon Président.

. Est-ce vrai que vous aurez reçu des promoteurs qui souhaitent organiser le concert de votre retour ?
– (Rire) Oui, c’est vrai. Tous les promoteurs savent que je n’ai aucun problème qui m’empêche de rentrer. Ils sont nombreux qui ne cessent de me solliciter afin d’organiser un concert marquant mon retour à Abidjan. Parce qu’ils savent que je m’apprête à rentrer. En effet, j’ai des propositions de concert.

. A quand votre prochain album ?
– Je suis en studio. Je prépare la sortie d’un single en prélude à mon prochain album.

. Peut-on savoir celle qui partage votre nouvelle vie sentimentale ?
– C’est ma vie privée. Elle reste strictement privée. Si je me remarie un jour, vous le saurez. Je ne le ferai pas en cachette.

. Avez-vous un message pour la Côte d’Ivoire, pour vos fans ?
– A tous mes fans de la Côte d’Ivoire, je reviens. Je reviens afin qu’on revive des moments d’émotions. Comme avant. Je viens pour parler d’Amour. Je viens continuer ma carrière que j’avais suspendue pour mener un combat de justice et rien d’autre. Je me suis battu pour que la justice soit rétablie au Burida.

Je voudrais dire un mot de gratitude. Quand j’ai quitté le pays et que je suis arrivé au Ghana, c’est grâce à Tiken Jah et Didier Drogba que j’ai pu regagner la France. Je leur témoigne ma reconnaissance. A cette étape, je remercie la fondation Gadji Céli avec à sa tête le Président Bello Issiaka. Pendant 10 ans, il a tenu ferme sans capituler. Je lui tire mon chapeau pour son soutien ainsi qu’à toute son équipe. Je remercie également la famille Kabachi avec son Président Meli Melo et tous les membres de mon staff de Paris et d’Abidjan. Je remercie tous ceux qui m’ont soutenu moralement, psychologique pendant mes 10 ans d’exil. Parce que j’ai failli lâcher prise. Je remercie le Président Laurent Gbagbo. Je remercie tous les artistes. Je remercie le Président Stéphane Kipré, c’est un homme à féliciter. Je remercie le Docteur Malick Coulibaly, Eric Kahé et tous ceux que je ne peux pas citer ici.
A bientôt !

Réalisée à Paris par Charly Légende

L’article Gadji Céli : ‘‘Je suis pressé de rentrer au pays’’ est apparu en premier sur Top Visages.

Categories: Costa d'Avorio

Gadji Céli : le retour en Côte d’Ivoire

Top Visages - Thu, 14/10/2021 - 23:35

Dans une interview à Top Visages Live, à paraitre ce vendredi 15 octobre 2021, Gadji Céli annonce son retour au pays.
Toutes les tractations, le rôle joué par les uns et les autres, tout ce qui s’est passé durant son exile, Saint Jo en parle.
Il parle du BURIDA et explique aussi pourquoi il ne peut pas entrer dans sa maison d’Abidjan.
A lire ce vendredi dès 16h sur www.topvisages.net

L’article Gadji Céli : le retour en Côte d’Ivoire est apparu en premier sur Top Visages.

Categories: Costa d'Avorio

Fespaco : Pathé’O succède à Sidiki Bakaba

Top Visages - Thu, 14/10/2021 - 12:43

Dans le cadre de la célébration de ses 50 ans de d’activités dans la mode, Pathé’O envisage de faire escale dans plusieurs capitales africaines. Et ça tombe bien ! Après Abidjan le samedi 29 mai 2021, c’est au tour de Ouagadougou de dérouler le tapis rouge à l’habilleur de Mandela.

« En marge de la 27e édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), prévue du 16 au 23 octobre 2021, la Maison Pathé’O est heureuse d’informer les médias nationaux et internationaux de la célébration des 50 ans de carrière de M. Paté Ouédraogo à Ouagadougou, le vendredi 22 octobre 2021 à la salle de conférence de Ouaga 2000 à 20h », indique un communiqué de l’entreprise de couture.
Débuté à Abidjan le 29 mai dernier, le défilé itinérant du cinquantenaire de Pathé’O dans la mode, va poser ses valises dans les métropoles du continent.

L’escale de Ouagadougou est pleine de symboles. Pour avoir habillé de nombreux acteurs de bon nombre de productions cinématographiques africaines, ce défilé inédit sera ouvert à toutes les célébrités du cinéma et de la musique du continent, présentes dans la capitale burkinabè.

Toutes les grandes lignes de l’évènement seront dévoilées au cours d’une conférence de presse que prononcera Pathé’O le mardi 19 octobre 2021 à 11h, à la salle de conférence du FESPACO, à son siège.
Mais ce ne sera pas tout. Car, bien avant la fête de ses 50 ans et toujours dans le cadre du plus grand rendez-vous du 7e art africain, Pathé’O, l’un des doyens de la mode africaine, sera honoré aux ‘’Celebrity Days’’ 2021.

Ce sera le dimanche 17 octobre à 19h à la Mairie Centrale de Ouagadougou. C’est un événement qui magnifie les célébrités du continent. Pour la 3e édition de cette cérémonie d’honneur, le créateur de mode succédera à l’acteur ivoirien Sidiki Bakaba, invité spécial de l’édition 2019.

O. A. Kader

L’article Fespaco : Pathé’O succède à Sidiki Bakaba est apparu en premier sur Top Visages.

Categories: Costa d'Avorio

Attaques de Debordo contre Fally Ipupa : voici la réaction des Kinois

Top Visages - Tue, 12/10/2021 - 21:47

Après les attaques de Debordo Leekunfa contre Fally Ipupa et la musique congolaise, Top Visages Live a demandé à la journaliste Stella Ashema, en RDC, d’interroger des Kinois pour avoir leurs réactions. Voici son compte rendu.

La sortie médiatique de Debordo Leekunfa qui s’est attaqué à Fally Ipupa a surpris plus d’un Congolais. Ce qui a déclenché une grosse polémique sur les réseaux sociaux. Parce qu’en RDC, on a toujours pensé qu’il y a une grande fraternité entre les musiciens des deux pays. « Le Congo et la Côte-d’Ivoire, ce sont deux pays proches musicalement. Je ne vois pas pourquoi créer une guerre entre artistes », s’interroge Fred Kabeya, artiste musicien, co-fondateur et directeur artistique du centre culturel A’WART à Kinshasa.

