Guinea

CAN 2021 : le Colonel Doumbouya et son gouvernement au chapiteau pour regarder le match du Syli 

Guinée news - Lun, 10/01/2022 - 12:36

Le Président de la République, le Colonel Mamadi Doumbouya, le Premier ministre Mohamed Béavogui et tous les membres du gouvernement seront au Palais du Peuple, plus précisément au chapiteau, pour regarder le match qui opposera le Syli National de Guinée aux Flammes du Malawi à 16 heures au stade de Kouekong, à Bafoussam au Cameroun. Un match comptant pour la deuxième journée de la 33ème édition de la Coupe d’ Afrique des Nations. Le communiqué a été lu sur la RTG.

Tous les ministres doivent être présents au chapiteau à partir de 14 heures, habillés dans les couleurs nationales, coiffés d’un képi portant l’effigie de l’équipe nationale. Le Colonel Doumbouya appelle tous les Guinéens au sursaut d’orgueil en apportant leur soutien au Syli National engagé sur le front (sportif) au Cameroun.

Rappelons que les Flammes du Malawi, l’adversaire du Syli National, sont à leur troisième participation. 120è au classement FIFA, cette équipe est conduite par son défenseur et capitaine Limbikani Mzava et le sélectionneur Mario Marinica. Sa force repose sur  ces deux milieux teigneux, Peter Banda et Gérard Phiri ainsi que ses virevoltants attaquants Gabadinho Mhango  et Richard Mbulu.

Tous devant l’écran à 16h pour la victoire du Syli National !

Categorie: Guinea

GAC recrute un (e) superviseur (e)  de la maintenance mécanique

Guinée news - Lun, 10/01/2022 - 12:35

Pour accéder aux détails, veuillez cliquer sur le lien suivant :

https://cutt.ly/YU6bVnm

 

 

Categorie: Guinea

Transition :  une rencontre d’échanges prévue ce lundi avec les coalitions politiques et Mory Condé

Guinée news - Lun, 10/01/2022 - 11:27

Le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (MATD) a convié ce lundi 10 janvier, les représentants des coalitions politiques à une « rencontre d’échanges ». Cette rencontre entre les acteurs politiques et le ministre Mory Condé est prévue cet après-midi-midi.

Il a rappelé que des rencontres d’échanges ont été entamées, au nom du gouvernement, depuis le 7 janvier dernier. « (…) J’ai entamé depuis le vendredi 7 janvier 2022, une série de rencontres qui a débuté avec les Organisations de la Société Civile. Rencontre au cours de laquelle nous avions débattu des enjeux de la Transition », notre le ministre dans un courrier adressé aux leaders des différentes plateformes politiques.

Cependant, cette rencontre intervient au moment où les acteurs politiques s’impatientent pour la mise en place du Conseil national de la transition (CNT) dont la mission sera d’élaborer une nouvelle Constitution et de décliner la durée de la transition.

Categorie: Guinea

CAN 2021 : cinq choses à savoir sur le Malawi, adversaire de la Guinée ce lundi

Guinée news - Lun, 10/01/2022 - 08:22

Ce lundi 10 janvier, le Syli national affronte les Flammes du Malawi pour son premier match au compte de la 33ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations. Connaissez-vous bien cette équipe que le Syli doit battre pour réussir son entrée en matière ? Voici cinq choses qui vous permettront d’avoir une idée les Flames ou au moins vous rappelleront ce que vous avez oublié sur eux.

C’est seulement sa troisième CAN

C’est en 1984 que le Malawi s’est qualifié pour la première fois de son histoire à une Coupe d’Afrique des Nations. Après quoi, il a fallu attendre près de trois décennies pour voir les Flammes à la plus grande compétition footballistique du continent. Comme en 1984, le Malawi, logé dans le groupe A en compagnie de l’Angola (le pays organisateur), du  Mali et de l’Algérie, n’avait pas réussi à dépasser le premier tour de la CAN 2010.

Les Flames n’ont battu la Guinée qu’une seule fois

Dans l’historique de leur confrontation, la Guinée et le Malawi se sont rencontrés à six prises avec quatre victoires, une défaite et un nul pour la Guinée. La dernière rencontre entre les deux nations a eu lieu le 25 mars 2016 à Conakry et le Syli l’avait gagnée sur le score de deux buts à un. Le Malawi avait demandé en vain la délocalisation de ce match après des cas de décès liés à Ebola dans la région de N’Zérékoré, à plus de 1000 kilomètres de Conakry. En plus de leur demande de délocalisation du match – qui avait été refusée par la CAF –, la délégation du Malawi qui s’entrainait à Freetown (Sierra Leone) avait raté son vol et l’équipe avait dû rejoindre Conakry par la voie terrestre.

