Feed aggregator

English French German Italian Portuguese Russian Spanish

The PM’s ‘can-do’ climate capitalism won’t work without a price on carbon

The Age - Thu, 11/11/2021 - 19:00
Fossil fuels remain too cheap for businesses to quit because they do not carry the full social and environmental cost.
Categories: Australia

Warning: You are already behind on your Christmas shopping

The Age - Thu, 11/11/2021 - 19:00
The toilet paper frenzy of 2020 was nothing compared to what is about to take place in Australia over the next two months.
Categories: Australia

There’s something easy we can all do to protect the earth

The Age - Thu, 11/11/2021 - 19:00
World leaders have spent almost two weeks working out how to combat climate change, but as COP26 draws to a close today, one key issue is yet to be addressed: turning waste into a resource.
Categories: Australia

We get knocked down: Melbourne the nation’s house demolition capital

The Age - Thu, 11/11/2021 - 19:00
Melbourne has become the knockdown and rebuild capital of Australia, with some suburbs adding four new homes for each one lost to the wreckers since 2016.
Categories: Australia

Senior Comanchero bikie detained in Lebanon after Interpol notice

The Age - Thu, 11/11/2021 - 19:00
The notice triggered by Australian authorities said Tarek Zahed was widely known for involvement in serious crimes. 
Categories: Australia

Go mini-nuclear with AUKUS, Rolls-Royce urges Australia

The Age - Thu, 11/11/2021 - 19:00
A small modular reactor is roughly the size of two football pitches and would produce enough energy to power 1 million homes.
Categories: Australia

MPs call for ‘partisan’ political transparency site to lose charity status

The Age - Thu, 11/11/2021 - 19:00
Two government MPs say a website that allows the public to check how members are voting on various issues shows ‘partisan’ descriptions of MPs’ votes.
Categories: Australia

Corporate Australia watches and waits on booster shot rules

The Age - Thu, 11/11/2021 - 19:00
The country’s largest businesses are waiting for government guidance on the rules they should put in place for coronavirus booster shots.
Categories: Australia

Meet the ‘ethical hackers’ fighting the rising threat of cybercrime

The Age - Thu, 11/11/2021 - 19:00
Ethical hackers are paid by companies to find weaknesses in security defences. The business is booming as the threat of cybercrime peaks through COVID-19.
Categories: Australia

Drsný odkaz nemocnice: Personál nevytiahneme zo zázračného klobúka, bude chýbať vám a vašim blízkym!

Topky - Thu, 11/11/2021 - 19:00
BANSKÁ BYSTRICA - Nemocnica F.D. Roosevelta v Banskej Bystrici pripomenula, že práve do ich rúk sa vkladáme pri chorobách, úrazoch či bolestiach a veríme v ich vedomosti a schopnosti. Môže sa však ľahko stať, že keď personál budeme potrebovať, bude chýbať práve kvôli náporu covid pacientov. Nezaočkovaným preto adresovali jasný odkaz a pripomenuli im, o čo v skutočnosti ide.
Categories: Slovacchia

Slovenská režisérka nakrúca nový film: Je inšpirovaný skutočnými udalosťami

Topky - Thu, 11/11/2021 - 19:00
BRATISLAVA - V Medveďove nakrúcajú nový slovenský hraný film Ema a smrtihlav. Ide o rovnomennú adaptáciu novely Petra Krištúfka, ktorú po jeho nečakanom odchode upravila a režíruje Iveta Grófová (Piata loď, Až do mesta Aš). V hlavnej úlohe sa predstaví Alexandra Borbély. Informovala o tom Ľubica Orechovská so spoločnosti PubRes.
Categories: Slovacchia

Un partenariat stratégique tourné vers la relance

ALBAYANE - Thu, 11/11/2021 - 19:00

Maroc-Japon

Par TAIMOURI Zin El Abidine – MAP

Le partenariat stratégique liant le Maroc au Japon est appelé à constituer un élément clé de la relance économique dans plusieurs domaines de coopération et ce, à l’heure où le Royaume amorce les grands chantiers du Nouveau modèle de développement (NMD).

Cette dynamique post-pandémie qui s’ouvre aux relations bilatérales serait d’autant plus consolidée par la volonté nippone de transposer son modèle de coopération avec le Maroc de l’aide au développement au partenariat gagnant-gagnant.