« J’ai regardé un extrait du live de l’artiste. C’est bien Debordo qu’il s’appelle ?… parce que je ne le connais pas. Nous sommes en démocratie, je pense qu’il est libre de dire ce qu’il pense. Mais ce qu’il dit est loin de la réalité », poursuit Kabeya qui pense que Leekunfa cherchait à faire du buzz sans plus.

Fred Kabeya

Pour lui, beaucoup d’artistes ivoiriens sont aimés au Congo, donc il n’y pas de raison de créer une guerre. « Moi, je connais pleins d’artistes ivoiriens, notamment le leader du groupe Magic system, A’Salfo, la chanteuse Josey, et les autres. Leurs chansons sont jouées à Kinshasa. Si la musique de Debordo n’est pas jouée à Kinshasa, c’est son problème. Peut-être qu’il devrait chercher à beaucoup travailler ».

En ce qui concerne la prétendue interdiction ou censure contre le couper-décaler en RDC, les Kinois se demandent d’où sort cette information. « C’est un mensonge ! » dit Fred Kabeya.
« Les Kinois sont pacifiques, notre gouvernement a beaucoup de choses à faire pour s’occuper de ce genre de choses. C’est pourquoi le couper-décaler est joué ici. La chanson “L’amour” de l’artiste KS Bloom est jouée ici, par exemple, ainsi que beaucoup d’autres », ajoute-t-il. Interdire la musique ivoirienne en République démocratique du Congo, personne n’a jamais rien entendu de tel au pays.

KS Bloom Josey

Certes, au Congo, il existe une commission de censure qui contrôle et certifie toutes les chansons diffusées en RDC. Par exemple, des chansons comme ‘‘L’eau l’eau” de Koffi Olomidé ou ‘‘Mama Yemo’’ de Karmapa et tant d’autres ont été censurées par la commission. Mais de là à parler d’une interdiction des chanteurs ou des chansons ivoiriennes, « c’est juste une affabulation », pense-t-on ici.

« Cette sortie de Debordo manque de classe, ça ne l’honore pas. En le faisant, il a très mal caché ses bas sentiments vis-à-vis de Fally Ipupa. Ça donne l’impression qu’il est un complexé », estime, de son côté, Samy Bosongo, un philosophe qui suit de près l’évolution de la musique au Congo. Il ajoute : « Cet artiste veut dresser ses compatriotes contre la musique congolaise.»

Stella Ashema, à Kinshasa

L’article Attaques de Debordo contre Fally Ipupa : voici la réaction des Kinois est apparu en premier sur Top Visages.

Categories: Costa d'Avorio

La banque du cœur : un dîner pour sauver des enfants atteints du cancer  

Top Visages - Tue, 12/10/2021 - 14:20

Savez-vous que chaque année, pas moins de 1050 nouveaux cas de cancer pédiatrique sont recensés en Côte d’Ivoire ? Et ce sont environ 250 enfants malades qui sont régulièrement accueillis et 100 traités au Service d’Oncologie Pédiatrique du CHU de Treichville. Ces chiffres sont d’autant plus inquiétants que 70% des enfants malades sont issus de familles démunies et impuissantes devant une telle pathologie.

Le taux d’abandon, quant à lui, est pratiquement de 30% chaque année. Plusieurs enfants atteints de cancer meurent du fait du manque de moyens financiers, de dépistages tardifs, de manque d’informations, de préjugés familiaux, etc.

Devant cette situation, l’ONG AdoraDE, à travers sa plateforme La Banque Du Cœur, a décidé, en collaboration avec ses partenaires, d’agir afin d’aider ces familles en détresse. Et, par la même occasion, soulager les peines de ces petits anges malades. Cette initiative portée par l’ONG AdoraDE, organisation apolitique et à but non lucratif, se traduit par un soutien aux familles démunies à travers des accompagnements financiers pour la prise en charge médicale de leurs enfants atteints d’un cancer.

On ne peut certes pas éradiquer tous les maux de ce monde, mais on peut, par nos gestes d’amour, participer à amenuiser les peines des personnes les plus démunis et/ou en détresse.

UN DÎNER CARITATIF

L’ONG AdoraDE, à travers sa plateforme présente la 1ère édition de « La Banque Du Cœur » en faveur des enfants malades du cancer. Ce sont 150 personnalités, entreprises, artistes… réunis pour une cause humanitaire et sociale, autour d’un cocktail dinatoire, afin de voler au secours de ces petits anges malades. Au cours de cette cérémonie qui se tiendra le Vendredi 05 Novembre 2021, à Abidjan, une levée de fonds sera faite en vue de faire face aux frais médicaux des
enfants souffrants de cancer, et pensionnaires du service d’oncologie pédiatrique du CHU de Treichville.

Ce sera donc, 3h d’échanges, de partages, de détente mais surtout de charité.

Le comité d’organisation lance donc un appel à tous ceux (personnes physiques ou morales) sensibles à cette cause de s’associer à cet événement. « Nous connaissons votre intérêt sans faille pour les causes sociales et humanitaires. Nous sollicitons votre accompagnement pour la réussite totale de cet événement solidaire destiné principalement aux enfants souffrant du cancer. Nos actes d’amour
réunis, peuvent créer de grands changements. Nous serons honorés d’associer votre image à ce beau projet. »

L’article La banque du cœur : un dîner pour sauver des enfants atteints du cancer   est apparu en premier sur Top Visages.

Categories: Costa d'Avorio

Après ses attaques contre Fally, Mama Africa parle à Debordo

Top Visages - Tue, 12/10/2021 - 12:53

A la suite des déclarations et attaques violentes de Debordo Leekunfa contre Fally Ipupa, la Diva Aïcha Koné a bien voulu parler à son ‘‘fils’’ (artistique). En bonne mère, elle lui dit :

« Mon fils Debordo je t’ai lu sur la toile te plaignant de l’arrivée de Fally Ipupa.
Pourquoi mon fils ? Tu sais, celui qui ne sait pas donner ne peut pas recevoir. Que Fally vienne jouer en terre ivoirienne, cela devrait être pour nous une fierté.
Pour tout bons Africains que nous sommes, en terme d’hospitalité et de la fraternité s’entend.
Et je suis bien placée pour témoigner de l’hospitalité africaine. Notamment entre les deux Congo (Kinshasa et Brazza) où j’ai toujours été bien accueillie et reçu des prix m’encourageant dans ma carrière musicale. Ce qui m’a permis de tisser de très bonnes relations avec tous ces artistes d’Afrique comme d’ailleurs.
J’ai été découverte par des dinosaures de la musique dont Tabu Ley Rochereau, Sam Mangwana, Manu Dibango…
Debordo, mon fils, sois ouvert et accueillant ! Apprends à aimer et respecter la culture des autres afin que nous soyons tous des panafricains sur le plan politique et culturel.
Mama Africa Aïcha Koné
Votre Maman qui vous aime tous. »

C. Légende

L’article Après ses attaques contre Fally, Mama Africa parle à Debordo est apparu en premier sur Top Visages.