La Fédération a revalorisé les primes des joueurs

Pas plus tard que dimanche 9 janvier, la Fédération malawite de football a officialisé son plan de motivation des joueurs en vue d’aller le plus loin que possible dans cette compétition. Désormais, chaque joueur de l’équipe a droit à une indemnité de déplacement de 1 500 dollars durant les phases de groupe de la CAN à laquelle s’ajoutent 100 dollars en cas de qualification aux phases à élimination directe. Les primes d’une victoire qualifiant  l’équipe pour les phases à éliminations directes sont fixées à 1 millions de Kwacha malawite par joueur, soit près de 1240 USD. Si c’est un match nul qui qualifie l’équipe pour le tour qualificatif, il sera payé un 500 000 Kwachas malawites à chaque joueur. La Fédération a également décidé d’octroyer aux joueurs 50% des fonds de qualification attribués par la Confédération africaine de football. Et, toute somme d’argent issu d’une qualification en quarts de finale, demi-finale et finale sera divisée à moitié égale entre l’équipe et la Fédération.

Cette mesure d’encouragement prouve surtout que, côté finance, les choses ont vraiment évolué du côté du Malawi. En 2017, le pays avait dû renoncer aux éliminatoires de la CAN 2018, à cause d’un budget réduit à peau de chagrin. A l’époque, la Fédération subissait la conséquence du retrait de ses deux partenaires financiers locaux pour malversation financière. Le gouvernement était resté le seul pourvoyeur de fonds de la Fédération. En plus d’annuler sa participation aux éliminatoires de la CAN 2018, la Fédération avait aussi annulé la participation du pays aux éliminatoires du CHAN 2018 et le recrutement d’un entraîneur étranger.

Un coach difficile à identifier

Qui du Malawite Meke Mwase et du Roumain Mario Marinica est le coach de l’équipe nationale du Malawi ? En peu de temps, beaucoup de choses se sont passées à la tête des Flames. Nommé sélectionneur de l’équipe en 2019, après la fin du contrat du Belge Ronny Van Geneugden, Meke Mwase a été rétrogradé assistant du sélectionneur principal, le 6 décembre 2021. Remplacé par le directeur technique Mario Marinica, il était censé reprendre son poste juste après la Coupe d’Afrique des Nations. Mais, c’est l’ancien joueur   du Nyassa Big Bullets FC (l’un des clubs les plus titrés du Malawi) qui s’est présenté à la presse ce dimanche 9 janvier et qui a exprimé la détermination des Flames à aller le plus loin que possible dans cette compétition. C’est lui qui est aussi présenté par la Confédération africaine de football comme le sélectionneur.

En fait, Mwase était « sanctionné » pour ses résultats catastrophiques lors du deuxième tour des éliminatoires de la Coupe du monde 2022. Logé dans le même groupe D en compagnie du Cameroun, de la Côte d’Ivoire et du Mozambique, le Malawi a terminé à la dernière place avec une seule victoire à son compteur. «  Ils (les autorités de la Fédération Malawite de Football) disaient que c’était trop court [avant le tournoi] de faire venir un autre sélectionneur et ils ont dit : ‘’ eh bien, Mario est déjà là et il connaît les équipes et les joueurs », explique Mario Marinica dans le journal anglais, The Guardian.

A Bafoussam, Mario Marinica est resté dans son rôle de directeur technique. Malheureusement, il est parmi les 9 membres de la délégation malawite (6 joueurs et trois membres du staff technique) testés positifs au COVID-19. Quant à Meke Mwase, il reste après tout le troisième sélectionneur à avoir réussi à qualifier l’équipe malawite à une CAN.

Une équipe Made In Malawi

Seuls deux des 23 joueurs convoqués par Meke Mwase évoluent en Europe. Il s’agit des milieux Charles Petro de Sheriff Tiraspol (Moldavie) et Fransisco Madinga du FC Dilla Gori (Georgie). Cinq jouent en Afrique du Sud, un au Mozambique, un en Ethiopie et un autre en Tanzanie. Tout le reste est issu du championnat local. Après un stage de préparation qui a été perturbé par le COVID – après une première rencontre amicale contre les Comores, le Malawi a dû annuler un match amical contre le Mali –, l’équipe se dit prête à entamer la compétition dès ce lundi 10 janvier.

Tokpanan DORE, Envoyé Special de Guineenews

Categorie: Guinea

Kankan : Salahadeen Diallo, commandant de l’OPROGEM explique les difficultés de son service (Interview)

Guinée news - Lun, 10/01/2022 - 07:25

Les violences basées sur le genre (VBG) tels que le viol sur mineur ou l’exploitation économique des enfants ainsi que la présence persistante des gamins talibés dans les rues pendant les nuits, sont parmi tant d’autres des phénomènes qui sont fréquents à Kankan. Face à toutes ces formes de violation des droits des enfants qui se passent à ciel ouvert, on dénote une faible voire aucune réponse ferme allant dans le sens de la répression de la part des autorités locales. Pour en parler, nous sommes allés à la rencontre du chef d’antenne de l’Office de protection du genre, de l’enfance et des mœurs, Salahadine Diallo. Il répond aux questions de notre correspondant local.