L’intérêt croissant des entreprises japonaises de s’implanter au Royaume atteste de l’approfondissement du partenariat économique bilatéral. En témoigne la hausse du nombre de ces sociétés de 35 en 2014 à plus de 70 en 2021.
Pour le Japon, dont la première mission diplomatique au Maroc remonte à 1932, avant l’inauguration en 1961 de son ambassade à Rabat, le Royaume demeure donc un partenaire fiable et privilégié au sein du continent africain. Un état de fait conforté par la stabilité politique du Maroc sur le plan régional, et par la résilience, unanimement saluée par la communauté internationale, qu’il a manifestée dans sa lutte contre la crise sanitaire.

A ce titre, le Directeur-général de l’Organisation japonaise du commerce extérieur (JETRO) au Maroc, Masahide Honda, a mis en avant la riposte effective du Maroc face à la crise économique induite par la pandémie de la Covid-19, soulignant que le Royaume a démontré sa capacité de résilience via l’adaptation de son écosystème industriel au contexte actuel, notamment à travers la convergence de l’industrie vers la production locale.

M. Honda, fraichement nommé au Maroc, a en outre affirmé, dans une interview exclusive accordée à la MAP, que la stabilité politique dont jouit le Royaume, son capital humain hautement qualifié, son infrastructure, ses zones d’accélération industrielles et ses multiples Accords de libre-échange lui confèrent un très haut potentiel de Business Doing qui s’illustre par la perception positive qu’entretiennent les entreprises japonaises sur l’environnement des affaires au Maroc.

Le Maroc représente un hub vers le marché africain que les entreprises japonaises considèrent comme très important pour développer leurs affaires, a dit M. Honda, saluant la dynamique instaurée dans le cadre de la coopération entre les deux pays dans plusieurs secteurs clés comme le médical, les startups, les technologies de l’information et de la communication (TIC), l’énergie et l’agriculture.

Il a ainsi relevé l’atout majeur du Maroc dans le secteur agricole dont le Japon dispose de compétences et de technologies avancées, expliquant, à cet égard, que la JETRO ambitionne de servir de pont aux deux pays pour développer une nouvelle technologie localement adaptée pouvant également bénéficier au marché africain dans le cadre de la coopération triangulaire.

Pour ce qui est du soutien aux efforts consentis par le Maroc, M. Honda a affirmé que la JETRO œuvre en collaboration avec ses homologues marocains pour l’amélioration de la part des investissements directs japonais au Maroc afin d’assurer une croissance du taux d’employabilité et un transfert de technologie. Le responsable nippon a également précisé à cet égard que la transformation numérique que connaît le monde a exigé la mise en place de solutions numériques et de plateformes digitales destinées à rapprocher les entreprises marocaines et japonaises dans l’objectif de faciliter les interactions et accélérer le développement des échanges.

Dans ce sens, M. Honda se fixe comme priorité durant son mandat de solliciter les entreprises japonaises à adhérer à l’accélération industrielle que connaît aujourd’hui le Maroc à travers des investissements dans divers secteurs tels que l’automobile, l’aéronautique et les industries de haute technologie qui font partie du domaine de compétences des sociétés japonaises. Il s’agira pour les entreprises japonaises, poursuit M. Honda, de profiter des avantages concurrentiels offerts par le Maroc. Établie en décembre 2014 au Maroc, la JETRO est une organisation gouvernementale placée sous la tutelle du ministère japonais de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie qui a pour vocation de développer la coopération économique et industrielle entre le pays d’accréditation et le Japon et de promouvoir les investissements bilatéraux.

La coopération maroco-nippone est également soutenue par l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) qui accompagne le Maroc, depuis 1967, dans la réalisation de certains projets d’infrastructures, notamment ruraux, de pêche, d’agriculture et de santé via des dons et des prêts concessionnels.

L’article Un partenariat stratégique tourné vers la relance est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categories: Marocco

Le sursaut d’une cité sinistrée !