Categories: Costa d'Avorio

L’histoire secrète de la tour Eiffel

Top Visages - Mon, 11/10/2021 - 21:39

Le film Eiffel sort à Abidjan le 15 octobre 2021. Soit deux jours après sa sortie en France. Il a été réalisé par Martin Bourboulon. En attendant la sortie officielle de ce film, la grande première a eu lieu le jeudi 7 octobre au cinéma Majestic Prima, à Abidjan Marcory Zone 4.

C’est une biographie de Gustave Eiffel, célèbre ingénieur français qui a porté à bras le corps le projet de construction du monument emblématique de Paris. Le film surfe allègrement entre une biographie et une histoire d’amour sans pour autant trouver de liens entre les deux.

Audacieux et téméraire, Gustave Eiffel croyait en son projet qui n’a pas tout à fait l’assentiment de la population ni des autorités parisiennes. A l’image de son amour impossible pour Adrienne dont les parents rejettent toute idée de mariage entre leur fille et l’illustre inventeur.

Le film de Martin Bourboulon a le mérite de révéler les difficultés qu’a connues le projet de tour métallique de la capitale française. « Tout le travail au scénario, à la réalisation et au montage, a consisté à veiller à ce que ces deux histoires se nourrissent l’une de l’autre en permanence, tout en respectant les balises de la réalité. La force du cinéma tient dans sa capacité à se glisser dans ce que l’histoire ne dit pas et à offrir une matière romanesque puissante en développant une hypothèse », explique le réalisateur dans la note de presse.

Le spectateur découvre les coulisses de la genèse de la tour Eiffel qui a bien failli ne pas voir le jour, n’eût été la ténacité de son auteur et ses équipes. C’est un excellent mélange entre des faits historiques tels qu’ils se sont réellement déroulés et la part d’invention du réalisateur qui surclasse le documentaire et le biopic sans pour autant trahir l’histoire.

Porté avec succès par Romain Duris et Emma Mackey, ‘’Eiffel’’ fait revivre l’histoire secrète qui a entouré la naissance de la dame de fer de Paris. La fille de bonne famille veut se marier avec quelqu’un dont le projet utopique gène la société et le tout-Paris de l’époque. Chaque acteur s’est transcendé pour donner un air de fraîcheur à cette intimité peu connue de Gustave Eiffel.

« Je lis énormément de choses sur lui. Et ce qui me frappe très vite, c’est qu’on trouve peu de détails sur sa vie intime ni sur son caractère. Toutes les biographies parlent avant tout de ses créations. Le scénario d’’’Eiffel’’ se situe sur la même longueur d’ondes. Il montre un fonceur, un homme capable d’haranguer les foules, d’aller au bout d’un projet aussi dingue que cette Tour, tout en ayant en lui cette fragilité causée par des amours impossibles. Il y avait suffisamment d’action et de situations concrètes pour que je ne sois pas sans cesse à me demander quelle facette exacte de son caractère devait surgir à cet instant précis… Je pouvais me raconter ce que je voulais et inventer », confie Romain Duris sur la manière dont il s’est approprié le rôle de Gustave Eiffel.

Comme la plupart des filles qui rêvent d’amour passion, l’actrice Emma Marckey épouse aisément les airs d’Adrienne Bourgès dont elle porte la vie sentimentale cachée aux côtés du constructeur de la tour Eiffel. « Dans ses jeunes années, c’est une adolescente extrêmement curieuse et sincère dans sa gourmandise de la vie. Un tourbillon qui veut goûter à tout sans attendre tant elle a faim de l’existence. Qui court sans cesse après quelque chose. Je trouve ça très beau chez ce personnage incroyablement solaire. Puis, quand on la voit à l’âge adulte, Adrienne apparaît évidemment plus réservée. Elle est le fruit des grandes douleurs qu’elle a dû traverser. Mais, au fur et à mesure où elle va fréquenter Eiffel, on va retrouver l’adolescente qu’elle était grâce à l’amour qu’elle a pour cet homme et cette fascination pour son travail », dit-elle.

Depuis 134 ans, la tour Eiffel trône comme une reine au milieu de la capitale française. Surnommée ‘’La grande dame’’ par son constructeur, elle fait partie aujourd’hui des monuments les plus visités au monde. Pour ses détracteurs qui se demandaient ce que la dame de fer rapporterait à Paris, la réponse est là : elle enregistre sept millions d’entrées de visiteurs par an.
Si vous voulez découvrir l’incroyable défi de la construction de la Tour de 300 mètres, rendez-vous dans les salles obscures abidjanaises dans le réseau Cinéma Majestic à partir du 15 octobre.

 

SYNOPSIS
Venant tout juste de terminer sa collaboration sur la Statue de la Liberté, Gustave Eiffel est au sommet de sa carrière. Le gouvernement français veut qu’il crée quelque chose de spectaculaire pour l’Exposition Universelle de 1889 à Paris, mais Gustave Eiffel ne s’intéresse qu’au projet de métropolitain. Tout bascule lorsqu’il recroise son amour de jeunesse. Leur relation interdite l’inspire à changer l’horizon de Paris pour toujours.

O. A. Kader

L’article L’histoire secrète de la tour Eiffel est apparu en premier sur Top Visages.

Categories: Costa d'Avorio

Nomcebo et ‘‘Jerusalema’’ célébrées par la ville de Miami

Top Visages - Mon, 11/10/2021 - 20:45

La chanteuse sud-africaine, Nomcebo continue de surfer sur l’immense succès de la chanson qu’elle a composée et chantée sur un beat de son compatriote Master KG. Avec ‘‘Jerusalema’’, elle a entrepris une tournée mondiale qui l’a déjà conduite dans plusieurs pays. Récemment, elle était en Espagne, ensuite à la foire du Valais, à Martigny (France). La semaine dernière, la chanteuse était en Suisse. Ce week-end, c’est la ville de Miami, aux Etats-Unis, qui l’a accueillie.