Guineenews© : bonjour monsieur ! Vous êtes le commandant du service de l’OPROGEM à Kankan. Pour commencer notre entretien, dites-nous le rôle de service à Kankan ?

Salahadeen DIALLO: d’abord l’OPROGEM, c’est l’Office de protection du genre, de l’enfance et de mœurs. L’OPROGEM a des missions. Nous sommes chargés de lutter contre les infractions commises sur les femmes et les enfants. Quand on parle du  genre, ce n’est pas seulement que les femmes qui sont concernées, le genre ça engage aussi les hommes. Mais comme les plus vulnérables sont les femmes et les enfants, c’est pour cela que ce sont elles qui viennent ici la plupart du temps chez nous pour porter plainte. Nous recevons plusieurs cas de violence basées le genre dont entres autres les violences conjugales, les violences psychologiques, les violences morales, les injures, les diffamations et souvent nous recevons aussi des affaires de traites des enfants, les mutilations génitales féminines ou de mariages précoces mais surtout les cas de viol…

Guineenews© : En terme de chiffre, quelles sont les statistiques de l’année 2021 ?

Salahadeen DIALLO : par rapport au viol, puisque c’est le cas le plus répétitif, dans la région de Kankan, il y a eu plus de 64 cas de viol enregistrés uniquement que sur des mineurs c’est  à dire des enfants de 0 à 14, et 15 ans. Cette année, on a enregistré une recrudescente des cas de viol sur les mineurs. En ce qui concerne les cas de mutilations génitales féminines, le plus souvent, les parents les cachent. Quand on est interpellé à notre arrivée sur le terrain, on trouve à chaque fois que les présumés auteurs et victimes ont disparu. Ils savent qu’en cas d’interpellation, ils seront directement déférés devant monsieur le procureur donc ces cas sont cachés. Ce qui revient à dire que cette année on n’a pas enregistré de cas d’excision. Mais cela ne veut pas dire que la pratique est révolue. En ce qui concerne l’exploitation des enfants c’est-à-dire des mineurs nous en avons interpellé des citoyens.  Cette année, nous avons géré 3 à quatre  cas d’exploitation des enfants.

Guineenews© : Vous venez de le dire vous-même, le viol a atteint son paroxysme à Kankan. Qu’est ce qui expliquerait cela ?

Salahadeen DIALLO : dans la plupart des cas, les violeurs connaissent bien leur victime. C’est même souvent un membre de la famille ou alors du voisinage. Souvent vous voyez des gens disent aux petites filles ‘’c’est ma femme’’, ils donnent les 5 000 FG, 10 000FG aux enfants et un jour ils vont dire attendez je vais aller me promener avec ma femme. Vous ne savez pas où l’intéressé va envoyer votre enfant. Donc ce sont des choses qu’on néglige qui provoque facilement le viol des mineurs. Les parents ne devraient pas accepter cela. Il faut qu’ils prennent leur responsabilité pour interdire ça et d’interdire même aux enfants de prendre de l’argent avec les garçons. Pour cela nous demandons aux parents de veiller sur leurs enfants parce que le violeur n’est jamais loin il est toujours à côté.

Guineenews© : les pires formes d’exploitation des enfants se font à Kankan à ciel ouvert.  On voit les enfants dans les marchés même en cette  période de cours. On a comme l’impression que l’OPROGEM fait semblant de ne rien voir. Comment expliquez-vous cette réalité ?

Salahadeen DIALLO : nous avons interpellés certains parents par rapport à ça. Lorsque nous les interpellons, nous leur disons que ce qu’ils font n’est pas bon et en réponse, ils nous disent que c’est leurs enfants. On dit que votre enfant doit aller à l’école. Au fait, le plus souvent quand nous nous  saisissons de ces dossiers,  il y a toujours des pressions sociales qui s’imposent. Vous allez voir un imam ou un sage qui  vient vous dire des choses…donc pour finir, ils signent des engagements qu’ils ne répéteront plus, mais après ça on voit les mêmes enfants partout dans les marchés.  Quoique, nous sommes passés sur plusieurs médias de la place pour sensibiliser les parents sur l’éducation des enfants. Après cette série de sensibilisation, nous allons prendre notre bâton de pèlerin pour commencer à arrêter les parents récalcitrants.

Guineenews© : Restons sur le même sujet pour évoquer le phénomène des enfants talibés qui se développent peu sous vos yeux dans la commune urbaine de Kankan et que dire aussi du cas de ces enfants qui sont exploités dans les mines notamment à  Mandiana et à Siguiri ?