ALBAYANE - Thu, 11/11/2021 - 19:00

Depuis déjà presque deux ans, marqués par la pandémie, la capitale du Souss se mettra au chantier sans relâche. Le rêve d’être enfin tel tant de cités rénovées du pays, se concrétise de fond en comble. A fortiori, l’espoir de renaître pour de bon avait toujours arrosé la communauté du Souss, depuis les décombres du séisme de naguère, voila plus de six décennies. Cet espoir qui se pointe à l’horizon, mais s’attelle à fixer les lampadaires, étendre les voiries, édifier les maisons d’arts et de cultures, repiquer les aires de jeu et  de repos, relever le service de transport en commun, planter les parkings de sous -sols et les trémies…Cet espoir auquel va jusqu’au bout, un comité de pilotage des plus performants, conduit avec maestria et panache par le chef de file régional du Souss Massa, vivifie une ville qui renaît de ses cendres. « Vivre sans espoir, c’est cesser de vivre », avait dit le romancier russe du 19ème siècle, Fiodor Dostoïevski dans son chef-d’œuvre à grand succès, « Les frères Karamazov ». C’est une cité remontante qui s’offre aujourd’hui, aux yeux de ses résidents et visiteurs à travers les édifications tous azimuts, à des cadences accélérées. Il est bien vrai que cette métamorphose était mise en branle par le Souverain avec une volonté ardente de valoriser une ville centralisée désormais inclue dans l’élan des grands travaux mis en avant. Mais, il faut bien dire que la métropole fut prédisposée et résolument répondante à cette refonte de taille, incarnée par une osmose sans précédent des divers opérateurs locaux, une direction circonspecte du stratège et une prodigalité saisissante des projets en construction. Certes, il aurait fallu en faire autant, il y a des décennies, mais, dit-on, chaque chose à son temps, car on s’était plutôt servi, par le passé, de ses propres comptes, au lieu de l’intérêt de la ville et des populations. Maintenant, il semble bien que les choses ont changé par le biais de cette nouvelle synergie en place, sous les auspices du Roi dont le vœu ferme déroute les malveillances et trace les lignes du grand parcours de la ville du Centre du royaume. On suit donc de la manière la plus éclatante, en dépit de voix suspectes qui n’ont pas de cesse de faire les gorges chaudes aux «vidéos» des réseaux sociaux, sans aucun impact sur le cours de cet élan d’envergure. La Révolution du Souss ne fait que débuter avec la célérité sereine qui sied à l’élan vers l’assouvissement des attentes des citoyens et l’émergence  de la ville, mise  sous l’éteignoir, pendant des décades !                 

L’article Le sursaut d’une cité sinistrée ! est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categories: Marocco

Le PPS apprécie la teneur claire et ferme du discours royal qui consacre la force tranquille de notre pays

ALBAYANE - Thu, 11/11/2021 - 19:00

Communiqué du bureau politique

46ème anniversaire de la Marche Verte :

Le bureau politique du Parti du Progrès et du Socialisme a tenu, mercredi 10 novembre 2012, sa réunion périodique dont l’ordre du jour a concerné de nombreuses questions d’ordre politique et la vie interne du parti.

A l’ouverture de ses travaux, le bureau politique a exprimé sa profonde appréciation à l’égard du discours royal à l’occasion du 46ème anniversaire de la Marche Verte, saluant sa teneur claire et ferme qui consacre la force tranquille de notre pays dans son approche à l’égard de notre cause nationale première. Le bureau politique soutient le fait que la marocanité du Sahara n’a jamais été et ne sera jamais à l’ordre du jour d’une quelconque tractation et que notre pays ne peut pas traîner indéfiniment ce conflit artificiel. Sur cette même base, tout partenariat ou coopération avec notre pays doit se faire dans le respect total du fait que nos provinces du Sud sont partie intégrante du territoire national.

Dans ce cadre, le bureau politique s’est arrêté sur les comportements hostiles des dirigeants algériens vis à vis de notre pays, estimant que cela alimente la tension dans la région de manière inconsidérée , irresponsable et contraire à toute sagesse, à l’encontre même de l’intérêt des peuples frères marocain et algérien et de la région toute entière.

A l’opposé de cette approche stérile des dirigeants algériens, le bureau politique enregistre avec fierté les acquis importants et grandissants que notre pays réalise pour clore définitivement ce conflit artificiel dont en dernier lieu la résolution n° 2602, adoptée par le Conseil de Sécurité de l’ONU. Le Parti du Progrès et du Socialisme souligne de nouveau que, parallèlement aux efforts diplomatiques, notre pays se doit de consolider le front intérieur à tous les niveaux démocratique, social et économique.