Alors que le coronavirus provoquait la débandade planétaire au début de l’année 2020, est arrivée ‘‘Jerusalema’’. Telle une panacée face à la panique générale et le confinement, cette chanson s’est invitée dans tous les foyers, sur tous les smartphones comme le meilleur compagnon dans ces heures d’angoisse. Un véritable baume pour des cœurs stressés, un magnifique et entrainant bouquet de joie dans la grisaille.

Et ainsi, elle a été un trait d’union entre les communautés, les corps de métiers, les classes sociales. En quelques mois, elle a rassemblé les habitants de la planète. Dans la joie et la bonne humeur. Pour toutes ces raisons, Nomcebo Zikodé a été honorée vendredi 8 octobre 2021 par la ville de Miami (USA), représentée à cette occasion par son ancien maire Joe Carollo (1996-2002). « Pour sa chanson « Jérusalema » qui a uni le monde entier et donné de la joie dans les cœurs durant la crise sanitaire mondiale de la covid 19 », selon la mairie qui a également remis la clé de la ville à la chanteuse.

 

Avec plus de 450 millions de vues sur YouTube et 250 millions de streams sur Spotify, ‘‘Jerusalema’’ n’a pas fini d’étonner.

R. Jordan

L’article Nomcebo et ‘‘Jerusalema’’ célébrées par la ville de Miami est apparu en premier sur Top Visages.

Categories: Costa d'Avorio

Kundé d’Or : 1265 chansons et 250 clips en compétition

Top Visages - Mon, 11/10/2021 - 17:42

La 20e édition des Kundé, les trophées de la musique au Burkina Faso, se déroulera le vendredi 26 novembre prochain au Palais des Sports de Ouaga 2000. Ce rendez-vous tant attendu n’a pas pu se tenir en 2020 à cause de la pandémie de la covid-19. Tout est désormais sur les rails pour la tenue de cette belle cérémonie de récompenses.

Le 6 octobre, à l’hôtel Lancaster Ouaga 2000, au cours de la conférence de presse de lancement des Kundé 2021, Salfo Soré dit Jah Press, le Commissaire général, a donné les informations sur cette édition. Il en a profité pour faire le point sur les œuvres en compétition.

Pour cette 20e édition, le jury statuera sur 1.265 œuvres musicales et 250 clips sortis sur deux ans. Ce sont les productions du 1er mars 2019 au 28 février 2021 qui seront prises en compte. C’est dire que les jurés auront du pain sur la planche. Pour ne pas faire de frustrations, il y aura cinq nominés par catégorie au lieu de trois comme par le passé.

Cela fait 20 ans que les Kundé, les trophées de la musique au Burkina Faso, honorent chaque année à Ouagadougou, les artistes et les professionnels des métiers de la musique du Burkina et d’Afrique. Et cela, au cours d’un dîner gala riche en sons et lumières, avec prestations artistiques.

Réussir 19 éditions sans discontinuer, c’est une prouesse et un grand mérite pour une cérémonie de récompenses privée sur le continent africain. L’organisation a obtenu de bons résultats en positionnant les Kundé comme le baromètre de la musique au Burkina Faso. L’événement est devenu un vecteur de promotion internationale de la musique burkinabè et africaine.

C’est par une minute de silence en hommage aux forces de défenses et de sécurité tombées aux fronts que la conférence de presse a débuté. Ce moment d’émotion a également permis de rendre hommage à l’ensemble des acteurs culturels décédés entre 2019 et 2021.
Jah Press a également tenu à rassurer les mélomanes burkinabè et africains sur les dispositions prises pour offrir une édition à la hauteur de la solide réputation des Kundé.

La prochaine conférence de presse, prévue pour le 26 octobre 2021, portera sur la liste des nominés.

O. A. Kader

L’article Kundé d’Or : 1265 chansons et 250 clips en compétition est apparu en premier sur Top Visages.

Categories: Costa d'Avorio

Amity Méria parle des gens d’ici pour son grand retour 

Top Visages - Thu, 07/10/2021 - 21:30

« Yankaw est une peinture d’une société où des humains ont définitivement décrété qu’une personne n’a de valeur que lorsqu’elle est matériellement et financièrement riche. C’est aussi une complainte d’impuissance (malheureusement) face à cette situation que nous vivons ». C’est le résumé de la chanson ‘’Yankaw’’, titre éponyme du 8e album d’Amity Méria, sorti le 15 septembre au Burkina Faso.

Dans cet élan, la Kundé d’Or 2004 évoque aussi ses inquiétudes dans ‘’Miri’’. « J’attire l’attention sur notre monde affaibli, amaigri, malade. C’est une chanson imagée et chargée de symboles pour décrire combien le monde se porte mal et continuera de se porter de plus en plus mal tant que l’humain ne changera pas son comportement et ses dérives. Si l’humain ne change pas, le monde ne guérira plus jamais », alerte l’artiste.

Outre les regrets de la chanteuse devant les dérives de notre monde de plus en plus basé sur le matériel, l’opus dont les critiquent saluent la maturité, aborde d’autres thèmes plus gais et louables comme Dieu (Barika), le travail (Bara), l’amour (Viens dans mes bras), la famille (Binbinbin et N’Dogo)… La nouvelle œuvre d’Amiy Méria comprend 10 titres chantés en dioula, bambara, dafing et français. Les arrangements ont été assurés par Sam Etienne Zongo et Seydou Koïta.

Après un long silence discographique, cette publication vient ponctuer les 30 ans de carrière de la chanteuse, déjà distinguée Chevalier dans l’ordre du mérite burkinabè et Ambassadrice de la paix. Et la diva mandingue n’est pas prête de s’arrêter. « Je vois ma carrière comme un parcours du combattant qui ne va jamais s’arrêter tant que je serai toujours sur scène », soutient-elle. C’est dire qu’elle entame ses trois décennies musicales avec enthousiasme et détermination. « Si je me réfère au fait que la vie est faite de haut et de bas, je comprends aisément que la musique n’échappe pas à cette vision des choses, donc je n’ai aucune raison de me plaindre. Au contraire, je rends grâce à Dieu pour ces 30 années et je lui dis merci », reconnaît l’une des meilleures voix du Faso.