Salahadeen DIALLO : ce sont là de tristes réalités. Nous avons des agents représentants de l’OPROGEM dans toutes  ces préfectures. L’antenne de Kankan est régionale. Donc nous allons coordonner nos actions pour, comme je vous le disais, lancer une campagne de répression qui n’épargne pas ces concessions minières de la région dans lesquelles les enfants sont exploités. Pour cela nous serons accompagnés du gouverneur, des préfets et des procureurs des localités concernées. Le cas des enfants talibés, moi-même je le confirme, ça existe bel et bien à Kankan. Ils viennent des zones rurales. Les parents durement touchés par la pauvreté les confient dans les foyers coraniques. Et ces maîtres coraniques les laissent aller se débrouiller en quémandant dans les rues et ce, pendant la nuit. C’est une triste réalité, que nous avons aussi du mal à combattre à cause des pressions sociales. Mais j’ai déjà informé ma hiérarchie à propos de cette situation. Donc des dispositions seront prises. Car c’est comme ça, que ces enfants que vous voyez, deviennent des malfaiteurs notamment même des potentiels violeurs…

Guineenews© : Nous arrivons au terme de cet entretien, quel est votre mot de la fin ?

Salahadeen DIALLO : c’est de demander à qu’on accepte que les lois soient appliquées. Les lois sont bien élaborées mais l’applicabilité fait défaut. Dès que vous intervenez sur certaines infractions vous allez voir qu’il y un sage, un imam, un administrateur, un ministre ou directeur qui vous appelle c’est mon parent il faut gérer ça comme ça. Franchement, cela nous fatigue beaucoup. Normalement, les lois sont bien rédigées, nul n’est censé les ignorer. Au cours d’une réunion en marge de la célébration des 75 ans de l’UNICEF, madame la ministre de la promotion féminine et des personnes vulnérables nous a garantie qu’aucun administrateur ne doit s’ingérer dans les affaires surtout les cas de viol parce que le viol est criminel.

Donc cette garantie est là, c’est à nous maintenant de bien faire le travail et d’appliquer les lois, les dossiers de viol que nous transférons à la  justice. Que les lois soient rigoureusement appliquées contre les présumés violeurs. Il n’y a qu’à ce prix qu’ils vont nous encourager. Mais si vous faites bien votre travail et que ce travail est saboté vous voyez ce que ça fait.

Par ailleurs, il y a beaucoup de moyens qui manquent à notre service. On n’a pas de locaux et d’hommes, nous sommes obligés d’utiliser les bureaux et les agents de la sûreté de police pour faire nos missions. En plus de cela aussi, il n’y a pratiquement pas d’équipement. C’est le devoir de défendre le serment de protéger les personnes vulnérables que nous avons fait, qui nous motive à travailler.

Categorie: Guinea

Le communiqué final de la Cedeao sur le Mali

Guinée news - Lun, 10/01/2022 - 00:12

Suite à la réunion extraordinaire des chefs d’états de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ce jour dimanche à Accra sous la présidence en exercice de Christian Kaboré du Burkina Faso voici le communiqué confirmant les sanctions contre la junte malienne.

 

Télécharger
Categorie: Guinea

L’anniversaire de Sékou Touré passé sous silence à Faranah

Guinée news - Dom, 09/01/2022 - 20:32

Célébré dans la capitale et d’autres localités de la Guinée, le centenaire du «père de l’indépendance guinéenne» n’a pas été célébré dans sa ville natale comme on pouvait s’y attendre. Dans toute la ville, on ne se rend pas compte de la tenue de ce moment de souvenir à l’endroit de cette grande figure de l’indépendance africaine.

Pour cause, la mort a arraché à l’affection des citoyens de Faranah, l’une des veuves de Feu Amara Touré, frère aîné défunt du président Ahmed Sékou Touré.

Ce matin du 8 janvier, pendant que l’on s’attendait à une ambiance festive, la ville était calme comme un cimetière. De la famille de son frère aîné, Feu Amara Touré, le tout-puissant fédéral du PDG-RDA et ancien président de la préfecture de Faranah, en passant par sa résidence privée et la place publique, pour atteindre ensuite le bloc administratif de la préfecture et du gouvernorat, aucune banderole ni image d’Ahmed Sékou Touré n’était affichée. Nombreux sont les citoyens qui n’étaient pas informés de cet anniversaire d’Ahmed Sekou Touré.

Interrogé sur les motifs de la non organisation du centenaire à Faranah, le Secrétaire fédéral du PDG-RDA à Faranah, El hadj Mamady Manty Camara, précise : « Aujourd’hui, jour pour jour il y a cent ans que le président Ahmed Sékou Touré est né à Faranah. À cet effet, la famille et le bureau fédéral du PDG-RDA avaient envisagé des dispositions pour célébrer cet anniversaire avec l’appui de la population de Faranah. (…)  Donc, très malheureusement, hier nuit à 23 heures, une des veuves de feu El hadj Amara Touré, grand frère défunt du président Ahmed Sékou Touré a rendu à l’âme à Faranah. (…) Donc, nous avons préféré faire les funérailles et l’enterrement de la vieille ce matin parce que le deuil est là. C’est pourquoi nous n’avons pas célébré le centenaire du président Ahmed Sékou Touré à Faranah, c’est pour des raisons de deuil. (…)»

Faranah doit être le point de départ et le point d’arrivée de toute activité d’immortalisation d’Ahmed Sékou Touré même s’il y a deuil,  nous confie un citoyen.