 Lutte contre la pandémie : nécessité d’un souffle politique et communicationnel dans les approches du gouvernement

Sur un autre plan, le bureau politique a examiné l’évolution de la situation sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19 dans notre pays et enregistré sa satisfaction à l’égard de l’amélioration des différents indicateurs. Il a salué à ce propos l’allègement des mesures préventives et, en particulier, la levée du couvre-feu nocturne. Ceci est à même de contribuer à la reprise de nombreux secteurs et métiers qui ont été très affectés par la pandémie et ses répercussions durant une longue période.

Tout en saluant les mesures d’allègement, le Parti du Progrès et du Socialisme attire l’attention du gouvernement sur la nécessité d’éviter l’improvisation, la confusion et la politique de la sourde oreille dans l’élaboration des décisions en la matière comme ce fut le cas pour la décision d’adoption du pass-vaccinal, qui nécessitait une approche participative et communicationnelle pour en expliquer les tenants et aboutissants et l’impact sur de larges couches de citoyennes et citoyens.

 Cherté de la vie : le gouvernement doit assumer ses responsabilités au lieu de se contenter de justifications

Par ailleurs, le bureau politique a examiné la question épineuse et vitale de la situation sociale en général et de l’augmentation des tarifs des carburants et des prix de nombreux produits de consommation de base en particulier, faisant supporter un lourd fardeau supplémentaire aux  citoyens et en particulier aux couches déshéritées.

Tout en comprenant que la question est liée relativement aux répercussions économiques de la pandémie au niveau international et national, le Parti du Progrès et du Socialisme attire fortement l’attention sur le danger que cette situation représente et qui requiert du gouvernement de renoncer à la logique de la justification, de l’ignorance et de l’absence de réactivité.

A ce propos, le bureau politique considère que le gouvernement doit assumer pleinement ses responsabilités, en ce qui concerne aussi bien la présence politique et communicationnelle requise, l’écoute de l’expression populaire et la réactivité sérieuse avec elle dans le respect de la liberté d’expression encadrée évidemment par les règles du droit et l’esprit de responsabilité, qu’en ce qui concerne surtout la prise des décisions et des mesures qui s’imposent pour la protection du pouvoir d’achat des citoyennes et des citoyens et l’allègement de l’impact des répercussions multiples de la pandémie et des augmentations des prix sur leur vie quotidienne.

La vie interne du parti : des réunions provinciales sur l’ensemble du territoire national

Au niveau de la vie interne du parti et dans le cadre de l’exécution des résolutions du comité central et de la mise en œuvre du plan d’action du parti au cours de la période actuelle, le bureau politique a adopté le programme des réunions provinciales que le Secrétaire général ou ses membres superviseront. L’objectif étant de renforcer la communication politique et organisationnelle avec les militantes et les militants du parti à travers le territoire national et de donner une nouvelle impulsion à l’ensemble des structures et des organisations locales, provinciales, régionales, sectorielles et parallèles du parti. 

L’article Le PPS apprécie la teneur claire et ferme du discours royal qui consacre la force tranquille de notre pays est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categories: Marocco

Le Conseil de la concurrence plaide pour un référentiel normatif de qualité

ALBAYANE - Thu, 11/11/2021 - 19:00

Enseignement privé

Khalid Darfaf

La régulation du secteur de l’enseignement privé requiert la mise en place des mesures efficaces, mesurables et atteignables,  a recommandé le Conseil de la concurrence de son avis rendu public,   suite à la demande du président de la Chambre des représentants.

La dite instance, tout en empruntant une démarche d’analyse concurrentielle, assortie d’une approche participative, a souligné qu’il existe un écart abyssal en matière de prestations entre les multiples opérateurs du secteur de l’enseignement privé qui n’est certainement pas à même de permettre aux familles d’avoir une vision claire en matière de choix du mode éducatif qui convient à leurs enfants.

Pour remédier à cette situation, l’Etat est appelé à faire preuve d’engagement pour mettre en place une nouvelle charte fixant les responsabilité, les objectifs et les attributions de l’ensemble des  acteurs  intervenant dans le secteur, lit-on dans l’avis rendu par le Conseil de la concurrence à la demande du président de la chambre des représentants.