A la question de savoir s’il y a des choses qu’elle aurait aimé faire et qu’elle n’a pas réussi à faire, la native de Gaoua (commune urbaine de la province du Poni, dans la région du Sud-Ouest au Burkina Faso) est évasive et un brin philosophe. « Dans la vie, on ne doit pas tout faire. Même si on le peut, l’essentiel est d’essayer de rester fidèle à ses valeurs et à ses principes. Ce sont des choses qui, pour moi, ne se négocient pas », dit l’ancienne élève du Lycée Ouezzin Coulibaly de Bobo-Dioulasso.

Son parcours artistique est riche de 8 albums et de nombreuses récompenses. Nominée en 2000 et 2008 aux Koras Music Awards, Amity Méria a été désignée Kundé D’Or (2004), le trophée de musique le plus convoité au Burkina Faso.

Omar A. Kader 

L’article Amity Méria parle des gens d’ici pour son grand retour  est apparu en premier sur Top Visages.

Categories: Costa d'Avorio

MASA 2022 : Ils seront 78 groupes 

Top Visages - Thu, 07/10/2021 - 00:53

La 12e édition du marché des arts du spectacle d’Abidjan (MASA) se tiendra du 5 au 12 mars 2022 autour du thème général : ‘’Les industries culturelles et créatives : le défi des contenus’’. La sélection officielle des groupes artistiques a été dévoilée le vendredi 1er octobre dernier au siège du MASA au Plateau, à Abidjan.

Ce sont au total 78 artistes et formations artistiques qui ont été retenus par l’instance de choix dénommée Comité international artistique (CAI). Présidée par la Ghanéenne Amarteorkor Amarteifio, le CAI a sélectionné 32 groupes artistiques en musiques, 9 en théâtre, 14 en danse (dont 4 en danse patrimoniale et 10 en danse contemporaine), 6 en slam et en lecture scénique, 6 en humour, 6 en arts du cirque et de la marionnette et 5 en conte. Ces formations de la sélection officielle viennent de 32 pays.

Les experts du comité de choix ont travaillé sur 801 dossiers de candidatures parmi lesquels ils n’ont retenu que 78. C’est dire que la tâche n’a pas été facile.
« Nous avons placé le MASA dans la grande vision de développement que prône le pays d’accueil la Côte d’Ivoire. Le comité artistique international a donc fait un travail rigoureux qui va dans le sens de cette vision. Nous restons dans un esprit d’ouverture avec le slogan : l’Afrique vous invite et la Côte d’Ivoire vous accueille », a relevé Patrick Hervé Yapi, le Directeur général du MASA.

Le choix des participants à cet important rendez-vous culturel s’est fait sur des critères comme le talent, la diversité et l’originalité. « C’est vrai que le travail a été énorme pour arriver à ce résultat publié aujourd’hui. Il y a du talent, mais beaucoup de dossiers de candidatures étaient défaillants », regrette Fargass Assandé, membre du CAI. « Comme il y a beaucoup de difficultés à monter les dossiers, il serait intéressant qu’on initie des formations entre deux éditions du MASA», a souhaité l’acteur comédien.

Fargass a aussi recommandé aux groupes retenus de ne pas dormir sur leurs lauriers car « c’est maintenant que le gros du boulot commence. Il faut tout peaufiner et venir le livrer devant les acheteurs, les professionnels et le public. »

Le 12e Marché des arts du spectacle d’Abidjan sera officiellement lancé le 8 décembre 2021. Et la direction générale, l’organe qui pilote le marché a un programme chargé. Elle va bientôt mettre sur les rails ‘’Bonjour MASA’’. C’est une sorte de pré-MASA décentralisée qui va détecter des talents à l’intérieur du pays.

Tous les spectacles IN du MASA 2022 se dérouleront au Palais de la culture, à l’Institut français d’Abidjan au Plateau et à l’Institut Goethe à Cocody. Mais à côté, il y aura également le MASA Festival avec des animations dans les quartiers de la capitale économique de la Côte d’Ivoire. Cette 12e édition popose des formations, des rencontres B2B entre professionnels, des défilés de mode, des espaces jeunes publics et des activités sur la protection de l’environnement.

Omar A. K.

L’article MASA 2022 : Ils seront 78 groupes  est apparu en premier sur Top Visages.

Categories: Costa d'Avorio

‘‘Vous voulez savoir pourquoi je suis encore célibataire ?’’ Dayo Amusa dans tous ses états

Top Visages - Wed, 06/10/2021 - 19:06

Dayo Amusa, l’actrice de Nollywood espère vivement que les gens arrêteront un jour de lui poser toujours la même et sempiternelle question : « pourquoi n’es-tu pas encore mariée ? » Comme si c’est son mariage que tout le monde attend, la question lui revient à chaque fois. Et certains, même s’ils ne posent pas la question, lui envoient quand même des flèches du fait qu’elle est encore célibataire.

Elle a beau s’expliquer, rien n’y fait. L’année dernière, des journalistes sont revenus à la charge. Dayo leur a dit que le mariage, ce n’est pas une course contre la montre, et ce n’est pas non plus comme faire ses courses au centre commercial. « Je crois que le mariage, ce n’est pas quelque chose dans lequel on devrait se précipiter. Ce n’est pas un centre commercial où vous pouvez simplement entrer et acheter ou faire du lèche-vitrine et partir lorsque vous êtes fatigué. Le mariage doit être bien fait. »

Malgré tout cela, les gens la poursuivent toujours avec cette histoire de mariage. Finalement, excédée d’entendre la même question qui revient inlassablement, elle a craqué récemment. A tous ses détracteurs qui la ‘‘harcelle’’ avec ça, elle a d’abord posé une question : « Pourquoi êtes-vous encore dans ce monde ? » Et comme personne n’a répondu, elle leur a dit ceci : « Si donc vous ne pouvez pas répondre et dire pourquoi vous n’êtes pas encore mort, alors arrêtez de me demander pourquoi je suis toujours célibataire. »

Des propos qui ont fait l’effet d’une bombe et mis en branle les réseaux sociaux, provoquant ainsi de nombreuses réactions. Mais tous ceux qui s’agitent (ou s’inquiètent ?) pour elle peuvent être tranquille. Car Dayo a déjà dit l’année dernière : « Ne vous inquiétez pas, vous entendrez bientôt une cloche de mariage ».