Categorie: Guinea

Avertissement au CNRD? Des mesures sévères contre la junte malienne

Guinée news - Dom, 09/01/2022 - 19:37

Réunis en sommet extraordinaire aujourd’hui dimanche au sommet extraordinaire d’Accra, les chefs de l’état des pays de la CEDEAO ont décidé

  • du gel des comptes des membres de la junte malienne dans les banques régionales,
  • gel des avoirs maliens au sein de la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO)
  • du retrait de leurs ambassadeurs à Bamako
  • de fermer les frontières entre le Mali et les États membres de l’organisation, et
  • de la suspension de toutes les transactions commerciales avec le Mali, excepté pour certains produits de base.

La raison est que la junte malienne dirigée par Assimi Goita qui a fait 2 coups d’état au Mali a proposé une transition de 5 ans considérée inacceptable par la Cedeao. Les assises nationales avaient proposé une transition de 6 mois à 5 ans,

Cette décision pointe du doigt la transition en Guinée où le CNRD qui est venu au pouvoir après un coup  d’état militaire qui  a renversé le président Alpha Condé qui avait modifié la Constitution pour s’éterniser au pouvoir.

Le CNRD a promis que ce serait le Conseil National de Transition (CNT) – qui n’est pas  encore mis en place – qui déterminera la durée de la transition. La CEDEAO a exigé que la durée doit être six (6) mois et la libération de l’ancien président Alpha Condé.

Categorie: Guinea

Kaba Diawara : «  si le COVID  touche des joueurs majeurs, ça sera plus compliqué »

Guinée news - Dom, 09/01/2022 - 18:10

Comme les autres  sélectionneurs à la CAN, Kaba Diawara, celui du Syli national, doit faire avec le COVID. Il a déjà vu huit de ses éléments (six joueurs et deux membres du staff technique) touchés  par le virus. Cependant, le sélectionneur guinéen craint une contamination de ses joueurs majeurs. « On est pas encore beaucoup affecté… Maintenant, il va falloir redoubler d’efforts. Si ce COVID touche des joueurs majeurs, ça sera plus compliqué », a-t-il dit.  Et d’ajouter : « c’est à nous de gérer et de faire attention. Pour le moment, Naby, notre joueur star,  est là.»

Pour Kaba Diawara, le mot d’ordre contre le virus, c’est faire attention. « Ce qu’il faut, c’est de vraiment faire attention, c’est le respect des gestes barrières, c’est le masque. J’ai demandé aux joueurs le respect des gestes barrières. Et nous aussi, membres du staff, nous devons faire attention à tous nos mouvements », a dit Kaba Diawara. « Il faut faire très attention pour essayer d’avoir le maximum de joueurs à disposition », a-t-il renchéri.

Le hic c’est qu’au moment où joueurs et membres du staff doivent faire attention face au COVID, les membres de la délégation guinéenne ont dû être logés deux personnes par chambre. De ce fait, dans le district de Bangou où l’équipe a pris son quartier général  dans un luxueux hôtel (où se trouve également le Sénégal), il n’y avait plus assez de places pour permettre à chacun d’avoir sa chambre. « Ce n’est pas de notre faute. C’est à la veille du déplacement qu’on nous a dit que l’hôtel ne permettait pas une personne par chambre… On s’adapte et on essaye de faire attention », a indiqué Kaba Diawara.

Pour l’instant, les joueurs du Syli touchés par le virus sont Dyrestam, Seydouba Soumah,  Ibrahima Sory Conté, Morgan Guilavogui, Fodé Camara et Mory Kanté.

Le Syli joue ce lundi son premier match contre le Malawi qui a aussi sept de ses 23 joueurs touchés par le COVID.

Tokpanan DORÉ, Envoyé  Spécial de Guineenews 

Categorie: Guinea

Naby Keita, capitaine du Syli : « Nous avons 13 millions de Guinéens qui nous regardent »

Guinée news - Dom, 09/01/2022 - 13:14

Le Syli de Guinée entre dans la Coupe d’Afrique des Nations 2021 avec un match contre les Flames du Malawi, lundi 10 janvier. En conférence d’avant match, ce dimanche 9 janvier, le capitaine Naby Keita a dit que l’équipe  « aborde ce match avec beaucoup de confiance ». « Nous avons 13 millions de Guinéens qui nous regardent. Avec mon équipe, il y a la cohésion, ce qui est le plus important. Et, ensemble, nous nous battrons pour faire une très bonne CAN », a dit le capitaine.

La Guinée aborde la compétition après deux matchs de préparation toutes jouées contre l’équipe locale du Rwanda et qui se sont soldés par une défaite (0-3) et une victoire (2-0). « Je pense qu’on a fait un très bon stage de préparation… La défaite dans les matchs amicaux peut être une bonne chose, parce qu’elle permet surtout à l’entraîneur de corriger certaines erreurs », a-t-il dit, alors que leur première sortie amicale contre le Rwanda n’avait pas du tout rassuré les Guinéens.