Il va sans dire que l’adoption de ce cadre va doter les acteurs d’une feuille de route incluant les priorités stratégiques tracées  par l’État dans la a Charte nationale d’éducation et de formation et la loi-cadre n° 51.17. Qui plus est, le Conseil de la concurrence a plaidé pour une révision du cadre juridique organisant le secteur en vue se mettre au diapason des changements et relever les défis qui s’imposent. Cela étant, la loi portant sur le statut de l’enseignement scolaire privé et ses décrets d’application  sont désuets et ne répondent plus aux exigences de l’étape actuelle, aussi bien au niveau du mode managérial des écoles privées que leurs prestations pédagogiques, a indiqué le Conseil de la concurrence.

Comme quoi, une régulation du secteur, en bonne et due forme, a besoin de l’établissement d’un  référentiel normatif de qualité. Abondant dans le même ordre d’idées, le Conseil de la concurrence a plaidé pour la révision du  cahier des charges afin de garantir la multiplicité des opérateurs et l’exercice de leur activité dans un climat  concurrentiel.  Et ce n’est pas tout, étant donné que l’autorité de la concurrence a préconisé l’adoption d’une « logique libérale » pour la fixation des tarifs ou encore les frais de services. En termes plus clairs, l’application du principe de l’offre et de la demande demeure une condition sine qua pour assurer la concurrence et améliorer, par conséquent,  les indicateurs de performance du secteur, a noté le Conseil de la concurrence.    

L’article Le Conseil de la concurrence plaide pour un référentiel normatif de qualité est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categories: Marocco

Samia Akariou : « La casquette de réalisatrice n’est pas chose fortuite »

ALBAYANE - Thu, 11/11/2021 - 19:00

La 14ème édition du FIFFS, lui a rendu hommage

La comédienne et artiste marocaine Samia Akariou a relevé, mardi à Salé, que son entrée dans le monde de la réalisation artistique n’était pas chose fortuite, en ce sens qu’il s’agit du cheminement d’une longue carrière d’actrice jalonnée de nombreuses œuvres artistiques couronnées de succès.

Intervenant lors d’une conférence de presse à l’occasion d’un hommage qui lui a été rendu à l’occasion de la 14ème édition du Festival International du Film de Femmes (FIFFS), Akariou a affirmé avoir « bénéficié au cours de ses études à l’Institut Supérieur d’Art Dramatique et d’Animation Culturelle d’une formation globale », passant en revue son long parcours artistique marqué par de nombreuses œuvres théâtrales et cinématographiques à succès.
« Devenir un réalisateur après une carrière d’acteur n’est pas une spécificité marocaine », a-t-elle tenu à souligner, relevant dans ce sens que de nombreux acteurs internationaux sont passés à la réalisation après une longue carrière d’acteur, à l’instar de l’acteur français Guillaume Canet.

Comédienne, scénariste et réalisatrice, la carrière de Samia Akariou est riche en œuvres cinématographiques, théâtrales et télévisuelles. Elle compte à son actif de nombreuses collaborations avec d’éminents cinéastes marocains et étrangers.

Parmi ses œuvres cinématographiques figurent « Lala Hobby », « Les amis d’hier », « Kid Ensa », « Le café de la plage », « Ali Rabia et les autres » et « L’homme qui brodait des secrets ». Akariou a aussi participé à des films internationaux tels que « Les jardins d’eden » et « Rules of engagment » et à des téléfilms et séries à succès dont « El-Bekma », « Ras el mhaine », « Safia & Houssaine », « Bnat lalla Mennana », « Bab al bahar » et « Sir Al Morjane ».

Akariou, qui a réalisé deux téléfilms et une série comique de 30 épisodes, est également scénariste et co-auteure de plusieurs projets: « Bnat lalla Mennana », « Sir Al Morjane » et « Bab al bahar ».

L’actrice réalisatrice marocaine a participé à différents festivals nationaux et internationaux où elle a reçu plusieurs prix. Parmi ses pièces théâtrales les plus connues l’on cite « Saken », « Bnat lala Mennana », « Keid rjal », « Marsoul el hobe », « Harraz Aouicha » et « Jnan Chiba » avec feu Tayeb Seddiki.