C. Simba

L’article ‘‘Vous voulez savoir pourquoi je suis encore célibataire ?’’ Dayo Amusa dans tous ses états est apparu en premier sur Top Visages.

Categories: Costa d'Avorio

‘‘La vie sans toi, je ne peux pas l’imaginer’’, dit Barack à Michelle Obama

Top Visages - Tue, 05/10/2021 - 19:04

Voilà près de trois décennies que Michelle et Barack Obama marchent main dans la main. Officiellement depuis ce jour béni où ils se sont dit « oui » à la Trinity United Church of Christ de Chicago le 3 octobre 1992. 29 années que dure leur union qui les a vus gravir les étapes jusqu’à la Maison Blanche avant d’en repartir en janvier 2017. Et le couple n’a jamais cessé de s’aimer.

Chaque année, à la même date de leur mariage, le couple se souvient. C’était encore le cas ce dimanche. Et Barack a publié ce message : « Joyeux anniversaire, Miche ! Au cours des 29 dernières années, j’ai adoré regarder le monde, apprendre à te connaître, non seulement en tant que fille du Sud, mais aussi en tant que mère, avocat, cadre, auteur, première dame, et ma meilleure amie. Je ne peux  pas imaginer la vie sans toi.»

Il y a quatre ans, Michelle évoquait ce grand jour. Sur sa page Instagram, elle avait écrit :
« Barack s’est réveillé le jour de notre mariage avec un méchant rhume. D’une manière ou d’une autre, au moment où je l’ai rencontré à l’autel, le rhume avait miraculeusement disparu et nous avons fini par danser presque toute la nuit. Vingt-cinq ans plus tard, nous nous amusons toujours, tout en travaillant dur pour construire notre partenariat et nous soutenir en tant qu’individus. Je ne peux pas imaginer faire cette folle chevauchée avec quelqu’un d’autre.»

Un autre jour, elle a fait cette belle révélation sur la promesse que lui a faite son mari : « Barack n’a pas promis de richesses, seulement une vie qui serait intéressante. Sur cette promesse, il a tenu.»

R. Jordan

L’article ‘‘La vie sans toi, je ne peux pas l’imaginer’’, dit Barack à Michelle Obama est apparu en premier sur Top Visages.

Categories: Costa d'Avorio

‘‘J’ai perdu mon bébé alors que j’avais 4 mois de grossesse’’, révèle Princesse Shyngle

Top Visages - Tue, 05/10/2021 - 17:34

Princesse Shyngle, la star qui se balade les reins ceints d’une gaine ultra minceur, a décidé de révéler un moment douloureux que vient de connaître sa vie de femme. Il s’agit d’un terrible événement qu’elle a vécu en juin dernier et qui a laissé des traces. C’était exactement le 27 juin 2021. Et selon l’actrice gambienne, ce jour-là, elle a fait une fausse couche.

« C’était le pire jour de ma vie », dit Shyngle sur sa page. Elle raconte que pendant plusieurs semaines, elle était heureuse de se savoir future mère. Selon les prévisions, l’enfant devait naître entre décembre ou janvier prochain. « Il serait donc du signe Capricorne ». Tellement excitée à l’idée de faire un bébé, elle avait commencé à faire ses emplettes. « J’avais commencé à acheter des vêtements pour bébé, à acheter des vêtements sexy de maternité, planifier des séances photo de grossesse pour la période où mon ventre serait gros, planifier une baby shower… Eh bien, Dieu avait un autre plan », dit-elle.

Un jour, en effet, de graves douleurs se sont déclenchées dans son ventre. Elle s’est rendue précipitamment à l’hôpital. « J’avais peur pour mon bébé et je priais Dieu de bien vouloir le protéger pour moi. » Malheureusement, ce qu’elle craignait allait se produire. A l’hôpital, le médecin lui annonça la terrible nouvelle. « Il m’a dit que j’avais une grossesse extra-utérine et s’ils ne procèdent pas à une intervention chirurgicale immédiatement, ma trompe éclatera et j’aurai une hémorragie interne. Alors je mourrai immédiatement. J’ai pleuré, mon cœur était brisé.» L’opération a donc été effectuée aussitôt.

Trois mois après la perte de son bébé, Princesse Shyngle traine encore ce douloureux souvenir. « Je devais être à mon septième mois de grossesse actuellement », regrette-t-elle. Mais, avec courage, elle est parvenue à surmonter sa peine. Elle s’est relevée et peut sortir à nouveau.

Et aujourd’hui, elle veut donner un message : « Je partage mon histoire aujourd’hui pour encourager quelqu’un qui traverse des moments difficiles en ce moment. Peu importe ce que c’est, n’abandonnez pas, ne laissez pas la dépression vous gagner. C’est difficile je sais, mais relevez la tête et soyez fort, ça va aller ! »

C. Simba

L’article ‘‘J’ai perdu mon bébé alors que j’avais 4 mois de grossesse’’, révèle Princesse Shyngle est apparu en premier sur Top Visages.

Categories: Costa d'Avorio

20 ans après, Les Patrons dévoilent leur trésor, 15 belles pièces et deux nouveaux contrats

Top Visages - Mon, 04/10/2021 - 23:10

Ce jeudi 7 octobre 2021, le groupe Les Patrons revient avec un nouvel album baptisé ‘’Trésor’’. Avant la date de sortie officielle du nouveau bébé d’Eric et Clem’So, le duo s’est réengagé avec la maison de distribution et de production Dream Maker. La signature du contrat de distribution avec la boite à Antonio Dahouingui est intervenue le 30 septembre dernier dans les locaux de la structure musicale et d’évènementiel à Cocody-Angré, à Abidjan.

Ce nouveau bail annonce du même coup la sortie du nouvel opus des zougloumen de Marcory. « On avait déjà travaillé avec cette boite et on est satisfait de ce que ses responsables ont fait pour nous en termes de marketing, vente de CD et de promotion en appui à la production », a justifié Eric Patrons après avoir apposé son empreinte sur l’accord de collaboration.

Les termes du protocole n’ont pas été révélés. Le lead-vocal du groupe a néanmoins indiqué que l’essentiel de la transaction est le nouveau disque baptisé ‘’Trésor’’. « C’est l’album de nos 20 ans de carrière et on a décidé de marquer le coup. On va donc continuer avec Dream Maker pour rendre notre collaboration beaucoup plus rentable », a dit Eric Patrons.