Tokpanan DORÉ, Envoyé  Spécial de Guineenews 

Categorie: Guinea

CAN 2021 : à Bafoussam, un stade à peaufiner

Guinée news - Dom, 09/01/2022 - 09:37

Situé à Bafoussam, au pays Bamiléké le stade Kouekong, 20 000 places, est celui des six stades de la CAN qui va accueillir les  matchs du groupe de la Guinée. A commencer ce lundi  par le match Sénégal-Zimbawé, à  14 heures (heure locale) et la rencontre entre la Guinée et le Malawi (16 heures de Conakry). Mais, vu de l’extérieur, le stade Omnisports Kouekong de Bafoussam, ressemble à une infrastructure inachevée.

Aucune couche de peinture pour embellir l’extérieur du stade, alors qu’à l’intérieur, des ouvriers se démerdent sur les travaux de peaufinage. Quoi qu’ils fassent,  il reste apparent  que ce stade inauguré en 2016  ne sera pas la plus belle des infrastructures sportives de la CAN. L’essentiel est quand même fait. Puisqu’à l’intérieur de Kouekong, la pelouse et les tribunes sont fin prêtes pour accueillir les acteurs des matchs.

Il faut tout de même rappeler qu’en mai 2021, Kouekong  était le seul des six stades de la CAN  qui n’avait pas été approuvé par la FIFA pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2022. Pourtant, Kouekong avait auparavant accueilli des matchs internationaux, notamment des matchs des Lions indomptables U20.

De notre envoyé spécial au Cameroun, Tokpanan DORÉ

Categorie: Guinea

CAN et Covid-19 : le Syli privé de nouveaux joueurs au Cameroun

Guinée news - Sab, 08/01/2022 - 23:51

La Guinée ne dispose plus que de 20 joueurs pour son premier match de la Coupe d’Afrique qu’elle jouera lundi contre les Flames du Malawi. Ibrahima Sory Conté, Morgan Guilavogui, Fodé Camara et Mory Kanté ont été testés positifs ce samedi 8 janvier et viennent s’ajouter à une liste de forfaits déjà composée de Dyrestam, Seydouba Soumah et Morlaye Sylla. Le dernier a finalement été testé négatif ce samedi après le doute sur un premier test effectué la veille au Rwanda. Il rejoindra le reste de l’équipe ce dimanche, mais ça sera trop juste pour intégrer la feuille de match contre le Malawi.

En plus des six joueurs, deux membres du staff technique du Syli ont également été testés positifs au COVID. Lundi 10 janvier, à 16 heures, le Syli de Guinée jouera son premier match dans le groupe B de la CAN 2021 contre les Flames du Malawi.

De notre envoyé spécial, Tokpanan DORÉ depuis Baffoussam, Cameroun pour Guinéenews

Categorie: Guinea

Actualité guinéenne, résumé de la journée du Samedi, 08 janvier 2022

Aminata - Sab, 08/01/2022 - 23:50
L’État guinéen, à travers la pharmacie centrale de Guinée, a fait un don d’équipements et de consommables, d’une valeur de 6 millions de dollars aux structures sanitaires de Kankan. Le Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, Mory Condé, a organisé un déjeuner d’échange et de partage avec des représentants de plus de …
Categorie: Guinea

Guinée: les assises nationales, une dernière chance pour la refondation de la nation guinéenne ?

Aminata - Sab, 08/01/2022 - 21:56
D’entrée de jeu, il est à savoir que les assises nationales ont commencé en Afrique dans les années 90, au lendemain de la conférence de Baule qui avait recommandé la démocratisation aux pays africains; une des exigences faites par l’Occident pour l’obtention des subventions et/ou aides financières et techniques. La Guinée, de l’indépendance à nos …
Categorie: Guinea

Coupe d’Afrique des Nations 2021: les cinq pépites à suivre

Aminata - Sab, 08/01/2022 - 21:21
La Coupe d’Afrique des nations débute ce dimanche 9 janvier au Cameroun. Comme très souvent, certaines étoiles du football africain pourraient briller avec leurs nations respectives. Focus sur ces joueurs qui incarnent le futur de leur sélection. Adem Zorgane (22 ans/ Algérie) Formé dans la fameuse académie du Paradou comme Atal, Bensebaini ou encore Boudaoui, …
Categorie: Guinea

Lambanyi : en colère contre le bradage des domaines réservés, la jeunesse durcit le ton

Guinée news - Sab, 08/01/2022 - 15:24

Le carrefour de Lambanyi, en haute banlieue de Conakry, dans la commune de Ratoma, a été barricadé ce samedi 8 janvier par des manifestants. Ces émeutiers protestaient contre la vente du site sur lequel devrait être construite la Maison des jeunes du secteur ainsi que de leur terrain de football. Ils ont été dispersés à coups de gaz lacrymogènes par les agents de maintien d’ordre.

Interrogé sur place, Mohamed Alou Touré, l’un des jeunes frondeurs, a déploré le fait que la jeunesse de Lambayni Waria ne dispose plus de Maison des jeunes. « Nous n’avons pas de centre de santé, nous réclamons nos droits. Ce terrain appartient à la jeunesse de Wariah », a-t-il martelé.