Le coup d’envoi de la 14ème édition du FIFFS, a été donné, lundi soir au Centre cinématographique « HollyWood » à Salé. La cérémonie d’ouverture de cette édition, organisée jusqu’au 13 novembre à l’initiative de l’Association Bouregreg, sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, a été ponctuée par l’hommage rendu à Akariou.

L’article Samia Akariou : « La casquette de réalisatrice n’est pas chose fortuite » est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categories: Marocco

FIFFS : « le cinéma, une des lumières permettant de prendre soin de l’humanité »

ALBAYANE - Thu, 11/11/2021 - 19:00

Les activités de la 14e édition du Festival International du Film de Femmes à Salé (FIFFS) se poursuivront jusqu’au 13 novembre, après l’arrêt d’urgence imposé par la crise sanitaire, ayant eu un impact notable sur le secteur cinématographique.

Cette édition se déroule « dans des circonstances singulières teintées d’espoir et de rêve », dans la mesure où le « cinéma nous a toujours inculqué les mécanismes et les façons appropriés pour sortir des crises, car il constitue, d’une certaine manière, une des lumières permettant de prendre soin de l’humanité », a indiqué l’association Bouregreg qui s’occupe de l’organisation de cet événement sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI.

Ainsi et selon le catalogue officiel du Festival, les organisateurs ont veillé à ce que cette édition soit « dissemblable » par rapport aux précédentes car « la pandémie nous a appris à nous adapter et à gérer le possible, notamment via la diversification de nos partenaires et le développement de nos stratégies de communication et de programmation », tout en soulignant qu’il s’agit d’une édition qui se dirige vers une optique de « renouvellement des thématiques et de diversification des espaces afin de permettre aux différents publics de profiter équitablement des différentes activités de la présente édition ».

Cette édition, qui accueille le cinéma suisse en tant qu’invitée d’honneur en célébration du 100e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre le Maroc et la Suisse, s’est tenue « après avoir repris notre souffle et notre détermination. Nous avons décidé de continuer à consolider et à soutenir la thématique de notre festival, en faisant en sorte qu’elle soit plus attractive et plus innovatrice », a souligné la même source.

Les organisateurs cherchent ainsi « à faire de la question des femmes notre cause principale au regard de ce que ces dernières ont su donné dans divers domaines de la vie, y compris dans le secteur de l’art et du cinéma, que ce soit comme thématique de créativité ou à travers les différentes phases de l’industrie cinématographique », selon la même source.

Les filmes ayant été produits, depuis l’édition précédente jusqu’à aujourd’hui, empruntent des voies dissemblables en raison des événements récents et des procédés créatifs qui les accompagnent, leur permettant ainsi de se renforcer et de se renouveler, a précisé l’association, tout en soulignant dans ce contexte qu’elle veillera à en sélectionner les meilleurs.

Par le même ordre d’idées et après la mise en relief de l’approche adoptée par le festival, fondée sur la mise en place de partenariats visant à approfondir la recherche autour des questions relatives à la femme, l’association a décidé « d’associer la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA) à notre réflexion au sujet de l’un des enjeux les plus importants du cinéma de la femme, et ce dans le cadre d’une table ronde qui réunira des spécialistes de cette question ».

S’agissant du cinéma suisse, qui est l’invité d’honneur de cette édition, les organisateurs ont affirmé qu’il s’agit de « l’une des expériences cinématographiques les plus riches et ayant su se frayer un parcours prestigieux parmi les cinémas de renom » et qui sera à l’honneur en la personne d’une éminente délégation composée de plusieurs femmes s’activant dans ce domaine, en plus des filmes sélectionnés qui seront projetés dans différentes rubriques du festival.
Cette édition se veut « non pas uniquement un numéro de plus dans l’histoire de notre festival, mais aussi et surtout un bond qualitatif et un tournant notoire, au gré des lumières que nous feront étinceler dans chaque recoin de nos salles de cinéma », concluent les organisateurs.

Les activités de cette 14e édition comprennent des séminaires et des ateliers de formation sur l’analyse cinématographique, l’écriture cinématographique, le cinéma documentaire, les dialogues cinématographiques et la présentation de livres sur le cinéma.