Pour cette nouvelle galette musicale, Dream Maker a promis, de son côté, vendre le groupe dans un rayonnage de distribution plus élargi. Et les chanteurs s’en réjouissent : « Ça nous arrange. C’est vrai que la vente de disques est devenue compliquée de façon générale. Mais si on peut faire du mieux, c’est bon à prendre. Il y a les nouvelles stratégies de distribution comme la vente en ligne sur laquelle nous allons beaucoup miser ».

Quant au disque lui-même, son nom dévoile le souhait de ses auteurs. « Trésor, c’est tout ce qui a de la valeur. On a pris notre temps pour le peaufiner afin de satisfaire nos fans qui s’impatientent », explique Clem’So. ‘’Trésor’’, ce sont 15 titres et une reprise. L’album est chanté en langue locale et en français. Il surfe entre critique et satire sociale comme les Zouglou savent bien le faire. Les excellentes conditions d’enregistrement lui confèrent une qualité d’écoute impeccable. Selon les puristes, c’est vraiment l’album des 20 ans de carrière du groupe Les Patrons.

Pour faire les choses en patron, les chanteurs et leur maison de distribution ont mis toutes les chances de leur côté. Depuis le 1er octobre, le mélomane peut déjà commander son CD qui lui sera livré sans frais additionnels à partir du 7 octobre. Outre Dream Maker, le groupe a aussi signé avec la major Universal Music.

O. A. Kader

L’article 20 ans après, Les Patrons dévoilent leur trésor, 15 belles pièces et deux nouveaux contrats est apparu en premier sur Top Visages.

Categories: Costa d'Avorio

La musique akyé en deuil, Anoma Brou Félix s’en est allé

Top Visages - Sun, 03/10/2021 - 17:56

La mort vient de frapper le monde musical ivoirien. Un autre monument  est tombé. Anoma Brou Félix est décédé ce samedi 2 octobre 2021 à Abidjan. Le musicien vétéran, qui était souffrant depuis quelques années, s’en est allé en ce début du mois d’octobre.

Auteur de plusieurs chansons à succès dans les années 60-70, ce virtuose de la guitare a été l’un des porte-étendard de la musique akyé.

Créateur de la danse, le Wamy, Anoma Brou Félix s’est éteint à l’âge de 87 ans. A Adzopé, chez lui, la maison des jeunes et de la culture porte son nom.

C. S.

L’article La musique akyé en deuil, Anoma Brou Félix s’en est allé est apparu en premier sur Top Visages.

Categories: Costa d'Avorio

Alphadi présente l’édition 2021 du FIMA

Top Visages - Fri, 01/10/2021 - 18:12

Le plus grand rendez-vous de mode en Afrique subsaharienne (FIMA) se tiendra du 1er au 5 décembre 2021 à Niamey, au Niger. Cette 13è édition du Festival international de la mode africaine a été présentée le jeudi 30 septembre à l’Ivoire Golf Club d’Abidjan-Cocody par son fondateur, Alphadi.

A l’occasion de cette 2e conférence de presse de lancement du prochain du FIMA,  celui qu’on surnomme le ‘’Magicien du désert’’, s’est entouré d’un beau monde. Avec notamment, la présence du ministre de la Culture, du Tourisme et de l’Artisanat du Niger, du ministre du Tourisme et des Loisirs de la Côte d’Ivoire, Parrain de la cérémonie, de la ministre de la Culture et de l’Industrie des Arts et du Spectacle de la Côte d’Ivoire, de la Représentante Pays de l’UNESCO en Côte d’Ivoire, de la Directrice de la Société des palaces de Cocody et la présidente de l’Association des Créateurs de Mode de Côte d’Ivoire (ACM-CI). Dans la salle, tout le gotha de la mode ivoirienne et les amoureux de belles tenues, étaient réunis.

En 23 ans, le FIMA a toujours œuvré pour la promotion de la mode et du tourisme. Mais cette édition 2021 se déroulera dans un contexte particulier de crise sécuritaire liée à la menace djihadistes qui secoue la sous-région. « C’est ce qui nous a amenés à faire le choix du thème ‘’ La Mode, Dynamique de paix vers l’Intégration Touristique et Culturelle de l’Afrique’’ », a expliqué Alphadi. Avant de poursuivre :

« Rappelons que le FIMA est né dans un contexte de conflit et a, malgré tout, contribué au retour définitif de la paix dans le nord du Niger par la reprise des activités touristiques qui sont les poumons de l’économie de cette région. Fort de cette expérience, nous sommes persuadés qu’une volonté politique affichée, ainsi qu’une synergie de tous les acteurs concernés permettront de trouver les voies et moyens de créer les conditions d’une quiétude sociale aux populations affectées, afin qu’elles puissent vaquer à leurs occupations quotidiennes ».

Pour ne pas offrir un programme monotone aux participants, le FIMA apporte des changements notables à chaque édition. Cette année, il y a plusieurs innovations. Il y aura d’abord l’opportunité offerte aux jeunes créateurs du pays de se faire connaitre à l’occasion de la ‘’Nuit Nigérienne’’. « Il s’agit pour nous de faire bénéficier aux jeunes créateurs nigériens des avantages de promotion de leur savoir-faire à travers les médias associés à l’organisation du FIMA, au cours d’un défilé de démonstration », a indiqué l’initiateur du FIMA.

Le programme prévoit également une nuit panafricaine qui permettra de découvrir et d’apprécier les talents exclusivement africains. Enfin, dans un registre beaucoup plus scientifique, une conférence sur le tourisme, en partenariat avec la Cen-Sad et le ministère de la Culture, du Tourisme et de l’artisanat, se tiendra autour de toutes ces questions.

Ces nouveautés s’ajouteront évidemment au menu habituel du FIMA à savoir les défilés avec les grands créateurs africains, les concours de Jeunes stylistes, de Top model et de Meilleur artisan maroquinier bijoutier. Comme on le constate, le plus grand évènement de mode du continent recevra des festivaliers venus des quatre coins du monde. Ils profiteront de leur séjour pour découvrir les merveilles culturelles, artistiques et touristiques du Niger.

« Notre pays est un havre de paix à l’hospitalité légendaire qui a toujours su réserver le meilleur accueil aux visiteurs. Aussi, réserverons-nous à nos hôtes un accueil des grands jours pour cette édition », a assuré le patron du FIMA. Qui n’a pas manqué de remercier les autorités ivoiriennes pour leur disponibilité pour la cause de la mode et du FIMA en particulier.