Tout en renchérissant, M’Bemba Denco Condé, secrétaire administratif de la commission de récupération des domaines de Waria déclare :   » depuis 27 ans, ce domaine est attribué à la jeunesse de Waria. Ce sont quelques individus véreux qui ont décidé de vendre cet endroit à une tierce personne. En janvier 2020, nous avons adressé un courrier à la mairie de Ratoma avec ampliation le gouvernorat de Conakry, les ministères de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, de la Jeunesse et de l’Habitat pour attirer leur attention sur le fait que nous n’avons ni Maison des jeunes ni terrain de football encore moins un centre de santé. Nous n’avons aucune infrastructure de base. Nous souhaitons l’intervention de l’État pour nous aider à récupérer les terrains qui ont été bradés par ces individus. Hier, deux pick-up de la gendarmerie sont venus quadriller le terrain arguant que cet espace n’appartient plus à la jeunesse. Alors que c’est un patrimoine foncier qui appartient à l’Etat. Si rien n’est fait, nous allons poursuivre la manifestation jusqu’au lundi prochain »,  a-t-il menacé.

Categorie: Guinea

Lambanyi : descente musclée des forces de l’ordre dans les familles (témoins)

Guinée news - Sab, 08/01/2022 - 14:53

La vente d’un terrain de proximité au quartier Wareyah dans Lambanyi situé dans la commune de Ratoma a provoqué ce samedi 08 janvier une vive protestation de la part des jeunes. Selon nos informations, depuis 4 heures du matin, ces manifestants ont barricadé la route obligeant ainsi tous les engins roulant à faire demi-tour.

Sur les lieux, nos reporters ont vécu un spectacle  désolant : des poubelles déversées dans la chaussée, des débris visibles partout, des douilles des gaz lacrymogènes à terre, des tables renversées, des kiosques déterrés, etc.

Pendant ce temps, gourdins en mains, casques au visage, les forces de l’ordre ont fait face aux manifestants déterminés à en découdre avec elles. Des jets de cailloux et des courses poursuites s’en suivent et les protagonistes s’offrent en spectacle.

Aux environs, boutiques et magasins sont fermés de peur d’être la cible des forces de sécurité dont l’attitude dans certains foyers a fait des blessés, des dégâts matériels importants, de vols d’argent.

Guineenews a constaté par endroit que des maisons ont été défoncées, de l’argent a été emporté.  On reproche également aux forces de l’ordre d’avoir proféré des injures grossières à l’encontre des femmes qui nous ont dit ignorer les raisons de ces agressions à domicile.

Seydouba Youssouf Camara a eu la vie sauve de justesse. Un pickup des forces de l’ordre a failli l’écraser, explique-t-il à la presse. En soins dans un centre médical du coin, il n’en revient pas. A vue d’œil, tout va bien pour ce jeune de ce quartier. Mais quand il soulève son t-shirt et descend son pantalon, vous voyez des blessures insoutenables.

Un pick-up de la gendarmerie a cogné ce citoyen contre un mur

Cependant, il se dit prêt à défendre cette parcelle (le terrain de jeu) vendue à un particulier dont l’identité ne nous a pas été révélée sur place. « L’acquéreur du terrain a envoyé 7 chargements de ciments pour débarquer. Nous sommes venus pour étaler ces ciments et nous avons vu 5 pick-up arrêtés devant la cour. Et d’un seul coup, ils ont commencé à lancer les gaz sur nous.  Nous nous sommes donc défendus en lançant des pierres. Les gendarmes ont lancé des gaz lacrymogènes qui ont étouffé beaucoup d’entre nous. Le pick-up est venu foncer sur moi et me coller contre le mur. C’est là que mes amis m’ont pris pour m’envoyer à la clinique », témoigne-t-il.

Poursuivant, il dira que « nous n’avons pas de centre de santé à Wareyah ici (Lambagni). Nous n’avons pas d’école primaire ici. On n’a rien ici. Tout ce que le gouvernement a dit faire  pour nous dans ce quartier, ils ont tout revendus. Donc cette maison des jeunes nous voulons la garder. Parce que depuis en 1998 on jouait au ballon là-bas. Les anciens chefs de quartier qui étaient là ce sont eux qui ont vendu tout ça ».

De son côté, Seydouma Soumah vit à quelques mètres du carrefour de Lambanyi. Sa concession a été victime de la part des forces de sécurité. Selon lui, elles ont jeté des cailloux sur le toit de la concession alors que personne ne manifestait là-bas. Revenant sur les mobiles de cette manif de ce samedi, il explique : « depuis notre enfance, cet espace était pour la jeunesse pour en faire un centre de santé. Mais l’ancien chef quartier (Abdou Soumah, ndlr) et son complice qui ont vendu ce terrain à un particulier. Ce que nous demandons à l’acquéreur, c’est de regarder la situation des jeunes. Aujourd’hui, dans le quartier il y avait 8 pick-up. Chez moi, il y avait des gendarmes. Ils ont laissé la route pour rentrer chez moi. Ils ont même gâté la porte de mon jeune frère qui était couché avec ses enfants. Nous on se demande ce qu’on a à faire dans cette histoire. Celui qui lui a vendu le terrain il a laissé cette personne pour s’attaquer aux familles ».