L’article FIFFS : « le cinéma, une des lumières permettant de prendre soin de l’humanité » est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categories: Marocco

Le film chinois « Flou Estival », les désillusions d’une adolescente négligée

ALBAYANE - Thu, 11/11/2021 - 19:00

Le film chinois « Flou Estival », de sa réalisatrice « Han Shuai », à été projeté mercredi au Centre cinématographique « HollyWood », dans le cadre de la compétition officielle longs métrages de la 14ème édition du Festival International du Film de Femmes à Salé (FIFFS).

Ce film raconte l’histoire d’une adolescente âgée de 13 ans, négligée par sa mère irresponsable et vivant avec une tante peu accueillante. Cette fille s’est trouvée plongée dans la boue des promesses vides et face à une série d’événements qui dépassent largement sa capacité de les gérer.

Dans une déclaration à la MAP, Driss El Yaakoubi, président du ciné-club à Kénitra, a souligné que cette œuvre reste « d’une espèce rare » tout en la décrivant de « belle, profonde et poétique ».
L’expert a également salué la place que le cinéma chinois a pu acquérir au niveau international, en raison de son rapprochement des sujets profonds tels que l’enfance et la question des transformations subies par l’être humain durant sa vie.

De son côté, Bouchra El Moukhtari, membre du ciné-club à Agadir, a souligné que le film abordait l’idée d’une enfant confrontée à de grandes difficultés sociétales, manifestant un besoin urgent aux soins, confrontée à des problèmes dans son petit environnement et qui se trouve obligée de faire face à des problèmes qui dépassent son âge.
Ainsi, poursuit-elle, la beauté du film ne réside pas dans le dialogue, mais plutôt dans le fait qu’il permet au public, à travers les images et la musique qu’il contient, de comprendre eux même l’idée du film et son esthétique.

Cette compétition longs métrages regroupe 10 autres films, en plus du film « Flou Estival”, à savoir « Freda » de Gessica Geneus (Haïti, Bénin, France, 2021), « Costa Brava » de Mounia Akl (Liban, 2021), « Aya » de Simon Coulibaly Gillard (Belgique, Côte d’Ivoire, 2021), « Clara Sola » de Nathalie Alvares Mesen (Costa Rica, 2021), « Une femme dans l’ombre » de Jamal Belmajdoub (Maroc, 2020) et « Mare » d’Andrea Staka (Suisse, Croatie, 2020).
Il s’agit aussi « Ghosts » de Asra Denis Okyay (Turquie, 2020), « Si le vent tombe » de Nora Martirosyan (Arménie, France, Belgique, 2020) et « Kuessipan » de Myriam Verreault (Canada, 2020).

L’article Le film chinois « Flou Estival », les désillusions d’une adolescente négligée est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categories: Marocco

La coalition « Al Mounassafa Daba » pour des mécanismes plus efficaces en faveur de la parité

ALBAYANE - Thu, 11/11/2021 - 19:00

Chambre des Conseillers

La coalition « Al Mounassafa Daba » a souligné, mercredi lors d’une réunion avec le président de la Chambre des Conseillers, la nécessité d’adopter des mécanismes efficients et efficaces en faveur de la mise en œuvre de la parité hommes-femmes dans tous les aspects qui encadrent la présence des femmes au niveau législatif, institutionnel et des politiques publiques.

Lors d’une rencontre mercredi à Rabat avec M. Naama Mayara sur la loi-cadre pour atteindre la parité entre les femmes et les hommes, les membres de la coalition ont jugé impératif que tous les acteurs politiques, économiques, sociaux et culturels adoptent la parité comme règle juridiquement contraignante, tout en appelant à unifier la vision du législateur sur les droits des femmes, étant donné que la parité devrait prévaloir entre les femmes et les hommes dans tous les domaines et ce, conformément à l’article 19 de la Constitution de 2011.

A cette occasion, les membre de la coalition « Al Mounassafa Daba » ont présenté les grandes lignes du document référentiel pour une loi-cadre, qui est le fruit d’un effort participatif et d’un débat approfondi autour duquel un groupe d’associations et d’activistes qui défendent les droits des femmes, en se basant sur les principes universels dans ce domaine et un certain nombre de référentiels nationaux et internationaux liés à l’égalité entre les hommes et les femmes, indique un communiqué de la Chambre des conseillers.