Le professionnalisme d’Alphadi tant sur le plan de la création que sur le plan de l’organisation d’évènement, a été noté à plusieurs reprises par les différents intervenants . « Nous avons eu l’occasion de participer à plusieurs éditions du FIMA aussi bien à Niamey, au Niger qu’à Dakhla au Maroc. Je peux vous assurer qu’Alphadi positionne la mode africaine sur le toit du monde », a reconnu Isabelle Anoh, présidente de l’Association des Fashion weeks africaines (Afwa). Donnant son point de vue sur un cadre beaucoup plus global, Anne Lemaistre, la représentante pays de l’UNESCO dira : « La créativité est le signe d’une économie émergente ».

Parrain de la conférence de lancement d’Abidjan, le ministre Siandou Fofana a également couvert de lauriers le ‘’Magicien du désert’’. « Alphadi est le plus grand par la talent et par la générosité. Il est à la mode ce que le Nil est à l’Afrique. Avec sa longue expérience, Alphadi fait une mode indémodable et il est immortel », a déclaré Siandou Fofana. Qui a également fait cette révélation sur l’importance de la création : « Deux emplois sur quatre dans le monde, viennent du tourisme et de la culture ».

Pour terminer son speech, le patron du tourisme et des Loisirs en Côte d’Ivoire a invité Alphadi à favoriser davantage les canons africains en ce qui concerne les mannequins pour ce FIMA 2021.

Omar A. Kader

L’article Alphadi présente l’édition 2021 du FIMA est apparu en premier sur Top Visages.

Categories: Costa d'Avorio

Justice : Britney Spears libérée !

Top Visages - Fri, 01/10/2021 - 14:57

Enfin, elle a eu ce qu’elle réclamait depuis 13 ans. Elle est libre, Britney ! Libre de ses mouvements, libre de faire ce qu’elle veut. Pour exprimer sa joie d’avoir retrouvé sa liberté, elle a publié sur ses réseaux sociaux des photos où on la voit entièrement nue.

Depuis 13 années, la chanteuse avait été placée sous la tutelle de son père Jamie Spears. Tout est parti des signes de troubles mentaux, troubles bipolaires que Britney a commencé à manifester. Appelée aussi psychose maniaco-dépressive, c’est une maladie qui provoque de brusques changements d’humeurs (maniaque ou dépressive).

En 2008, elle a été internée dans un hôpital psychiatrique. Depuis cette période, elle a été placée sous la tutelle de son père qui voyait bien que sa fille n’avait plus le contrôle total de ses facultés psychiques. Seulement, dès lors qu’elle était sous tutelle, la chanteuse ne pouvait rien décider elle-même sans l’accord de son père. Pour se marier ou pour décider de concevoir un troisième enfant, il fallait l’accord de papa.

Quelque temps après, elle a entrepris une bataille judiciaire pour obtenir sa liberté et décider de ce qu’elle veut faire. Comme se marier, par exemple. Puisque depuis 2016, elle a rencontré Sam Asghari, danseur, acteur et coach sportif d’origine iranienne, rencontré sur le tournage du clip de la chanson Slumber Party. Ils viennent de se fiancer et veulent se marier. La bataille a été longue. Mais les choses se sont accélérées ces dernières semaines.

Et l’affaire a pris une autre tournure le week-end dernier après la publication, par The New York Times, d’un rapport contenant les déclarations de trois personnes qui ont travaillé pour Britney pendant sa tutelle : une employée de sécurité, une assistante et son chef de vestiaire. Il en ressort que le père de la chanteuse avait fait placer des micros chez elle. Il a pu ainsi intercepter ses appels et messages, y compris les communications avec son propre avocat et ses enfants.

A partir de là, la juge Brenda Penny a estimé que l’accord de sa mise sous tutelle était « intenable » en l’état et décidé, « dans l’intérêt » de l’artiste, de retirer au père de Britney son rôle de tuteur avec effet immédiat. La chanteuse de 39 ans a donc retrouvé la liberté. Et pour manifester sa joie, elle a publié dix clichés d’elle toute nue. Avec cette légende : « S’amuser dans le Pacifique n’a jamais fait de mal à personne !!!! » En seulement cinq heures, ses photos ont généré près de 2 millions de ‘‘likes’’ sur Instagram.

R. Jordan

 

L’article Justice : Britney Spears libérée ! est apparu en premier sur Top Visages.

Categories: Costa d'Avorio

‘‘Si vous avez couché avec ma femme, c’est votre problème’’, affirme l’ex de Tonto Dikeh

Top Visages - Thu, 30/09/2021 - 14:10

Depuis quelque temps, des publications sur les réseaux sociaux présentent la célèbre danseuse nigériane, Jane Mena, comme une femme aux cuisses légères. Et récemment, son mari, le prince Kpokpogri a été attaqué par son ex Tonto Dikeh sur sa page Instagram en menaçant de publier des sextapes de la danseuse Jane Mena avec certaines célébrités.

En réponse à toutes les allégations contre son épouse, le mari a fait un post dans lequel il a affirmé qu’il ne se souciait pas du passé de Jane Mena. Estimant que chacun de nous a un passé, il a dit : « Chaque femme a un passé. Elle (sa femme : ndlr) le regrette sûrement. Et tout bon être humain fait des erreurs. Mais ça ne l’empêche pas d’être une femme idéale pour un autre homme. »

Pour Prince Kpokpogri, Jane Mena est sa femme, et c’est tout. « Ma femme est ma femme. Donc si vous avez déjà couché avec elle ou si vous connaissez des gens qui ont couché avec elle, c’est votre problème ».

Depuis leur séparation, l’actrice Tonto Dikeh n’arrête pas d’envoyer, de temps en temps, quelques piques à Kpokpogri. Récemment, elle expliquait que si elle a rompu avec lui, c’est parce qu’elle a découvert des choses qui l’ont déçue. Elle a déclaré aussi que Prince Kpokpogri, c’était un faux nom qu’utilise son ex. « Son vrai nom, c’est Joseph Egbri », a-t-elle dit.

C. Simba

L’article ‘‘Si vous avez couché avec ma femme, c’est votre problème’’, affirme l’ex de Tonto Dikeh est apparu en premier sur Top Visages.

Categories: Costa d'Avorio