Pour sa part, M’mahawa Camara a sa maison attaquée. Au niveau de la porte et de la fenêtre, on peut voir les séquelles. Elle raconte ce qu’elle a vécu ce matin : « les gendarmes sont venus comme si on les avait indiqués la maison. Ils sont venus taper à ma porte et à ma fenêtre. Il y a même un qui a pointé son arme sur mes jumeaux et moi. J’ai demandé qu’est-ce que nous avons fait. Il n’y a aucun homme dans cette maison. Ils ont cassé tous mes sceaux et se sont arrêtés sur tous mes condiments.

Les dégâts causés par les forces de l’ordre

 

Les dégâts qu’ils ont causés, je ne peux le pardonner parce que je n’ai rien fait. Je n’ai jamais insulté un gendarme. Mais ils ont débordé. Jusqu’à venir pointer une arme sur mes enfants. Ils veulent donc nous tuer ? ».

Nous avons tenté en vain de rentrer en contact avec le chef de quartier, Jacob Sylla, qui a, apparemment, fermé son téléphone. Au siège du quartier, nous n’avons pu avoir de répondant.

Amadou Kendessa Diallo & Magnalen Traoré

Categorie: Guinea

Le ministère de l’information sort le grand jeu pour que les Guinéens voient leur Syli à la CAN.

Guinée news - Sab, 08/01/2022 - 13:53

Le ministère de l’information et de la communication a fait débloquer la bagatelle de 1.800.000 euros pour que la RTG puisse avoir les droits de diffuser les matchs de la Coupe d’Afrique des Nations qui commence demain au Cameroun, a-t-on appris de bonne source.

L’accord a été signé le 29 décembre dernier  avec l’Union Africaine  de Radiodiffusion, basée à Dakar et en charge des droits de diffusion des évènements de la CAF dans la région subsaharienne.

Malgré les difficultés du moment, ce grand effort financier a été consenti par les autorités de la Transition pour permettre à la majorité des guinéens, c’est-à-dire  les plus pauvres ou vivant dans les zones les plus reculées  de la Guinée, et qui n’ont pas accès aux chaines de télévisions étrangères cryptées,  de pouvoir suivre les matchs du Syli national, nous informe-t-on.

L’accord et le paiement couvrent la CAN camerounaise, mais également les éliminatoires de la Coupe d’Afrique de 2023, le Championnat d’Afrique des Nations CHAN de 2022, la phase finale du Championnat d’Afrique des Nations CHAN de 2022, la CAN U17 de 2023, la CAN U20 de 2023, la CAN féminine de 2022,  tous les matches de la Champions Ligue africaine et de la Coupe de la CAF de 2021-2022, 2022-2023, la Super Coupe de la CAF 2022 et 2023.

Ce droit confère au Ministère de la Communication d’assurer, outre la retransmission des matchs, la diffusion des coulisses par le biais d’une dizaine d’envoyés spéciaux accrédités, la gestion de la publicité  à l’intérieur du pays et la gestion des infrastructures de diffusion des images à l’intérieur du pays. Tout un programme.

Categorie: Guinea

Lambanyi Wareyah : les citoyens manifestent pour leur maison de jeunes vendue à un particulier

Guinée news - Sab, 08/01/2022 - 11:22

Ce samedi matin, des jeunes du quartier Lambanyi ont barricadé le grand carrefour.  Selon nos informations, ils manifestent pour leur maison de jeunes qui aurait été vendue à un particulier.

Au carrefour, l’atmosphère est tendue entre jeunes manifestants et forces de l’ordre. De nombreux pick-up  de la gendarmerie et de la police sont visibles.

Des tables renversées, des poubelles déversées dans la chaussée, des douilles des gaz lacrymogènes, des débris de toutes sortes sur les différentes ruelles, c’est le visage que présente l’alentour de ce carrefour très fréquenté le week-end.

A l’heure où nous mettons cette dépêche en ligne, de nombreux jeunes sont en train arrêtés par les forces de l’ordre.

Categorie: Guinea

Guinée: le célèbre prédicateur Oustaz Taïbou Bah de nouveau en prison

Aminata - Sab, 08/01/2022 - 11:09
Mamadou Taïbou Bah « Oustaz Taïbou » a été arrêté et conduit à la prison civile de Conakry ce vendredi 07 janvier 2022. Selon notre informateur, le célèbre islamologue est poursuivi par le Cambiste Thierno Nouhou Diallo pour « menaces de morts et de charlatanisme ». Il y a quelques années, le même cambiste avait poursuivi le prédicateur et …
Categorie: Guinea