Cette loi-cadre vise à renforcer la fonction du Parlement dans le contrôle de l’application immédiate des textes juridiques relatifs à la représentativité des femmes dans tous les domaines et à rattraper aux lacunes constatées au niveau l’arsenal juridique en matière de parité, poursuit le communiqué, notant que M. Mayara, qui a salué le travail de la coalition, a fait observer que le développement durable escompté ne peut être atteint sans égalité entre les hommes et les femmes.

Le président de la Chambre des conseillers a également mis l’accent la place de choix qui occupe la femme marocaine, qui a été consacrée par la Constitution de 2011, en insistant sur le principe de la parité, soulignant que la Deuxième Chambre mobilise tous ses organes et structures à la disposition d’ »Al Mounassafa Daba » afin d’atteindre l’égalité et la parité, des questions qui restent au cœur de ses préoccupations.

La Chambre soutiendra les revendications du mouvement féministe visant à renforcer les institutions via l’amélioration des dispositions des lois et des textes législatifs à même d’assurer une accès meilleur de la femme à la vie publique et politique, a-t-il dit.

L’article La coalition « Al Mounassafa Daba » pour des mécanismes plus efficaces en faveur de la parité est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categories: Marocco

L’UE soutient une solution politique « juste, durable et mutuellement acceptable »

ALBAYANE - Thu, 11/11/2021 - 19:00

Sahara : A la 4è commission de l’Assemblée générale de l’ONU

L’Union européenne (UE) a exprimé, devant la 4è commission de l’Assemblée générale de l’ONU à New York, son soutien à une solution politique “juste, durable et mutuellement acceptable” au conflit régional autour du Sahara marocain.

S’exprimant au nom de l’UE, la représentante de la Slovénie a indiqué que l’Union “encourage” les parties à œuvrer en faveur d’une “solution politique juste, durable et mutuellement acceptable” dans le cadre des Nations Unies, sur la base des résolutions du Conseil de sécurité depuis 2007. Toutes ces résolutions ont consacré la prééminence, le sérieux et la crédibilité de l’Initiative marocaine d’autonomie, comme seule solution pour mettre définitivement fin à ce différend artificiel, dans le cadre de la souveraineté et l’intégrité territoriale du Royaume.

L’UE s’est également félicitée de l’engagement du Secrétaire général de l’ONU à relancer les négociations avec une “nouvelle dynamique et un nouvel esprit” devant permettre la reprise du processus politique.

Saluant la nomination du nouvel envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara marocain, Staffan de Mistura, l’Union européenne s’est dit impatiente de “s’engager avec lui dans les efforts visant la relance des négociations”.

L’UE a, dans ce sens, encouragé toutes les parties à s’engager dans la recherche commune d’une solution en conformité avec les résolutions du Conseil de sécurité, ainsi qu’avec les principes de la Charte des Nations Unies.

L’UE a salué la récente résolution 2602 du Conseil de sécurité qui exprime le plein soutien au Secrétaire général de l’ONU et à sa proposition de relancer le processus politique de même qu’elle réitère l’appel à toutes les parties de coopérer “pleinement” avec la MINURSO. Dans son dernier rapport au Conseil de Sécurité, le Secrétaire général avait fustigé le «polisario» pour sa renonciation au cessez-le-feu et ses obstructions inacceptables et condamnables aux activités de supervision du cessez-le-feu par la MINURSO.

Comme dans la résolution 2602, l’Union européenne a également mis l’accent sur le processus de tables rondes avec la participation du Maroc, de l’Algérie, de la Mauritanie et du “polisario”, rappelant la tenue dans ce cadre des deux tables rondes de Genève en décembre 2018 et mars 2019.

De même, l’Union européenne a encouragé les parties à continuer de faire montre de “volonté politique” et de travailler dans une atmosphère propice au dialogue, dans le cadre du processus politique exclusivement onusien.

Enfin, l’UE a réitéré son appel pour l’enregistrement des populations des camps de Tindouf, tel qu’exigé par le Conseil de Sécurité dans toutes ses résolutions depuis 2011.

L’article L’UE soutient une solution politique « juste, durable et mutuellement acceptable » est apparu en premier sur ALBAYANE.

Categories: Marocco